Comparaison entre EMDR et citalopram dans le traitement du TOC

Comparaison entre EMDR et citalopram dans le traitement du TOC

Une recherche de Hedayat Nazari, Nahid Momeni, Mojgan Jariani & Mohammad Javad Tarrahi sur le thème Comparaison entre EMDR et citalopram dans le traitement du TOC, publiée dans l’International Journal of Psychiatry in Clinical Practice, en 2011.

Résumé

Objectif : Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est l’un des troubles anxieux chroniques qui interfèrent avec la vie quotidienne et les fonctions professionnelles et sociales courantes. Il existe une controverse sur le premier choix de traitement du TOC entre la médication et la psychothérapie. L’objectif était d’étudier l’efficacité de la désensibilisation et du retraitement des mouvements oculaires (EMDR) par rapport au traitement par le citalopram dans le traitement du TOC.

Méthodes : Cet essai contrôlé randomisé a été mené sur 90 patients atteints de TOC qui ont été répartis de manière aléatoire en deux groupes. Ils ont soit reçu des séances thérapeutiques d’EMDR, soit du citalopram pendant 12 semaines. Les deux groupes ont été évalués à l’aveugle à l’aide de l’échelle de Yale – Brown avant et après la période d’essai.

Résultats : Le score moyen de Yale – Brown au prétraitement du groupe citalopram était d’environ 25,26 et de 24,83 dans le groupe EMDR. Les scores après traitement étaient respectivement de 19,06 et 13,6. Il y avait une différence significative entre les scores moyens de Yale – Brown des deux groupes après le traitement et l’EMDR était plus efficace que le citalopram dans l’amélioration des signes de TOC.

Conclusion : On en conclut que les deux méthodes thérapeutiques (EMDR et Citalopram) ont eu un effet significatif sur l’amélioration des signes obsessionnels, mais il semble qu’à court terme, la DMEE ait un meilleur effet sur l’amélioration du résultat final du TOC.

Contexte

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), trouble grave de l’anxiété handicapant, avec une prévalence de 2% dans le monde, est le quatrième trouble psychiatrique en importance entraînant de graves problèmes psychosociaux et une diminution de la qualité de vie par rapport aux autres troubles psychotiques [1-4].

Les principales caractéristiques du TOC sont l’existence de pensées, d’imaginations et de comportements inquiétants répétitifs [1 – 3].

La recherche a montré que les signes et symptômes de TOC commencent dès l’enfance chez 30 à 50% des patients [5]. L’étiologie exacte du trouble obsessionnel-compulsif n’est pas bien comprise, mais les dysfonctionnements biologiques, génétiques, cognitifs et comportementaux sont parmi les facteurs les plus importants. Il y a 30 ans, on supposait que le TOC était une maladie incurable, mais au cours des dernières années, de nouvelles méthodes ont été développées pour la gestion du TOC, notamment des médicaments tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), ainsi que des méthodes de traitement cognitif ou comportemental [ 2,3,6].

Les ISRS, dont la fluoxétine, la fluovoxamine, la paroxétine, la céréraline et le citalopram, ont été considérés comme le traitement de première intention du TOC [7 – 9].

Le citalopram est un agent ISRS dont l’efficacité a été approuvée dans le cadre d’études antérieures, notamment dans le traitement médical du TOC chez les enfants. Bien qu’il n’y ait pas de différence significative entre les différentes doses, le citalopram à faible dose est également utile dans les cas non traitables [7,8,13 – 15]. Dans certaines études, le citalopram a été efficace dans le traitement du TOC [16,17], et même son efficacité et sa tolérabilité dans le traitement à long terme du TOC chez l’enfant et l’adolescent ont été comparables à ceux d’autres ISRS [18]. Malgré l’efficacité du traitement médicamenteux, environ 20 à 40% des patients restent ” non répondeurs ” [1].

Bien qu’il n’y ait pas assez de données sur la comparaison entre la pharmacothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) dans le TOC, la TCC a été jugée aussi efficace qu’une pharmacothérapie dans ce trouble et même, selon certaines données, ses effets bénéfiques. sont plus durables.

Les principales approches comportementales dans le traitement des TOC incluent l’exposition avec prévention de la réponse (EPR), la désensibilisation, la technique d’arrêt des pensées (thought stopping), l’immersion (flooding), le traitement par implosion et la thérapie par aversion.

Cependant, le nombre de patients présentant une amélioration complète par cette méthode est très faible.

Le refus de traitement et l’abandon au début du traitement sont fréquents, avec une réduction de 50% ou plus du taux de guérison [19 – 21]. Compte tenu de ce fait et des résultats des enquêtes, l’association d’un traitement médicamenteux et d’une TCC, en particulier dans les cas présentant des antécédents familiaux de TOC, est l’option la plus efficace [14,22,23].

La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) ont été introduits pour la première fois par Francine Shapiro en 1987 et a été utilisé pendant longtemps pour le traitement d’individus psychologiquement traumatisés. Dans cette méthode, les patients sont exposés à des parties de la mémoire traumatique. Dans le même temps, le patient génère des mouvements oculaires rythmés, des tapotements manuels ou des sons auditifs. On suppose qu’en alternant stimuli externes, le patient peut traiter émotionnellement les souvenirs négatifs [24]. Des résultats favorables avec le traitement par EMDR ont été rapportés dans divers troubles psychiatriques tels que la phobie et le trouble panique, le trouble traumatique post-stress (TSPT), le trouble dissociatif, l’anxiété liée au rendement et le trouble de la forme somato [25]. Compte tenu des effets positifs de l’EMDR dans le traitement des troubles psychologiques et anxieux, son application dans le traitement du TOC pourrait être bénéfique.

Objectif

Le but principal de cette étude était de comparer l’efficacité de l’EMDR en tant que méthode thérapeutique avec la pharmacothérapie utilisant le citalopram dans le traitement du TOC.

Matériaux et méthodes

Cette étude a été conçue comme un essai clinique contrôlé randomisé à simple insu.

Critère d’intégration

Tous les patients TOC admis à la clinique psychiatrique de l’hôpital de Khorram-abad et rattachés à l’Université des sciences médicales de Khorram-abad ont été inclus sur la base d’un entretien clinique et en utilisant les balances DSM-IV-IR et Yale-Brown pour les troubles obsessionnels-compulsifs. Les patients inscrits ne recevaient aucune psychothérapie ni aucun autre médicament psychiatrique.

Critère d’exclusion

Selon les antécédents psychiatriques et l’examen mental, les patients présentant un problème clinique particulier,y compris les troubles médicaux graves, la toxicomanie ou d’autres troubles psychiatriques (axe I) au cours de l’année précédente, ont été exclus de l’étude.

Randomisation

Après avoir reçu une lettre de consentement signée, 90 patients sélectionnés ont été répartis au hasard dans les deux groupes suivants:  47 patients dans le groupe EMDR et 43 dans le groupe citalopram; certains patients ont été traités – lors des séances consécutives – avec les huit phases de l’EMDR (histoire du patient, préparation, évaluation, désensibilisation, installation, scanner corporel, cloture et réévaluation) et d’autres patients ont reçu du citalopram, 20 mg par jour, pendant 12 semaines. Dix-sept patients du groupe citalopram et 13 patients du groupe EMDR ont été perdus de vue et exclus de l’analyse finale (30 patients sont restés dans chaque groupe jusqu’à la fin de l’étude). Avant et à la fin de la période de traitement dans chaque groupe, les patients ont été évalués par un psychologue aveugle au type de traitement.

À la fin de la période de traitement dans chaque groupe, les patients ont été évalués à nouveau à l’aide de l’échelle Yale-Brown, puis les données recueillies ont été analysées en ce qui concerne les scores enregistrés avant le début du traitement.

L’échelle obsessionnelle-compulsive de Yale-Brown est l’un des systèmes de notation généralement utilisés pour le diagnostic du trouble obsessionnel-compulsif et contient cinq variables pour les pensées obsessives et cinq variables pour les comportements obsessifs, notamment la fréquence, les résultats variables, les inconvénients, la confrontation et le taux de contrôle individuel. Il existe cinq options d’échelle (0 à 4) pour chaque variable en fonction de l’existence ou de la perte de chaque signe. Les grades les plus élevés sont associés à la plus grande gravité du trouble.

Le protocole de recherche a été approuvé par le comité d’éthique de l’Université des sciences médicales de Khorram-Abad.

L’EMDR intègre des éléments d’exposition imaginaire, de thérapie cognitive, de thérapies psychodynamiques et somatiques. Il utilise également l’élément unique et quelque peu controversé de la stimulation bilatérale (par exemple, le déplacement des yeux dans les deux sens). À cette fin, le patient génère un certain nombre de mouvements oculaires latéraux en suivant les doigts du thérapeute en se déplaçant d’un côté à l’autre pendant environ 20 s. Ensuite, il est demandé au patient de signaler les sensations actuelles, les cognitions et l’affect, suivis d’un autre ensemble de mouvements oculaires. Ce processus est répété de nouveau et se termine lorsque le patient signale un 0 ou 1 sur l’échelle des unités subjectives de désagrément de Wolpe (SUDS) à la mémoire traumatique. La cognition négative est remplacée par la cognition positive et le patient fournit une évaluation de la validité de la cognition afin d’indiquer dans quelle mesure il / elle estime que la cognition positive est vraie [25 – 27].

Processus de thérapie

Le traitement EMDR comprend huit phases essentielles. La première phase comprend la prise d’historique et la planification du traitement. Dans cette phase, le thérapeute détermine les cibles potentielles pour l’EMDR. Lors de la deuxième phase (ou phase de préparation), les procédures EMDR et les effets du traitement sont présentés au patient. La troisième phase comprend l’évaluation de la cible sur la base des échelles SUD (Unités subjectives de détresse) et VOC (Validity of Cognition). Dans la cinquième phase (ou installation), le patient se concentre sur une intégration améliorée de la réorganisation cognitive. Dans la phase du scanner corporel (sixième phase), le patient évalue et notifie la tension corporelle résiduelle. La septième phase est la clôture et le thérapeute fournit des informations et un soutien appropriés. Dans la phase finale (huitième phase), une réévaluation est effectuée [25,28].

Analyse statistique

Les scores de l’échelle de Yale-Brown pour les deux groupes ont été comparés par test t sur échantillon apparié (avant et après traitement) (en tenant compte de la taille de l’échantillon et de la distribution normale des données) et test t sur échantillon indépendant (entre les groupes) en utilisant SPSS version logicielle 14.00 pour Windows. Le niveau de signification pour tous les tests a été fixé à P <0,05 et les variances n’ont pas été supposées égales. L’analyse a été effectuée selon le protocole ATP.

Résultats

Enfin, 60 patients (30 patients dans chaque groupe) présentant un trouble obsessionnel-compulsif ont terminé l’étude. Il n’y avait pas de différence significative en termes de sexe et d’âge des patients entre les deux groupes (Tableau I). Les scores moyens de prétraitement de Yale-Brown dans le groupe cit-alopram étaient de 25,26 ± 7,55 et de 24,83 ± 5,35 dans le groupe EMDR. Comme le montre le tableau II, il n’y avait pas de différence significative entre les scores de Yale et Brown entre les groupes avant le traitement (p = 0,80). Après 12 semaines de traitement, bien que les scores de Yale-Brown aient diminué de manière significative dans les deux groupes, la réduction dans le groupe EMDR était significativement plus importante que dans le groupe sous citalopram (P <0,001) (tableau II). Dans le tableau III, les variations moyennes par rapport aux valeurs de base ont été comparées. La figure 1 montre la comparaison du score moyen avant et après traitement.

Discussion

Les preuves de cette étude ont montré que les deux interventions thérapeutiques basées sur un traitement à base de citalopram et d’EMDR pourraient améliorer les signes de TOC. L’EMDR s’est avéré plus efficace que le citalopram dans l’amélioration des signes du TOC. Le soutien empirique à l’application de l’EMDR (par rapport à la médication et à d’autres traitements) dans le traitement du TOC est faible [29], alors que les effets cliniques de l’EMDR sur d’autres troubles anxieux ont été démontrés dans de nombreux cas et dans des études contrôlées [25,28 , 30]. L’EMDR est devenu de plus en plus populaire en tant que méthode de traitement du TSPT au cours des dernières années [31 – 33]. Dans une méta-analyse d’études sur le stress post-traumatique, les résultats post-test de l’EMDR étaient comparables à ceux de la thérapie comportementale et des ISRS en efficacité, et il était même préférable de mieux contrôler les affections [27]. Dans une étude contrôlée sur le trouble panique avec agoraphobie (PDA), l’EMDR a été comparé à la fois aux groupes en attente et aux groupes de contrôle placebo crédibles de l’attention. Dans cette étude, les différences entre l’EMDR et la condition de contrôle placebo n’étaient pas statistiquement significatives et l’EMDR était nettement supérieur à la liste d’attente [27,33]. Une autre étude a comparé les résultats EMDR et CBT dans le traitement du trouble panique. Après traitement, le groupe TCC était libre de panique après cinq séances, alors que le groupe EMDR souffrait toujours d’attaques de panique [33]. L’EMDR a également été recommandé en tant qu’option de traitement pour certaines phobies. Dans certaines études contrôlées, l’efficacité de l’EMDR a été comparée à celle de l’exposition in vivo dans le traitement du pho-biais spécifique (tel que la phobie de l’araignée). Ces études ont conclu que l’exposition in vivo entraînait systématiquement une amélioration significative des mesures auto-déclarées et comportementales et physiologiques, alors que l’EMDR ne faisait qu’améliorer les mesures auto-déclarées [24,33].

Cependant, les mécanismes sous-jacents de ce traitement de l’information sont inconnus et le resteront probablement dans les années à venir, en raison du manque de connaissances neuropsychologiques et de dispositifs de mesure appropriés. Cependant, Shapiro a démontré qu’une expérience traumatisante ou pénible peut avoir pour effet d’éviter les voies habituelles de réaction; par conséquent, la mémoire de l’événement n’est pas traitée correctement et est stockée de manière inhabituelle dans un réseau de mémoire isolé [25,28]. Lorsque ce réseau est stimulé, le patient peut revivre le même événement. Dans les méthodes EMDR, l’activation du traitement cognitif des mémoires pénibles se produit par une stimulation bilatérale inhabituelle du cerveau (mouvement oculaire, son bilatéral ou stimulation tactile bilatérale associée à des fonctions cognitives, des images visualisées et une sensation corporelle) [25].

Il est à noter que lorsque l’événement pénible ou traumatisant est un événement isolé, les symptômes peuvent souvent être résolus en une à trois sessions EMDR. Mais dans le cas d’événements traumatiques multiples, davantage de sessions peuvent être nécessaires [25].

Les limites de cette étude étaient un suivi à court terme, une faible dose de citalopram et l’absence d’enregistrement des effets secondaires.

Malgré les résultats positifs de l’EMDR dans notre étude, les résultats doivent être pris en compte avec prudence compte tenu des limites de l’étude et du fait qu’aucune étude n’a comparé directement l’EMDR à des traitements ISRS ou à des traitements psychologiques (tels que le comportement et la TCC).

Compte tenu de notre étude à court terme, de futurs essais cliniques contrôlés sont nécessaires pour étudier les effets à long terme de l’EMDR sur le TOC et pour généraliser et confirmer ces résultats.

Points clés

• Les deux méthodes thérapeutiques (EMDR et Citalolandau) a eu un effet significatif sur l’amélioration des signes obsessifs, mais il semble qu’à court terme, le DMEE ait un meilleur effet sur l’amélioration du résultat final du TOC.

• L’association de méthodes psychothérapeutiques à un traitement médicamenteux peut être utile dans le traitement des patients ” non répondeurs”.

Références

Hedayat Nazari, Nahid Momeni, Mojgan Jariani & Mohammad Javad Tarrahi (2011)  Comparison of eye movement desensitization and reprocessing with citalopram in treatment of obsessive–compulsive disorder International Journal of Psychiatry in Clinical Practice, volume 15, issue 4, 2011

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *