Traitement clinique intensif du traumatisme pour les enfants et les adolescents présentant une déficience intellectuelle légère ou un fonctionnement intellectuel limite : Une étude pilote

Un article Traitement clinique intensif du traumatisme pour les enfants et les adolescents présentant une déficience intellectuelle légère ou un fonctionnement intellectuel limite : Une étude pilote, de Ooms-Evers, M., van der Graaf-Loman, S., van Duijvenbode, N., Mevissen, L., & Didden, R., publié dans Research in Developmental Disabilities

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Contexte

Les enfants et les adolescents souffrant d’une déficience intellectuelle légère (DIP) ou d’un fonctionnement intellectuel limite (FIB) présentent un risque accru de trouble de stress post-traumatique (TSPT) ou de symptômes liés à un traumatisme en raison d’expériences négatives vécues dans l’enfance (ACE). Les séances de traitement hebdomadaires et/ou le traitement ambulatoire ne sont peut-être pas assez efficaces. Objectifs : étudier la faisabilité, la sécurité et l’efficacité potentielle d’un traitement clinique intensif des traumatismes chez les enfants et les adolescents souffrant de MID-BIF et de symptômes liés aux traumatismes en raison d’ACEs ou de TSPT.

Méthodes et procédures

Trente-trois participants âgés de 6 à 17 ans ont reçu un traitement clinique intensif après avoir subi de multiples ACEs (le plus souvent des abus physiques, des négligences ou abus émotionnels, des abus sexuels, des violences domestiques et des brimades). Le traitement a duré 8,4 jours en moyenne et consistait en un programme quotidien d’exposition prolongée, de désensibilisation et de retraitement par mouvements oculaires et d’activation physique, dans un environnement sensible aux traumatismes. Les données ont été recueillies à l’admission, le premier jour du traitement, le dernier jour du traitement et lors du suivi.

Effets et résultats

Une réduction significative des symptômes liés aux traumatismes et des problèmes émotionnels et comportementaux a été observée après le traitement. En outre, le nombre de participants répondant aux critères du TSPT selon le DSM-5 est passé de 24 à l’admission à 8 à la fin du traitement. Il n’y a pas eu d’abandon et aucun événement indésirable n’a été observé.

Conclusions et implications

Les résultats de cette étude pilote suggèrent qu’un traitement clinique intensif du traumatisme est une option potentiellement efficace et sûre pour les enfants et les adolescents atteints de MID-BIF.

A retenir 

Les enfants et les adolescents atteints de TSPT présentent un risque accru de TSPT ou de symptômes liés à un traumatisme en raison des ACE.

Un traitement clinique intensif peut être nécessaire en cas de symptômes traumatiques graves.

Un traitement clinique intensif à plusieurs éléments est faisable et sûr chez ces enfants et adolescents.

Ce traitement peut conduire à une réduction des symptômes liés au traumatisme et des problèmes émotionnels et comportementaux.

Ce que cet article apporte ? (titre 2 )

Les enfants et les adolescents souffrant d’une déficience intellectuelle légère (DIP) ou d’un fonctionnement intellectuel limite (FIC) présentent un risque accru de trouble de stress post-traumatique (TSPT) ou de symptômes liés à un traumatisme en raison d’expériences négatives vécues dans l’enfance (ACE). Dans la pratique clinique, les traitements fondés sur des données probantes, tels que la désensibilisation et le retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) et la thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme (TF-CBT), sont généralement administrés lors de séances hebdomadaires dans un cadre ambulatoire.

Cependant, cela peut ne pas être efficace et un nombre croissant d’études sont menées sur des programmes de traitement plus intensifs. Les raisons d’un traitement plus intensif sont un risque plus faible d’abandon, un meilleur suivi du fonctionnement général et des symptômes liés au traumatisme pendant le traitement et l’amélioration des résultats du traitement en augmentant la réduction des symptômes. Dans ces études, les enfants et les adolescents souffrant de TSPT ont été exclus, ce qui est regrettable étant donné leur risque plus élevé de TSPT et de symptômes liés aux traumatismes suite aux ACE.

La présente étude est la première étude qui explore la faisabilité, la sécurité et l’efficacité potentielle d’un programme de traitement intensif consistant en une exposition prolongée, l’EMDR et l’activation physique, qui ont été intégrés dans un environnement sensible aux traumatismes. Elle offre une approche nouvelle et prometteuse pour les enfants et les adolescents souffrant de MID-BIF et de symptômes liés au traumatisme à la suite d’un ACE ou d’un TSPT.

Introduction 

Les expériences négatives de l’enfance (ACE) sont un sujet d’intérêt depuis un certain nombre d’années. Elles peuvent être décrites comme des événements négatifs survenus dans l’enfance au sein de la famille ou de l’environnement social d’un enfant et susceptibles de causer du tort ou de la détresse, tels que la négligence émotionnelle, la séparation des parents et la toxicomanie des parents (Felitti et al., 1998). Ils comprennent également les expériences qui répondent au critère A du trouble de stress post-traumatique (TSPT) des événements traumatiques, comme indiqué dans le DSM-5 (American Psychiatric Association (APA, 2013). Les ECA sont très pénibles pour l’enfant concerné et peuvent entraîner de graves problèmes de santé physique et mentale, tant dans l’enfance qu’à l’âge adulte (Felitti et al., 1998 ; Mills et al., 2019).

L’un des problèmes de santé mentale souvent associés aux ACE est le TSPT. Le TSPT se caractérise par des symptômes d’intrusions, d’évitement, d’altérations négatives des cognitions et de l’humeur, et de modifications de l’excitation et de la réactivité (DSM-5 ; American Psychiatric Association (APA, 2013). Une méta-analyse a montré que le taux global de TSPT chez les enfants et adolescents exposés à des traumatismes interpersonnels était de 15,9 % (Alisic et al., 2014). Le TSPT a des conséquences néfastes sur le développement émotionnel, scolaire et physique des enfants (Alisic, Jongmans, Van Wesel, & Kleber, 2011), ce qui confère une grande importance à un traitement efficient et efficace.

Selon les directives internationales, la thérapie centrée sur le traumatisme (TFT) ou la thérapie de désensibilisation et de retraitement par mouvements oculaires (EMDR) sont recommandées en cas de TSPT et de symptômes liés au traumatisme chez les enfants et les adolescents (Forbes, Bisson, Monson, & Berliner, 2020). Les protocoles de TFT dont l’efficacité a été prouvée comprennent la thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme (TF-CBT ; Cohen, Mannarino, & Deblinger, 2006) comprenant l’exposition graduelle et d’autres techniques axées sur le traumatisme (par exemple, le traitement cognitif), et le protocole d’exposition prolongée (PE) (Foa, Hembree, & Rothbaum, 2007). La thérapie EMDR est une approche psychothérapeutique protocolisée en huit phases (Shapiro, 2018), dans laquelle les mouvements oculaires pendant le rappel des souvenirs aversifs réduisent leur vivacité et leur émotivité (De Jongh, Ernst, Marques, & Hornsveld, 2013 ; Engelhard, Van den Hout, & Smeets, 2011). L’EMDR et la TF-CBT se sont avérées efficaces chez les enfants et les adolescents pour réduire les symptômes du TSPT (Ahmad & Sundelin-Wahlsten, 2008 ; Gillies, Taylor, Gray, O’Brien, & D’Abrew, 2013).

Bien que cela ne fasse pas (encore) partie des lignes directrices, un certain nombre d’études récentes ont tenté d’intensifier le traitement des traumatismes – tant pour les enfants que pour les adultes. Cela a été fait de plusieurs manières, allant de la programmation de plusieurs séances de traitement par semaine à un traitement clinique avec 2 à 3 séances de traitement par jour, au lieu de séances hebdomadaires dans un traitement non intensif des traumatismes. Les raisons d’un traitement plus intensif comprennent la réduction du risque d’abandon (Imel, Laska, Jakupcak, & Simpson, 2013), l’amélioration du suivi du fonctionnement global et des symptômes liés au traumatisme pendant le traitement par rapport à un traitement basé sur la semaine (Becker, Zayfert, & Anderson, 2004), et l’amélioration des résultats du traitement en augmentant la réduction des symptômes (Gutner, Suvak, Sloan, & Resick, 2016). Cela est particulièrement bénéfique pour les enfants et les adolescents, compte tenu des effets néfastes du TSPT et des symptômes liés aux traumatismes consécutifs aux ACE sur leur développement.

Quelques études non contrôlées sur le traitement intensif axé sur le traumatisme ont été menées chez des enfants et des adolescents. Par exemple, Silverstone, Greenspan, Silverstone, Sawa et Linder (2016) ont montré qu’un programme de traitement de 4 semaines avec 40 h de thérapie dans un établissement résidentiel, dont l’axe thérapeutique principal était la TFCT, était associé à une réduction des symptômes du TSPT chez des enfants de 8 à 12 ans ayant subi des abus sexuels. Un autre traitement de quatre semaines comprenant quinze séances (50 min) de thérapie de traitement cognitif adaptée au développement, les dix premières séances étant quotidiennes avec des devoirs à faire entre les séances, a montré des résultats similaires chez des adolescents (âgés de 14 à 21 ans) qui ont développé un TSPT après des abus sexuels et des violences physiques subis pendant l’enfance et qui présentaient des comorbidités graves telles qu’un trouble dépressif majeur (Matulis, Resick, Rosner, & Steil, 2014). Une troisième étude a mené un traitement ambulatoire axé sur le traumatisme pour des adolescents (âgés de 12 à 18 ans) présentant un TSPT sévère et des troubles psychiatriques comorbides. Après cinq jours de semaine successifs de traitement qui consistait en trois séances quotidiennes d’exposition prolongée de 90 minutes suivies de trois séances hebdomadaires de rappel de 90 minutes, le diagnostic de TSPT avait disparu chez 80 % des adolescents (Hendriks et al., 2017).

Dans les études ci-dessus, les enfants et les adolescents présentant une déficience intellectuelle légère (MID ; QI 50-70) ont été exclus. Il est bien établi que les enfants présentant un MID ou un fonctionnement intellectuel limite (BIF ; QI 70-85) ont un risque plus élevé de vivre des ACE. Ils présentent également un risque plus élevé de développer des symptômes liés au traumatisme ou un TSPT que les individus sans MID-BIF (Mevissen, Didden, & De Jongh, 2016). En outre, le traitement n’a été fourni qu’aux enfants et aux adolescents présentant un diagnostic de TSPT, excluant les enfants et les adolescents qui présentaient des symptômes liés au traumatisme à la suite d’ACEs ne répondant pas aux critères d’un  » événement traumatique  » tel que défini dans le DSM-5.

L’objectif de cette étude est donc d’étudier la faisabilité, la sécurité et l’efficacité potentielle d’un traitement clinique intensif axé sur le traumatisme chez les enfants et les adolescents souffrant d’un PTSD. Le traitement se composait de quatre éléments principaux : (1) PE, (2) EMDR et (3) activité physique telle que le football, la boxe ou le tennis de table, intégrés dans un (4) environnement sensible aux traumatismes. La partie intensive du traitement consiste en un petit nombre de jours de traitement sur une courte période, deux sessions de thérapie par jour (EP le matin et EMDR l’après-midi), une activation physique après chaque session de thérapie et un environnement clinique sensible aux traumatismes. Des études antérieures ont montré les effets positifs des activités physiques après les séances de thérapie sur les symptômes de traumatisme (voir Rosenbaum et al., 2015 ; Van Woudenberg et al., 2018). Cependant, on ne sait toujours pas quels types d’activités ont été proposés aux patients. De même, un climat consistant à offrir la sécurité, des possibilités de faire des choix, la collaboration, l’autonomisation, l’attention aux déclencheurs du traumatisme et la capacité de comprendre les problèmes émotionnels et comportementaux semble être important dans le traitement du traumatisme (Gardiner, Iarocci, & Moretti, 2017).

Nous avons émis l’hypothèse que le programme de traitement entraînerait une diminution significative des symptômes liés aux traumatismes. Nous nous attendions également à ce que le traitement entraîne une diminution significative du nombre d’enfants remplissant les critères DSM-5 du TSPT. De plus, nous avons émis l’hypothèse que les problèmes émotionnels et comportementaux seraient réduits et que les résultats du traitement seraient maintenus lors du suivi trois mois après la fin du traitement.

Matériel et méthodes 

Participants 

Les participants étaient 33 enfants atteints de MID-BIF (19 filles, 57,6 %) dont l’âge moyen était de 13,79 ans (écart-type = 2,96, fourchette = 6-17 ans). La moitié d’entre eux vivaient dans un établissement résidentiel au moment de leur admission (n = 17, 51,5 %) et l’autre moitié vivaient à la maison (n = 14, 42,4 %) ou dans une famille d’accueil (n = 2, 6,1 %). Tous les participants ont été classés comme ayant une déficience intellectuelle légère ou un fonctionnement intellectuel limite. Les scores de QI étaient connus pour 27 enfants (81,8 %) avec un QI total moyen de 77,85 (ET = 5,57). Sur ces 27 enfants, 19 ont été classés comme ayant un BIF. Les autres se situaient à la frontière entre le BIF et l’ID. En outre, 22 participants (63,6 %) présentaient un ou plusieurs troubles comorbides, parmi lesquels le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (n = 7, 21,2 %) et le trouble du spectre autistique (n = 5, 15,2 %) étaient les troubles les plus courants, suivis du trouble de l’attachement (n = 4, 12,1 %), du trouble de l’humeur (n = 4, 12,1 %) et du trouble des conduites (n = 4, 12,1 %).

Cette étude a été réalisée conformément aux préceptes et aux règles de la recherche tels qu’énoncés dans la Déclaration d’Helsinki et dans la loi néerlandaise sur la recherche médicale sur les humains (WMO) concernant la recherche scientifique. La WMO n’était pas applicable à la présente étude car (a) les questionnaires ne contenaient qu’un petit nombre d’éléments, (b) l’étude ne comportait pas de répartition aléatoire, et (c) aucune « atteinte physique à l’intégrité physique et/ou psychologique de l’individu » n’était à prévoir.

Conception

Les données ont été collectées à trois moments : à l’admission (mesure 1), le premier jour dans le centre de traitement avant la première séance de traitement (mesure 2) et le dernier jour dans le centre après la dernière séance de traitement (mesure 3). Le nombre moyen de jours entre l’admission et le début du traitement et entre le début et la fin du traitement était de 23,7 et 8,4, respectivement (voir figure 1). Les mesures de suivi étaient prévues environ 3 mois après la fin du traitement. Malheureusement, il n’a pas toujours été possible de joindre les anciens participants au suivi, et les données de suivi n’ont pu être recueillies que pour 15 enfants (45 %).

Inclusion et évaluation 

Les participants atteints de MID-BIF étaient indiqués pour un traitement (voir 2.4) si les résultats des instruments de diagnostic et le jugement clinique révélaient des symptômes liés au traumatisme. Ensuite, une admission a été planifiée et le questionnaire sur les forces et les difficultés (SDQ ; Goodman, Meltzer, & Bailey, 1998) a été envoyé aux participants pour qu’ils le remplissent. Le thérapeute, qui était un psychologue de la santé agréé et un praticien EMDR Europe, a mené l’entretien d’admission avec le participant et les autres personnes impliquées (par exemple, le soignant principal, le référent) qui se composait de deux parties.

Dans la première partie de l’entretien, le programme de traitement a été expliqué et les objectifs du traitement ont été évalués, ainsi que la sécurité physique et émotionnelle dans la vie quotidienne des participants. Après tout, le traitement des traumatismes n’est pas possible si l’enfant se trouve encore actuellement dans un environnement peu sûr (Struik, 2016). En cas de signes d’abus ou de maltraitance, l’enfant et le parent étaient orientés vers des interventions visant à mettre l’enfant en sécurité et le traitement du traumatisme était reporté jusqu’à ce que la sécurité soit atteinte. Cette démarche a été testée au regard des critères définis par Struik (2016).

Au cours de la deuxième partie de l’entretien, le questionnaire Diagnostic Interview Trauma and Stressors – Intellectual Disability (DITS-ID ; Mevissen, Didden, & De Jongh, 2018 ; Mevissen, Didden, Korzilius, & De Jongh, 2016 ; Mevissen, Didden, De Jongh, & Korzilius, 2020 ; Mevissen, Ooms-Evers, Serra, De Jongh, & Didden, 2020) a été administré. Les participants étaient orientés vers un traitement s’ils avaient été exposés à plus d’un événement potentiellement traumatique de la section des événements du DITS-ID et s’ils présentaient des symptômes liés au traumatisme qui interféraient avec la vie quotidienne (c’est-à-dire un score d’interférence d’au moins 2).

Les participants n’ont pas été inclus dans le traitement en cas de : consommation grave de substances (ab)pour laquelle une désintoxication semblait nécessaire, traumatisme unique (le participant a été orienté vers un traitement ambulatoire), et le soignant principal présentait des symptômes graves liés au traumatisme tels qu’évalués lors de l’admission (le participant a été orienté vers un traitement intensif axé sur le traumatisme pour les familles avec MID-BIF, voir Mevissen, Didden et al., 2020, Mevissen, Ooms-Evers et al., 2020).

Intervention et procédure 

Avant le premier jour de traitement, le praticien EMDR Europe a établi une conceptualisation du cas basée sur la ligne du temps, qui est le résultat de la section des événements du DITS-ID (voir 2.6.1). Sur la base de l’unité subjective de détresse (SUD), les souvenirs des événements ont été notés sur la détresse réelle (0 = aucune détresse à 10 = beaucoup de détresse) et classés de SUD élevé à faible.

Les participants ont reçu un traitement de 4 à 8 jours, du lundi matin au jeudi après-midi, et sont rentrés chez eux pendant le week-end. La durée du traitement dépendait du nombre d’ECA à l’origine des symptômes du TSPT et du temps nécessaire à la désensibilisation de ces souvenirs. La durée du traitement était prolongée après 8 jours s’il restait 4 souvenirs ou plus avec un SUD de 4 ou plus. Pendant le traitement, les participants ne se sont pas rendus à l’école. Le matin du premier jour de traitement, le participant s’est vu expliquer le contenu et le format du traitement et a reçu des conseils pour tirer le meilleur parti du traitement, comme une utilisation limitée des médias sociaux et une alimentation et des boissons saines.

Chaque jour de traitement (du lundi au jeudi), il y avait deux séances individuelles, menées par des thérapeutes cognitivo-comportementaux certifiés et des thérapeutes certifiés EMDR. Une rotation des thérapeutes a été utilisée (Van Minnen et al., 2018), les participants étant traités par 10 thérapeutes en moyenne. À mi-chemin de chaque journée de traitement, une réunion était organisée au cours de laquelle les thérapeutes et les soignants échangeaient des informations importantes sur les évolutions du traitement.

Les quatre principaux éléments du traitement sont (1) l’EP, (2) l’EMDR et (3) l’activité physique proposée dans un (4) environnement sensible aux traumatismes. Les participants ont commencé par 60 minutes d’éducation physique le matin. Le protocole d’EP est en grande partie basé sur le protocole développé par Foa et al. (2007) et a été adapté pour être utilisé avec les participants atteints de MID-BIF, par exemple en simplifiant certains mots. De plus, la réécoute de l’enregistrement de la session ne faisait pas partie du programme de traitement car les sessions se succédaient rapidement. Il était demandé au participant de raconter à haute voix le souvenir traumatique de la façon la plus vivante possible, les yeux fermés, au présent et de façon aussi détaillée que possible (Foa et al., 2007). En cas d’évitement en séance et/ou dans la vie quotidienne, une exposition in vivo était utilisée (par exemple, photo, son, gant de médecin), conformément au concept d’extinction approfondie (voir Craske, Treanor, Conway, Zbozinek, & Vervliet, 2014).

Suivant Van Minnen, Voorendonk, Rozendaal, et De Jongh (2020), une session d’EP le matin était suivie d’une session EMDR de 60 min l’après-midi (un format qui s’est révélé efficace dans d’autres études). Nous avons utilisé le protocole EMDR pour les enfants et les adolescents jusqu’à 18 ans (Beer & De Roos, 2017). Une barre lumineuse a été utilisée pour les mouvements oculaires rapides, combinée à un pulsateur tenu dans chaque main. Si nécessaire (par exemple, si le traitement s’accompagnait de sensations négatives graves ou si le score SUD restait élevé), des tâches telles que compter ou nommer les couleurs de la barre lumineuse étaient ajoutées pour solliciter davantage la mémoire de travail (voir De Jongh et al., 2013). Pour faciliter le traitement, des entrelacs cognitifs ont été appliqués comme décrit par Shapiro (2018).

Après chaque session, un soignant a entrepris des activités physiques (comme le football, la boxe ou le tennis de table) avec deux participants simultanément pendant 45 min.

Le dernier jour du traitement, une réunion de sortie a été organisée avec le participant, son principal soignant, le référent, le praticien EMDR Europe et un soignant. Au cours de cette réunion, les progrès du traitement ont été évalués et, si nécessaire, des points d’apprentissage supplémentaires ont été fournis au participant, comme le renforcement de l’estime de soi.

Un mois après le traitement, les participants et leur soignant principal ont été contactés par téléphone par un soignant pour surveiller le fonctionnement général et les symptômes liés au traumatisme après le traitement en demandant comment le participant fonctionne dans la vie quotidienne (école, maison, amis, sports) et en demandant s’ils ont remarqué des changements. En outre, trois mois après le traitement, une réunion de suivi était prévue. En raison des restrictions de COVID-19, les réunions de suivi après mars 2020 ont eu lieu par voie numérique plutôt qu’au domicile des participants.

Cadre 

Le programme de traitement est mis en œuvre dans un centre de traitement pour enfants, adolescents et adultes atteints de MID-BIF qui est situé dans la partie nord des Pays-Bas. Les séances de thérapie ont eu lieu dans une unité adjacente au centre. Quatre enfants ont été admis en même temps. Si nécessaire, un soignant principal était présent pour soutenir le participant pendant le traitement. La présence d’un soignant principal était obligatoire pour les enfants âgés de moins de 12 ans. L’aidant principal ne recevait pas de traitement mais était présent pour apporter son soutien à l’enfant. Les enfants et/ou les aidants principaux avaient leur propre chambre et partageaient les installations sanitaires. Pendant le traitement, les participants étaient encadrés par une équipe de 4 soignants dans le cadre d’une prise en charge orientée système et solution. Tous étaient expérimentés dans l’instauration d’un climat pédagogique sensible aux traumatismes. Ils étaient présents 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur le site.

Instruments 

DITS-ID

Le Diagnostic Interview Trauma and Stressors – Intellectual Disability (DITS-ID) est un instrument d’évaluation du TSPT sur la base des critères du DSM-5 (Mevissen, Didden, Korzilius et al., 2016, Mevissen, Didden, Korzilius et al., 2016 ; Mevissen et al., 2018, Mevissen, Ooms-Evers et al., 2020). Le DITS-ID a été utilisé pour l’évaluation des événements (potentiellement) traumatiques, des symptômes de traumatisme et des troubles de la vie quotidienne. Le DITS-ID contient une section sur les événements et une section sur les symptômes avec des options de réponse « oui », « non » et « autre ». Le traumatisme de type A ainsi que les ECA auxquels l’enfant a été exposé sont visualisés sur une ligne de temps. L’image d’un thermomètre est utilisée pour permettre à l’enfant d’indiquer le niveau subjectif d’altération de sa vie quotidienne (c’est-à-dire le score d’interférence ; 0 = pas du tout, 8 = beaucoup). Pour les besoins de notre étude, la version enfant de l’EIPD-ID a été utilisée. La version enfant de la DITS-ID a une bonne validité convergente et une excellente fiabilité inter-juges (Mevissen, Didden, Korzilius et al., 2016). La fourchette des alphas de Cronbach entre les points de temps dans cette étude était de 0,801 à 0,873.

SDQ

Le Strengths and Difficulties Questionnaire (SDQ) est un bref questionnaire d’évaluation des problèmes émotionnels et comportementaux chez les enfants (Goodman et al., 1998). La version enfant du SDQ comprend 25 items qui peuvent être notés sur une échelle de type Likert en 3 points : pas vrai (0), plutôt vrai (1), et tout à fait vrai (2). Il y a 5 sous-échelles : Hyperactivité/inattention, Symptômes émotionnels, Problèmes de conduite, Problèmes avec les pairs et Comportement prosocial. Les 4 premières échelles constituent un score total de problèmes. En outre, deux éléments sur la détresse globale et la déficience peuvent être additionnés pour générer une « échelle d’impact », qui représente le niveau d’interférence avec le fonctionnement quotidien.

Les résultats d’une étude de Rice et al. (2017) ont montré que le SDQ a une bonne validité concurrente chez les enfants de 4 à 17 ans. La cohérence interne des sous-échelles d’hyperactivité, de problèmes avec les pairs et de problèmes prosociaux s’est révélée faible, et la validité des sous-échelles de problèmes émotionnels et de problèmes comportementaux est acceptable (Theunissen, de Wolff, van Grieken, & Mieloo, 2016). Une étude menée par Vugteveen, De Bildt, Theunissen, Reijneveld et Timmerman (2019) auprès d’adolescents ayant un faible niveau d’éducation (par exemple, une école professionnelle) a montré que le SDQ a une fiabilité et une validité suffisantes. La fourchette des alphas de Cronbach pour le total et les sous-échelles et les points de temps dans cette étude était de 0,229 à 0,760.

Événements indésirables / adverse

Chaque jour, des réunions du personnel étaient prévues pour suivre l’évolution du traitement. Au cours de ces réunions, ainsi que pendant les séances de traitement, le personnel surveillait et signalait les comportements à risque et les comportements autodestructeurs (par exemple, fugue du centre de traitement, comportement agressif, idées suicidaires ou tentatives de suicide, consommation de substances ou augmentation des symptômes liés au traumatisme).

Résultats

Analyses descriptives 

Au moment de l’admission, les participants avaient vécu en moyenne 16,76 ECA/événements traumatiques (ET = 6,48, fourchette = 4-30), dont une moyenne de 11,03 événements causant encore une altération significative de la vie quotidienne (ET = 4,96, fourchette = 4-23). Les événements les plus souvent mentionnés étaient la violence physique (souvent de la part d’un parent), la négligence ou la violence psychologique, l’abus sexuel et la violence domestique. Le fait d’avoir été victime d’intimidation a encore causé du stress chez la moitié des participants.

Vingt-sept participants (81 %) remplissaient le critère A d’une classification TSPT, et 24 (73 %) remplissaient les critères DSM-5 du TSPT. Les participants présentaient des symptômes liés au traumatisme depuis 8 ans en moyenne (écart-type = 3,91, fourchette = 1-15). La durée moyenne du traitement était de 8,4 jours (écart-type = 2,52, fourchette = 4-20). Aucun des participants n’a abandonné le traitement prématurément ou n’a montré un comportement à risque ou autodestructeur, et aucune augmentation des symptômes liés au traumatisme n’a été observée.

Réduction des symptômes liés aux traumatismes 

La première hypothèse stipulait que le traitement conduirait à une réduction significative des symptômes liés aux traumatismes, mesurés par le DITS-ID. Les symptômes entre l’admission (mesure 1), le début du traitement (mesure 2) et la fin du traitement (mesure 3) ont été comparés à l’aide d’une ANOVA à sens unique à mesures répétées (voir également le tableau 1)1.

Les résultats ont montré qu’au fil du temps, il y a eu un changement significatif du nombre de symptômes (Lambda de Wilks = .38, F(2, 31) = 25.16, p < .001, eta carré partiel = .62) et de l’altération de la vie quotidienne (Lambda de Wilks = .27, F(2, 31) = 42.72, p < .001, eta carré partiel = .73). Plus spécifiquement, on observe une réduction significative des intrusions (critère B, Wilks’ Lambda = .34, F(2, 31) = 29.87, p < .001, eta carré partiel = .66), de l’évitement (critère C, Wilks’ Lambda = .57, F(2, 31) = 11.55, p < .001, eta carré partiel = . 43), les changements de cognitions et d’humeur (critère D, Wilks’ Lambda = .58, F(2, 31) = 11.15, p < .001, eta carré partiel = .42) et l’excitation et la réactivité (critère E, Wilks’ Lambda = .57, F(2, 31) = 11.70, p < .001, eta carré partiel = .43). Les comparaisons par paires ont révélé une réduction significative du nombre total de symptômes et des changements dans les cognitions et l’humeur entre l’admission et le début du traitement et entre le début et la fin du traitement. Les troubles de la vie quotidienne, les intrusions, l’évitement, l’excitation et la réactivité n’ont diminué de manière significative qu’entre le début et la fin du traitement.

Les données de suivi de 15 participants suggèrent que les résultats ont été maintenus 3 mois après le traitement. Ces résultats doivent toutefois être interprétés avec prudence, car ils n’ont pas été inclus dans les analyses statistiques (Fig. 2, Fig. 3, Fig. 4).

Classification du TSPT 

La deuxième hypothèse était que le traitement entraînerait une diminution significative du nombre de participants remplissant les critères DSM-5 du TSPT, tels que mesurés par le DITS-ID. Un test Q de Cochran avec des tests post-hoc de Dunn ont été utilisés pour comparer le nombre de participants entre trois mesures.

Les résultats ont montré un effet significatif dans le temps, χ2(2) = 25,33, p < .001. Le nombre de participants à l’admission (24) et au début du traitement (22) présentant un TSPT est passé à 8 à la fin du traitement. Au fil du temps, le nombre de participants remplissant le critère d’intrusion (χ2(2) = 15,17, p < .001), d’évitement (χ2(2) = 8,60, p = .014), de changements d’humeur et de cognitions (χ2(2) = 6. 75, p = 0,034), l’excitation et la réactivité (χ2(2) = 15,85, p < 0,001) et l’altération de la vie quotidienne (χ2(2) = 35,18, p < 0,001) ont diminué de manière significative. Un test post-hoc de Dunn a montré que bien que ces chiffres ne diffèrent pas significativement entre l’admission et le début du traitement (p > 0,05), il y avait une réduction significative entre le début et la fin du traitement (p < 0,05). Les données de suivi de 15 participants suggèrent que ces résultats se sont maintenus 3 mois après la fin du traitement (Fig. 5).

Réduction des problèmes émotionnels et comportementaux 

La troisième et dernière hypothèse était que le traitement conduirait à une réduction significative des problèmes émotionnels et comportementaux des participants, mesurés par le SDQ (n = 17, 51,5 %). Les symptômes entre l’admission (mesure 1), le début du traitement (mesure 2) et la fin du traitement (mesure 3) ont été comparés à l’aide d’une ANOVA à une voie à mesures répétées (voir également le tableau 1)1 .

On a observé un effet significatif dans le temps sur le score total des problèmes (Lambda de Wilks = 0,53, F(2, 15) = 6,59, p = 0,009, éta carré partiel = 0,47) et sur le score total des répercussions (Lambda de Wilks = 0,53, F(2, 15) = 6,60, p = 0,009, éta carré partiel = 0,47). Les problèmes émotionnels (Wilks’ Lambda = .45, F(2, 15) = 9.33, p = .002, eta carré partiel = .55) et les problèmes de comportement ont montré une diminution significative dans le temps (Wilks’ Lambda = .56, F(2, 15) = 5.79, p = .014, eta carré partiel = .44) entre le début et la fin du traitement.

Il n’y avait pas d’effets significatifs dans le temps pour l’hyperactivité (Lambda de Wilks = .85, F(2, 15) = 1.30, p = .302, eta carré partiel = .15), les problèmes avec les pairs (Lambda de Wilks = .86, F(2, 15) = 1.27, p = .308, eta carré partiel = .15) et le comportement prosocial (Lambda de Wilks = .72, F(2, 15) = 2.87, p = .088, eta carré partiel = .28). Les données de suivi suggèrent que ces résultats ont été maintenus lors du suivi à 3 mois (Fig. 6, Fig. 7, Fig. 8).

Discussion 

À notre connaissance, il s’agit de la première étude sur les résultats d’un traitement clinique intensif du traumatisme qui inclut des enfants et des adolescents présentant un MID-BIF et des symptômes liés au traumatisme suite à un ACE ou un TSPT. Le programme de traitement intensif comprenait l’EP, l’EMDR et l’activation physique, qui étaient intégrés dans un environnement sensible aux traumatismes. Une diminution significative des symptômes liés aux traumatismes et de l’altération de la vie quotidienne a été observée au fil du temps, confirmant la première hypothèse. Ensuite, on a constaté une diminution significative du nombre de participants remplissant les critères du TSPT à la fin du traitement, ce qui confirme la deuxième hypothèse. De même, les problèmes émotionnels et comportementaux ont diminué au fil du temps et les résultats ont été maintenus lors du suivi à trois mois, confirmant les hypothèses. Les résultats concernant le SDQ doivent être interprétés avec prudence en raison de la faible cohérence interne de plusieurs sous-échelles. Il convient de noter que des alphas faibles du SDQ ont également été constatés dans des études antérieures (voir par exemple Theunissen et al., 2016).

Il convient toutefois de noter qu’en raison de la nature préliminaire de notre étude (par exemple, l’absence de groupe de contrôle), les résultats doivent être interprétés avec prudence. Nos résultats sont plus ou moins en accord avec ceux trouvés dans les études sur le traitement intensif des traumatismes incluant des enfants ayant un BIF ou une intelligence (supérieure) à la moyenne (voir Matulis et al., 2014 ; Silverstone et al., 2016). Cependant, la réduction en pourcentage du nombre d’enfants présentant un diagnostic de TSPT au fil du temps dans notre étude était inférieure à celle rapportée dans l’étude de Hendriks et al. (2017). Il reste à évaluer comment cela peut s’expliquer.

Tous les participants ont terminé l’intervention et il n’y a eu aucun abandon, ce qui est en accord avec les taux d’abandon rapportés par Hendriks et al. (2017) et Silverstone et al. (2016) et qui était beaucoup plus faible que l’abandon rapporté par Matulis et al. (2014). Une explication possible est la durée plus courte du traitement dans notre étude. Dans les études avec des participants adultes, ce résultat s’explique par le fait qu’une fréquence de traitement plus élevée offre peu ou pas d’opportunité d’évitement (voir Hendriks, de Kleine, Broekman, Hendriks, & van Minnen, 2018 ; Szafranski, Smith, Gros, & Resick, 2017). Le cadre clinique pourrait également expliquer le faible taux d’abandon, car les participants n’avaient pas besoin de se rendre au centre de traitement.

Le programme de traitement a semblé être sûr car aucun événement indésirable ou comportement à risque n’a pu être observé chez les participants. Ceci est en accord avec les résultats d’études menées sur des adultes (De Jongh et al., 2016) et des enfants (Hendriks et al., 2017), et qui suggèrent qu’une stabilisation avant le traitement du traumatisme n’est pas nécessaire. De plus, l’environnement sensible aux traumatismes aurait pu prévenir les événements indésirables, ce qui nécessite une enquête plus approfondie. Une limitation peut être le fait que nous n’avons pas surveillé la fréquence et l’intensité des événements indésirables par des moyens plus objectifs (par exemple, par des observations systématiques dans le cadre naturel).

On a constaté une réduction significative du nombre de symptômes et des changements dans les cognitions et l’humeur (mais pas pour les autres variables) entre l’admission et le début du traitement. Ce résultat peut s’expliquer par le fait que l’entretien du DITS-ID peut fonctionner comme une psycho-éducation sur le traumatisme, par laquelle les participants apprennent à comprendre la relation entre les événements qu’ils ont vécus et les plaintes résultant de ces événements. En outre, un traitement à venir peut donner aux participants l’espoir d’une amélioration.

Une caractéristique forte de notre étude est l’utilisation du DITS-ID qui s’est avéré fiable et valide pour une utilisation chez les enfants et les adolescents atteints de MID-BIF (Mevissen, Didden, Korzilius et al., 2016), car des instruments réalisables et solides sur le plan psychométrique font souvent défaut pour ce groupe cible. Cependant, l’étude présente également un certain nombre de limites dont le manque de contrôle est la plus importante. En raison de l’absence d’un groupe de contrôle, nous ne pouvons pas conclure que l’intervention est responsable des résultats et non d’autres facteurs (par exemple, la maturation). Une deuxième limite est que nous n’avons pas comparé notre programme de traitement directement avec un autre format de traitement pour démontrer la valeur du format de traitement intensif. De plus, en raison du petit nombre de participants, nous n’avons pas été en mesure d’explorer l’influence de l’âge des participants, du type de traumatisme et de la gravité du SSPT sur les résultats du traitement. Enfin, nous ne savons pas quel élément (EP, EMDR, activation physique, environnement sensible aux traumatismes) du programme de traitement a contribué aux résultats. Des recherches futures sont nécessaires pour reproduire l’étude actuelle, utiliser un groupe témoin et recueillir des données de suivi sur une plus longue période.

Malgré ces limites et les suggestions de recherches futures, nous pouvons conclure que les résultats de cette étude pilote sont prometteurs. Le programme actuel de traitement clinique intensif s’est avéré faisable et sûr pour les enfants et les adolescents atteints de TSPT et est associé à une diminution des symptômes de TSPT et des symptômes résultant des ACEs.

Lire l’article Traitement clinique intensif du traumatisme pour les enfants et les adolescents présentant une déficience intellectuelle légère ou un fonctionnement intellectuel limite : Une étude pilote complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Traitement clinique intensif du traumatisme pour les enfants et les adolescents présentant une déficience intellectuelle légère ou un fonctionnement intellectuel limite : Une étude pilote :

auteurs : Ooms-Evers, M., van der Graaf-Loman, S., van Duijvenbode, N., Mevissen, L., & Didden, R.
titre en anglais : Intensive clinical trauma treatment for children and adolescents with mild intellectual disability or borderline intellectual functioning: A pilot study
publié dans : Res Dev Disabil, 117, 104030
doi :10.1016/j.ridd.2021.104030

Formation(s) : Cursus de formation EMDR enfants
Dossier(s) : Dossier EMDR avec les enfants et adolescents