Traitement des anciens combattants en EMDR

Traitement des anciens combattants en EMDR

Vous trouverez ci-dessous les principales recherches sur le Traitement des anciens combattants en EMDR.

Mise à jour : mars 2018

Comme indiqué dans les directives de pratique de l’American Psychiatric Association (2004, p.18), avec l’EMDR « le matériel traumatique n’a pas besoin d’être verbalisé». Étant donné la réticence de nombreux anciens combattants à divulguer les détails de leur expérience, ce facteur est pertinent pour la volonté de commencer le traitement, la rétention et les gains thérapeutiques. C’est peut-être l’un des facteurs responsables de la rémission inférieure et du taux de décrochage plus élevé noté dans cette population lorsque des techniques de TCC sont utilisées.

Carlson et al. (1998) ont signalé qu’après douze séances de traitement, 77,7% des vétérans de combat ne répondaient plus aux critères du TSPT. Il n’y a eu aucun abandon et les effets ont été maintenus au suivi de 3 et 9 mois. De plus, l’analyse de Silver et al. (1995) du programme PTSD d’un patient hospitalisé (n = 100) a montré que l’EMDR était supérieur à l’entraînement par biofeedback et relaxation dans sept des huit mesures. Toutes les autres études randomisées sur les anciens combattants ont utilisé des doses de traitement insuffisantes pour évaluer les résultats du TSPT (par exemple, deux séances, voir ISTSS, 2000, DVA / DoD, 2005). Un temps de traitement suffisant doit être utilisé pour les anciens combattants polytraumatisés (par exemple, voir ci-dessous : Russell et al., 2007). Cependant, dans une analyse de processus, Rogers et al. (1999) ont comparé une séance d’EMDR et une thérapie d’exposition avec des anciens combattants hospitalisés, et un modèle de récupération différent a été observé. Le groupe EMDR a démontré une diminution plus rapide de la détresse autodéclarée (par exemple, les taux de SUD diminuaient avec l’EMDR et augmentaient avec l’exposition).

Comme indiqué dans les American Psychiatric Practice Guidelines (2004, p.36), si considéré comme une thérapie d’exposition, “EMDR emploie des techniques qui peuvent donner au patient plus de contrôle sur l’expérience d’exposition (puisque EMDR est moins dépendante d’un compte verbal) et fournit des techniques pour réguler l’anxiété dans les circonstances appréhendées du traitement d’exposition. Par conséquent, il peut s’avérer avantageux pour les patients qui ne peuvent tolérer une exposition prolongée ainsi que pour les patients qui ont des difficultés à verbaliser leurs expériences traumatiques. Des comparaisons de l’EMDR avec d’autres traitements dans de plus grands échantillons sont nécessaires pour clarifier de telles différences. ”

Une telle recherche est fortement recommandée. De plus, étant donné que l’EMDR n’utilise aucun devoir pour atteindre ses effets, il peut être particulièrement adapté à l’atténuation des symptômes de première ligne (voir Russell, 2006). En outre, les problèmes de douleur somatique et chronique courants vécus par les vétérans de combat indiquent le besoin de recherches supplémentaires basées sur les rapports de Russell (sous presse), Schneider et al., (2007 et sous presse) et Wilensky (2007), qui démontrent EMDR capacité à traiter avec succès la douleur des membres fantômes (voir aussi Ray & Zbik, 2001). La capacité de l’EMDR à traiter simultanément le SSPT, la dépression et la douleur peut présenter des avantages distincts pour le traitement DVA / DoD.

Ce qui suit contient d’autres informations cliniquement pertinentes pour le traitement des anciens combattants, y compris les paramètres de thérapie.

Carlson, J., Chemtob, C.M., Rusnak, K., Hedlund, N.L, & Muraoka, M.Y. (1998).  Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR): Treatment for combat-related post-traumatic stress disorder. Journal of Traumatic Stress, 11, 3-24.

Cook, J.M., Biyanova, T., & Coyne, J.C. (2009). Comparative case study of diffusion of eye movement desensitization and reprocessing in two clinical settings: Empirically supported treatment status is not enough.  Professional Psychology: Research and Practice, 40, 518–524.

Errebo, N. & Sommers-Flanagan, R. (2007).  EMDR and emotionally focused couple therapy for war veteran couples. In F. Shapiro, F. Kaslow, & L. Maxfield (Eds.)  Handbook of EMDR and family therapy processes. New York: Wiley

Lipke, H. (2000). EMDR and psychotherapy integration. Boca Raton, FL: CRC Press.

McLay, R. N., Webb-Murphy, J. A., Fesperman, S. F., Delaney, E. M., Gerard, S. K., Roesch, S. C., Nebeker, B. J., Pandzic, I., Vishnyak, E. A., & Johnston, S. L. (2016, March 10). Outcomes from eye movement desensitization and reprocessing in active-duty service members with posttraumatic stress disorder. Psychological Trauma: Theory, Research, Practice, and Policy. Advance online publication. http://dx.doi.org/10.1037/tra0000120.

Russell, M. (2006). Treating combat-related stress disorders: A multiple case study utilizing eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) with battlefield casualties from the Iraqi war. Military Psychology, 18, 1-18.

Russell, M. (2008). Treating traumatic amputation-related phantom limb pain:  A case study utilizing eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) within the armed services. Clinical Case Studies, Clinical Case Studies, 7, 136-153

Russell, M.C. (2008). War-related medically unexplained symptoms, prevalence, and treatment: utilizing EMDR within the armed services. Journal of EMDR Practice and Research, 2, 212-226.

Russell, M.C. (2008). Scientific resistance to research, training and utilization of eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) therapy in treating post-war disorders Social Science & Medicine, 67, 1737–1746.

Russell, M.C., & Silver, S.M. (2007).  Training needs for the treatment of  combat-related posttraumatic stress disorder. Traumatology, 13, 4-10.

Russell, M.C., Silver, S.M., Rogers, S., & Darnell, J. (2007). Responding to an identified need: A joint Department of Defense-Department of Veterans Affairs training program in eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) for clinicians providing trauma services. International Journal of Stress Management, 14, 61-71.

Russell, M.C. & Figley, C.R. (2012). Treating traumatic stress injuries in military personnel: An EMDR practitioner’s guide. New York: Routledge.

Silver, S.M. & Rogers, S. (2002). Light in the heart of darkness: EMDR and the treatment of war and terrorism survivors. New York: Norton.

Silver, S.M., Rogers, S., & Russell, M.C. (2008).  Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) in the treatment of war veterans. Journal of Clinical Psychology: In Session, 64, 947—957.

Wesson, M. & Gould, M. (2009). Intervening early with EMDR on military operations: A case study. Journal of EMDR Practice and Research, 3, 91-97


En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *