Traiter les enfants phobiques – comparaison de l’efficacité de l’EMDR et de l’exposition

Traiter les enfants phobiques – comparaison de l’efficacité de l’EMDR et de l’exposition

Une recherche de Peter Muris sur le thème Traiter les enfants phobiques – comparaison de l’efficacité de l’EMDR et de l’exposition, publié dans le Journal of Consulting and Clinical Psychology, en 1998.

Résumé

Cette étude a examiné l’efficacité de l’EMDR et de l’exposition dans le traitement d’une phobie spécifique. Vingt-six enfants phobiques ont été traités au cours de 2 phases de traitement. Au cours de la première phase, qui a duré 2,5 heures, les enfants ont été répartis au hasard dans l’un des groupes suivants : (a) un groupe EMDR (n = 9), (b) un groupe d’exposition in vivo (n = 9) ou (c) une exposition informatisée (groupe témoin) (n = 8). Au cours de la 2e phase, tous les groupes ont reçu une session d’exposition de 1,5 heure in vivo. Les mesures de résultats thérapeutiques (c’est-à-dire la peur auto-déclarée et l’évitement comportemental) ont été obtenues avant le traitement, après la phase de traitement 1 et après la phase de traitement 2. Les résultats ont montré que la séance d’in vivo de 2,5 heures produisait une amélioration significative de toutes les mesures de résultats. En revanche, l’EMDR a entraîné une amélioration significative de la peur de l’araignée autodéclarée. L’exposition informatisée a produit une amélioration non significative. De plus, aucun élément de preuve ne suggère que l’EMDR potentialise l’efficacité d’une exposition ultérieure in vivo. L’exposition in vivo reste le traitement de choix pour la phobie des araignées chez l’enfant.

Introduction

Shapiro (1989a, 1989b) a affirmé que l’EMDR constituait un traitement efficace du trouble de stress post-traumatique (TSPT). Pendant l’ EMDR, le thérapeute induit des mouvements oculaires latéraux rapides tandis que le patient s’expose de manière imaginaire à une mémoire aversive. Après chaque série de mouvements oculaires, le patient rapporte brièvement ses images, sentiments et / ou pensées. Cette procédure est répétée jusqu’à ce que l’affect négatif associé à la mémoire traumatique ou aversive s’habitue. De plus, le thérapeute encourage la restructuration cognitive. C’est-à-dire que le patient est invité à changer la cognition négative d’elle-même ou du traumatisme en une cognition plus fonctionnelle.

Les rapports de cas suggèrent que l’EMDR réussit à traiter les patients atteints du TSPT (par exemple, Wolpe et Abrams, 1991), mais il n’existe que quelques études contrôlées évaluant les effets de l’EMDR sur le SSPT. Certaines de ces études n’ont pas réussi à trouver un effet supérieur de l’EMDR (Boudewyns, Stwertka, Hyer, Albrecht et Sperr, 1993, par exemple), tandis que d’autres ont présenté des résultats positifs. Par exemple, Vaughan et al. (1994) ont comparé l’EMDR, l’exposition imaginire et la relaxation appliquée. Ces auteurs ont constaté que l’EMDR était aussi efficace que l’exposition imaginaire et que la relaxation . Cependant, sur une mesure standardisée des intrusions, l’EMDR a produit de meilleurs résultats que les deux autres interventions. Celles-ci et d’autres résultats de recherche encourageants (Silver, Brooks et Obenchain, 1995; Wilson, Becker et Tinker, 1995) indiquent que l’EMDR devrait être considéré comme une option sérieuse dans le traitement du TSPT (voir Lohr, Kleinknecht, Tolin). Et Barrett, 1995).

Certains auteurs ont fait valoir que l’EMDR pourrait également être efficace dans le traitement de phobies spécifiques (par exemple, Marquis, 1991; Shapiro, 1995). Pourtant, il est bien établi que ce trouble répond extrêmement bien à une thérapie in vivo. Ost (par exemple, 1989, 1996) a montré que même une seule séance de traitement peut réussir chez environ 90% des patients.

Seules quelques études ont comparé l’efficacité de l’EMDR à celle de l’exposition in vivo.

  • Une étude de cas réalisée par Acierno, Remont, Last et Montgomery (1994) n’a pas permis de trouver d’éléments de preuve permettant de penser que des phobies spécifiques bénéficient de l’EMDR. Dans leur étude, seule l’exposition in vivo a entraîné une amélioration cliniquement significative.
  • Muris et Merckelbach (1995) ont décrit deux femmes phobiques atteintes d’araignée qui avaient d’abord été traitées à l’EMDR puis avaient été exposées in vivo. Les résultats ont montré des effets positifs de l’EMDR sur la peur des araignées auto-déclarée, mais sur une mesure du résultat comportemental, les résultats ont été moins impressionnants.
  • Dans une étude contrôlée de Muris et Merckelbach (1997), les phobiques de l’araignée ont été traités au cours de deux phases de traitement. Au cours de la première phase, les patients ont été assignés au hasard à un groupe EMDR, un groupe d’exposition imaginaire ou un groupe témoin en liste d’attente. Au cours de la deuxième phase, tous les groupes ont reçu une session d’exposition in vivo. Aucune preuve n’a été trouvée pour que l’EMDR soit plus efficace que l’exposition imaginaire ou le contrôle de liste d’attente. En fait, seule l’exposition in vivo a entraîné une réduction significative du comportement d’évitement phobique.

Les études examinées jusqu’à présent concernaient l’EMDR en tant que traitement des troubles anxieux chez l’adulte. La recherche sur le traitement de certaines phobies et d’autres troubles anxieux chez l’enfant s’est principalement appuyée sur une conception à cas unique. Les études de résultats contrôlées sont rares (par exemple, Bernstein et Borchardt, 1991). Kendall (1994) constitue une exception. Il a évalué les effets du traitement cognitivo-comportemental (TCC) chez les enfants souffrant d’un trouble excessif, d’un trouble d’anxiété de séparation ou d’un trouble à éviter. Les résultats ont montré que la TCC était supérieure à une condition de liste d’attente (voir aussi Barrett, Dadds et Rapee, 1996; Treadwell et Kendall, 1996). Une autre étude contrôlée de Menzies et Clarke (1993) a montré que des phobies spécifiques chez les enfants peuvent être efficacement traitées avec une exposition in vivo.(…) lire la suite de l’article en anglais

Référence de cette recherche

Muris, P., Merckelbach, H., Holdrinet, I., & Sijsenaar, M. (1998). Treating phobic children: Effects of EMDR versus exposure. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 66(1), 193–198. doi:10.1037/0022-006x.66.1.193

Lire l’article Traiter les enfants phobiques – comparaison de l’efficacité de l’EMDR et de l’exposition complet en anglais : muris1998 Treating Phobic Children-

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *