Traitement de la phobie des vols (aviophobie) par l’EMDR

Traitement de la phobie des vols (aviophobie) par l’EMDR

Une recherche de Lapsekili et Yelboga sur le thème Traitement de la phobie des vols (aviophobie) par l’EMDR, publié dans le The Journal of Psychiatry and Neurological Sciences, en 2014

Résumé

Traitement de la phobie du vol (aviophobie) par la méthode de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR): rapport de cas

Tous les individus phobiques, lorsqu’ils sont confrontés à la situation phobique, ressentent une peur évidente, sévère, persistante et irrationnelle. La présence d’expériences traumatiques n’est pas nécessaire dans l’étiologie des phobies. Même s’il existe de nombreux patients n’ayant aucune expérience traumatique dans l’histoire, s’il existe un événement traumatique détectable dans l’histoire, le traitement par EMDR semble être une bonne option pour le traitement. En outre, bien qu’il n’y ait pas d’événement traumatique au début , après la formation de la peur phobique, chaque rencontre avec un objet phobique, même l’idée, peut être considérée comme un événement traumatisant. Ceci soutien que l’EMDR peut être une option pour le traitement des phobies. Dans cet article, nous présentons le traitement EMDR d’un cas qui a provoqué une secousse de l’aéronef pendant un vol en raison d’une turbulence et qui a ensuite développé une anxiété de vol et ne pouvait pas monter dans un avion. Dans le cadre du protocole défini par Shapiro, trois sessions EMDR, d’une durée d’une heure environ, ont été appliquées en traitement. Et il a été observé que la peur phobique et l’évitement du patient ont disparu. Par conséquent, l’EMDR peut être considéré comme une option de traitement dans plusieurs conditions cliniques pouvant survenir après les expériences du conditionnement passé.

Introduction

Tous les individus phobiques, confrontés à la situation phobique, ressentent une peur évidente, sévère, persistante et irrationnelle. Face au stimulus phobique, l’anxiété commence et sa sévérité varie en fonction du degré de proximité et de la facilité à éviter de ce stimulus (1). De nos jours, les vols commerciaux sont l’une des activités les plus fiables. Statistiquement, deux événements et demi se produisent en moyenne chaque million d’heures de vol. Sur ces deux événements et demi, seuls moins de deux sur dix aboutissent à la mort (2,3). Cependant, malgré ces faits liés à la sécurité, l’aviophobie est assez commun. Même si les critères de diagnostic ont changé, par exemple, la prévalence au cours de la vie de 2,5% a été détectée dans une étude réalisée auprès de 7076 adultes allemands randomisés en utilisant les critères du DSM-III (2,4).

Une anxiété sévère et un sentiment de honte sont associés au processus de fuite chez les patients atteints d’aviophobie. Le comportement d’évitement est un résultat naturel de cette crainte et cet évitement peut conduire à des désaccords dans les relations interpersonnelles (2). Outre les défis individuels, cette phobie peut être préjudiciable à la carrière professionnelle des particuliers, surtout lorsqu’ils doivent parcourir de longues distances pour leur travail (5,6).

Dans le traitement de phobies spécifiques; la pharmacothérapie, les thérapies comportementales et les thérapies cognitives sont utilisées (7). Les expériences traumatiques peuvent également entrainer le développement des phobies et, s’il existe une expérience traumatisante qui peut être identifiée, l’EMDR semble être une bonne option de traitement. D’autre part, même s’il n’y a pas eu d’expérience traumatique au début, après la formation d’une peur phobique, chaque rencontre avec un objet phobique et même son idée peut être discutée en tant que cas traumatique (8). Cela signifie que l’EMDR peut constituer un choix thérapeutique dans le traitement des phobies. Dans cet article, le traitement par EMDR d’un patient atteint d’aviophobie est présenté.

Cas

Une patiente mariée âgée de vingt-six ans, mariée, a été définie comme une personne généralement patiente, silencieuse et calme, et a indiqué qu’elle tentait d’éviter les situations stressantes.

Aucune histoire de maladie ou d’utilisation de médicament n’a été rapportée dans les antécédents médicaux. Selon sa définition, elle a grandi avec un frère plus jeune dans une famille sensible et tolérante. Il n’y avait aucune histoire d’abus sexuel ou émotionnel.

La patiente a précisé qu’elle craignait de ne pas pouvoir voler et qu’elle n’avait pas pu voler pendant près d’un an lorsqu’elle avait demandé à bénéficier du traitement. Elle a dit qu’elle voyageait toujours en avion lorsque c’était possible. Elle a déclaré que l’avion avait rencontré des turbulences il y a un an lors de son dernier vol et qu’elle avait l’impression que l’avion allait s’écraser. Elle a alors ressenti une grande peur. Ensuite, elle a essayé de monter dans un avion. et, même s’il n’y avait aucune mésaventure dans ce vol, elle a dit qu’elle était stressée pendant tout le vol, elle ne pouvait pas poser ses pieds sur le sol – elle y a déposé son bagage à main et a posé  ses pieds sur le bagage à main-, elle tenait les accoudoirs très serrés, avait des palpitations douloureuses et une difficulté à respirer, elle a eu peur pendant tout le vol, même si la passagère à côté d’elle a dormi pendant le vol et qu’elle n’a plus jamais pris l’avion par la suite. Elle a cherché un emploi dans le secteur privé. Cependant, elle ressentait de l’inquiétude car cette condition pouvait constituer un obstacle. Par conséquent, elle était à la recherche d’un traitement en déclarant que cette affection était source de difficultés et de conflits dans la vie de son mari, son mari ne voyageant que par avion.

Les entretiens de diagnostic SCID-I et SCID-II ont été appliqués dans l’évaluation psychiatrique du patient. Aucune pathologie de la personnalité n’a été détectée dans l’axe II. Son état dans Axe I était conforme à une phobie spécifique, un sous-type de situation. Il a été décidé de commencer le traitement du patient avec le diagnostic de l’aviophobie

Traitement

Le traitement a été mis en œuvre par un thérapeute expérimenté qui a terminé la formation de deuxième niveau sur l’EMDR. Le protocole de phobie défini par Shapiro (9) et dont les étapes précisées ci-dessous ont été mises en œuvre:

1. Enseigner les procédures de maîtrise de soi pour faire face à la peur vécue;

2. Cibler les éléments suivants et les retraiter:

a) les événements du processeur responsables de la phobie,

b) la première fois que la peur a été vécue,

c) les expériences les plus troublantes,

d) la dernière fois que la peur a été vécue,

e) tout autre stimulus lié à cette peur,

f) sensations physiques ou autres indications liées à la peur;

3. placer un modèle positif;

4. faire un accord pour entrer en acte;

5. Demander au patient de regarder une vidéo mentale de tout cela et de traiter à nouveau le problème;

6. Effectuer le retraitement des cibles déterminé entre les sessions.

La patiente a été informée de l’EMDR et son approbation a été prise. Dans la mise en œuvre de l’EMDR; il est nécessaire d’enseigner à la patiente les techniques de maîtrise de soi afin de faire face à la sensation de trouble et / ou aux pensées qui pourraient en découler, car le processus se poursuivra entre les séances. Un lieu sûr / calme a été déterminé avec le patient dans ce contexte.

Dans la mise en œuvre de l’EMDR, il est nécessaire d’enseigner à la patiente les techniques de maîtrise de soi afin de faire face à la sensation de trouble et / ou aux pensées qui pourraient en découler, car le processus se poursuivra entre les séances. Un emplacement fiable a été déterminé avec le patient dans ce contexte.

La première, la pire et la dernière expérience du patient ont été déterminées. La première et la pire expérience étaient les mêmes. Il a été décidé de commencer le traitement avec cette mémoire. Elle a déclaré qu’elle avait pris l’avion par la suite. cela a été pris comme la dernière expérience. La patiente a été priée de définir la meilleure image représentant la mémoire du voyage en avion où elle a connu l’aviophobie. L’image qu’elle a choisie est le moment où l’avion a traversé la turbulence et elle a eu l’impression que l’avion allait s’écraser et qu’ils allaient mourir. On lui a demandé quelle était la meilleure expression pour la définir lorsqu’elle a pensé à ce moment traumatisant et s’est regardée dans cette image (cognition négative; «je suis désespéré»). En outre, elle a été interrogée sur sa cognition positive qui pourrait remplacer la cognition négative. On lui a demandé de noter sa cognition positive de 1 à 7 [(Validité de la cognition) où 1 était «complètement faux» et 7 était «tout à fait correct»]. La crédibilité de la cognition positive pour le patient était de 2 entre 1 et 7.

Au cours des deux premières séances du traitement, il a été demandé au patient de réfléchir à un événement traumatique – avec CN -, aux somatosens pertinents et à la place des somatosens. Lorsqu’on a demandé à la patiente de noter le degré de détresse de 0 à 10 (0 signifiant «Je ne ressens aucune détresse» et 10, «C’est la détresse la plus grave que j’ai jamais eu»), elle a déclaré ressentir cette détresse au niveau 9

On a demandé à la patiente de suivre avec les yeux les mouvements du doigt du thérapeute sans bouger sa tête en libérant toute pensée, image, sensation et sensation qu’elle ressentait dans son cerveau et son corps. Quelques pauses ont été prises afin de permettre à la patiente de définir ce qu’elle a réalisé après chaque série. Entre les stimulations bidirectionnelles; la patiente a réalisé des événements, des images et des sensations en relation avec le vol où elle avait expérimenté pour la première fois sa phobie et son vol suivant. Comme recommandé dans le traitement EMDR, aucun commentaire n’a été fait à leur sujet.

La stimulation bidirectionnelle a commencé à être donnée par des mouvements oculaires car la préférence du patient était sur cette voie (la stimulation bidirectionnelle peut être visuelle, auditive et tactile et chacune d’elles est appelée comme canal dans la terminologie EMDR). Quand  le canal était bloqué, les canaux de sensation de sensation corporelle-pensée ont été balayés; là où le blocage se poursuivait, il était transmis à un stimulus tactile par des mouvements oculaires ou la vitesse de stimulation bidirectionnelle était modifiée.

Au cours de la troisième séance, la patiente a déclaré qu’elle avait ressenti un effet positif après la séance précédente et souhaitait poursuivre les séances d’EMDR. (…) télécharger et lire la suite de l’article en anglais

Référence de cette recherche

Lapsekili, N., & Yelboga, Z. (2014). Treatment of flight phobia (aviophobia) through the eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) method: A case report. Düşünen Adam The Journal of Psychiatry and Neurological Sciences, 27, 168-172.  doi:10.5350/DAJPN2014270211

Télécharger l’article Traitement de la phobie des vols (aviophobie) par l’EMDR complet en anglais

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *