COVID-19, Isolement, quarantaine : sur l’efficacité de l’EMDR sur Internet et de la TCC pour les traumatismes en cours

Un article COVID-19, Isolement, quarantaine : sur l’efficacité de l’EMDR sur Internet et de la TCC pour les traumatismes en cours, de Perri, R. L., Castelli, P., La Rosa, C., Zucchi, T. et Onofri, A., publié dans Brain sciences.

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

La littérature indique que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) sont des thérapies fondées sur des preuves pour les troubles liés aux traumatismes. 

Les traitements sont généralement administrés dans un cadre vis-à-vis avec des patients signalant des symptômes d’un traumatisme déjà vécu. Inversement, les thérapies en ligne et les traumatismes en cours n’ont pas reçu une attention suffisante. 

Cette étude visait à comparer l’efficacité de deux traitements brefs pour les professionnels de santé et les personnes souffrant des circonstances imposées par la pandémie de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). 

L’EMDR et la TCC axée sur les traumatismes ont été administrés en ligne au cours des premiers stades de la détresse pour gérer le traumatisme en cours associé à la quarantaine ou à la maladie. 

Trente-huit patients satisfaisant aux critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) pour le trouble de stress aigu ont été assignés au hasard au traitement EMDR ou TCC. 

Les deux groupes ont reçu une thérapie de 7 séances et des tests psychométriques ont été administrés avant, après le traitement et à un mois de suivi pour évaluer les symptômes traumatiques, la dépression et l’anxiété. 

Les résultats ont révélé que les deux traitements réduisaient l’anxiété de 30 % et les symptômes traumatiques et dépressifs de 55 %. 

Les résultats actuels indiquent que l’EMDR et la TCC sur Internet sont des traitements brefs tout aussi efficaces, suggérant également un maintien des effets comme indiqué par l’évaluation de suivi. 

L’EMDR et la TCC pourraient être considérées comme des thérapies de première intention pour traiter le traumatisme en cours et prévenir la sensibilisation et l’accumulation de souvenirs traumatiques.

Traduction française de l’article

Introduction

Au cours des dernières décennies, une vaste littérature a recommandé la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) comme intervention psychothérapeutique pour les troubles anxieux (pour les revues, voir [1,2,3]). En particulier, l’EMDR est principalement proposé pour le trouble de stress post-traumatique (TSPT ; voir [4] pour une revue), pour lequel la thérapie cognitivo-comportementale centrée sur le traumatisme (TF-CBT) s’est avérée être un traitement de première intention. aussi [5]. De nos jours, l’efficacité de l’EMDR et de la TCC pour les troubles traumatiques est unanimement considérée comme supérieure à la liste d’attente ou à d’autres thérapies (pour une méta-analyse voir [6]), tandis que les comparaisons directes de ces approches ont donné des résultats contradictoires. En effet, certaines investigations ont rapporté que la TCC pour traumatisme était plus efficace que l’EMDR [7,8], alors que d’autres ont conclu le contraire [9,10,11,12]. Cependant, il convient de noter que quelques méta-analyses récentes ont directement abordé cette question, suggérant que la TF-CBT produit les preuves les plus solides pour un traumatisme récent [13], tandis que la TCC et l’EMDR sont également efficaces pour le TSPT [14,15] et le TSPT complexe. symptômes dans la population adulte [16].

Néanmoins, la recherche s’est presque entièrement concentrée sur les traitements du TSPT établi, tandis que les interventions psychologiques précoces pour le traumatisme récent ont été pour la plupart négligées [17,18]. De même, seules quelques enquêtes se sont concentrées sur les traumatismes en cours, et principalement dans la population infantile [19,20,21,22] ou les réfugiés [23,24]. La question de savoir si et quand intervenir lors d’une expérience traumatique est cruciale pour les professionnels de la santé mentale car il a été documenté que parmi les personnes exposées à un traumatisme, un tiers reste symptomatique pendant 3 ans ou plus avec un risque accru de complications secondaires [25]. Cependant, il faut aussi reconnaître qu’un traumatisme continu peut parfois entraver l’accès des patients aux soins rendant l’intervention psychothérapeutique encore plus problématique. Dans de telles situations, les thérapies basées sur Internet pourraient refléter le seul moyen de traiter les patients exposés à des traumatismes : ce fut le cas du verrouillage italien strict pendant la phase initiale et plus dramatique de la pandémie de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Quant à la modalité en ligne, il convient de noter qu’une vaste méta-analyse a révélé que son efficacité est assez similaire aux interventions psychologiques traditionnelles en face à face [26]. La présente étude visait à comparer l’efficacité de deux interventions psychothérapeutiques précoces pour les professionnels de la santé italiens et les personnes souffrant des circonstances imposées par la pandémie de COVID-19. À cet effet, l’EMDR et le TF-CBT ont été fournis en ligne pour gérer le traumatisme en cours associé à la quarantaine, à l’isolement ou au travail dans les services hospitaliers COVID-19. La décision de fournir un soutien thérapeutique à distance découle de l’interdiction du contact physique, comme de la nécessité d’offrir un soutien le plus tôt possible pour réduire la détresse aiguë et prévenir la sensibilisation et l’accumulation de souvenirs traumatiques. En particulier, les patients nécessitant un soutien psychologique ont été invités à un premier entretien clinique, dépistés pour les symptômes traumatiques, d’anxiété et de dépression, et seuls ceux qui satisfaisaient aux critères du DSM-5 pour le trouble de stress aigu (TSA) ont été assignés au hasard au groupe EMDR ou TF-CBT. Les deux groupes ont reçu une thérapie de 7 séances pour une durée totale d’environ 3 semaines (2 séances par semaine). Des mesures de suivi ont été recueillies pour évaluer le maintien des effets après le traitement, et les deux traitements étaient basés sur des protocoles établis (voir la section Méthodes) pour fournir aux professionnels de la santé mentale des conseils pratiques pour stabiliser les patients à risque de traumatisme.

Comme, à notre connaissance, aucune étude n’est disponible sur la comparaison de ces deux traitements pour les traumatismes en cours, nous nous appuyons sur la méta-analyse de Lewis et ses collègues [14] sur le traumatisme établi pour prédire une efficacité égale des deux. approches sur les mesures observées. En particulier, nous nous attendions à une réduction significative et stable des symptômes traumatiques, anxieux et dépressifs dans les groupes EMDR et TF-CBT.

Matériels et méthodes

Participants

Quarante-deux sujets nécessitant un soutien psychologique pour gérer le traumatisme en cours associé à la quarantaine, à l’isolement ou au travail dans les services hospitaliers COVID-19 ont participé à l’étude. Ils ont été recrutés à partir de références de médecins, d’annonces sur Internet et dans les médias, et du vaste réseau d’associations de santé et de psychologie qui collaborent avec les organismes promoteurs. Après la première séance et l’évaluation clinique, les patients étaient considérés comme éligibles à l’étude (et admis à la deuxième séance) s’ils répondaient aux critères suivants : (I) âgés de 18 à 65 ans ; (II) capable de satisfaire aux critères du DSM-5 pour le trouble de stress aigu; (III) non impliqué dans une thérapie psychopharmacologique ou psychologique en dehors de la présente étude ; (IV) absence de toxicomanie, troubles psychotiques, dépression sévère avec proposition suicidaire. Après le dépistage initial, 4 sujets ont été exclus de l’étude et les 38 patients restants ont été assignés au hasard au protocole EMDR (n = 19, 5 hommes, âge = 48,3 ± 13,6) et au protocole TF-CBT (n = 19, 6 hommes, âge = 52,4 ± 10,6). L’étude a été menée conformément aux normes éthiques de la Déclaration d’Helsinki de 1964 et a reçu l’approbation éthique EMDR Europe. Tous les patients ont donné leur consentement éclairé lors de leur participation à l’étude.

Procédure et traitements

Les patients ont été assignés au hasard au groupe EMDR Recent Traumatic Episode Protocol (R-TEP [18]) ou au groupe TF-CBT et invités à la première session en ligne sur la plateforme Skype : ils ont été informés en détail sur les procédures et invités à donner un consentement éclairé qui a été vidéo enregistrée. Après cela, les patients ont reçu un lien vers une page Web réservée à la compilation des tests : les résultats ont été transmis au premier auteur de l’étude qui était responsable de la notation, du stockage des données et de la protection de la vie privée. Les thérapies ont été dispensées en ligne par 14 psychothérapeutes expérimentés (plus de 10 ans de pratique clinique certifiée) : 8 pour le groupe EMDR et 6 pour le groupe TF-CBT. Tous les thérapeutes étaient constamment supervisés par l’auteur A.O. Les deux groupes ont reçu une thérapie de 7 séances : 2 séances par semaine pour une durée totale d’environ 3 semaines (voir Tableau 1 pour la description détaillée de chaque séance dans les deux traitements). Après la dernière séance et à un mois de suivi, il a été demandé aux patients de recompiler les mêmes tests administrés lors de l’étape d’évaluation (voir Mesures et analyses pour plus de détails).

Mesures et analyses

Les tests auto-évalués suivants ont été administrés trois fois (pré-traitement, post-traitement et à 1 mois de suivi) pour mesurer les principales variables dépendantes de l’étude :

Liste de contrôle du TSPT pour le DSM-V (PCL-5 [27]) : cette mesure en 20 items évalue les symptômes du DSM-5 du TSPT. Les participants ont évalué chaque élément sur une échelle de Likert en cinq points, de « Pas du tout » (0) à « Extrêmement » (4). Le score total varie de 0 à 80 avec des scores plus élevés reflétant une plus grande sévérité des symptômes traumatiques. Une cohérence interne élevée (α de Cronbach = 0,92) a été démontrée pour le présent échantillon.

State Trait Anxiety Inventory (STAI-Y1 [28]) : cet inventaire de 20 items mesure l’état d’anxiété. Les participants ont évalué chaque élément à l’aide d’une échelle de Likert à quatre points, de « Pas du tout » (1) à « Tout à fait » (4). Le score total varie de 20 à 80, les scores les plus élevés indiquant une plus grande anxiété d’état. Une cohérence interne élevée (α de Cronbach = 0,87) a été démontrée pour le présent échantillon.

Beck Depression Inventory-II (BDI-II [29]) : 21 items d’auto-évaluation de la dépression. Chaque élément est évalué sur une échelle de type Likert à 4 points allant de 0 à 3, les scores les plus élevés indiquant des niveaux de dépression plus élevés. Le score total varie de 0 à 63, les scores les plus élevés indiquant un niveau de dépression plus élevé. Une cohérence interne élevée (s de Cronbach = 0,91) a été démontrée pour le présent échantillon.

Les scores des tests rapportés ci-dessus ont été soumis à des analyses de variance à 2 × 3 mesures répétées (RM-ANOVA) avec la thérapie (EMDR, TR-CBT) et le temps (pré-traitement, post-traitement, suivi) entre et variable intra-sujets respectivement. De plus, afin de confirmer l’homogénéité des groupes au départ, les données démographiques et les scores de pré-traitement ont été statistiquement comparés entre les groupes EMDR et TF-CBT (test t d’échantillons indépendants). Le niveau alpha global a été fixé à 0,05 et les résultats significatifs corrigés à l’aide du test de Bonferroni pour des comparaisons multiples. La taille de l’effet a été mesurée avec l’êta partiel au carré (η2p) : selon Cohen [30], η2p ≥ 0,01 a été interprété comme un petit effet, ≥ 0,06 comme un effet modéré et ≥ 0,14 comme un effet important.

Résultats

Aucune différence d’âge n’est apparue entre l’EMDR et la TF-CBT (t = 0,6, p > 0,05) ; aussi, les scores pré-traitement des deux groupes ne différaient pas pour le BDI-II (t = 0,2, p > 0,05), PCL-5 (t = 0,9, p > 0,05) et STAI-Y1 (t = 0,03, p > 0,05) indiquant une condition d’homogénéité démographique et clinique entre les patients des deux traitements. Comme confirmation supplémentaire, l’effet RM-ANOVA de la thérapie et de l’interaction thérapie x temps n’a pas atteint la signification statistique (tous les ps > 0,05), indiquant qu’aucun traitement n’était supérieur à l’autre et que les scores des deux groupes étaient similaires tous les points de temps pour tous les tests psychologiques. Au contraire, les RM-ANOVA ont donné un effet principal significatif du temps pour le PCL-5 (F2,72 = 57,12, p < 0,0001, η2p = 0,61), STAI Y-1 (F2,72 = 41,75, p < 0,0001, η2p = 0,53) et scores BDI-II (F2,72 = 50,17, p < 0,0001, η2p = 0,58). Les comparaisons post-hoc sont rapportées dans la figure 1 montrant les scores des deux groupes pour les trois tests dans les différents moments : le graphique révèle des valeurs similaires d’EMDR et de TF-CBT pour toutes les mesures considérées, et une diminution significative du score par rapport au pré- au post-traitement et du pré-traitement au suivi pour les deux groupes (tous les ps corrigés par Bonferroni < 0,0001). Un résumé de toutes les valeurs considérées est présenté dans le tableau 2.

Bien que les tests t préliminaires aient exclu toute différence de groupe au pré-traitement, nous avons décidé d’effectuer d’autres analyses de contrôle en effectuant des analyses de covariance séparées (ANCOVA) avec le score initial comme covariable, et le post-traitement et le suivi score comme variable dépendante. Pour les trois mesures psychologiques, les résultats n’ont pas révélé d’effets significatifs de la thérapie, du temps et de la thérapie × temps (tous ps > 0,05). Ces données ont corroboré les résultats précédents indiquant que, même en supprimant toute variance possible du pré-traitement, l’EMDR et la TF-CBT ont donné des scores similaires au post-traitement, et que ceux-ci sont restés inchangés lors du suivi.

Discussion

La présente étude visait à évaluer l’efficacité de deux brèves interventions psychologiques pour les personnes exposées à des expériences de type traumatique associées à la première étape italienne de la pandémie de COVID-19. À notre connaissance, il s’agit de la première enquête où la TF-CBT et l’EMDR ont été administrées au hasard et comparées à des thérapies traumatiques en cours. De plus, la modalité en ligne représente un élément de nouveauté supplémentaire par rapport aux études précédentes dans ce domaine. Les principaux résultats ont révélé que le bref EMDR et le TF-CBT étaient également efficaces et ont tous deux produit une amélioration significative des mesures de résultats. En particulier, après le traitement de 7 séances, l’anxiété de l’état a diminué d’environ 30 % tandis que les symptômes traumatiques et dépressifs ont été réduits d’environ 55 %, conformément aux études précédentes montrant que les traitements du TSPT étaient également associés à des réductions des symptômes dépressifs (voir [6] pour une méta-analyse). Ces résultats ont été confirmés à un mois de suivi où les symptômes traumatiques ont diminué de 11 % supplémentaires : même si elles ne sont pas statistiquement significatives, ces données de suivi sont pertinentes pour la cible du traitement et sa stabilité dans le temps.

Fournir des interventions psychologiques précoces pour les traumatismes est crucial pour empêcher la consolidation des souvenirs traumatiques [17,18], tels que les conditions psychiatriques qui peuvent développer une comorbidité avec le traumatisme après un TSA [31]. Cependant, le manque de littérature solide sur les traumatismes en cours dans la population adulte a laissé ouverte la question de l’intervention à proposer : sur ce point, les résultats actuels sont cohérents avec les nombreuses preuves sur les traumatismes consolidés et le TSPT qui ont documenté l’efficacité égale de l’EMDR et de la TCC. approches en face-à-face [14]. De plus, le fait que les résultats actuels proviennent de thérapies en ligne suggère que les deux traitements sont tous deux convertibles en mode Internet (voir [26] pour des conclusions similaires), et donc recommandés pour des interventions précoces sur le traumatisme en cours. En effet, au-delà de la pandémie, la thérapie à distance peut être nécessaire pour plusieurs conditions qui entravent les contacts physiques, telles que le niveau extrême de détresse associé au départ de la maison pour certains patients, les tremblements de terre qui rendent un lieu dangereux, ou les nombreuses situations qui peuvent limiter l’accès aux soins (ex. indisponibilité d’un thérapeute spécialisé à proximité).

Une limitation de la présente enquête pourrait consister dans le devis de comparaison actif-actif, c’est-à-dire l’absence de liste d’attente comme dans la plupart des études dans ce domaine [15]. Cependant, nous devons considérer que les symptômes traumatiques ont tendance à persister en l’absence de traitement [6] et donc les changements post-traitement sont peu susceptibles d’être dus au passage du temps [8]. De plus, la courte durée des deux traitements (c’est-à-dire 3 semaines) ainsi que la persistance des circonstances COVID-19 excluent en outre l’hypothèse alternative de rémission spontanée chez tous les patients. En fait, il est à noter que les sujets de la présente étude ont été recrutés lors du premier confinement italien (de mars à mai 2020) qui présentait certaines caractéristiques clés : l’Italie était le seul pays « rouge » en dehors de l’Asie, et le virus a fait davantage peur aux gens. en raison de sa nouveauté, de l’absence d’outils de diagnostic et de thérapies, et donc de la mortalité impressionnante parmi les nouveaux atteints. Toutes ces conditions ont permis aux conditions traumatiques de perdurer, même à la fin et après le traitement. En ce qui concerne le suivi, nous reconnaissons que l’évaluation à 1 mois peut limiter le suivi des résultats à moyen et à long terme, ainsi les études futures devraient également envisager des évaluations multiples ou différées. La possibilité de fournir ces thérapies en ligne pourrait indirectement contribuer au débat sur les mécanismes sous-jacents à la thérapie EMDR. Malgré le nombre croissant d’études publiées ces dernières années sur l’utilité des mouvements oculaires et de la stimulation bilatérale dans la pratique EMDR [32,33], il n’est pas possible d’établir des conclusions définitives. Comme ces patients se sont auto-administrés le tapotement manuel, cela soulève des questions sur la justification des mouvements oculaires guidés que certaines enquêtes empiriques considéraient comme inutiles (voir [15,34] pour les méta-analyses). Néanmoins, nous devons considérer que le point spécifique sur l’utilité de la stimulation bilatérale en EMDR reste controversé (voir [35] pour une revue) et que des études récentes de premier plan ont suggéré de nouvelles hypothèses sur les mécanismes neuro-physiologiques sous-jacents [36,37] : ce sujet est, cependant, en dehors de la portée de la présente étude et mérite probablement une comparaison avec une condition de non-stimulation à tester.

En conclusion, nous pourrions suggérer que l’EMDR et la TF-CBT sur Internet étaient tout aussi efficaces pour les traumatismes en cours et les symptômes associés, car ils ont tous deux adopté des procédures d’exposition dont la justification est bien connue pour la traumatothérapie [38]. De plus, comme les deux traitements reposaient sur des protocoles spécifiques (voir Méthodes), les présents résultats sont ouverts à la possibilité d’adopter ces brèves thérapies en ligne comme traitement de première intention des affections traumatiques nécessitant des interventions à distance et précoces, conformément aux recommandations. pour les paramètres de TSPT et en face-à-face établis [14]. Des études futures sont nécessaires pour tester directement la capacité préventive de ces interventions en ce qui concerne la consolidation à long terme des souvenirs traumatiques et des troubles psychiatriques associés afin de fournir aux professionnels de la santé mentale des lignes directrices fondées sur des preuves pour la gestion des traumatismes.

Lire l’article COVID-19, Isolement, quarantaine : sur l’efficacité de l’EMDR sur Internet et de la TCC pour les traumatismes en cours complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article COVID-19, Isolement, quarantaine : sur l’efficacité de l’EMDR sur Internet et de la TCC pour les traumatismes en cours :

  • auteurs : Perri, R. L., Castelli, P., La Rosa, C., Zucchi, T. et Onofri, A.
  • titre en anglais : COVID-19, Isolation, Quarantine: On the Efficacy of Internet-Based Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR) and Cognitive-Behavioral Therapy (CBT) for Ongoing Trauma
  • publié dans : Brain Sci, 11(5), 579.
  • doi :10.3390/brainsci11050579

Formation(s)

Dossier(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *