Maladie à coronavirus 2019 – Urgence et distance – Thérapie de groupe en EMDR avec des adolescents et des jeunes adultes : Surmonter l’enfermement avec le câlin papillon

Un article Maladie à coronavirus 2019 – Urgence et distance – Thérapie de groupe en EMDR avec des adolescents et des jeunes adultes : Surmonter l’enfermement avec le câlin papillon, de Lazzaroni, E., Invernizzi, R., Fogliato, E., Pagani, M., & Maslovaric, G., publié dans Frontiers in psychologie

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès libre

Résumé

La pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) a représenté un traumatisme individuel et collectif ayant un impact sur la santé mentale. Les mesures restrictives telles que les confinements ont augmenté les facteurs de risque pour le développement ou le déclenchement de diverses psychopathologies. 

Une intervention psychologique opportune a constitué un facteur de protection qui a été indiqué comme une forme de prévention. 

L’objectif principal de cette étude était de mesurer les changements dans les niveaux de stress traumatique et d’anxiété dans une population clinique d’adolescents et de jeunes adultes âgés de 13 à 24 ans – déjà assistés par les services locaux de soins primaires et spécialisés avant la pandémie – après une intervention psychothérapeutique de groupe axée sur le traumatisme selon le protocole de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires, menée à distance avant la fin du premier confinement  

Les échelles Impact of Event Scale-Revised (IES-R), State-Trait Anxiety Inventory (STAI) et l’Emotion Thermometer ont été administrées avant et après le traitement. 

À la fin du traitement, le questionnaire du Post-Traumatic Growth Inventory (PTGI) a été administré. 

Les résultats montrent une amélioration significative avant et après l’intervention des scores des échelles STAI, IES-R, et Emotion Thermometer avec une réduction des symptômes post-traumatiques liés notamment aux domaines de l’intrusion et de l’hyperexcitation. Le domaine de l’évitement a été moins significativement modifié par la thérapie. 

Cette amélioration clinique globale n’est corrélée à aucune des variables démographiques de l’échantillon. 

De plus, les résultats montrent un changement positif significatif de la perception globale (PTGI) qui n’était pas corrélé avec la réduction de l’anxiété ou des symptômes post-traumatiques mesurés par les autres échelles d’auto-évaluation. 

L’utilisation explorée de la télémédecine a révélé une opportunité clinique précieuse.

Introduction  


Le 11 mars 2020, l’OMS a annoncé la première pandémie causée par un coronavirus. De nombreux pays ont déclaré l’état d’urgence et pris des mesures de santé publique strictes pour empêcher la propagation du virus, allant jusqu’à verrouiller les villes (Ellis et al., 2020). En Italie, le verrouillage pour la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) a commencé le 9 mars 2020 et s’est terminé le 18 mai 2020.

L’isolement physique, associé à l’instabilité économique, à la crainte de la propagation de l’infection et à l’incertitude quant à l’avenir, a eu un impact profond sur la santé mentale mondiale, imposant une réorganisation de l’activité clinique (Invernizzi et al., 2020 ; Li et al., 2020) et définissant de nouveaux horizons de recherche (Brooks et al., 2020 ; Holmes et al., 2020).

Une enquête sur la santé mentale de la population générale en Chine 2 semaines après l’épidémie de COVID-19 a montré qu’environ un tiers des participants ont signalé un niveau d’anxiété modéré à sévère (Wang G. et al., 2020) et qu’environ 40 % des jeunes ont montré une tendance à présenter des problèmes psychologiques (Liang et al., 2020a, p.1165). En particulier, ceux qui avaient présenté des niveaux plus élevés de détresse psychologique, comme l’anxiété, la dépression et la peur, étaient plus susceptibles de développer des symptômes de trouble de stress post-traumatique (TSPT ; Liang et al., 2020a, p. 1165 ; Wang W. et al., 2020 ; Xi et al., 2020). Les changements de mode de vie et la peur d’être infecté ont provoqué des troubles anxieux et dépressifs (Chen et al., 2020). Des résultats similaires avaient déjà été constatés dans des études menées sur des personnes qui avaient été mises en quarantaine après l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003. Ces sujets présentaient une prévalence beaucoup plus élevée de symptômes d’anxiété, de stress, de dépression, d’irritabilité, d’insomnie et de symptômes post-traumatiques que les sujets non mis en quarantaine (Brooks et al., 2020).

Cette étude visait à examiner comment la nature traumatique de la pandémie a eu un impact sur les adolescents et les jeunes adultes d’une population clinique en tant qu’individus et en tant que communauté, étant donné que leur phase de développement implique, par nature, un fort investissement dans des tâches formatives liées à l’interaction avec les pairs et à la planification de l’avenir (Oosterhoff et al., 2020).

Qu’est-il arrivé aux jeunes vivant dans une situation d’urgence dans laquelle ils ont dû faire face à une condition de confinement ? Les adolescents et les jeunes adultes contraints de rester à la maison, de fréquenter l’école à distance et d’observer une distanciation physique et sociale représentent un groupe à risque de subir un impact stressant encore plus important que le reste de la population (Findlay et al., 2020). En particulier, certaines études ont montré que les garçons adolescents semblent avoir davantage souffert de la distanciation sociale (Buzzi et al., 2020), tandis que les filles adolescentes ont présenté davantage de symptômes attribuables au TSPT (Liang et al., 2020b) et un risque plus élevé de dépression et d’anxiété (Chen et al., 2020). En fait, tous ont été exposés à un traumatisme susceptible de bloquer la capacité de planifier et d’envisager l’avenir, et certains ont exprimé la conviction qu’ils étaient désormais trop en retard par rapport aux tâches de croissance propres à leur âge (Navarra, 2020). Au contraire, face à l’effondrement de l’espoir, les adolescents et les jeunes adultes ont également montré qu’ils savent se réorganiser, en déplaçant en ligne, dans le monde virtuel, tout ce qu’ils pouvaient, des cours aux réunions avec les amis, du travail aux activités de loisirs, se glissant dans une nouvelle routine qui les a aidés à faire face à la distanciation physique également dans sa valence sociale (Navarra, 2020). Des études récentes ont montré que les adolescents semblent avoir une meilleure capacité à faire face aux conditions de vie difficiles vécues pendant la pandémie de COVID-19 que la population adulte (Buzzi et al., 2020).

D’autres études ont démontré que les niveaux de stress liés à la pandémie chez ces jeunes semblent être associés à des niveaux accrus de dépression et de solitude (Chen et al., 2020 ; Ellis et al., 2020), également liés au fait de rester seul à la maison pendant la semaine. En revanche, le temps passé avec les membres de la famille, la connexion virtuelle avec les amis et l’activité physique semblent être des facteurs de protection (Ellis et al., 2020) pour la santé mentale, de même que l’accès au soutien psychologique et le réaménagement des horaires scolaires (Sharma et al., 2020). En effet, sans interventions psychologiques appropriées, la dépression et l’anxiété chez les adolescents peuvent également devenir des facteurs de risque de troubles mentaux à l’âge adulte (Danese et al., 2009 ; Jones, 2013), et c’est la rapidité de l’intervention qui réduit la prévalence du TSPT (Zhou et al., 2013). À cet égard, il est important de souligner que les événements traumatiques amènent les personnes qui y sont exposées à éprouver des sentiments d’impuissance, d’hypervigilance et d’alarme et à ressentir des émotions négatives qui prédisposent à des schémas d’adaptation négatifs, lesquels sont plus susceptibles de faire évoluer la détresse psychologique vers un TSPT à part entière (Vlahov et al., 2002). Les adolescents, qui ont tendance à éprouver des émotions d’une plus grande intensité en raison de leur stade de développement spécifique (Sahoo et al., 2020), peuvent être plus à risque dans cette perspective.

L’isolement, la réduction de l’activité physique, l’instabilité de la situation, la peur de l’infection ou la présence de parents malades dans la famille peuvent également augmenter les facteurs de risque de dépression, d’anxiété, de troubles post-traumatiques et de suicidalité, en particulier chez les populations adolescentes déjà vulnérables (Hao et al., 2020 ; Szlyk et al., 2020), comme celles qui ont des antécédents médicaux symptomatiques. Des études confirment la gravité de l’impact psychologique négatif des mesures de confinement strict sur les patients psychiatriques pendant la pandémie (Hao et al., 2020).

Avec l’épidémie de COVID-19, le besoin de traitements en ligne du TSPT fondés sur des preuves s’est avéré urgent. En particulier, les mesures de distanciation sociale qui ont été mises en œuvre dans de nombreux pays pour réduire la propagation du COVID-19 ont obligé les cliniciens à délivrer des traitements par appel audio/vidéo, par e-mail ou par Internet. Le maintien d’un traitement à distance pendant la pandémie est essentiel car les patients psychiatriques semblent plus vulnérables à l’aggravation de leurs symptômes après l’épidémie de COVID-19 que les personnes sans problèmes psychiatriques (Hao et al., 2020 ; Lenferink et al., 2020). Même dans nos services locaux pour adolescents et jeunes adultes, il était essentiel, pendant le confinement, de continuer à délivrer à distance les interventions psychologiques qui étaient déjà en cours, non seulement pour assurer la continuité des soins mais aussi pour prévenir, en second lieu, l’apparition de troubles liés à la pandémie dans le domaine de la santé mentale (Barney et al., 2020).

La population de l’étude clinique était formée par un groupe d’adolescents et de jeunes adultes âgés de 13 à 24 ans déjà assistés par les services locaux de soins primaires et spécialisés de l’Azienda Socio Sanitaria Territoriale (Asst) de Lecco (Italie du Nord) qui présentaient des facteurs de risque développementaux liés à l’exposition à des événements traumatiques collectifs, tels que la pandémie. Par conséquent, l’attention a été portée sur la symptomatologie péri et post-traumatique liée à l’expérience du coronavirus lors du premier confinement en Italie (février-mai 2020), en proposant une intervention psychothérapeutique de groupe centrée sur le traumatisme avec désensibilisation et retraitement par mouvements oculaires (EMDR) délivrée à distance en raison des mesures imposées par la pandémie de COVID-19. Les changements post-traitement dans les niveaux de stress traumatique et d’anxiété ont été mesurés, et il a été évalué s’il y avait eu des opportunités de croissance personnelle et interpersonnelle liées au contexte pandémique vécu lors de la première vague d’urgence. Ce traitement a été proposé avant la fin du confinement (mai 2020) dans une perspective de prévention, pour un retour adaptatif à la vie et aux relations sociales dans une population d’adolescents et de jeunes adultes déjà vulnérables.

En résumé, l’objectif principal de l’étude est de détecter, dans une perspective évolutive et de prévention, la symptomatologie péri- et post-traumatique liée à l’expérience du coronavirus lors du premier confinement en Italie mesurée avant et après une intervention psychothérapeutique de groupe centrée sur le traumatisme avec EMDR délivrée à distance. Nous nous attendons à discuter les hypothèses suivantes :

– L’expérience du coronavirus lors du premier confinement a eu un fort impact sur la santé mentale des adolescents et des jeunes adultes en termes de stress post-traumatique.

– L’intervention de groupe EMDR délivrée à distance lors de la première vague d’urgence pour accompagner une population d’adolescents et de jeunes adultes, déjà cliniquement vulnérables, dans la sortie du premier confinement a un effet positif sur la réduction de l’anxiété et des symptômes post-traumatiques.

– L’expérience de la pandémie pourrait provoquer une croissance personnelle et interpersonnelle qui résulte de la tendance, après un traumatisme, à rapporter des changements positifs dans trois domaines principaux : changement de la perception de soi, des relations interpersonnelles et de la philosophie de vie.

– Le traitement proposé avant la fin du confinement (mai 2020) est une intervention utile dans la perspective de la prévention et pour un retour adaptatif à la vie et aux relations sociales dans une population déjà vulnérable d’adolescents et de jeunes adultes.

– L’utilisation de la télémédecine en cas d’urgence pourrait être une opportunité précieuse.

Matériel et méthodes

Cadre


Les adolescents et les jeunes adultes ont été recrutés dans deux structures de l’Asst de Lecco : un service psychologique dédié aux jeunes âgés de 15 à 24 ans (projet #quindiciventiquattro) présentant des troubles émotionnels communs et un service local de neuropsychiatrie de l’enfant et de l’adolescent dédié aux adolescents âgés de 13 à 18 ans.

La participation s’est déroulée dans le respect de la confidentialité et de la protection des données sensibles des personnes concernées, conformément aux formulaires de l’entreprise. Les réunions se sont déroulées en ligne, conformément à la réglementation en vigueur émise par le gouvernement pendant la phase d’urgence de COVID-19.

Sujets 


Nous avons recruté 50 adolescents et jeunes adultes assistés par les services de santé locaux avant la pandémie et qui ont continué à bénéficier d’une prise en charge psychologique à distance pendant le confinement.

Les critères d’inclusion étaient les suivants : (1) soins psychologiques déjà initiés, (2) âge compris entre 13 et 24 ans, et (3) volonté d’initier un traitement de groupe centré sur le traumatisme COVID-19. Nous n’avons impliqué que des cas cliniques stabilisés.

Les critères d’exclusion étaient les suivants : (1) présence de conditions psychopathologiques sévères (en particulier, nous avons exclu les sujets présentant une schizophrénie, une psychose sévère, des troubles délirants et des débuts de psychose, et nous avons également exclu les sujets présentant des cadres cliniques non encore stabilisés, par exemple, les patients ayant eu accès aux urgences ou ayant été hospitalisés au cours des 6 derniers mois), (2) idées suicidaires ou tentatives de suicide, et (3) déficits cognitifs. Pour tous ces patients, un groupe axé sur le traumatisme lié au COVID et un traitement en ligne n’étaient pas la priorité clinique, et le cadre ne pouvait pas être approprié.

En raison des problèmes logistiques et pour éviter de surcharger les adolescents avec des tests excessifs, le SCL-90 n’a pas été administré (voir la section « Limites » de l’étude). Les caractéristiques de la population sont décrites dans le tableau 1.

Évaluation


Le recrutement des adolescents et des jeunes adultes a été géré par le thérapeute qui a mené les séances psychologiques individuelles à distance avec eux pendant le confinement. Le traitement de groupe EMDR centré sur le traumatisme lié au COVID-19 et l’objectif d’offrir un soutien à la sortie de l’enfermement ont été expliqués. L’utilisation de la plateforme TEAMS pour les réunions à distance a été proposée et partagée. Les participants ont été répartis en petits groupes de trois ou quatre personnes. Le thérapeute qui animait le groupe était qualifié pour utiliser l’EMDR. Tous les thérapeutes EMDR étaient supervisés par un consultant EMDR.

Pour chaque sujet, une fiche de données personnelles a été établie, qui comprenait certains événements de la vie liés au COVID-19, tels que la présence de membres de la famille qui avaient été infectés ou étaient morts du COVID-19, et l’isolement d’un membre de la famille malade à la maison en raison d’une quarantaine.

Les échelles d’auto-évaluation suivantes ont été administrées avant et après l’intervention de groupe :

Impact of Event Scale-Revised (IES-R) : Cette échelle a été utilisée pour mesurer les niveaux de stress et la symptomatologie dus à l’impact de l’événement traumatique de la pandémie. L’IES-R (Weiss et Marmar, 1997) est un questionnaire d’auto-évaluation de 22 items composé de trois sous-échelles (huit items concernent les intrusions, huit items évaluent l’évitement et six items évaluent l’hyperexcitation). L’échelle évalue la détresse subjective causée par les événements traumatiques. Les participants ont été invités à évaluer chaque item sur une échelle allant de 0 (pas du tout) à 4 (extrêmement), en fonction de leur expérience de l’événement traumatique au cours des 7 jours précédents. Un score IES-R ≥ 33 représente le meilleur seuil pour un diagnostic probable de TSPT. L’IES-R s’est révélé très cohérent sur le plan interne (alpha de Cronbach, α = 0,96 ; Creamer et al., 2003).

Inventaire d’anxiété d’état (STAI-Y) : Cette échelle a été conçue par Spielberger et al. (1983), dans la version italienne contenue dans la batterie CBA 2.0 de Cilia et Sica (1998), dans le but de mesurer les niveaux d’anxiété d’état à travers la sous-échelle STAI-Y1. Le STAI-Y1 (Spielberger et al., 1983) est utilisé pour mesurer la présence et la sévérité des symptômes actuels d’anxiété (anxiété d’état). Le sujet évalue sur une échelle de 1 à 4 (avec 1 = pas du tout et 4 = beaucoup) dans quelle mesure divers énoncés correspondent à son comportement. La fourchette des scores pour chaque sous-test est de 20 à 80, le score le plus élevé indiquant une plus grande anxiété. Un seuil de 39-40 a été suggéré pour détecter des symptômes cliniquement significatifs pour l’échelle d’état d’anxiété. Le STAI-Y a montré une fiabilité interne adéquate à excellente (alpha de Cronbach, α = 0,86-0,95).

Thermomètre des émotions (Mitchell et al., 2010) : Il s’agit d’une échelle d’auto-évaluation visuelle analogique utilisée pour mesurer le niveau d’intensité de l’activation émotionnelle sur une échelle de Likert de 1 à 10 concernant certaines expériences émotionnelles principales (par exemple, stress, humeur dépressive, anxiété, colère, problèmes de sommeil et besoin d’aide) au cours de la semaine précédente.

À la fin de l’intervention, les éléments suivants ont également été administrés :

Inventaire de croissance post-traumatique (PTGI ; Tedeschi et Calhoun, 1996 ; Prati et Pietrantoni, 2014) : Il s’agit d’un questionnaire d’auto-évaluation sur la croissance post-traumatique utilisé pour mesurer tout changement personnel et interpersonnel lié à l’événement pandémique. L’échelle se compose de 21 items avec un mode de réponse sur une échelle de Likert allant de 0 (aucun changement) à 5 (changement très important) et mesure les résultats positifs rapportés par les personnes ayant fait face à des expériences négatives et défavorables (Cormio et al., 2017). Le score total varie de 0 à 105. Le PTGI s’est révélé très cohérent sur le plan interne (alpha de Cronbach, α = 0,92 ; Prati et Pietrantoni, 2006). La croissance post-traumatique est définie comme la tendance, suite à un traumatisme, à rapporter des changements positifs dans trois domaines principaux : changement de la perception de soi, des relations interpersonnelles et de la philosophie de vie (Tedeschi et al., 1998). Tedeschi et Calhoun (1996) ont identifié cinq dimensions sur lesquelles la croissance post-traumatique agit et sur lesquelles l’échelle PTGI est basée : (i) une dimension sociale, qui fait référence à la proximité avec les autres ; (ii) une dimension cognitive, qui fait référence au fait de se sentir plus fort et plus capable de résoudre des problèmes ; (iii) une dimension émotionnelle, qui inclut une plus grande compassion pour la souffrance des autres et une meilleure expression des émotions et des sentiments ; (iv) une dimension physique, comme l’adoption d’un mode de vie plus sain ; et (v) enfin, une dimension spirituelle, qui fait référence au changement des priorités dans la vie. La construction sous-jacente est la théorie selon laquelle les personnes qui ont subi des expériences traumatiques et lutté contre des circonstances de vie très exigeantes et difficiles peuvent ensuite connaître un changement positif en elles-mêmes, comme le développement d’une nouvelle appréciation de la vie, un nouveau sentiment de force personnelle ou une nouvelle orientation vers l’aide aux autres (Collier, 2016).

Traitement 


EMDR

Les sujets de l’étude ont participé à trois réunions de groupe de 1 h chacune, dispensées en ligne (conformément aux règles et autorisations prévues par les protocoles de télémédecine) selon le protocole de traitement de groupe EMDR bref créé par la réélaboration des lignes directrices pour la stabilisation-décompression de la gestion du stress lié à un incident critique (CISM, Everly et al., 2001 ; Quinn, 2009) et des protocoles EMDR spécifiques aux événements traumatiques aigus et récents (Shapiro et Laub, 2008). Pour la stimulation bilatérale alternée, l’étreinte papillon a été utilisée (Maslovaric, 2020).

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une approche thérapeutique utilisée pour le traitement des traumatismes et des problèmes liés au stress traumatique (Shapiro, 2000) basée sur le modèle du traitement adaptatif de l’information (AIP) (Shapiro, 2000). Selon le PIA, l’événement traumatique vécu par le sujet est stocké en mémoire avec les émotions, les perceptions, les cognitions et les sensations physiques perturbatrices qui ont caractérisé ce moment. Toutes les informations stockées de manière dysfonctionnelle restent « gelées » dans les réseaux neuronaux et ne peuvent pas se connecter à d’autres réseaux contenant des données utiles (Fernandez et Giovannozzi, 2012) ; incapables d’être traitées, elles continuent à provoquer un malaise chez le sujet, jusqu’à l’apparition de maladies telles que le TSPT et d’autres troubles psychologiques. L’objectif de l’EMDR est de restaurer le mode naturel de traitement des informations présentes dans la mémoire pour parvenir à une résolution adaptative par la création de nouvelles connexions plus fonctionnelles. Une caractéristique distincte de la thérapie EMDR est l’utilisation de la stimulation bilatérale alternée (par exemple, les mouvements oculaires, la stimulation tactile, la stimulation auditive et l’étreinte papillon), qui semble produire un effet physiologique favorisant le retraitement accéléré des informations stockées de manière dysfonctionnelle liées à l’événement traumatique (Jeffries et Davis, 2013 ; Carletto et al., 2017 ; Pagani et al., 2017). L’EMDR est considérée comme l’un des traitements psychothérapeutiques électifs du TSPT, selon plusieurs méta-analyses et directives cliniques, et ses effets neurobiologiques sont également soutenus par des résultats de neuro-imagerie (Pagani et al., 2012 ; Carletto et al., 2018, p. 2).

À l’heure actuelle, elle est reconnue comme une méthode fondée sur des preuves pour le traitement des troubles post-traumatiques (Baek et al., 2019 ; Maddox et al., 2019) approuvée par l’American Psychological Association (1998-2002), l’American Psychiatric Association (2004), l’International Society for Traumatic Stress Studies (2010) et le ministère italien de la Santé en 2003. En août 2013, l’OMS a reconnu l’EMDR comme un traitement efficace des traumatismes et des troubles liés aux traumatismes.

(…)

Résultats


Tout d’abord (tableau 2), nous avons extrait les principales composantes principales de l’ensemble de données original de 11 variables correspondant aux items de l’IES et du thermomètre. La solution à cinq composantes explique environ 82% de la variance totale, la première composante (deltaf1) représentant à elle seule 40% de l’information originale. Comme mentionné dans la section Méthodes, deltaf1 apparaît comme un indice global sur lequel l’effet des covariables est testé.

Toutes les variables individuelles de l’IES-R et du thermomètre ont montré des changements hautement significatifs dans les scores delta après l’EMDR, bien qu’avec des différences entre l’un et l’autre (Tableau 3).

Comme le montre le tableau 4, le deltaf1 n’a aucune corrélation statistiquement significative avec les variables démographiques, à l’exception de la corrélation entre l’âge et le classement. Cette dernière est largement triviale, étant liée à la progression des élèves dans le cadre du programme scolaire.

Le tableau 5 présente l’ACP relative aux variables PTGI ; comme prévu dans la section Méthodes, même ici nous avons une première composante principale qui recueille la majeure partie de la variance (64%) et qui coïncide pratiquement avec le delta entre la somme de tous les éléments (r de Pearson entre changeglob et la somme PTGI = 0,99).

Le tableau 6 présente la corrélation de Spearman entre les composantes du PTGI et les variables démographiques numériques et ordinales. Au-delà de l’âge, il y a deux résultats faibles mais statistiquement significatifs, indiquant un changement plus faible pour les sujets vivant dans des familles nombreuses (corrélation de Spearman entre changeglob et le nombre de membres vivant sous le même toit = -0,33) et un changement spirituel plus marqué chez les étudiants ayant un diplôme inférieur (r = -0,30).

Il convient de noter que les variables PTGI et deltaf1 sont indépendantes les unes des autres, ce qui indique une dimension différente du changement en ce qui concerne les paramètres émotionnels et psychologiques enregistrés par les variables PTGI (tableau 7).

Le PTGI a obtenu 15,88 ± 7,74 pour les relations avec les autres, 10,82 ± 6,1 pour les nouvelles possibilités, 9,86 ± 4,93 pour la force personnelle, 0,72 ± 1,26 pour le changement spirituel et 7,48 ± 3,48 pour l’appréciation de la vie.

Quant au STAI-Y, le delta entre le pré et le post-traitement avait une moyenne de 5,08 ± 10,56 avec un niveau de signification de p < 0,002.

Discussion  


L’analyse par composantes principales a révélé une composante de première grandeur (deltaf1) qui, représentant 40% de la variance, a regroupé les valeurs différentielles de la plupart des variables en question. Plus précisément, on observe une amélioration significative avant et après traitement des scores des échelles STAI-Y1, IES-R et Emotion Thermometer. Les résultats indiquent une réduction post-intervention des niveaux d’anxiété et de la symptomatologie post-traumatique, conformément aux études précédentes (de Roos et al., 2011 ; Chen et al., 2014 ; Wilson et al., 2018 ; Yunitri et al., 2020). Bien que l’urgence sanitaire actuelle soit sans précédent, ces résultats confirment que l’intervention précoce par l’EMDR a des effets positifs sur la réduction de la détresse psychologique, comme cela a été constaté chez les populations exposées à des catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre (Saltini et al., 2018).

En ce qui concerne le changement du niveau de détresse psychologique mesuré par l’IES-R, on observe une réduction plus importante des symptômes liés aux domaines de l’intrusion et de l’hyperexcitation. Ce résultat confirme l’efficacité de l’EMDR pour réduire l’impact émotionnel de l’événement stressant lié au COVID-19 et au lockdown : les pensées intrusives sont atténuées, devenant plus adaptatives d’un point de vue thérapeutique, et les émotions et sensations physiques sont réduites en intensité. La diminution de l’hyperexcitation suggère une plus grande capacité à gérer l’anxiété, ce qui permet d’envisager des comportements plus adaptatifs à la fin de l’enfermement. En accord avec ces résultats, nous pouvons également lire la réduction des scores globaux sur le STAI-Y1 : les jeunes perçoivent après l’intervention des niveaux d’anxiété plus faibles et des sentiments de calme et de sécurité plus forts.

L’amélioration dans le domaine de l’évitement est statistiquement significative mais dans une moindre mesure. Les données confirment ce qui ressort d’autres études (Saltini et al., 2018) : les aspects de l’évitement persistent davantage dans le temps au sein du fonctionnement mental de l’individu. En référence à notre population et en considérant que la pandémie COVID-19 se produit en plusieurs vagues d’urgence, la persistance des aspects liés à l’évitement pourrait avoir une nature adaptative, fonctionnelle au fait que les tâches de croissance spécifiques à la phase comme la capacité de planification et d’envisager l’avenir sont entravées par le lockdown.

La composante deltaf1 ne comprend pas la mesure des troubles du sommeil et du besoin d’aide inclus dans le thermomètre des émotions, qui restent stables dans le temps. On suppose que, dans le premier cas, l’absence de changement avant et après le traitement est due à la condition d’être hyperconnecté, amplifiée par l’apprentissage à distance pendant le lockdown ; et dans le second cas, au fait que tous les sujets étaient en thérapie avant même l’apparition de la pandémie.

L’amélioration clinique globale n’est corrélée à aucune des variables démographiques de l’échantillon pris en considération, dont elle semble indépendante. Elle n’est pas non plus corrélée avec le niveau de croissance post-traumatique, comme le montrent également d’autres études (Jeon et al., 2017).

En ce qui concerne la croissance post-traumatique, les résultats confirment un changement positif global perçu (changeglobal au PTGI). Il faut considérer la limite liée au questionnaire, qui enregistre uniquement les changements positifs et non les négatifs.

Enfin, on peut supposer que l’amélioration clinique globale et les changements positifs globaux perçus après l’intervention indiquent la fonction préventive qu’un traitement précoce par EMDR a pu avoir sur la sortie de l’enfermement en tant qu’événement de vie lié au COVID-19.

Les modifications significatives enregistrées avant et après le traitement de groupe EMDR délivré à distance sont conformes aux études précédentes menées en face à face (Chen et al., 2014 ; Saltini et al., 2018 ; Wilson et al., 2018), confirmant l’importance de la télémédecine en cas d’urgence. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour évaluer les effets des traitements en face à face par rapport aux traitements en ligne, ainsi que l’EMDR en face à face par rapport à l’EMDR guidé en ligne (Lenferink et al., 2020).

Une perspective intéressante sera de pouvoir suivre l’évolution dans le temps des nouvelles vagues d’urgence en comparant les scores de l’échantillon avec les scores des adolescents et jeunes adultes assistés par les services de santé locaux mais non traités par l’EMDR.

Limites 


La principale limite est la taille de l’échantillon, surtout si on la compare au nombre d’items administrés avec les échelles. Conscients de ce défaut éventuel, nous n’avons utilisé, pour l’IES-R (22 items) et le PTGI (21 items), que quatre et cinq échelles cumulatives, dérivées de la somme de sous-ensembles spécifiques d’items, respectivement, et une seule valeur cumulative pour le STAI-Y (20 items).

De plus, pour surmonter la limitation décrite ci-dessus, nous avons effectué une ACP sur les valeurs delta des items de l’IES-R et du thermomètre, démontrant la présence de cinq composantes expliquant 82% de la variance (40% pour la première composante seulement). L’émergence d’un tel indice global a corroboré l’effet du traitement sur les variables individuelles. Il faut souligner que tous les items ont donné un résultat significatif en termes de pré et post-traitement des variables delta.

Une autre limite est représentée par l’absence d’une échelle d’auto-évaluation pour détecter les diagnostics psychopathologiques de tout instrument de psychopathologie générale ; pour éviter de surcharger les adolescents avec des tests excessifs, le SCL-90 n’a pas été administré.

Conclusion 

La pandémie COVID-19 a été et reste un événement traumatique personnel et collectif qui se produit en plusieurs vagues d’urgence, imposant des enfermements répétés. L’intervention de groupe EMDR délivrée à distance lors de la première vague d’urgence pour aider une population d’adolescents et de jeunes adultes, déjà cliniquement vulnérables, à sortir du premier verrouillage a eu un effet positif sur la réduction de l’anxiété et des symptômes post-traumatiques et s’est accompagnée d’une perception de changement positif global. La nécessité imposée par la pandémie d’explorer de nouvelles frontières en tant que thérapeutes, notamment l’utilisation de la télémédecine dans les situations d’urgence, s’est avérée être une opportunité précieuse. Par conséquent, le changement significatif avant et après le traitement de groupe en ligne avec l’EMDR, tel que mesuré par les échelles d’auto-évaluation, nous encourage à poursuivre dans cette direction, malgré toutes les incertitudes que nous avons vécues dans cette pandémie, à la fois en tant que professionnels et en tant qu’adultes, afin de réécrire l’espoir dans un avenir possible avec les adolescents et les jeunes adultes assistés par les services de santé locaux.

Lire l’article  Maladie à coronavirus 2019 – Urgence et distance – Thérapie de groupe en EMDR avec des adolescents et des jeunes adultes : Surmonter l’enfermement avec le câlin papillon complet en ligne

En savoir plus

Références de l’article  Maladie à coronavirus 2019 – Urgence et distance – Thérapie de groupe en EMDR avec des adolescents et des jeunes adultes : Surmonter l’enfermement avec le câlin papillon : 

  • auteurs : Lazzaroni, E., Invernizzi, R., Fogliato, E., Pagani, M., & Maslovaric, G.
  • titre en anglais : Coronavirus Disease 2019 Emergency and Remote Eye Movement Desensitization and Reprocessing Group Therapy With Adolescents and Young Adults: Overcoming Lockdown With the Butterfly Hug
  • publié dans : Front Psychol, 12, 701381. 
  • doi :10.3389/fpsyg.2021.701381 

Formation(s) :

Dossier(s) : 

 

M’inscrire Vous avez une question ?