Trois après les attentats de Paris, les survivants reviennent à la vie

Trois après les attentats de Paris, les survivants reviennent à la vie

Un reportage Trois après les attentats de Paris, les survivants reviennent à la vie, diffusé dans 7 à 8, ce dimanche 14 février 2016.

Extraits :

Célibataire, plutôt joyeux d’ordinaire, Christophe a repris ses cours le lundi suivant les attentats. Il a tenu 4 jours avant de craquer. Son médecin l’a arrêté 2 semaines et, pour chasser les images qui l’obsèdent, il lui a conseillé un psychologue aux méthodes peu classiques. Il en est à sa 7e séance.

Marc Spund :  » Je vais vous demander de fermer les yeux. »

Ce jour là, le psy lui demande de se replonger dans les secondes qui ont précédé son entrée dans le restaurant. Christophe était avec sa sœur. C’est elle qui l’a poussé à porter secours aux victimes.

Marc Spund : » Vous la suivez contre votre gré. A combien estimez-vous le bouleversement que vous ressentez sur une échelle de 0 à 10, où 0 correspond à neutre, et 10 à la pire expérience que vous puissiez imaginer ? Le curseur, vous le mettriez où là maintenant ?  »

Christophe :  » à 8  »

Marc Spund : » D’accord. Ok. Centrez-vous sur ça et en même temps vous suivez la barre lumineuse sans bouger la tête, juste les yeux… Voilà, très bien… C’est très bien Christophe  »

Bouger les yeux pour évacuer les stress post-traumatique, c’est la technique EMDR, abréviation anglaise pour désensibilisation et reprogrammation par les mouvements oculaires.

Marc Spund : » Bien, Faites le vide. Laissez aller tout ça et prenez une grande respiration. Expirez doucement le négatif. Que ressentez-vous là maintenant ?  »

Christophe :  » Je ressens toujours de l’impuissance mais j’ai l’impression que c’est comme du passé, c’est fait et y’a plus rien. Enfin, on ne peut plus revenir en arrière.

Marc Spund : » Le curseur, vous le mettriez où là maintenant ?  »

Christophe :  » entre 4 et 5  »

Marc Spund est spécialiste dans cette technique venue des Etats-Unis. Parfois décriée en France, l’EMDR est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé. L’idée, c’est de reconnecter la partie émotionnelle du cerveau à la partie rationnelle.

Marc Spund : » Quand un événement hors du commun, comme un attentat, un accident, une agression, un viol… arrive, les 5 sens sont hyper-activés. Et le cerveau, c’est comme un ordinateur, il se plante. C’est à dire que les deux cerveaux vont se désolidariser, ils ne vont plus communiquer, et c’est le cerveau émotionnel qui va tenter de traiter l’information. Donc l’EMDR permet d’abord d’assouplir en quelque sorte le cerveau émotionnel, l’hémisphère droite, de manière à ce que cette information passe dans l’hémisphère gauche et classer l’affaire. Affaire classée. Donc je peux y penser, mais je ne ressens plus les émotions que j’ai ressenties à ce moment là. »

Au bout d’une heure de séance, l’image traumatisante s’est apaisée. L’EMDR semble faire effet sur Christophe pour soigner ses blessures psychiques.

Christophe :  » J’ai pas effacé ça de ma mémoire mais ce n’est plus quelque chose de contrariant, de grave.  »

Marc Spund : » le curseur, vous le mettriez où là maintenant ? »

Christophe :  » à 1″

Christophe : « Moi pour l’instant, j’avoue, voilà, ça me fait du bien. Moi, je sors, je suis bien jusqu’à la fin de la semaine. Ça ne m’est jamais… Depuis, j’ai pas… Physiquement, ça va mieux. Mentalement, ça va mieux. Je peux retourner en cours, je peux refaire des choses, tout ça, donc presque reprendre une vie normale. Mais, il y a des choses, j’avoue, il y a des endroits où j’hésite encore à passer. Y’a les cafés, les restaurants, je fais le tour parce que je ne veux pas passer par ces rues là. Donc, il y a encore des choses que je ne peux pas encore faire, mais je pense que cela m’aide un petit peu. C’est une manière de se battre un petit peu, j’ai l’impression »

Les séances avec les psys, elles aussi sont prises en charge pour les victimes du 13 novembre. Christophe aura besoin d’une dizaine de rdv pour réparer les dégâts causés dans sa tête par les événements.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *