Traitement en une seule séance de l’anxiété au test avec l’EMDR

Traitement en une seule séance de l’anxiété au test avec l’EMDR

Une recherche de Louise Maxfield et W. T. Melnyk sur le Traitement en une seule séance de l’anxiété au test avec l’EMDR, publiée dans l’International Journal of Stress Management, Vol. 7, No. 2, en 2000.

Résumé

Une séance d’EMDR semblait être un traitement efficace pour l’anxiété au test, réduisant la détresse physiologique, l’inquiétude et les craintes d’une évaluation négative. La conception de la recherche comportait deux éléments : une étude comparative comparant les groupes de traitement immédiat et de liste d’attente et une étude de réplication comparant la réponse au traitement des groupes immédiat et différé (liste d’attente traitée). Dix-sept étudiants universitaires anxieux ont été assignés au hasard à une session d’EMDR ou de liste d’attente. Lors du post-test, le groupe Immediate a montré une amélioration significative, par rapport au groupe de la liste d’attente, pour l’inventaire des angoisses de test (TAI) et l’échelle d’évaluation de la peur du négatif. Les effets du traitement ont été maintenus au suivi. Lors que les mesures postérieures ont été effectuées, le groupe de la liste d’attente a reçu un traitement. Traitement des effets différés du groupe différé. L’amélioration s’est traduite par des tailles d’effet de traitement importantes et une diminution du classement en centile sur le TAI du 90ème au 50ème centile.

Participants

Quarante-quatre étudiants en deuxième année de psychologie ont participé au processus de sélection. On a demandé aux étudiants de s’exclure de la participation s’ils remplissaient l’un des critères suivants : problèmes de vision, épilepsie, grossesse, déficience neurologique, psychose, troubles dissociatifs ou dépression majeure. Quatre étudiants n’ont pas terminé les tests de pré-traitement. Les autres critères d’exclusion étaient des scores inférieurs à 50 pour le TAI (Spielberger, 1980), soit 0,5 DS au-dessus de la moyenne des étudiants, et des scores supérieurs à 30 pour l’Échelle des expériences dissociatives (DES) (Bernstein & Putnam, 1986), indiquant un trouble dissociatif possible. Dix-huit étudiants ont été exclus pour leurs faibles scores (moyenne de 38,7) sur le TAI et 5 étudiants pour leurs meilleurs scores au DES (moyenne de 38,9). Dix-sept étudiants (2 garçons et 15 filles) ont participé à l’expérience et ont été assignés au hasard à des groupes de traitement immédiat (n 4 8) ou de traitement différé (n 4 9). Une femme de chaque groupe n’a pas terminé les tests Time 2. Quinze sujets ont terminé le processus expérimental. (..) lire la suite de cette recherche an anglais

Référence de cette recherche

sur le Traitement en une seule séance de l’anxiété au test avec l’EMDR : Maxfield, L., & Melnyk, W. T. (2000). International Journal of Stress Management, 7(2), 87–101. doi:10.1023/a:1009580101287

Lire l’article Traitement en une seule séance de l’anxiété au test avec l’EMDR complet en anglais : maxfield Single Session Treatment of Test Anxiety with Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR) 2000

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *