Le traumatisme psychologique comme facteur de risque transdiagnostique de trouble mental

Le traumatisme psychologique comme facteur de risque transdiagnostique de trouble mental

Le traumatisme psychologique comme facteur de risque transdiagnostique de trouble mental : une méta-analyse, un article de Hogg,  B., Gardoki-Souto, I., Valiente-Gómez, A., Rosa, A. R., Fortea, L.,  Radua, J., Amann, B. L., & Moreno-Alcázar, A., publié dans l’European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience   

Cette méta-analyse  montre très clairement que les traumatismes psychologiques, en particulier dans l’enfance, sont un facteur de risque de troubles mentaux ultérieurs.

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé

Cette revue générale est la première à examiner systématiquement le traumatisme psychologique en tant que facteur de risque transdiagnostique à travers les conditions psychiatriques.  Nous avons effectué des recherches dans les bases de données Pubmed, Scopus et PsycNET depuis le début jusqu’au 01/05/2021 pour des revues systématiques/méta-analyses évaluant l’association entre le traumatisme psychologique et au moins un trouble mental diagnostiqué. Nous avons recalculé l’odds ratio (OR), puis nous avons classé l’association comme étant convaincante, hautement suggestive, suggestive ou faible, en nous basant sur le nombre de cas et de témoins avec et sans traumatisme psychologique, la valeur p à effets aléatoires, l’intervalle de confiance à 95 % de l’étude la plus importante, l’hétérogénéité entre les études, l’intervalle de prédiction à 95 %, l’effet des petites études et le biais de signification excessif. Les résultats supplémentaires étaient l’association entre des types de traumatismes spécifiques et des troubles mentaux spécifiques, et une analyse de sensibilité pour les traumatismes de l’enfance.  La transdiagnosticabilité a été évaluée à l’aide des critères TRANSD. L’examen a été préenregistré dans Prospero CRD42020157308 et a suivi les directives PRISMA/MOOSE. Quatorze revues répondaient aux critères d’inclusion, comprenant 16 277 cas et 77 586 contrôles. Le traumatisme psychologique a satisfait aux critères de TRANSD en tant que facteur transdiagnostique à travers différents critères et spectres de diagnostic. Il existe des preuves très suggestives d’une association entre le traumatisme psychologique à tout moment et tout trouble mental (OR = 2,92) et entre le traumatisme infantile et tout trouble mental (OR = 2,90). En ce qui concerne les types de traumatismes spécifiques, des preuves convaincantes ont établi un lien entre l’abus physique (OR = 2,36) et des preuves très suggestives ont établi un lien entre l’abus sexuel (OR = 3,47) et une série de troubles mentaux, et des preuves convaincantes ont établi un lien entre l’abus émotionnel et les troubles anxieux (OR = 3,05) ; il n’y avait pas de données sur l’abus émotionnel et d’autres troubles. Ces résultats soulignent l’importance de prévenir les événements traumatiques précoces et de fournir des soins tenant compte des traumatismes dans les services d’intervention précoce et les services psychiatriques.

Introduction

L’étiologie des maladies mentales est multifactorielle, les facteurs génétiques, les facteurs environnementaux et les expériences vécues au début et à la fin de la vie jouant tous un rôle [1]. Un facteur impliqué dans l’apparition et le maintien d’une série de troubles mentaux est le traumatisme psychologique. Le traumatisme psychologique peut être défini comme l’expérience par une personne d’événements ou de circonstances qui sont physiquement ou émotionnellement nuisibles ou menacent sa vie, et qui ont des effets néfastes durables sur son fonctionnement et son bien-être mental, physique, social, émotionnel ou spirituel [2]. Il peut s’agir d’expériences d’abus physiques, psychologiques, émotionnels ou sexuels, ou de la présence de tout événement traumatique de la vie tel qu’un accident, une catastrophe, un diagnostic de maladie ou la perte d’un être cher, entre autres [3, 4]. Si l’exposition aux traumatismes est une condition préalable à l’apparition de troubles liés aux facteurs de stress, tels que le trouble de stress post-traumatique (TSPT) [5], elle est également associée à toute une série d’autres troubles mentaux, tels que la dépression, l’anxiété, la toxicomanie et la psychose [6-10]. C’est également un facteur prédictif d’un moins bon pronostic dans les troubles mentaux, entraînant des symptômes plus résistants, un plus grand nombre d’hospitalisations et de jours d’admission [6, 11], et aggravant le coût pour le système de santé [11-13].

Les événements traumatiques sont très répandus. Des études menées dans un grand nombre de pays estiment qu’entre 70,4 et 89,7 % des adultes ont subi au moins un événement traumatique au cours de leur vie, et que 30,5 % ont été exposés à quatre événements ou plus [14, 15]. Les traumatismes surviennent souvent dans l’enfance : une étude de l’Organisation mondiale de la santé portant sur un échantillon de 51 945 adultes de 21 pays a révélé que 38 à 39 % de la population interrogée avait subi au moins un événement indésirable dans l’enfance [16].

Compte tenu de la forte prévalence et de l’impact du traumatisme psychologique, il est peut-être surprenant que, jusqu’à présent, il n’ait pas fait l’objet de plus d’attention dans la recherche en dehors des diagnostics de TSPT et d’autres troubles liés au stress. Un nombre croissant de recherches se sont concentrées sur les limites du système de diagnostic nosologique actuel en psychiatrie [17, 18], suggérant que la comorbidité élevée entre les troubles mentaux [6] n’est pas une véritable comorbidité mais le résultat d’un système de catégorisation artificiel [17], et soutenant qu’il existe des processus transdiagnostiques sous-jacents qui sous-tendent une série de maladies mentales [18]. Une approche transdiagnostique peut aider à améliorer la compréhension en se concentrant sur les processus dysfonctionnels sous-jacents qui transcendent le système de catégorisation artificiel, en permettant une meilleure compréhension de la comorbidité élevée entre les troubles et en fournissant des pistes plus efficaces pour l’évaluation et le traitement [18, 19]. Les mécanismes par lesquels les constructions transdiagnostiques en psychopathologie peuvent conduire à des résultats et des trajectoires divergents ont été suggérés par un modèle qui propose des facteurs de risque distaux et proximaux, liés par une série de mécanismes et de modérateurs, pour expliquer la variance des résultats [19]. Plus récemment, un modèle spécifique pour le traumatisme psychologique en tant que construction transdiagnostique en psychopathologie a été développé, comprenant trois mécanismes de risque transdiagnostiques : le traitement de l’information sociale, le traitement des émotions et le vieillissement biologique accéléré, et un facteur de protection transdiagnostique : le soutien social [20].

Selon une revue récente, la recherche sur le transdiagnostic en psychiatrie a généralement manqué de rigueur à ce jour [21]. Pour remédier à ce problème et améliorer la qualité de l’évaluation et de la communication des constructions transdiagnostiques, les critères TRANSD ont été élaborés [22]. Les critères TRANSD exigent que la recherche soit basée sur des diagnostics valides selon les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) [23] ou de la Classification internationale des maladies (CIM) [24], un cadre conceptuel clair (si le concept transdiagnostique traverse les catégories diagnostiques existantes ou les dépasse), une rigueur statistique prouvant que l’approche transdiagnostique s’adapte aux données, et que les résultats puissent être reproduits dans deux études ou plus.

À ce jour, bien que le traumatisme psychologique ait été lié à une série de troubles mentaux, il n’a pas encore été systématiquement testé en tant que construction transdiagnostique. Cette revue a pour but d’être la première à évaluer si le traumatisme psychologique remplit les critères d’un facteur de risque transdiagnostique traversant diverses catégories et spectres diagnostiques. La transdiagnosticité sera évaluée dans le cadre des critères TRANSD. L’article vise en outre à analyser l’association de la psychopathologie avec le type de traumatisme spécifique.

Résultats

La recherche systématique initiale a donné 707 résultats, et la recherche actualisée a fourni 148 articles supplémentaires, soit un total de 855, qui a été réduit à 850 après suppression des doublons. Après le tri des titres et des résumés, nous avons récupéré 176 articles actualisés en texte intégral pour les examiner, dont 14 répondaient aux critères d’inclusion [3, 33-45]. Le processus de recherche est présenté dans la figure 1. Ces articles comprenaient 106 études individuelles répondant à nos critères d’inclusion, incluant un total de 93 863 participants (16 277 cas et 77 586 témoins) et dix catégories de traumatisme psychologique : abus sexuel (n = 26), abus physique (n = 15), abus émotionnel (n = 8), incidents de personne sous un train (n = 4), déploiement militaire dans une zone de guerre (n = 4), catastrophe (n = 3), diagnostic de maladie (n = 3), perte parentale pendant l’enfance (n = 3), événement traumatique général (n = 1) et traumatisme infantile non spécifique (n = 39). Cette dernière catégorie regroupe des types spécifiques de traumatismes vécus pendant l’enfance pour lesquels il y avait moins de trois études (décès d’un frère ou d’une sœur par homicide, intimidation, violence domestique, abus familial) ainsi que des études ne précisant pas l’événement indésirable, et les résultats d’une méta-analyse qui a combiné différents types de traumatismes (y compris la violence physique et émotionnelle, la négligence et les abus sexuels) en une seule variable. La plupart des études se sont concentrées sur des troubles mentaux spécifiques tels que les troubles anxieux, notamment le trouble anxieux généralisé, le trouble panique ou le trouble d’anxiété sociale (n = 31), la psychose, notamment la schizophrénie, le trouble schizo-affectif ou le trouble psychotique (n = 25), le trouble bipolaire (BD ; n = 13), le trouble de stress post-traumatique (TSPT ; n = 12), le trouble obsessionnel-compulsif (TOC ; n = 8), le trouble de la personnalité limite (TPL ; n = 4) ou le trouble dépressif majeur (TDM ; n = 3), tandis que d’autres (n = 10) portaient sur l’un ou l’autre de ces troubles lorsque le nombre d’études était insuffisant pour créer une variable distincte classée dans la catégorie « Autres troubles mentaux », qui représente le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH ; n = 2), le trouble des conduites (n = 1), la boulimie (n = 1), tout trouble de la personnalité (n = 1) et tout trouble de l’humeur (n = 2), ainsi que les études portant sur tout trouble mental (n = 3).

Une description des études incluses dans notre revue et les scores AMSTAR respectifs sont présentés dans le tableau 1.

Association entre tout type de traumatisme et trouble mental   

Il existe des preuves très suggestives (classe II) d’une association entre tout type de trouble mental et tout type de traumatisme (OR = 2,92 ; IC à 95 % : 2,60, 3,28).

Une analyse portant sur des types de traumatismes spécifiques a montré que sept des neuf types de traumatismes (77,8 %, à savoir la violence psychologique, la violence physique, l’abus sexuel, les traumatismes infantiles non spécifiques, le déploiement militaire dans une zone de guerre, l’incident de la personne sous un train et les catastrophes) présentaient des preuves statistiquement significatives d’association avec le développement de tout trouble mental à p < 0,05, dont cinq (55,6 %) ont atteint un p < 10 -6 . La violence physique a satisfait aux critères de preuve convaincante (classe I) d’une association avec tout trouble mental (RC = 2,36 ; IC à 95 % : 2,13, 2,62). Il existait des preuves très suggestives (classe II) d’une association entre les troubles mentaux et l’abus sexuel (RC = 3,43 ; IC à 95 % : 2,75, 4,27), les traumatismes infantiles non spécifiques (RC = 3,01 ; IC à 95 % : 2,42, 3,74) et la violence psychologique (RC = 2,92 ; IC à 95 % : 2,26, 3,77). La catastrophe (RC = 2,92 ; IC à 95 % : 1,09, 7,80), le déploiement militaire dans une zone de guerre (RC = 5,10 ; IC à 95 % : 3,82, 6,80) et la personne sous train (RC = 3,78 ; IC à 95 % : 1,44, 9,91) répondaient tous aux critères de preuve faible (classe IV) en raison, entre autres, du plus petit nombre de cas. Les associations avec le diagnostic de la maladie et la perte des parents pendant l’enfance n’ont pas atteint le seuil de signification. Les résultats sont présentés dans le tableau complémentaire 1 et la figure 2.

Les résultats par trouble mental spécifique ont montré une association significative entre tout type de traumatisme et chacune des catégories de troubles mentaux à p < 0,05, cinq d’entre elles ayant atteint une preuve statistiquement significative d’une association à p < 10 -6 (voir le tableau complémentaire 2 et la figure complémentaire 1). Des preuves très suggestives (classe II) ont été trouvées pour le BD (OR = 2,79 ; IC à 95 % : 1,98, 3,93), le trouble anxieux (OR = 2,66 ; IC à 95 % : 2,39, 2,97) et la psychose (OR = 2,66 ; IC à 95 % : 1,99, 3,56). Il existe des preuves suggestives (classe III) pour le TSPT (RC = 4,42 ; IC à 95 % : 2,19, 8,93) et la catégorie « autre trouble mental » (RC = 2,17 ; IC à 95 % : 1,49, 3,14). Toutes les études susmentionnées montrent une hétérogénéité entre les études. Les preuves étaient faibles (classe IV) pour le TPL (RC = 15,66 ; IC à 95 % : 7,23, 33,95), le TOC (RC = 4,94 ; IC à 95 % : 3,34, 7,31) et le TDM (RC = 2,88 ; IC à 95 % : 1,57, 5,31). La faiblesse des preuves est due, entre autres, au fait que le nombre de cas est inférieur à 1000.

Une autre analyse des associations entre des types de traumatismes spécifiques et des troubles spécifiques a montré des preuves convaincantes (classe I) d’une association entre le trouble anxieux et la violence psychologique (OR = 3,05 ; IC à 95% : 2,42, 3,83) et entre le trouble anxieux et la violence physique (OR = 2,35 ; IC à 95% : 2. 12, 2,61), tandis qu’il y avait des preuves très suggestives (classe II) d’une association entre les troubles anxieux et les abus sexuels (OR = 2,68 ; IC 95% : 2,14, 3,35) et entre la psychose et les traumatismes non spécifiques de l’enfance (OR = 2,49 ; IC 95% : 1,86, 3,33 ; voir la figure supplémentaire 2). Dix-sept autres associations répondaient aux critères de preuve d’une association faible (classe IV) (voir le tableau supplémentaire 3).

Association entre les traumatismes subis pendant l’enfance et les troubles mentaux 

84,9 % des études incluses faisaient référence à des traumatismes subis pendant l’enfance (90 études sur 106), avec un total de 67 875 participants (14 128 cas et 53 747 témoins) et six types de traumatismes : traumatismes infantiles non spécifiques (n = 39), abus sexuels (n = 25), abus physiques (n = 13), abus émotionnels (n = 7), catastrophe (n = 3) et perte parentale pendant l’enfance (n = 3). Des preuves très suggestives (classe II) d’une association entre tout type de traumatisme durant l’enfance et tout trouble mental ont été obtenues, avec un RC de 2,90 (IC à 95 % : 2,58, 3,26).

En ce qui concerne les catégories distinctes de traumatismes infantiles et de troubles mentaux, cinq des six types de traumatismes psychologiques (83,3 %, à savoir l’abus émotionnel, l’abus physique, l’abus sexuel, les traumatismes infantiles non spécifiques et les catastrophes) ont montré des preuves statistiquement significatives d’association avec le développement de tout trouble mental à p < 0,05, dont quatre (66,7 %) ont atteint un p < 10 -6 . L’abus physique dans l’enfance a montré des preuves convaincantes (classe I) d’association avec le développement de n’importe quel trouble mental avec un OR de 2,38 (IC 95% : 2,11, 2,68). L’abus sexuel (RC = 3,47 ; IC à 95 % : 2,77, 4,35), les traumatismes infantiles non spécifiques (RC = 3,01 ; IC à 95 % : 2,42, 3,74) et l’abus émotionnel (RC = 2,81 ; IC à 95 % : 2,16, 3,65) ont tous présenté des preuves très suggestives (classe II) d’association avec le développement de tout trouble mental (voir le tableau supplémentaire 4 et la figure supplémentaire 3). Le désastre (OR = 2,92 ; IC à 95 % : 1,09, 7,80) a montré une faible évidence (classe IV) d’association avec tout trouble mental. Seule la perte d’un parent pendant l’enfance n’a pas montré d’association significative avec les troubles mentaux.

Comme pour les résultats de l’analyse principale, les huit troubles mentaux ont tous été associés à un type de traumatisme dans l’enfance. Il y avait des preuves très suggestives (classe II) pour le BD (OR = 2,79 ; IC à 95% : 1,98, 3,93), le trouble anxieux (OR = 2,67 ; IC à 95% : 2,38, 2,99) et la psychose (OR = 2,66 ; IC à 95% : 1,99, 3,56), et des preuves suggestives (classe III) pour la catégorie des autres troubles mentaux (OR = 2,17 ; IC à 95% : 1,49, 3,14 ; voir la figure supplémentaire 4). Les autres troubles (BPD, MDD, TOC et TSPT) ont tous fait l’objet de preuves faibles (classe IV) car, entre autres facteurs, il y avait n < 1000 cas. Pour le BPD et le TSPT, les OR étaient supérieurs à dix (15,66 et 12,31 respectivement, voir le tableau supplémentaire 5 pour des informations complètes). En ce qui concerne les associations entre les types de traumatismes infantiles spécifiques et les troubles mentaux spécifiques, il y avait une association significative entre chaque type de traumatisme et chaque trouble mental analysé (voir le tableau supplémentaire 6 et la figure supplémentaire 5). L’abus physique était lié aux troubles anxieux, au TOC et au BD, tandis que l’abus sexuel était lié aux troubles anxieux, au BPD, à la psychose et au TOC, et l’abus émotionnel était associé aux troubles anxieux.

Association entre les traumatismes subis à l’âge adulte et les troubles mentaux

Onze études faisaient référence à des traumatismes vécus à l’âge adulte (déploiement militaire dans une zone de guerre : n = 4 ; personne sous un incident ferroviaire : n = 4, diagnostic de maladie : n = 3), comprenant un total de 750 cas et 13 578 témoins.

Pour l’analyse de sensibilité de tout type de traumatisme vécu à l’âge adulte avec tout type de trouble mental, il y avait une preuve faible (classe IV) d’une association, avec un OR de 3,76 (IC 95 % : 2,45, 5,77). Ce chiffre comprend douze études, neuf sur le TSPT et neuf sur le TDM. Les preuves ont été classées comme faibles en raison de n < 1000 cas, ainsi que d’une grande hétérogénéité entre les études et l’intervalle de prédiction à 95% n’excluait pas la valeur nulle. Cinq études (comprenant 316 cas et 10 210 témoins) n’ont pas précisé le moment où l’événement traumatique s’est produit (violence physique : n = 2, violence psychologique : n = 1 ; violence sexuelle : n = 1, événement traumatique général : n = 1), et aucune analyse de sensibilité n’a été effectuée sur ces données.

En savoir plus 

Références de l’article Le traumatisme psychologique comme facteur de risque transdiagnostique de trouble mental :

  • auteurs : Hogg,  B., Gardoki-Souto, I., Valiente-Gómez, A., Rosa, A. R., Fortea, L.,  Radua, J., Amann, B. L., & Moreno-Alcázar, A.
  • titre en anglais : Psychological  trauma as a transdiagnostic risk factor for mental disorder: an umbrella  meta-analysis.
  • publié dans : Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci.

Les articles  publiés dans les European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience traitent de tous les aspects de la psychiatrie et des neurosciences cliniques connexes. La psychiatrie clinique, la psychopathologie, l’épidémiologie ainsi que l’imagerie cérébrale, les études neuropathologiques, neurophysiologiques, neurochimiques et de génétique moléculaire des troubles psychiatriques font partie des sujets traités. Ainsi, tant le clinicien que le neuroscientifique disposent d’une source d’information pratique sur les développements scientifiques importants. Domaines d’intérêt : Psychiatrie (psychopathologie, psychiatrie clinique, épidémiologie), neurosciences (neuropathologie, neurophysiologie, neurochimie, neuropsychologie, neuroimagerie, neurogénétique, biologie moléculaire, modèles animaux).

  • doi : https://doi.org/10.1007/s00406-022-01495-5
M’inscrire Vous avez une question ?