soigner sa tête sans médicaments ou presque c'est possible

soigner sa tête sans médicaments ou presque c’est possible

Une interview de Patrick Lemoine, soigner sa tête sans médicaments ou presque c’est possible, publié dans le Hors série Le Guide du Cerveau, du magazine Le Point.

Extraits :

Quel impact ont ces approches non médicamenteuses dans les cliniques psychiatriques où vous intervenez?

Dès que le personnel soignant se forme à des approches comme l’EMDR (désensibilisation et reprogrammation par mouvements des yeux), la méditation, l’EFT (techniques de liberté émo-tionnelle), la relaxation ou encore les thérapies comportementales et cognitives (TCC), les traitements classiques s’effondrent. Nos patients sont souvent hospitalisés durant plusieurs semaines pour différents troubles psychiatriques et il est tout à fait possible qu’un séjour d’un mois se déroule sans comprimés ! Nous travaillons sur l’affirmation de soi, le contrôle respiratoire en cas de stress, l’estime de soi, la méditation, et formons des groupes thérapeutiques autour des troubles obsessionnels compulsifs, des phobies sociales ou des addictions. Ces approches permettent aussi de réduire les quantités de médicaments pour les pathologies nécessitant des traitements.

Quelles sont les techniques phares que vous employez ?

Nous utilisons surtout les approches qui bénéficient de preuves solides. C’est le cas de la luminothérapie pour les dépressions saisonnières, des TCC, — utiles lors des phobies ou en association avec les médicaments dans les troubles paniques —, de l’hypnose, de l’EMDR aux résultats stupéfiants et rapides en stress post-traumatique, des thérapies interpersonnelles ou de la méditation pleine conscience (Mindfullness). Cette dernière est sans doute la plus impressionnante, notamment lors des dépressions récurrentes. Je conseille aussi volontiers la balnéothérapie pour apporter détente et relaxation lors des troubles du sommeil ou encore les stations thermales de Saujon ou Divonne les bains qui font merveille en psychiatrie pour la dépression, les troubles anxieux et l’insomnie.

(…)

EMDR : traitement phare des stress post-traumatiques

Suite à un événement dramatique (braquage, enlèvement, attentat, viol, accident…), le cerveau peut avoir des difficultés à traiter seul l’événement, ce qui peut conduire après quelques mois à un stress post-traumatique. Alors qu’il n’existe aucun médicament officiellement indiqué, deux techniques non pharmacologiques ont fait leurs preuves : les TCC (thérapies cognitives et comportementales) et l’EMDR (Eyes Movements Desensitization and Reprocessing) ou «intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ». Dérivée de l’hypnose, l’EMDR a été introduite par David Servan-Schreiber en France et est recommandée par la HAS (Haute Autorité de santé). En plaçant le patient dans un état modifié de conscience et en stimulant les deux hémisphères de son cerveau (via notamment des mouvements oculaires), le thérapeute fait revivre de manière ultraréaliste les traumatismes à l’origine du trouble, pour permettre au cerveau de faire son travail de « digestion » de l’événement.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *