Étude de cas unique : Psychothérapie EMDR sur l'alimentation émotionnelle

Étude de cas unique : Psychothérapie EMDR sur l’alimentation émotionnelle

Un article Étude de cas unique : Psychothérapie EMDR sur l’alimentation émotionnelle, de Halvgaard, K. , publié dans le Journal of EMDR Practice and Research

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès livre

Katrine Halvgaard (2015) a rapporté une seule étude de cas avec Emotional Eating (EE) utilisant une version ajustée du protocole de désensibilisation des déclencheurs et de retraitement urgent (DeTUR) (Popky, 2009), y compris l’installation des ressources, la gestion des effets, le travail sur l’état de l’ego et le protocole EMDR standard. Une femme de 55 ans a eu six séances hebdomadaires de 1,5 heure et des suivis à 3 et 6 mois. La patiente a connu un changement global après le traitement EMDR dans son comportement alimentaire montré par des mesures d’auto-évaluation, y compris la régulation de l’affect, des comportements alimentaires spécifiques avant et après, une diminution de son envie d’EE dans les situations de déclenchement et d’EE au cours de la semaine, et une l’image corporelle. Halvgaard a conclu que ce traitement pouvait aider à réduire le poids et à stabiliser le poids après une perte de poids. (résumé de Marylin Luber, dans son livre Eye Movement Desensitization and Reprocessing EMDR Therapy Scripted Protocols and Summary Sheets : Treating Eating Disorders, Chronic Pain, and Maladaptive Self-Care Behaviors).

Résumé 

Cet article présente les méthodes et les résultats d’une seule étude de cas traitant des effets de « l’alimentation émotionnelle » (EE). Il fournit une revue complète de la littérature liée à l’obésité et à l’alimentation émotionnelle; explique les expériences de l’enfance, qui peuvent contribuer à son développement; et décrit comment l’alimentation émotionnelle peut devenir un comportement par défaut pour la régulation des affections.

Le contexte de la recherche est l’épidémie mondiale de suralimentation et d’obésité. L’étude a été conçue pour examiner si le traitement des symptômes de l’EE avec des protocoles et des méthodes sélectionnés dans le cadre de la psychothérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) aurait un effet positif, et la participante, une femme de 55 ans, a été traitée avec un version du protocole de désensibilisation des déclencheurs et de retraitement par urgence (DeTUR), y compris l’installation des ressources, la gestion des effets, le travail sur l’état de l’ego et le protocole EMDR standard.

Le traitement consistait en 6 réunions hebdomadaires, chacune d’une durée de 1,5 heure, et 2 réunions de suivi après 3 et 6 mois.

Les mesures, qui ont été autodéclarées sur une échelle qualitative (0-10), incluaient le sentiment de contrôle ressenti en général (régulation des effets) dans un comportement alimentaire spécifique avant et après le traitement, la réduction de l’envie dans les situations de déclenchement, le nombre de situations avec une alimentation émotionnelle par semaine et une image corporelle avant et après le traitement.

Le participant a connu un changement global positif dans son comportement alimentaire, et le traitement pourrait être l’un des moyens de réduire le poids au fil du temps et d’assurer de meilleurs résultats en stabilisant le poids après une perte de poids.

Extraits

L’obésité est devenue un problème croissant dans les pays développés et, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2015), le surpoids et l’obésité sont liés à plus de décès dans le monde que l’insuffisance pondérale. Selon l’OMS, en 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes âgés de 18 ans et plus étaient en surpoids. Parmi ceux-ci, plus de 600 millions étaient obèses. En 2014, 39% des adultes âgés de 18 ans et plus étaient en surpoids et 13% étaient obèses. En 2013, 42 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses. L’incidence de l’obésité a presque doublé entre 1980 et 2008. Le surpoids et l’obésité sont définis comme une accumulation anormale ou excessive de graisse pouvant nuire à la santé. L’indice de masse corporelle (IMC) est un simple indice de poids pour la taille qui est couramment utilisé pour classer le surpoids et l’obésité chez les adultes. Il est défini comme le poids d’une personne en kilogrammes divisé par le carré de sa taille en mètres (kg / m2). L’OMS définit le surpoids comme un IMC supérieur ou égal à 25 et l’obésité comme un IMC supérieur ou égal à 30. L’épidémie d’obésité est l’un des problèmes de santé les plus graves auxquels sont confrontés les pays occidentaux. Malgré un large éventail d’efforts et une compréhension commune selon laquelle le surpoids est réduit par l’augmentation de l’activité physique et la consommation de moins, un nombre croissant de personnes sont aux prises avec le surpoids et l’obésité, et de nouvelles approches de prévention et de traitement doivent donc être examinées.

Cette étude de cas examine comment les facteurs émotionnels contribuent au problème et si la psychothérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) a un effet positif sur le traitement de l’alimentation émotionnelle (EE).

Question de recherche

Pouvez-vous démontrer les effets positifs de certains protocoles et méthodes de la psychothérapie EMDR sur l’alimentation émotionnelle et par conséquent recommander cette approche dans le traitement des aspects émotionnels du comportement alimentaire perturbé et du développement de l’obésité?

Revue de littérature

Troubles de l’alimentation

Les troubles de l’alimentation (EDs) sont des maladies chroniques complexes aux ramifications physiques, sociales et psychologiques. Le fil de l’inquiétude obsessionnelle concernant la nourriture, le poids et l’apparence, les comportements alimentaires inappropriés et les distorsions de l’image corporelle traverse l’anorexie mentale (AN), la boulimie mentale (BN) et l’hyperphagie boulimique (BED). Le même fil conducteur traverse une alimentation désordonnée – c’est-à-dire une alimentation problématique, où l’on mange «non pas par faim physique, mais pour apaiser, engourdir, réconforter ou éviter» (R. Shapiro, 2009), ce que l’on appelle manger émotionnel. L’Institut national pour l’excellence de la santé et des soins (NICE, 2004) déclare que les personnes atteintes de EDs non spécifiées ailleurs devraient être traitées conformément au traitement des EDs à laquelle leurs symptômes ressemblent le plus. Le ED qui ressemble le plus à EE est BED. Il est intéressant de noter que le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd., DSM-5) ne liste l’EE parmi aucun des critères pour les urgences, en tenant compte de l’ampleur croissante et des conséquences graves de ce phénomène, comme indiqué précédemment.

Surpoids psychogène

Selon Hart (2006), les dysfonctionnements érectiles peuvent être divisés en AN, boulimie et surpoids psychogène, également appelé alimentation réconfortante ou alimentation émotionnelle. Le surpoids psychogène est ici vu comme une perturbation limbique, initiée comme une sorte d’auto-apaisement pour répondre à un malaise émotionnel qui ne peut pas être intégré dans les fonctions de mentalisation du cortex préfrontal. Au lieu de cela, elle sera exprimée au niveau limbique, c’est-à-dire par somatisation. Cette dissociation se traduit par une sensation intérieure de vide, et cette émotivité diffuse est remplacée entre autres par la consommation de nourriture. Les besoins physiologiques et psychologiques sont temporairement, mais jamais entièrement, satisfaits. Manger donne un sentiment de satisfaction car il active les mêmes structures que si vous aviez un contact social. Selon Hart, le sucre stimule la libération d’opioïdes qui réduisent à nouveau la douleur psychique et psychologique. La recherche montre que les souris, lorsqu’elles sont séparées de leur mère, pleurent moins à cause de la séparation si elles boivent de l’eau avec du sucre.

Alimentation émotionnelle

Les raisons du développement de l’obésité sont complexes et causées par de multiples facteurs tels que les perspectives neurobiologiques, génétiques, culturelles, psychologiques, sociales et physiques (R. Shapiro, 2009). Cette étude de cas examine comment les facteurs émotionnels contribuent au problème et comment le comportement alimentaire est activé non pas par la faim physique, mais par une expérience soudaine de faim et d’envie de certains aliments «réconfortants», généralement riches en graisses et en sucre ( Campbell, 2011). La faim est liée à des émotions bouleversantes et la nourriture est utilisée comme source principale de réconfort, d’adaptation et d’épanouissement émotionnel, également appelée alimentation émotionnelle.

Processus émotionnels et obésité

Dans leur article intitulé «Emotions and Eating Behavior: Implications for the Current Obesity Epidemic», Levitan et Davis (2010) examinent le rôle des émotions dans le comportement alimentaire et dans l’épidémie actuelle d’obésité, en se concentrant sur deux phénomènes: le stress / émotionnel manger, qui décrit l’utilisation d’aliments riches en calories et très appétissants pour faire face aux émotions négatives, et la suralimentation comme une forme de dépendance. À la suite de leur examen de plusieurs études, ils concluent qu’il existe des preuves substantielles que la régulation émotionnelle joue un rôle essentiel dans la consommation alimentaire, et qu’il sera nécessaire de se concentrer sur les processus émotionnels si des progrès significatifs doivent être accomplis dans la lutte contre l’épidémie d’obésité. Ils considèrent la théorie de l’attachement, qui se concentre sur la régulation émotionnelle normale et anormale, comme une approche importante. Le fait que les aliments riches en calories et très appétissants, qui sont les plus problématiques en termes de gain de poids et d’obésité, est également particulièrement préoccupant, a également le plus fort effet sur l’atténuation des états d’humeur négatifs dans la plupart des contextes et a donc une influence critique. sur le comportement EE. Le stress et l’anxiété contribuent également fortement à l’EE, ce qui suggère que plusieurs approches de traitement utilisées en combinaison peuvent être nécessaires pour que des progrès majeurs se produisent.

Évitement des sentiments

Roth (1992) a été parmi les premiers à lier l’alimentation compulsive et le régime perpétuel à des problèmes profondément personnels et spirituels qui vont bien au-delà de la nourriture, du poids et de l’image corporelle. Elle montre comment un régime et une alimentation compulsive deviennent souvent un substitut à l’intimité. Elle montre pourquoi de nombreuses personnes mangent trop pour tenter de satisfaire leur faim émotionnelle et pourquoi la perte de poids révèle souvent un nouvel ensemble de problèmes.

Maine (2000) aborde le problème et explique l’impact d’un système culturel et économique qui mine l’estime de soi, l’acceptation de soi et la maîtrise de soi. L’EE est souvent abordée en termes de manière d’éviter ou de se débarrasser des sentiments. Dans la littérature et dans les programmes de style de vie, il est souvent conseillé aux gens de se livrer à des activités distrayantes, comme se promener ou prendre un bain moussant, afin d’éviter l’EE, sans comprendre la fonction d’autorégulation de la portée de la nourriture. Au lieu de cela, l’individu doit développer la capacité de tolérer les sentiments inconfortables et de réguler l’intensité des sentiments (Matz et Frankel, 2004).

Albers (2009) présente un ensemble de compétences et de pratiques de pleine conscience qui aident les individus à faire face à ces sentiments difficiles. Ce concept d’alimentation consciente est probablement utile. Cependant, une alimentation consciente, la distraction ou le fait d’éviter les sentiments n’abordent pas les expériences émotionnelles ou traumatisantes plus profondes du passé, qui dans cette étude sont considérées comme la nouvelle approche cruciale pour traiter l’EE; ceci est essentiel pour comprendre l’objectif de l’application de l’EMDR à l’EE dans cette étude de cas. Que l’EE provienne d’un matériel traumatique précoce stocké de manière dysfonctionnelle dans le système de mémoire du cerveau, pour être expliqué plus tard, ou d’une mauvaise habitude et d’un choix malheureux de stratégie apaisante, l’hypothèse est que le traitement doit être axé à la fois sur l’histoire passée (traumatisme ), les situations alimentaires actuelles déclenchantes et la régulation des effets futurs.

Régulation de l’affect

Les habitudes alimentaires perturbées peuvent en partie être conceptualisées comme un problème de gestion des affections avec des racines dans les relations d’attachement précoces. Le style de nos premiers attachements aux premiers aidants est crucial pour déterminer le développement de la personnalité, et la régulation des affections se développe à partir de ces premières expériences d’attachement (Ainsworth et Bell, 1970; Bowlby, 1969, 1973, 1980; R. Shapiro, 2009). Les stratégies de régulation affective sont codées, de l’inconscient à l’inconscient, de la mère à l’enfant, à travers des mécanismes psychoneurobiologiques pour faire face au stress. Un attachement sûr et sain facilité par l’harmonisation émotionnelle est essentiel au développement de la régulation des affections, et pour les personnes atteintes de dysfonctionnement érectile ». . .  la nourriture symbolise le moment où la fusion de la mère et du bébé était ou aurait dû être une expérience apaisante »(Scholom, 2009, p. 116). Le mangeur de boulimie et la personne souffrant d’EE n’ont pas de présence apaisante interne pour gérer l’anxiété et se tourner vers la nourriture, symbole de la bonne mère. La régulation des affections s’exprime par le comportement d’EE, et les mécanismes de défense sont des formes de stratégies de régulation émotionnelle pour éviter, minimiser ou convertir des affects trop difficiles à tolérer. (…)

Lire l’article Étude de cas unique : Psychothérapie EMDR sur l’alimentation émotionnelle complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Étude de cas unique : Psychothérapie EMDR sur l’alimentation émotionnelle :

  • auteurs : Halvgaard, K.
  • publié en 2015
  • titre en anglais : Single Case Study : Docs EMDR Psychotherapy Work on Emotional Eating ?
  • publié dans : Journal of EMDR Practice and Research 9, 4, 188-197
  • doi : 10.1891/1933-3196.9.4.188

Dossier EMDR et TCA (publication du dossier en janvier 2021)

Formation Le traitement des troubles alimentaires en EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *