Traitements de la dépression axés sur les traumatismes. Une revue systématique et une méta-analyse

Un article Traitements de la dépression axés sur les traumatismes. Une revue systématique et une méta-analyse, de Dominguez, S. K., Matthijssen, S. J. M. A., & Lee, C. W., publié dans PLoS One

 

Les auteurs concluent par «  les résultats de cette méta-analyse soutiennent l’utilisation de l’EMDR comme approche prometteuse pour le traitement des symptômes dépressifs »

 

Article publié en anglais – accès libre en ligne

 

Résumé

 

Contexte

Les traitements axés sur les traumatismes (TFT) ont démontré leur efficacité à réduire les symptômes dépressifs chez les personnes atteintes du TSPT. Cette revue systématique et méta-analyse ont évalué l’efficacité des TFT pour les personnes souffrant de dépression comme principale préoccupation.

 

Méthodes

Une recherche systématique a été menée pour les ECR publiés avant octobre 2019 dans Cochrane CENTRAL, Pubmed, EMBASE, PsycInfo et d’autres sources. Les essais examinant l’impact des TFT sur les participants souffrant de dépression ont été inclus. Les essais portant sur des personnes souffrant de TSPT ou d’un autre problème de santé mentale ont été exclus. Le critère de jugement principal était la taille de l’effet pour le diagnostic de dépression ou les symptômes dépressifs. L’hétérogénéité, la qualité des études et les biais de publication ont également été explorés.

 

Résultats

Onze ECR ont été inclus (n = 567), dix d’entre eux utilisant l’EMDR comme TFT et un utilisant le rescripting d’images. L’analyse a suggéré que ces TFT étaient efficaces pour réduire les symptômes dépressifs après le traitement avec une grande taille d’effet [d = 1,17 (IC à 95 % : 0,58 ~ 1,75)]. L’élimination d’une valeur aberrante a vu la taille de l’effet rester importante [d = 0,83 (IC à 95 % : 0,48 ~ 1,17)], tandis que l’hétérogénéité a diminué (I2 = 66 %).

L’analyse des 10 études utilisant l’EMDR a également montré un effet important [d = 1,30 (IC à 95 % : 0,67 ~ 1,91)]. L’EMDR était supérieur à la TCC non axée sur les traumatismes [d = 0,66 (IC à 95 % : 0,31 ~ 1,02)] et l’analyse des études d’EMDR et de rescripting d’imagerie suggère une supériorité par rapport aux conditions de contrôle inactif [d = 1,19 (IC à 95 % : 0,53 ~ 1,86) ]. L’analyse des données de suivi a également soutenu l’utilisation de l’EMDR avec cette population [d = 0,71 (IC à 95 % : 1,04~0,38)]. Aucun biais de publication n’a été identifié.

 

Conclusions

Les preuves actuelles suggèrent que l’EMDR peut être un traitement efficace pour la dépression. Il n’y avait pas suffisamment d’ECR sur d’autres interventions axées sur les traumatismes pour conclure si les TFT en général étaient efficaces pour traiter la dépression. Des études plus importantes avec une méthodologie robuste utilisant l’EMDR et d’autres interventions axées sur les traumatismes sont nécessaires pour s’appuyer sur ces résultats. 

 

Extraits 

 

Introduction 

 

On estime que plus de 264 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression, l’Organisation mondiale de la santé déclarant qu’il s’agit actuellement de la principale cause de morbidité dans le monde [1, 2]. Malgré la nature omniprésente de ce trouble et un corpus substantiel de preuves consacrées à la compréhension et à l’élaboration des meilleures pratiques d’intervention psychologique, environ 40 % des personnes souffrant de dépression ne réagissent pas positivement à ces traitements fondés sur des preuves [3]. Dans une méta-analyse sur les effets des psychothérapies pour le trouble dépressif majeur (TDM), 62 % des patients ne répondaient plus aux critères du TDM [4]. Cependant, 43% des participants en conditions de contrôle et 48% des personnes en conditions de soins habituels ne répondaient également plus aux critères des diagnostics. Cela suggère que la valeur ajoutée de la psychothérapie est de 14 % [4]. De plus, parmi les personnes qui se rétablissent, plus de la moitié sont susceptibles de rechuter dans les années suivant la réception de ces interventions [5]. Bien que ces taux de rechute puissent refléter la nature épisodique du trouble [6], une enquête plus approfondie sur les interventions fondées sur des preuves est justifiée.

 

Les causes de la dépression et les facteurs qui entretiennent ce trouble sont susceptibles d’être nombreux. Un facteur prédisposant à la dépression identifié à plusieurs reprises dans la littérature est l’expérience d’événements de vie aversifs dans l’enfance [7, 8]. Les personnes qui identifient de tels événements sont susceptibles d’avoir des symptômes dépressifs plus sévères et une réponse plus faible aux traitements fondés sur des preuves par rapport à celles qui n’identifient pas d’antécédents d’adversité [9]. Ces adversités peuvent également être impliquées dans la perpétuation des symptômes dépressifs. La nature de ces adversités qui impactent le fonctionnement ultérieur est variée et subjective [10]. Pour un diagnostic de TSPT, l’expérience indésirable doit impliquer une blessure réelle ou une menace de mort ou une agression sexuelle [11, 12]. Cependant, ce critère restreint ne permet pas toutes les adversités qui causent une détresse ou une déficience continue [10, 13]. Par exemple, il existe des preuves que d’autres événements objectivement moins graves, tels que l’intimidation ou la négligence, ont également un impact psychologique durable [10, 14].

 

Alors que le lien entre la dépression et l’adversité est bien établi [8, 9], comment atténuer l’impact de ce lien chez les personnes souffrant de dépression, en l’absence de TSPT, est moins clair. Une façon d’étudier cela est d’examiner les symptômes liés à ces adversités qui peuvent entretenir la dépression. Un de ces symptômes est l’existence de souvenirs intrusifs [15-17]. Dans une méta-analyse récente, il a été constaté que les adultes souffrant de dépression éprouvaient des souvenirs intrusifs plus fréquemment que les témoins sains et à une fréquence similaire à celle des adultes atteints de TSPT [16]. De plus, dans une autre méta-analyse, la fréquence et l’aversion de ces souvenirs se sont avérées être associées à la gravité de la dépression d’un patient [18]. Il existe des preuves que les personnes ayant des souvenirs intrusifs s’engagent souvent dans des stratégies problématiques telles que l’évitement ou la rumination sur l’événement ou les pensées et émotions associées, ce qui maintient en outre les symptômes dépressifs [18-20]. L’évitement peut être cognitif, comportemental ou expérientiel, tandis que la rumination est définie comme une pensée négative répétée, incontrôlable et auto-centrée liée au passé [16, 18, 21]. L’évitement et la rumination des souvenirs intrusifs sont fortement corrélés au diagnostic et à la gravité de la dépression, et à un pronostic plus sombre [17, 18, 21, 22]. Par conséquent, il semble plausible de cibler ces souvenirs intrusifs et les comportements associés, pour améliorer le traitement de la dépression [16, 18]. 

 

Les traitements axés sur les traumatismes (TFT) sont une gamme de traitements principalement utilisés pour traiter les symptômes du TSPT, y compris les souvenirs intrusifs, les cognitions associées, les émotions et l’évitement expérientiel [23]. Les TFT comprennent l’exposition prolongée, la thérapie cognitivo-comportementale axée sur les traumatismes (TCC), la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR), la thérapie de traitement cognitif, la thérapie cognitive basée sur l’exposition et la rescripting d’images (ImR). L’impact des TFT sur les symptômes dépressifs chez les personnes atteintes du TSPT a été bien documenté [24–27]. Cependant, jusqu’à ces dernières années, l’impact des thérapies traumatiques sur les symptômes dépressifs, en l’absence d’un diagnostic de TSPT, n’a pas été étudié. 

 

Un nombre croissant d’essais cliniques ont été menés pour étudier une gamme de TFT comme traitement de la dépression en dehors d’un diagnostic de TSPT, y compris la thérapie cognitive basée sur l’exposition [28], l’EMDR [29], la TCC axée sur le traumatisme [30] et les ImRs. [31]. En raison du nombre de manuscrits publiés concernant l’utilisation d’un TFT pour la dépression, des revues narratives d’EMDR [32, 33] et d’ImR [34] ont été publiées. Ces revues soulignent que chaque TFT s’est avéré efficace chez les personnes déprimées en l’absence d’un diagnostic de TSPT comorbide. Cependant, au moment de la conception de la présente étude, il n’y avait pas de méta-analyse sur l’efficacité du traitement de la dépression avec un TFT lorsque le TSPT n’était pas le problème présenté.

 

Le but de cet article était de fournir une analyse synthétisée des effets des TFT sur la dépression à ce jour. Il a été émis l’hypothèse que, pour les personnes souffrant de dépression comme principale plainte, celles qui reçoivent un TFT seraient plus susceptibles de présenter une diminution des symptômes dépressifs et une augmentation de la probabilité de rémission que celles qui reçoivent une condition de contrôle. Cette hypothèse a été évaluée via une revue systématique de tous les essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents et une méta-analyse des données regroupées. 

 

Discussion 

 

La méta-analyse actuelle a été menée pour évaluer l’effet des traitements axés sur les traumatismes (TFT) pour les personnes présentant des symptômes de dépression comme principale préoccupation. Sur les 11 études identifiées pour répondre aux critères d’inclusion, dix ont utilisé la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) comme TFT et une a utilisé le rescripting d’imagerie (ImR). Par conséquent, il convient d’être prudent en généralisant les résultats de cet article pour des interventions autres que l’EMDR. Les résultats de l’analyse des onze études soutiennent l’utilisation de ces interventions pour les personnes souffrant de dépression. Les données montrent une grande taille d’effet lors de l’examen des comparaisons pré-post entre dix études (EMDR et ImR) par rapport à toute autre condition (active ou non active), même lorsqu’une valeur aberrante significative a été supprimée. L’analyse des études EMDR sur le changement pré-post traitement pour les personnes souffrant de dépression montre à nouveau un effet important avec ou sans valeur aberrante incluse dans l’analyse. De plus, il semble que les effets de l’EMDR sur les mesures de la dépression se maintiennent même après la fin du traitement. Quatre études ont évalué l’impact continu de l’EMDR sur des périodes de suivi de 1 à 6 mois. La taille de l’effet du traitement était modérée pour cette période de temps. L’analyse du « funnel plot » n’était cohérente avec aucun biais de publication significatif.

 

Sur la base de huit études, la taille de l’effet était importante lorsque les TFT (EMDR et ImR) étaient comparés à un contrôle inactif. Sur les trois études qui ont utilisé un contrôle actif, toutes ont utilisé l’EMDR pour le TFT et la TCC non axée sur les traumatismes comme contrôle actif. L’analyse de l’EMDR par rapport à la TCC a montré que l’EMDR était plus susceptible de diminuer les symptômes dépressifs que la TCC après le traitement, avec un effet modéré. Ceci est important car, bien que la TCC soit recommandée comme traitement psychologique de première intention de la dépression, elle n’entraîne pas la réduction des symptômes souhaitée pour tous les individus. Par conséquent, la preuve qu’il existe une intervention psychologique supplémentaire qui est au moins aussi efficace que la TCC mais qui cible éventuellement différents mécanismes ou facteurs de maintien, tels que les souvenirs intrusifs, est la bienvenue.

 

Trois études ont étudié l’effet des TFT (EMDR) lorsqu’ils sont administrés en complément d’une autre psychothérapie, et les autres ont étudié l’effet des TFT (EMDR et ImR) en tant qu’intervention psychologique autonome. Les deux modes d’intervention se sont avérés efficaces pour réduire les symptômes dépressifs par rapport aux conditions témoins avec une taille d’effet modérée et élevée, respectivement.

 

L’une des principales implications de cette étude est de souligner l’importance d’élargir la définition d’un événement traumatisant au-delà du type de traumatisme nécessaire pour le TSPT, et l’utilisation de TFT pour cibler ces adversités. Cela comprend des expériences considérées comme moins graves, telles que l’intimidation ou la rupture d’une relation, ou des épreuves par omission, telles que la négligence. Dans la majorité des études, les auteurs ont rapporté que les souvenirs choisis pour traiter étaient subjectivement pénibles pour le participant et liés thématiquement aux difficultés actuelles des participants en termes de contenu, d’affect ou de cognitions. L’accent mis sur les événements indésirables comme étiologiquement liés à la psychopathologie actuelle est au cœur de la thérapie des schémas [49]. Dans la théorie des schémas, les expériences de non-satisfaction des besoins essentiels sont considérées comme la base de ce que Young [49] a appelé des schémas inadaptés précoces qui provoquent ensuite un dysfonctionnement tout au long de la vie de la personne. En schéma-thérapie, ces expériences indésirables sont ciblées par des interventions telles que les ImR, le travail sur chaise ou l’EMDR [50].

 

La rareté des ECR utilisant des interventions autres que l’EMDR était surprenante pour les auteurs. Il y avait un article qui a été initialement inclus dans l’étude qui a examiné l’efficacité de la TF CBT par rapport à l’EMDR ; cependant, cela a été exclu car il n’y avait pas de condition de contrôle non traumatique [30]. Ce déficit est particulièrement inattendu en raison de la diversité de la littérature soutenant d’autres TFT [28, 34, 51], y compris un livre récent consacré à la pratique de l’imagerie et des ImR pour traiter la dépression et le trouble bipolaire [52]. En conséquence, d’autres ECR, y compris des études tête-à-tête multi-bras comparant divers TFT avec une condition de contrôle, sont nécessaires. En plus des études d’efficacité, des études de processus sur la façon dont différentes composantes d’autres TFT, telles que la restructuration cognitive ou le changement de comportement, les variables d’effet trouvées pour médier la gravité de la dépression telles que l’évitement et la rumination [18] pourraient s’appuyer davantage sur notre capacité à comprendre l’étiologie et maintien des troubles dépressifs.

 

L’hétérogénéité de plusieurs analyses était grande dans cette étude. Ceci est cohérent avec d’autres méta-analyses des traitements de la dépression [53]. Ceux-ci pourraient être dus à la variation méthodologique mentionnée ci-dessus ou à la diversité des présentations qui peuvent survenir chez les personnes présentant des symptômes dépressifs. En outre, cela peut refléter la diversité des conditions de mise en œuvre et de contrôle des interventions. Cependant, malgré cette diversité, dans certaines analyses, l’hétérogénéité était satisfaisante. Par exemple, après avoir supprimé les valeurs aberrantes, l’effet de l’EMDR par rapport à une condition contrôlée non axée sur les traumatismes était important, même si l’hétérogénéité était modérée. Cela était quelque peu surprenant étant donné que les protocoles de traitement EMDR utilisés dans ces études variaient, tout comme la durée et l’intensité de la session, et la nature des échantillons. Ainsi, il faut être prudent dans l’interprétation de ces résultats, d’autant plus que les résultats présentés dans ces analyses sont principalement basés sur des données d’auto-évaluation. En conséquence, il serait utile de mener d’autres recherches avec des études multi-sites, en utilisant des protocoles similaires, une évaluation administrée par un clinicien et des échantillons similaires pour augmenter la certitude de ces résultats.

 

La présente étude a mis en évidence la réduction substantielle des symptômes chez les personnes présentant un diagnostic de dépression ou des symptômes dépressifs à la suite de TFT ciblant les souvenirs négatifs liés à la symptomatologie actuelle. Parmi les études incluses dans cette analyse, aucune n’impliquait une évaluation formelle du TSPT afin de permettre l’exclusion des personnes ayant un diagnostic de comorbidité. Bien que la plupart des études qui décrivaient les souvenirs ciblés dans la condition de traitement TFT ne répondraient pas aux critères de gravité du TSPT, de futures études évaluant et excluant les personnes ayant un diagnostic de TSPT sont nécessaires pour augmenter la confiance dans l’affirmation selon laquelle le TFT peut être efficace pour diminuer l’humeur à l’extérieur. un diagnostic de TSPT.

 

Il existe plusieurs autres limites dans la présente étude. En plus d’une seule étude non EMDR, un seul article a évalué deux modes de traitement actifs différents. Par conséquent, la généralisabilité des conclusions des méta-analyses au-delà de l’EMDR ou l’efficacité comparative des TFT reste à établir. La plupart des études ont utilisé des témoins inactifs, et celles qui ont utilisé des témoins actifs n’ont utilisé que la TCC non axée sur les traumatismes. En conséquence, l’avantage supplémentaire d’un TFT en général au-delà de la TCC non axée sur le traumatisme pour la dépression ne peut pas être déterminé à partir de cette étude.

 

Bien que nous ayons limité notre revue aux études utilisant des ECR, il y avait une diversité de rigueur méthodique dans les conceptions des études incluses, plusieurs études étant considérées comme présentant un risque élevé de biais. Par exemple, plusieurs des études de l’analyse portaient sur des échantillons relativement petits. De plus, une seule étude a utilisé un entretien clinique évalué par un observateur pour mesurer le changement dans le diagnostic de dépression, les dix autres ont évalué le changement de symptôme avec des inventaires d’auto-évaluation. De futures études de haute qualité évaluant l’efficacité d’une gamme de différents TFT par rapport à une gamme de contrôles avec des résultats, y compris des entretiens cliniques structurés, sont nécessaires.

 

Pour conclure, les résultats de cette méta-analyse soutiennent l’utilisation de l’EMDR comme approche prometteuse pour le traitement des symptômes dépressifs. Il n’y avait pas assez d’ECR pour faire la même recommandation sur les TFT en général. D’autres études portant sur une gamme de TFT (y compris l’EMDR), avec une rigueur méthodologique accrue et des tailles d’échantillons plus importantes, augmenteraient la confiance dans ces conclusions.

 

 

En savoir plus

 

Références de l’article Traitements de la dépression axés sur les traumatismes. Une revue systématique et une méta-analyse :

  • auteurs : Dominguez, S. K., Matthijssen, S. J. M. A., & Lee, C. W.
  • titre en anglais : Trauma-focused treatments for depression. A systematic review and meta-analysis
  • publié dans : PLoS One, 16(7), e0254778.
  • doi : 10.1371/journal.pone.0254778
 

Formation(s) : L’EMDR dans le traitement de la dépression