La relation thérapeutique au début de l’EMDR

Marl Dworkin nous explique comment il met en place la relation thérapeutique au début de l’EMDR, dans le 3e chapitre de son livre sur la relation thérapeutique en EMDR :  EMDR and the relational impérative – The therapeutic relationship in EMDR treatment.  Dans cet ouvrage, il explore les nuances subtiles de la relation thérapeutique et le rôle vital qu’elle joue dans l’utilisation de la méthode de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) avec des patients traumatisés.

Livre publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – payant

De nombreux patients ayant subi un traumatisme ont souffert de différentes formes de thérapie sans parvenir à se libérer de leur douleur émotionnelle. En fait, beaucoup m’ont dit qu’ils ne voulaient pas raconter à nouveau l’histoire de leur vie parce qu’elle était trop traumatisante. D’autres choisissent le traitement EMDR parce qu’ils ont entendu dire que c’était un remède miracle, ils veulent commencer par faire ressortir immédiatement un vieux souvenir qui leur fait mal et « commencer à faire les mouvements des yeux ». Bien que je sois de tout cœur avec ces personnes qui souffrent, je pense que ce n’est pas encore le moment. En fait, je consacre généralement un nombre suffisant de séances à me faire une idée globale du patient et de son cas avant de décider s’il convient d’entamer un travail actif sur le traumatisme ou de procéder d’abord à une stabilisation.

Je travaille toujours de manière relationnelle. Je me demande comment je vais aborder cet individu. Je considère les points suivants : Qu’est-ce que cette personne attend de moi ? Ce patient agit-il en accord avec son souhait exprimé ? Quelle est la flexibilité de réponse de cette personne ? Quels sont ses antécédents génétiques familiaux ? Le patient fonctionne-t-il de manière adéquate dans les sphères de l’amour et du travail ? Quelles sont les forces de cette personne ? Lesquelles de ces forces sont accessibles ? Quelles sont les croyances négatives qui lui barrent la route ? Quelles sont les croyances positives à son sujet que le patient souhaite faire résonner à la fin du traitement ? Quelle est la capacité de cette personne à se libérer en toute sécurité de ses vieux souvenirs ? Je décide ensuite de la meilleure façon de procéder.

Par exemple, Mandy est une femme de 50 ans, dissociée, qui était gravement déprimée. Elle était clairement une patiente pour laquelle le diagnostic DESNOS était approprié. (DESNOS signifie Disorders of Extreme Stress, Not Otherwise Specified, voir l’annexe A pour savoir comment ce diagnostic est caractérisé). Le développement et l’installation de ressources ou d’autres formes de ressourcement devaient venir avant le travail actif sur le traumatisme. Les clients DESNOS présentent de nombreux défis et, à mon avis, ont besoin d’une période prolongée de stabilisation avant de passer aux phases plus actives de traitement des traumatismes auxquelles l’EMDR est le plus souvent associé. Mandy et moi envisagerons le traitement des traumatismes à l’avenir. Pour l’instant, la priorité absolue était simplement qu’elle se sente en sécurité avec moi.

Jeff est un étudiant en médecine dentaire de 27 ans qui a des normes sévères et implacables. Il avait besoin d’être plus gentil avec lui-même. Il comprend qu’un travail actif sur les traumatismes peut permettre de puiser dans les problèmes fondamentaux afin de les guérir, mais ce n’est pas le bon moment pour cela. Il avait besoin de ses  » anges et gardiens  » (ressources) pour l’aider à traverser ses dernières semaines de formation. Il a donné son consentement éclairé et a pris sa décision. Nous avons donc développé et installé des intériorisations de ces figures protectrices avant de faire un traitement actif du traumatisme.

Carla est une artiste de 37 ans, mariée pour la deuxième fois, heureuse, avec un fils adulte. Elle était physiquement handicapée par une maladie auto-immune dont elle prenait très bien soin. Bien qu’elle ait subi de nombreux traumatismes, elle avait déjà développé la capacité de faire face à ses problèmes de vie actuels. Carla était prête à affronter ses vieux souvenirs dépendants de l’état et à poursuivre un travail actif sur les traumatismes.

Je parle également avec mes patients, dès le début, de la façon dont la relation peut devenir une source de richesse qui peut être utilisée pour favoriser la guérison. J’explique que le cabinet de consultation est un lieu où les règles de communication sont légèrement différentes. Alors que nous pouvons retenir certaines réactions dans la vie quotidienne, ici il est important que le patient soit aussi honnête que possible avec moi. Bien sûr, j’explique que la vérité honnête doit être dite sans crainte de représailles (ceci est similaire aux commentaires de Shapiro sur la nécessité de « dire la vérité »). Ce faisant, je renforce les paramètres de l’alliance de travail collaborative. Dans la vie, dire que vous êtes confus ou blessé par ce que quelqu’un a ou n’a pas dit peut susciter la défensive ou l’hostilité de l’autre personne. Dans cette pièce, j’explique que l’honnêteté peut nous remettre en phase et me signaler une réaction qui peut nous informer sur quelque chose qui se passe encore plus profondément, ce qui peut faire de la guérison une expérience plus complète. J’explique également que je suis humaine aussi. Je peux avoir des réactions qui proviennent du travail inachevé de mon homme. Lorsque cela se produit, je m’engage à être aussi conscient que possible de moi-même par rapport au travail que nous faisons. Je ne promets jamais de partager mes problèmes personnels, mais je fais savoir à mon patient que j’assume la responsabilité de tout problème personnel qui survient pendant le traitement. Je fais savoir à mon patient que je suis reconnaissante pour ces moments, même s’ils sont difficiles, parce qu’ils peuvent m’indiquer des façons de les utiliser dans mon travail (comme dans l’entrelacement relationnel).

Je suis vraiment reconnaissant envers les patients lorsque je suis déclenché. Je ne suis pas le seul à penser ainsi. De nombreux cliniciens se rendent compte que le véritable test de notre capacité à devenir le meilleur d’entre nous réside dans la façon dont nous prenons conscience de ces réactions et les gérons. Vivre consciemment dans la salle de consultation favorise l’épanouissement des deux parties.

Mettre en œuvre les huit phases de l’EMDR

Afin d’avoir une relation réussie avec un patient, il est essentiel d’apprendre et de comprendre les huit phases de l’EMDR. J’ai entendu des légions de cliniciens formés à l’EMDR parler de « l’EMDR » comme d’une fonction des phases 3 à 6 (évaluation, désensibilisation, installation, et le scanner corporel) – comme si c’était cela la méthodologie de l’EMDR, en dépit des déclarations publiques fermes et nombreuses de Shapiro selon lesquelles l’EMDR est une approche complète en huit phases. Les phases 3 à 6 sont les phases de traumatisme actif, et ce sont celles qui nécessitent le plus de fidélité à la méthode de Shapiro, mais elles ne constituent pas la totalité de l’EMDR. Chaque phase est importante ou, comme Shapiro l’a déclaré lors de sa plénière de 2004 (EMDRIA, 2004), l’EMDR commence au moment où le patient entre dans le bureau du clinicien.

Par exemple, si le clinicien survole la phase 1 et la phase 2, passant directement au traitement, il peut réellement faire du tort. D’autres fois, le patient ne fera que des progrès partiels. Certains cliniciens commencent le traitement des traumatismes dès la première séance sans faire une évaluation approfondie du patient et de son histoire. Par exemple, un patient est venu me voir à propos de sa peur des hauteurs. Il avait été traité par un clinicien EMDR qui avait commencé par l’auditif. Il a fait de bons progrès, mais le traitement n’a pas suivi la méthodologie EMDR ; en fait, le clinicien n’a même pas pris en compte les antécédents du patient ni établi une relation thérapeutique solide. Le patient a été renvoyé chez lui et on lui a dit qu’il aurait toujours un certain degré d’inconfort. Il n’y a eu aucune tentative d’application de l’approche en trois temps consistant à traiter les traumatismes passés, puis à cibler les référents actuels, et enfin à installer un modèle futur.

Si le clinicien ne procède pas à un examen approfondi du problème présenté par le patient, s’il ne prend pas connaissance des souvenirs nourriciers du patient (anciens souvenirs traumatiques qui alimentent l’intensité du problème présenté), de ses antécédents familiaux et médicaux, s’il n’explore pas ses autres traumatismes passés et s’il n’évalue pas les compétences actuelles du patient en matière de traitement des référents, le clinicien s’avance dans le champ de mines les yeux fermés. Au début, même si cela semble simpliste, le clinicien ne connaît pas encore le patient. Les deux n’ont pas encore formé une alliance de travail, et encore moins une relation thérapeutique. De nombreux patients ont été blessés par des personnes irréfléchies, égoïstes ou cruelles dans leur vie. Si le clinicien n’apprend pas à connaître le patient et ne teste pas ses capacités à se contenir, il risque d’ouvrir la boîte de Pandore et de rejoindre – en tout cas dans le système de mémoire implicite du patient – la liste des personnes en qui on ne peut pas avoir confiance.

En savoir plus

Formation(s) : Relation thérapeutique – Stratégies relationnelles pour traiter les patients souffrant de traumas difficiles

Dossier(s) : La relation thérapeutique en EMDR