Traitement des traumatismes et accès à nos capacités : l’EMDR. Un protocole encore trop méconnu

Un dossier Traitement des traumatismes et accès à nos capacités : l’EMDR. Un protocole encore trop méconnu, de Kim-Anh Lim, publié dans le magazine Nexus, n° 131, novembre-décembre 2020

Dans ce dossier d’une quinzaine de pages, Kim-Anh Lim nous raconte l’histoire de l’EMDR, et nous explique ce qu’est un TSPT.
Elle s’interroge sur le fonctionnement de l’EMDR, aborde le thème de la biochimie du traumatisme, nous explique le rôle du sommeil dans la consolidation à long terme des souvenirs… Elle parle également de la durée du traitement, de l’importance de choisir un thérapeute formés et certifiés… et détaille les 8 phases de la thérapie EMDR.

Extraits

Des mouvements oculaires capables de nous délivrer de traumatismes (anciens ou récents, et plus ou moins graves) ou nous permettre d’accéder à nos compétences et de les développer pleinement, cela semble trop beau pour être vrai, et pourtant, ça existe ! Aucune thérapie n’a été aussi étudiée, évaluée et vérifiée que l’EMDR

(…)

Pour quelles souffrances ?

Les événements traumatisants majeurs sont les guerres, les catastrophes naturelles, les attentats, les viols, les accidents, la maltraitance, un deuil important, l’annonce d’une grave maladie, etc. Mais, il y en a d’autres, « petits », qui eux aussi laissent des traces durables : un échec, une humiliation, une séparation, une trahison, un déménagement, une parole malencontreuse, etc.

L’EMDR s’intéresse autant aux grands qu’aux petits traumatismes, tout comme elle s’applique, sans qu’il y ait de traumatismes précis, aux cas de dépression, de phobie, d’anxiété, de sentiments autodé-préciatifs, etc.

Francine Shapiro cite l’exemple d’une femme enceinte terrorisée à l’idée d’accoucher. Au cours de la thérapie, il est apparu que cette peur remontait à l’enfance, à la peur de vieillir prématurément comme sa mère, qui avait eu huit enfants ». Finalement, la future accouchée mit au monde sans difficulté son enfant.

Une revue clinique rapporte que « sur sept personnes venues en thérapie persuadées que leur aspect physique avait quelque chose d’horrible, cinq se sont aperçues que cette conviction était construite sur l’impact émotionnel d’une insulte déplacée. Elles ont été traitées avec succès en trois séances d’EMDR ».

Se libérer de nos entraves

Imaginez que vous puissiez faire une petite incursion dans le passé pour transformer ce qui vous a fait souffrir ou vous a handicapé pendant des années. C’est un peu ce que permet l’EMDR, car en retraitant les informations traumatiques, il arrive qu’on change aussi la représentation que l’on a de soi-même, et « quand on modifie les souvenirs sous-jacents à la représentation qu’on a de soi-même, on change aussi la façon dont on regarde les autres. Et ses relations, sa carrière professionnelle, ce qu’on a envie de faire ou de ne pas faire, tout se modifie dans un sens positif.

Forte de son expérience, Francine Shapiro affirme que « l’apprentissage accéléré qui se produit avec l’EMDR ne sert pas qu’à passer du fonctionnel au dysfonctionnel : « on peut également passer du fonctionnel à l’exceptionnel. Jusqu’où pourrions-nous tous aller si nous élaborions d’anciens souvenirs d’échecs et d’humiliations, et si nous ouvrions notre esprit à ses capacités de grandes réussites ? »
Quant à ceux qui pourraient penser que leurs souffrances sont la source de leur création, Francine Shapiro répond que des « artistes qui ont utilisé l’EMDR pour soigner un deuil traumatique rapportent qu’ils se sentent plus créatifs, parce qu’ils sont plus disponibles pour expérimenter des nouveautés ».

Nos blocages peuvent être variés :
Jenny était gymnaste, mais aussi joueuse de tennis. Un jour, en affrontant son père, elle eut une douleur à l’épaule qui la contraignit à arrêter de taper dans une balle. L’EMDR lui a permis de comprendre qu’elle bloquait ses propres compétences, sinon elle aurait battu son père qui n’aimait pas perdre.
Il y a aussi l’histoire de ce prêtre de 60 ans à l’aube de prendre de grandes responsabilités, mais qui secrètement batailla toute sa vie contre une piètre image de lui-même qui allait le handicaper, c’est certain, dans ses nouvelles fonctions. Sa thérapie lui permit de remonter à son pire souvenir : son père agressait sa mère, et l’enfant qu’il était, incapable de défendre cette dernière, s’était caché derrière le poêle, scellant son sentiment d’impuissance pour les décennies à venir.

Applications

La capacité de l’EMDR à nous transformer permet d’acquérir ou de perfectionner une compétence ou de se défaire de comportements pathologiques. De ce fait, on trouve des applications de ce protocole dans des domaines très divers. Coachs et entraîneurs en tout genre y ont recours pour aider des sportifs, des musiciens ou des cadres d’entreprise. Des associations humanitaires l’utilisent dans des pays éprouvés (attentats, tremblements de terre, etc.) ou comme aide à l’assistance sociale (délinquance, violence conjugale, pédophilie, etc.).

En savoir plus

Acheter le magazine sur le site du magazine Nexus, n° 131, novembre-décembre 2020

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *