Aspects relationnels utilisés différemment en EMDR par rapport à d'autres thérapies

Aspects relationnels utilisés différemment en EMDR par rapport à d’autres thérapies

Marl Dworkin nous explique comment les aspects relationnels sont utilisés différemment en EMDR par rapport à d’autres thérapies dans le 3e chapitre de son livre sur la relation thérapeutique en EMDR :  EMDR and the relational impérative – The therapeutic relationship in EMDR treatment.  Dans cet ouvrage, il explore les nuances subtiles de la relation thérapeutique et le rôle vital qu’elle joue dans l’utilisation de la méthode de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) avec des patients traumatisés.
Livre publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – payant
Pour moi, il n’y a aucun doute sur le fait que la relation thérapeutique est une partie intrinsèque de la méthodologie standard de l’EMDR. La question est de savoir ce qui est unique à la relation thérapeutique dans l’EMDR par rapport à d’autres types de psychothérapie.
Premièrement, l’empathie réflexive et les interprétations psychanalytiques sont presque toujours contre-indiquées en EMDR. Une exception est le rare cas où une telle activité constitue une imbrication cognitive, auquel cas les paroles du clinicien servent spécifiquement à relier les réseaux de mémoire adaptatifs aux réseaux dysfonctionnels. Le clinicien peut être relationnel avec un patient sans utiliser l’empathie réflexive. « Pour une communication émotionnelle complète, une personne doit permettre à son état d’esprit d’être influencé par celui de l’autre : a écrit Rogers (1980.p. 142). Dans l’EMDR, cependant, contrairement au traitement rogerien, le praticien a pour fonction de préserver le cerveau du patient du traitement adaptatif de l’information en restant à l’écart autant que possible. Ce principe est ancré dans le modèle de traitement adaptatif de l’information lui-même, qui postule que, dans les bonnes conditions, c’est le cerveau ou le corps du patient qui guérit, et non le thérapeute. L’empathie réflexive et interprétative est contre-indiquée tant que le  » train continue de dérailler « , comme le dit si bien Shapiro (Partie I, Formation en institut). Elle est inutile et peut même être intrusive.
Les thérapies psychodynamiques utilisent également les aspects relationnels pour aider à guérir les traumatismes, mais elles le font de manière très différente de l’EMDR. Dans l’EMDR, l’accent est mis sur la guérison des souvenirs traumatiques. Ce qui se passe sur le plan relationnel entre le patient et le clinicien est inclus dans cet objectif principal, même s’il est nécessaire d’y prêter attention. En outre, l’EMDR n’encourage pas le développement du transfert. Lorsque des réactions transférentielles se produisent pendant les phases actives du traumatisme (évaluation, désensibilisation et installation), elles peuvent constituer une source riche de matériel cible à traiter. (Voir le chapitre 8 pour des informations détaillées à ce sujet).
Il existe d’autres différences dans la façon dont la relation entre le patient et le clinicien dans l’EMDR diffère de celle des autres thérapies. Dans l’EMDR, le rôle du clinicien est d’aider les capacités de traitement de l’information du cerveau du patient à effectuer leur propre guérison en rétablissant l’équilibre excitateur-inhibiteur. Il ne s’agit pas, par exemple, d’aider le patient à parler de ses expériences et sentiments passés dans l’espoir qu’un changement cognitif et émotionnel se produise.
Les interventions utilisées dans le cadre de l’EMDR, qui vont du développement et de l’installation de ressources (abordés au chapitre 5) à des stratégies thérapeutiques actives comme le tissage cognitif (abordé au chapitre 9), visent uniquement à rétablir l’équilibre excitateur-inhibiteur du patient. L’objectif du tissage cognitif, créé par Shapiro, est d’aider le patient dans la phase 4 lorsqu’il y a des blocages dans le traitement d’un ancien traumatisme, afin de passer à l’étape suivante dans la chaîne de traitement de l’information adaptative – pour aider à la séquence de réalisation d’un changement de trait. L’intervention particulière que le clinicien propose reste toujours dans le cadre de référence du patient. Le clinicien (grâce à sa connaissance de l’identité du patient et de ses difficultés) utilise les réseaux de mémoire fonctionnelle que le patient possède déjà afin d’établir un lien avec les informations stockées de manière dysfonctionnelle. De cette manière, le clinicien utilise la syntonisation empathique pour donner au patient les moyens de débloquer le processus bloqué ou pour l’aider à contenir des sentiments trop intenses. (Le tissage cognitif doit être utilisé judicieusement et uniquement lorsque le traitement adaptatif de l’information est bloqué à cause de souvenirs sources ou de croyances bloquantes).
Ma vision relationnelle-EMDR des phénomènes de transfert et de contre-transfert, basée sur les récentes découvertes en neurosciences, est très différente de l’ancienne perspective analytique de neutralité. Cette neutralité est un mythe. La vision analytique traditionnelle de la mentalité de « l’écran blanc » a été réfutée ; les praticiens modernes de l’analyse relationnelle le savent depuis des années. Stolorow et Atwood, dans leur article de 1997,  » Deconstructing the Myth of the Neutral Analyst : An Alternative From Intersubjective Systems Theory « , remettent effectivement en question la notion de neutralité du clinicien. Ils ne sont pas d’accord avec le point de vue analytique selon lequel un clinicien peut rester objectif face à la subjectivité du patient : « Dès le premier appel téléphonique, un système multidimensionnel et non linéaire d’influence mutuelle réciproque se développe et croît » (p. 431). Ils adoptent l’approche empathique/introspective de la guérison : empathie pour le patient, introspection pour le clinicien.
Le maintien par le clinicien d’une syntonie empathique tout au long des huit phases du protocole EMDR permet à la guérison la plus profonde de se produire. La recherche conclut à juste titre que trois séances doubles avec des cliniciens EMDR peuvent statistiquement réduire les symptômes ressentis du SSPT (Wilson et 1995, p. 928), mais la sagesse et l’empathie du clinicien EMDR expérimenté peuvent être nécessaires sur une plus longue période pour aider les patients dysrégulés ayant subi un traumatisme complexe à retraiter leurs terribles expériences.
Les questions que les cliniciens doivent continuellement se poser sont les suivantes : Ai-je réussi à maintenir ma position d’empathie et ma flexibilité de réponse ? Est-ce que quelque chose en moi a été déclenché ? Ai-je réussi à m’occuper de mon propre processus ? Est-ce que cela m’a gêné ? Comment ? Quelles actions correctives ai-je prises, en moi-même et avec mes patients, pour améliorer cette situation ? Ai-je repensé à une séance et reconnu un modèle d’interaction qui me semble inachevé ou des interventions que j’aurais pu mieux prendre en charge ?
Des choses se passent définitivement pour le clinicien, tant sur le plan professionnel que personnel. Il n’y a pas de neutralité.

En savoir plus

Formation(s) : Relation thérapeutique – Stratégies relationnelles pour traiter les patients souffrant de traumas difficiles
Dossier(s) : La relation thérapeutique en EMDR

M’inscrire Vous avez une question ?