L'intersubjectif dans chacune des huit phases de l'EMDR

L’intersubjectif dans chacune des huit phases de l’EMDR

Marl Dworkin nous parle de l’intersubjectif dans chacune des huit phases de l’EMDR dans le 3e chapitre de son livre sur la relation thérapeutique en EMDR :  EMDR and the relational impérative – The therapeutic relationship in EMDR treatment.  Dans cet ouvrage, il explore les nuances subtiles de la relation thérapeutique et le rôle vital qu’elle joue dans l’utilisation de la méthode de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) avec des patients traumatisés.

Livre publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – payant

Bien que j’examinerai plus tard de plus près le rôle de l’intersubjectif dans chacune des huit phases de l’EMDR, je souhaite vous en présenter les grandes lignes dès maintenant.

L’intersubjectif dans la phase 1

La relation entre le patient et le clinicien commence avant même la phase 1, lorsque le patient appelle pour prendre rendez-vous. On peut s’attendre à ce que la personne qui appelle soit pleine de douleur et d’attentes (tant positives que négatives). Comme je l’ai écrit ailleurs (Dworkin, 2003), le clinicien écoute la voix du patient et est affecté, développant peut-être un début d’empathie, voire étant déclenché par le ton de la voix du patient ou ce qu’il dit. Le patient entend les mots et le ton du clinicien, et accepte de venir à un moment donné pour la consultation initiale. Le patient est affecté, peut-être par l’espoir, peut-être par l’anxiété. Le patient est peut-être déclenché par le processus et le contenu de l’appel téléphonique. Le clinicien et le patient commencent maintenant à imaginer ce que leur première rencontre peut apporter.

Puis ils se rencontrent, et la phase 1 commence. Le clinicien pose des questions, le patient parle, et le clinicien écoute. Le champ relationnel devient maintenant une expérience interpersonnelle fluide. Cette phase donne le ton du traitement. De quelle manière le clinicien pose-t-il les questions ? Se contente-t-il de recueillir des données, ou le clinicien manifeste-t-il un intérêt sincère ? Comment ces questions sont-elles reçues ? Le clinicien a-t-il l’impression que le patient est trop réservé ou trop ouvert ? Le clinicien rappelle-t-il au patient quelqu’un de son passé ? Et le clinicien ? Le patient lui rappelle-t-il quelqu’un ? L’un des deux se sent-il attiré sexuellement par l’autre ? Dompté ? Choqué ? Empathique ? Neutre ? Jugé ? Le patient et le clinicien ont déjà traversé plusieurs cycles d’évaluation, d’excitation, d’achèvement et, on l’espère, de syntonisation.

L’intersubjectif dans la phase 2

Pendant la phase 2, le clinicien commence à expliquer comment et pourquoi l’EMDR fonctionne. L’EMDR est très différente des autres thérapies que le patient a pu connaître, qu’il s’agisse de thérapies psychodynamiques, cognitives et comportementales, d’hypnothérapie ou de thérapie familiale. Il existe ici de nombreuses possibilités d’anxiété et de malentendus pour le patient. L’attention portée par le clinicien à sa compréhension de l’EMDR et à la façon dont le patient reçoit ces informations préliminaires est déterminante pour savoir si le patient sera un partenaire volontaire ou un participant méfiant. Il est utile de remettre au patient une documentation sur l’EMDR ou de l’orienter vers des sites Web appropriés (par exemple, www.emdr.com et www.emdria.org).

Toujours dans la phase 2, le clinicien teste la tolérance à l’affect. Le patient dont les limites et les défenses sont faibles peut ressentir de la honte s’il n’est pas capable de « jouer » comme le clinicien le lui demande. Le clinicien peut être confronté à un patient qui veut passer immédiatement au traitement du traumatisme. Que se passe-t-il si le clinicien juge que le patient n’est pas prêt ? Le clinicien se sent-il coupable de décevoir le patient ? Le clinicien craint-il de perdre le patient et une source de revenu ? Va-t-il bêtement de l’avant ? Le patient et le clinicien sont-ils prêts pour le changement de rôle qu’ils sont sur le point d’entreprendre ?

L’intersubjectif dans la phase 3

La phase 3 peut être déroutante pour les nouveaux patients. Ils se demandent, qu’est-ce qu’une cognition négative, vraiment ? Et pourquoi ce thérapeute me demande-t-il de mettre au présent une chose que je pensais auparavant ? Le clinicien peut se demander pourquoi cette patiente n’arrive pas à trouver ce qu’elle préfère croire à propos d’elle-même. Devrais-je l’aider ou l’infantiliser ? Toutes ces questions oscillent sur les charnières du relationnel.

L’intersubjectif dans la phase 4

Lors de la phase de désensibilisation, la phase 4, les choses deviennent vraiment délicates entre le patient et le clinicien. Le patient se sent-il à l’aise pour révéler ce qu’il vit ? Le patient bloque-t-il son traitement pour éviter de le révéler ? Le clinicien est-il prêt à faire l’expérience des souvenirs les plus troublants du patient ? Que se passe-t-il si le patient s’étouffe ou commence à vomir en revivant un viol oral ? Le clinicien subit-il un traumatisme par procuration ? Le clinicien se dissocie-t-il ? Si oui, le patient s’en rend-il compte ? Si le patient s’en aperçoit, en parle-t-il au clinicien, ou a-t-il honte d’être si dégoûtant qu’il a provoqué la dissociation du clinicien ?

Le clinicien est en mode relationnel, qu’il reste silencieux pendant le traitement ou qu’il utilise une intervention comme l’entrelacement cognitif. Ceci est important. Le traumatisme engendre la honte et l’isolement. La communauté – y compris la communauté dyadique du clinicien et du patient – engendre la guérison. Dans la phase 4, le clinicien facilite non seulement la capacité du cerveau à résoudre le traumatisme, mais aussi sa capacité à résoudre le traumatisme en mode relationnel.

De nombreuses variations imprévues peuvent se produire. Des cliniciens ont rapporté qu’en utilisant le protocole standard et en utilisant des mots réconfortants tels que « Bon » et « Vous allez bien », ils se sont aperçus que c’étaient les mêmes mots que l’agresseur du patient utilisait pendant l’abus. Que se passe-t-il si le patient ne se projette pas seulement sur le clinicien (à cause des mots particuliers qu’il a utilisés), mais commence aussi à répondre au clinicien comme s’il était vraiment responsable de la douleur du patient ? A qui le patient répond-il maintenant ? S’il est déclenché, le patient peut répondre à la fois au clinicien et à la personne que le clinicien représente dans son esprit.

Poussons maintenant la complexité relationnelle un peu plus loin. Supposons que la façon dont le patient se présente a déclenché le clinicien, et qu’à son insu, ils sont en train de reconstituer leurs deux anciens traumatismes. Le besoin traumatique du patient de rester isolé a déclenché le besoin traumatique du clinicien d' »aider », qui s’est manifesté par une activité excessive pour ramener le patient dans le processus. La syntonisation thérapeutique a été perturbée. Quel souvenir ou ensemble de souvenirs anciens et douloureux a été stimulé neuralement chez le clinicien ? A qui le clinicien est-il relié ? Il est possible que le clinicien soit en relation avec l’énergie de l’agresseur qui a été stimulée en lui en raison d’anciennes interactions inachevées ? Qu’est-ce que le patient a dit ou fait pour susciter cette réaction ? Le patient est-il conscient qu’il a suscité cette réaction ? Le patient se sent-il terrifié d’avoir agi ainsi ? En est-il satisfait ? Vous pouvez comprendre pourquoi j’appelle ce territoire un champ de mines.

L’intersubjectif dans la phase 5

Dans la phase 5, la phase d’installation, le clinicien peut douter de ce que le patient rapporte : son niveau de SUDS est-il vraiment descendu à 0, ou le patient veut-il simplement éviter toute nouvelle expérience du souvenir douloureux ? La croyance que le patient installe est-elle écologiquement valide ? Le patient est-il vraiment prêt pour l’installation ? Si non, le clinicien est-il conscient que le patient n’est pas prêt mais qu’il est soulagé d’être tiré d’affaire ? Ce soulagement serait dû au fait qu’il n’a pas à sonder les profondeurs du désespoir du patient avec empathie – c’est un travail difficile, en particulier si le clinicien souffre de traumatisme par procuration ou s’il est au cœur d’une expérience de contre-transfert. Le clinicien est-il de connivence avec le patient pour éviter de ressentir davantage de stress en jouant à « Croyez que vous allez mieux  » ?

L’intersubjectif dans la phase 6

Au cours de la phase 6, le scanner corporel, les préoccupations sont les suivantes : comment le patient ressent-il une nouvelle sensation physique ? D’anciens souvenirs dissociés apparaissent-ils à la conscience ? (Voir « Le cas de ‘Hide’, au chapitre 10) Le patient a-t-il été honnête en rapportant un processus achevé ? Ressent-il encore une sensation corporelle, mais ne la signale-t-il pas pour que le clinicien ait l’impression de réussir ? Le clinicien sent-il que quelque chose ne va pas ? Si c’est le cas, est-ce que le clinicien en parle ou est-ce qu’il collabore avec le patient pour faire croire que le processus est terminé ? Quelles sensations corporelles le clinicien éprouve-t-il ? Ces sensations peuvent-elles être causées par une harmonisation avec un processus inachevé du patient ?

L’intersubjectif dans la phase 7

Dans la phase de clôture, la phase 7, le patient et le clinicien sont au cœur de leur relation. Si la séance est terminée, quels sont les bons sentiments qui se dégagent entre eux ? Si la session est incomplète, l’un ou l’autre se sent-il déçu ? Défaillant ? Critique l’autre ? Le patient se met-il en colère contre le clinicien parce qu’il se retrouve dans une situation émotionnellement difficile, même si le clinicien met fin à la séance de manière appropriée ? (C’est ce qui s’est passé dans le cas de « Dan »). Le clinicien s’agace-t-il du fait que le patient évite quelque chose d’évident ?

L’intersubjectif dans la phase 8

Dans la phase 8, la réévaluation, les préoccupations sont : Quels sentiments éprouvent le clinicien si le patient n’a pas tenu de journal ? Que se passe-t-il si le patient a appelé le clinicien à plusieurs reprises en raison de sa détresse, de ses cauchemars et autres ? Que se passe-t-il si le patient a eu ces réactions et n’a pas appelé, ne voulant pas déranger le clinicien ? Pourquoi le patient a-t-il choisi de ne pas appeler alors qu’il avait été informé de son droit de le faire si les événements de la semaine avaient suscité trop d’excitation négative ?

Tout au long de chacune des huit phases, le clinicien est en relation avec le patient. Le clinicien a de l’empathie pour le patient. Le clinicien ressent ce que le patient ressent, idéalement sans s’y perdre. Le clinicien tient le contenant, et le patient a la possibilité de revivre le traumatisme en compagnie de quelqu’un qui se soucie de lui. D’après mon expérience, un clinicien qui ne comprend pas la véritable signification de la syntonisation empathique n’obtiendra pas de très bons résultats avec l’EMDR, même s’il suit précisément toutes les procédures et tous les protocoles. C’est pourquoi L’EMDR doit être pratiqué à partir du cœur. C’est là que vit l’empathie.

En savoir plus

Formation(s) : Relation thérapeutique – Stratégies relationnelles pour traiter les patients souffrant de traumas difficiles

Dossier(s) : La relation thérapeutique en EMDR