Schizophrénie, traumatisme, dissociation et révolutions scientifiques

Un article Schizophrénie, traumatisme, dissociation et révolutions scientifiques, de Andrew Moskowitz, publié dans le Journal of Trauma & Dissociation

Article publié en anglais

Extraits

Au milieu de la vingtaine, au début de ma formation de psychologue clinicien, j’ai été placé dans une unité de traitement psychiatrique de jour dans l’un des quartiers les plus pauvres de Boston. Un jour, le thérapeute expérimenté avec qui je dirigeais un groupe d’hommes était malade et j’ai été appelé à faire le groupe par moi-même. Une boule de nerfs, j’ai décidé d’interroger les hommes sur leur ascendance (avec la présence utile d’un globe dans la pièce) plutôt que de risquer le silence. J’ai brièvement parlé de mes arrière-grands-parents russes et d’Europe de l’Est pour donner le ton, puis j’ai parlé à tour de rôle avec chaque homme. Après quelques minutes de cet exercice, il y a eu une pause. Un gars de l’autre côté de la pièce m’a regardé et m’a dit doucement : « Vous pensez que vous êtes meilleur que nous, n’est-ce pas? Vous pensez que cela ne pourrait jamais vous arriver. »

J’étais stupéfait. D’une manière ou d’une autre, j’ai bégayé un déni, mais bien sûr, il avait raison. Peut-être que je ne pensais pas que j’étais meilleur qu’eux, mais je pensais certainement que j’étais différent d’eux. Comme la plupart d’entre nous dans les sociétés occidentales, j’avais grandi en croyant que les troubles psychiatriques étaient des maladies – des maladies comme les autres – et rien dans ma formation n’avait jusque-là pour me convaincre du contraire.

Mais l’apprentissage du traumatisme, de la dissociation et de l’attachement au cours des décennies suivantes a changé d’avis. Et je ne suis pas le seul.

Paradigmes en conflit

Au cours des dernières décennies, l’étude de la schizophrénie et l’étude des troubles dissociatifs ont été dominées par des paradigmes opposés. Pour la schizophrénie, l’hypothèse d’une base génétique et d’une causalité biologique a régné en maître. Les expériences défavorables de l’enfance sont considérées au mieux comme non pertinentes et les expériences stressantes ou traumatisantes de l’adulte ne font que «libérer» les mécanismes pathologiques sous-jacents. Les symptômes sont considérés comme dénués de sens – sans rapport avec les circonstances de la vie d’une personne – et les approches psychothérapeutiques, lorsqu’elles sont utilisées, se limitent à soutenir les interventions médicales. Dans le diagnostic de la schizophrénie à des fins cliniques ou de recherche, les troubles post-traumatiques et dissociatifs sont rarement envisagés ou exclus; en effet, chez les adeptes de ce paradigme, les troubles post-traumatiques sont souvent dédaignés, discrédités ou simplement ignorés.

En revanche, le paradigme dominant pour l’étude des troubles dissociatifs s’est concentré presque exclusivement sur les événements de la vie – traumatisants ou autres – qui sont supposés être significativement liés aux symptômes qu’une personne éprouve. Un large éventail d’approches psychothérapeutiques du traitement sont soutenues et préconisées, tandis que la plupart des interventions médicales sont considérées comme un anathème. Dans le même temps, de nombreux cliniciens et chercheurs axés sur les traumatismes ne considèrent la schizophrénie que comme quelque chose que les troubles dissociatifs ne sont pas – mais sont souvent confondus avec; la validité de la schizophrénie en tant qu’entité à base biologique est rarement remise en question.

Considérez comment ces deux paradigmes gèrent les hallucinations verbales auditives. Pour les personnes qui adhèrent au paradigme biologique dominant (ou «modèle médical»), les voix sont des symptômes psychotiques à traiter avec des médicaments ou à gérer en utilisant des techniques de distraction. Comme l’a dit Colin Ross (2008), dans cette perspective, l’idée de parler avec la voix de quelqu’un serait aussi absurde que de «poser une question au genou d’un patient» (p. 284). En revanche, dans un paradigme traumatisme / dissociation, les voix sont des parties séparées de la personnalité qui sont ignorées à vos risques et périls – reconnaître et engager ces parties désavouées, bien que souvent difficiles, est généralement préconisé. Le champ de la schizophrénie considère les voix comme des indications générées biologiquement d’un trouble cérébral, tandis que le champ de dissociation les considère comme des indications psychologiques d’un traumatisme ou d’une perte non résolus. On ne peut imaginer deux perspectives plus disparates. Actuellement, ces domaines se regardent avec beaucoup de suspicion et, dans une large mesure, ne parlent pas la même langue et ne vivent pas le monde de la même manière.

Lire l’article Schizophrénie, traumatisme, dissociation et révolutions scientifiques en anglais

En savoir plus

Référence de l’article Schizophrénie, traumatisme, dissociation et révolutions scientifiques :

  • Auteur : Andrew Moskowitz
  • Titre : Schizophrenia, Trauma, Dissociation, and Scientific Revolutions
  • date : 2011
  • Publié dans : Journal of Trauma & Dissociation, 12:4, 347-357
  • DOI: 10.1080/15299732.2011.573770

Dossier EMDR, dissociation et psychose

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *