L'EMDR dans le traitement de la dépendance aux substances

L’EMDR dans le traitement de la dépendance aux substances

Une article L’EMDR dans le traitement de la dépendance aux substances, de Michael Hase, publié dans livre Pratique de la psychothérapie EMDR, Introduction et approfondissements pratiques et psychopathologiques, vient de paraitre aux éditions Dunod

La comorbidité de l’État de Stress Post-Traumatique (ESPT) chez les patients souffrant d’addictions peut aujourd’hui difficilement être remis en cause. Beutel (1999) a présenté des données d’une clinique spécialisée allemande, mettant ce lien en évidence. L’étude de Felitti (2002) montre égale-ment la relation évidente entre expérience traumatique et risque plus élevé de dépendance à une substance. Dans la littérature, des concepts pathogénétiques ont même été discutés. L’hypothèse de base est qu’un traumatisme sous-jacent conduit à un ESPT et les symptômes en découlant conduisent, de manière autochtone ou aussi iatrogène, vers l’abus de substances et en conséquence vers la dépendance. Pour un modèle alternatif, le développement de l’addiction précède et augmente le risque d’un traumatisme et le développement de I’ESPT à cause de la modification du mode de vie. On constate de plus en plus souvent le développement de dépendances à partir de troubles post-traumatiques. Les modèles purs se retrouvent rarement dans la vie réelle et le risque d’un traumatisme continu n’est pas à négliger, particulièrement chez les consommateurs et dépendants de drogues illégales. La question de la séquence est ici secondaire car dans le cas du trouble comorbide, chaque individu nécessite un traitement spécifique (Hase, 2003). Néanmoins, de nouveaux résultats ont depuis lors souligné la priorité du traitement du traumatisme (Marich, 2009 ; Hien et al., 2010), car l’ESPT non traité constituera dans ses symptômes une source du trouble qui élève le risque d’une récidive dans l’usage des drogues et ainsi le risque de dépendance. L’EMDR intervient ici comme méthode de thérapie spécifique contre le psychotraumatisme. Le modèle de Traitement Adaptatif de l’Information (modèle TAI) offre le cadre permettant de comprendre la pathogénèse et les processus de transformation (Shapiro, 2001 ; Shapiro, 2002), et ouvre le champ de compréhension vers le concept de mémoire de la dépendance.

(…)

Divers travaux ont été publiés concernant l’utilisation de la méthode EMDR dans le traitement des patients dépendants. Des premiers rapports sur la sécurité et l’efficacité du traitement EMDR des patients comorbides ont récemment été publiés (Hase et al., 2008 ; Marich, 2009 ; Marich 2010). Une étude de cas sur la mise en oeuvre du travail sur la mémoire de dépendance dans la pratique clinique a été récemment publiée (Abel et O’Brien, 2010). O’Brien et Abel ont également présenté un projet de travail EMDR avec des patients dépendants (2011). Les auteurs s’orientent d’après le schéma de modification comportementale de Prochaska et DiClemente (1984) dans lequel ils prévoient différentes interventions EMDR. Abel et O’Brien (2010) réduisent cependant l’approche CravEx présentée à un retraitement de la mémoire de dépendance et ne voient pas que l’utilisation de techniques de ressources dans le protocole CravEx servant par exemple à la réduction du craving ainsi que le travail sur l’ambivalence sont également prévus. Mentionnons l’existence d’un protocole proposé par Miller (2012), nommé « Feeling State Addiction » dont la focalisation semble intéressante, même si à mon sens une nouvelle terminologie ne soit pas nécessaire.

Michael Hase développe plusieurs aspects dans cet article :

  • la théorie de la mémoire de dépendance
  • découvertes de la recherche fondamentale
  • l’EMDR dans le traitement de dépendants
  • le processus concert dans une séance d’EMDR
  • expériences issues de la pratique

Acheter le livre Pratique de la psychothérapie EMDR

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *