Recherche qualitative en thérapie EMDR : Explorer l’expérience individuelle du comment et du pourquoi

Un article Recherche qualitative en thérapie EMDR : Explorer l’expérience individuelle du comment et du pourquoi, de Marich, Jamie, Dekker, Danielle, Riley, Mary, O’Brien, Adam, publié dans Journal of EMDR Practice and Research, Volume 14, Issue 3

Résumé

Cette revue de la littérature narrative examine 12 études sur la thérapie de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) publiées dans des revues à comité de lecture et mettant en œuvre une méthodologie qualitative autre que les études de cas.

Les études qualitatives dans la communauté EMDR et dans la recherche en santé mentale peuvent être négligées car elles ne sont pas perçues comme aussi scientifiques que les études quantitatives. Cependant, la présence d’une méthodologie appropriée et systématique dans la recherche qualitative peut révéler une autre couche de données importantes sur le comment et le pourquoi de l’impact de la thérapie EMDR.

Les auteurs passent en revue différents types d’études (théorie ancrée, phénoménologie, analyse de contenu et analyse thématique, ainsi que plusieurs autres formes publiées) qui offrent un aperçu fondé sur des données probantes dans six domaines importants pour la communauté EMDR : la valeur de la relation thérapeutique et de la syntonisation, le rôle de la préparation à la thérapie EMDR et les mesures de sécurité, l’impact perçu des phases de retraitement, ainsi que des idées pour la formation et la mise en œuvre de la thérapie EMDR.

Les auteurs concluent qu’il est impératif que les cliniciens s’occupent de la relation thérapeutique et fournissent une préparation adéquate.

Une discussion sur la mise en œuvre clinique et la formation des thérapeutes EMDR est également incluse, avec des suggestions pour faire avancer la recherche qualitative sur la thérapie EMDR.

Introduction

La thérapie de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) est l’une des thérapies les plus étudiées pour traiter avec succès le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), et de plus en plus de recherches démontrent son efficacité dans le traitement d’autres pathologies. L’EMDR est une approche psychothérapeutique fondée sur l’idée que les comportements, croyances et sentiments inadaptés sont le résultat d’expériences traumatiques non traitées. Le traitement comporte une série de procédures normalisées ancrées dans le protocole en huit phases de Shapiro, et comprend l’administration d’un stimulus bilatéral à double attention, le plus étudié étant les mouvements oculaires, au cours des différentes phases (World Health Organization, 2013, p. 1). Depuis que la fondatrice, le Dr Francine Shapiro, a présenté en 1989 ce qui est devenu l’intégralité de la thérapie EMDR, des recherches systématiques ont été essentielles pour valider l’efficacité du traitement EMDR et sa reconnaissance dans les directives de traitement des principales organisations cliniques au niveau international Shapiro (2018).

Pour qu’une approche thérapeutique comme la thérapie EMDR soit considérée comme crédible et fondée sur des preuves, la recherche empirique, en particulier les études d’un modèle contrôlé randomisé ou d’un autre modèle expérimental, est l’étalon-or du domaine. L’objectif de cet article n’est pas de remettre en cause cette réalité, mais plutôt de souligner ce que les thérapeutes EMDR peuvent manquer en négligeant l’enquête qualitative. Cet objectif est atteint par le biais d’une revue narrative et de l’examen de 12 articles majeurs, sans étude de cas, dans la littérature sur la thérapie EMDR.

Les analyses de la littérature EMDR se concentrent généralement sur les études quantitatives et négligent souvent la recherche qualitative de l’EMDR. Bien que Shapiro (2018) ait cité une variété d’études de cas et de séries de cas dans la troisième édition de son texte sur la thérapie EMDR, seule une étude qualitative examinée par cet article est apparue comme matériel cité dans son texte. Si l’étude de cas est une forme de recherche qualitative, il existe de nombreuses autres approches de l’investigation qualitative, notamment la théorie ancrée, la phénoménologie, l’analyse de contenu, l’enquête critique et la recherche ethnographique (Levitt et al., 2018). Cet article se concentre sur les études qualitatives qui sont largement ignorées dans les analyses documentaires sur la thérapie EMDR.

Recherche qualitative

Lors de son discours d’ouverture de la conférence annuelle 2019 de l’Association internationale EMDR (EMDRIA), le Dr Derek Farrell a approuvé l’importance de la recherche qualitative et encouragé à en faire davantage dans la communauté EMDR. Il a expliqué que la recherche quantitative est orientée de haut en bas, alors que la recherche qualitative est de bas en haut. Reisetter et al. (2004), Carey et Stiles (2015), et Whitehouse (sous presse) soutiennent que la recherche qualitative permet aux cliniciens de ressentir un lien plus fort entre la recherche et la pratique clinique, car la recherche qualitative est plus susceptible (que la recherche quantitative) d’accorder de la valeur à l’expérience individuelle d’une personne. Certains chercheurs affirment que les méthodes quantitatives ne reflètent pas de manière optimale les expériences des patients dans les contextes de soins habituels (Tucker, Donovan et Marlatt, 1999) et que, dans le cas de la recherche randomisée contrôlée en particulier, le contrôle de tant de variables ne reflète pas de manière optimale les expériences du monde réel (Carey et Stiles, 2015 ; Clay, 2010). Ces affirmations ne visent pas à dénigrer toute forme d’enquête quantitative, car de nombreuses études empiriques dans la littérature EMDR ont été menées dans des contextes de soins habituels. Cependant, des nuances essentielles peuvent manquer lorsque le domaine ne s’appuie que sur un seul type de recherche, en particulier les essais contrôlés randomisés (Carey & Stiles, 2015). Hill, Thompson et Williams (1997) affirment que la richesse se perd lorsqu’on demande aux participants de décrire leurs expériences en utilisant uniquement des mesures quantitatives, et que poser des questions ouvertes est le moyen idéal d’extraire cet or perdu.

Cette tendance à privilégier l’impact du quantitatif par rapport au qualitatif est un problème constaté dans la recherche psychologique à grande échelle et pas seulement dans la communauté EMDR. En raison de son orientation ouverte qui peut se concentrer davantage sur la découverte de nouveaux phénomènes et moins sur la vérification des hypothèses, la recherche qualitative peut être considérée comme non scientifique (Willig, 2013). L’enquête qualitative était vitale pour le développement précoce de la théorie psychologique, mais au fur et à mesure que le 19e siècle avançait, une réaction négative s’est produite et s’est poursuivie au 20e siècle, fondée sur la crainte que l’enquête qualitative ne délégitime la science de la psychologie (Levitt et al., 2018). Au cours des 25 dernières années, les chercheurs qualitatifs se sont efforcés de modifier cette perception et de mettre au jour les domaines de connaissance qui ne peuvent être découverts en examinant uniquement les chiffres (Levitt et al., 2018 ; Willig, 2013).

Bien que les méthodes quantitatives puissent prouver par des chiffres comment et pourquoi quelque chose a fonctionné pour des groupes de personnes, les méthodes qualitatives sont idéales pour révéler les détails de comment et pourquoi quelque chose a fonctionné pour un individu. L’enquête qualitative en psychologie part du principe que toutes les facettes de l’expérience humaine ne peuvent être quantifiées. Les mots et l’examen des expériences priment sur les chiffres pour analyser et donner un sens aux données (Levitt et al., 2018). Dans les diverses traditions d’enquête qualitative, l’importance du sens en tant que dispositif épistémologique (par exemple, comment et ce que nous savons) est soulignée (Willig, 2013).

Le débat se poursuit sur la façon dont la signification de l’expérience individuelle peut être généralisée à une plus grande portée des connaissances dans le domaine (De Saint-Georges, 2018), une autre raison pour laquelle la recherche qualitative peut être dévaluée. Ercikan et Roth (2016) soutiennent que les lecteurs devraient être tout aussi sceptiques à l’égard de la sous-généralisation que de la surgénéralisation des résultats des données qualitatives. La généralisabilité est fondamentalement une construction quantitative et, comme alternative, la recherche qualitative doit être évaluée à travers la lentille de la transférabilité – l’idée que les résultats d’un contexte peuvent être appliqués à un autre. La qualité de la solidité méthodologique, en particulier l’utilisation de la description épaisse (la façon dont la population de l’échantillon est décrite) doit être utilisée pour évaluer le potentiel global de transférabilité (Houghton, Casey, Shaw, & Murphy, 2013).

L’accent mis sur la qualité méthodologique est important dans la recherche qualitative, plus que le concept de rigueur traditionnellement présenté dans la recherche quantitative qui ne se traduit pas nécessairement en tant que construction qualitative (Levitt, Motulsky, Wertz, Morrow, & Ponterotto, 2017). Comme le suggèrent Korstjens et Moser (2017), ce sont les lecteurs qui porteront un jugement sur la qualité et, en fin de compte, sur la transférabilité, mais des problèmes peuvent survenir lorsque les lecteurs ne comprennent pas la méthodologie qualitative ou la lisent avec une compréhension uniquement quantitative (Levitt et al., 2017, 2018). L’importance de la qualité méthodologique est une raison majeure pour laquelle cette revue narrative est organisée et présentée par approche méthodologique.

Lutter contre les préjugés

Dans toute enquête qualitative, la pratique de l’épochê (mise entre parenthèses) est vitale. La mise entre parenthèses demande de mettre de côté sa propre vision du monde afin d’acquérir l’expérience et la connaissance du monde d’un autre (Husserl, 1929/1977). Certains soutiennent que les observations scientifiques sont toujours chargées de théorie ou que la mise entre parenthèses pure et simple n’est jamais possible parce que nous ne pouvons jamais sortir des contextes qui contribuent à nos préjugés (Hanson, 1958 ; Kuhn, 1963/1996). Si la mise entre parenthèses au sens husserlien est l’idéal, elle peut ne pas être la réalité pragmatique, et les chercheurs qualitatifs doivent donc faire de leur mieux pour vérifier et corriger ces préjugés. Le recours à une équipe de chercheurs ou de rédacteurs constitue une autre garantie pour que le travail de chaque contributeur puisse être vérifié et évalué.

L’auteur principal reconnaît son parti pris potentiel en tant qu’auteur ou co-auteur de trois des douze articles examinés dans cette revue de la littérature. Pour mieux gérer ses biais, le premier auteur a choisi de travailler sur ce projet avec trois co-auteurs, dont les tâches principales étaient de lire et de proposer des analyses de contenu des études de manière indépendante. Cette décision représente l’utilisation de la vérification des membres et du débriefing par les pairs, deux compétences largement reconnues pour minimiser les biais dans la recherche qualitative (Houghton et al., 2013).

Critères d’inclusion et d’exclusion

Les méthodologies qualitatives telles que la théorie fondée, la phénoménologie et les variations des analyses de contenu permettent l’examen de plus d’un cas. Ces formes d’enquête permettent aux chercheurs de tirer des conclusions thématiques et sont au cœur de la présente analyse documentaire. Contrairement à la revue des études qualitatives sur l’EMDR de Whitehouse (sous presse), qui se concentre uniquement sur les expériences des patients, les auteurs de cet article ont permis l’inclusion de plusieurs articles qui examinent les perceptions et les perspectives des prestataires. Les études à méthodes mixtes contenant des éléments qualitatifs qui correspondent à cette description sont également incluses.

Les études de cas uniques et les études de cas multiples proposées dans un seul article ont été exclues de cette revue. Bien que la méthodologie des études de cas relève techniquement de la méthodologie qualitative, elles sont trop nombreuses pour être abordées dans une seule analyse documentaire de cette nature. Cette exclusion ne signifie pas que les études de cas uniques ne sont pas importantes, surtout lorsqu’elles mettent en évidence les besoins d’une population ou d’un groupe particulier. Au contraire, lorsque la littérature qualitative est citée dans des recherches ou des analyses sur l’EMDR, ce sont généralement les études de cas qui retiennent l’attention. Les auteurs de cet article estiment qu’il est important de passer en revue les autres publications qualitatives qui sont plus susceptibles d’être négligées. Les articles de grande qualité méthodologique peuvent présenter un intérêt particulier pour les cliniciens, les chercheurs et les formateurs en raison de l’éclairage qu’ils peuvent apporter sur les questions d’impact et de mise en œuvre de l’EMDR sur les individus et les systèmes. Il a été décidé collectivement de ne pas inclure dans cette revue les mémoires et les thèses de maîtrise qui n’ont pas été publiés ultérieurement dans des revues à comité de lecture.

Les auteurs ont effectué des recherches sur EBSCOHost, psycArticles et la Francine Shapiro Library en utilisant les termes de recherche EMDR et eye movement desensitization and reprocessing dans des combinaisons distinctes avec les termes de recherche suivants : qualitatif, enquête qualitative, recherche qualitative, analyse qualitative, théorie fondée, phénoménologie, analyse de contenu, méthodes mixtes. Les dissertations, les thèses et les études de cas n’ont pas été recherchées en raison des critères d’exclusion expliqués précédemment. Cinq études de cas multiples ont été recherchées, mais elles ont finalement été exclues de l’étude car elles ne comportaient pas de méthodologie de comparaison et de contraste qui les rendait différentes des études de cas uniques. En outre, trois études retournées n’ont pas été incluses car, bien qu’elles aient fourni un aperçu des expériences vécues par les personnes recevant une thérapie EMDR, aucun système méthodologique spécifique pour analyser les données qualitatives n’était indiqué.

En outre, plusieurs revues de la littérature ont été trouvées qui utilisent un semblant de méthodologie qualitative pour examiner les études de la littérature EMDR. Les auteurs ont choisi de les exclure de l’analyse formelle car elles sont considérées comme des sources d’analyse secondaires et non comme des recherches primaires en soi. Deux études qui n’étaient pas en anglais n’ont pas non plus pu être incluses, car les ressources nécessaires à leur traduction n’étaient pas disponibles, et une autre a été exclue car (bien qu’elle semble être une conception de qualité) elle est parue dans un bulletin d’information en ligne et non dans une revue à comité de lecture. Au total, 12 études tirées de la littérature évaluée par des pairs répondent aux critères d’inclusion. L’article est organisé principalement par type de méthode (par exemple, théorie ancrée, conception phénoménologique, variations de l’analyse de contenu et autres systèmes publiés).

Théorie fondée

Glaser et Strauss ont introduit la théorie ancrée en 1967 en tant qu’approche systématique de la recherche qualitative visant à remettre en question les préjugés à l’encontre de la recherche qualitative. Ils ont postulé que la théorie pouvait être extrapolée directement à partir des données sans qu’il soit nécessaire de formuler une hypothèse préalable. Bien que la taille des échantillons puisse varier, elle est généralement très importante par rapport à d’autres formes de recherche qualitative puisque l’absorption statistique est nécessaire dans cette méthode (par exemple, lorsque des entretiens supplémentaires n’apporteraient rien de nouveau). Selon Thomson (2011), la taille moyenne de l’échantillon d’une étude de théorie ancrée est de 25. Le terme « grounded » implique que la théorie émergente doit être fondée sur la collecte de données et non sur les préjugés du chercheur. Dans la littérature sur l’EMDR, il n’existe qu’une seule étude de la théorie ancrée (Ricci & Clayton, 2008)), et une étude qui a utilisé un aspect de la théorie ancrée, la comparaison constante (Marsden, Lovell, Blore, Ali, & Delgadillo, 2017).

La première étude est le volet qualitatif d’une étude parentale antérieure que Ricci et Clayton ont menée avec le Dr Shapiro sur l’utilisation de la thérapie EMDR dans le traitement des délinquants sexuels. L’étude mère a révélé que l’ajout de l’EMDR à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) standard pour la prévention des rechutes (TCC-RP) a entraîné une amélioration statistiquement significative avant et après le traitement sur les six sous-échelles de l’échelle d’évaluation du traitement des délinquants sexuels (Ricci, Clayton, & Shapiro, 2006). Leurs données qualitatives consistaient en des entretiens et des transcriptions de traitement avec l’échantillon de 10 hommes blancs de l’étude originale. Si tous les participants ont fait état d’antécédents d’abus sexuels dans leur enfance, aucun diagnostic spécifique de TSPT n’a été indiqué. Ils ont fourni en annexe une copie de l’entretien qu’ils ont élaboré eux-mêmes, conçu spécifiquement en utilisant un langage compréhensible par les participants et pertinent pour les objectifs de la recherche. Dans l’échantillon, une moyenne de six séances de thérapie EMDR a été administrée à chaque participant, abordant spécifiquement les cibles liées aux blocages émergents dans le travail de TCC-RP. Alors que la taille de l’échantillon de 10 est généralement considérée comme petite pour la théorie ancrée (et ils n’ont pas fait de notes sur la prise en compte de l’absorption statistique spécifiquement), tous les autres éléments de la qualité (spécifiquement la technique de comparaison constante) et les contrôles des biais dans le travail de la théorie ancrée semblent être présents.

Les thèmes qui ont émergé de l’analyse des données comprennent la reconnaissance par les sujets de leurs croyances déformées (et des facteurs de contribution) ; une responsabilisation, une empathie et une participation accrues à la thérapie de groupe ; une clarification des pensées ; une conscience accrue en tant qu’outil d’autogestion ; et une augmentation de l’estime de soi et de la régulation/gestion des émotions. Les thèmes et sous-thèmes s’alignent sur les objectifs de la TCC-RT, démontrant que la thérapie EMDR a servi à renforcer les résultats souhaités. Leur discussion reconnaît les limites de l’étude tout en reconnaissant que les résultats soutiennent une affirmation dans la littérature sur les délinquants sexuels selon laquelle l’ajout d’une thérapie de résolution des traumatismes pourrait améliorer l’efficacité de la TCC-RT.

Comme l’étude de Ricci et Clayton, l’autre travail de cette catégorie de Marsden et al. (2017) (2017) trouve son origine dans une étude parentale, une étude contrôlée randomisée de 55 participants qui n’a trouvé aucune différence significative entre la TCC et l’EMDR pour le traitement du trouble obsessionnel compulsif. La composante qualitative consistait à faire passer 24 participants volontaires par un entretien semi-standardisé existant afin de faire des comparaisons sur la façon dont les membres des deux groupes percevaient leur traitement. Les entretiens ont été codés et analysés en utilisant la comparaison constante (les significations de toutes les catégories sont comparées et contrastées) et présentés en trois catégories : les points communs entre les groupes EMDR et TCC, les expériences spécifiques des patients TCC, et les expériences spécifiques des patients EMDR. Les constats communs sont nombreux (avec six à onze thèmes dans chacune de ces catégories) et font généralement référence aux facteurs communs qui sont probablement présents dans toute psychothérapie. Le fil conducteur le plus prononcé mis en évidence dans la discussion est que la nature de la relation du patient avec son thérapeute est un élément important de la perception de ses progrès. Soutien et absence de jugement sont les deux principaux adjectifs utilisés pour décrire les thérapeutes efficaces dans les deux groupes. Les participants des deux groupes décrivent des expériences fortes lorsqu’ils franchissent un cap après une percée.

En ce qui concerne le groupe EMDR, les participants se sont exprimés de manière positive et favorable sur l’utilisation de techniques de préparation comme le « Safe Place » et le grounding. Cependant, de nombreux participants du groupe EMDR (beaucoup plus dans le groupe TCC) ont eu des difficultés à décrire la raison d’être du traitement et à se battre avec certains aspects de la méthode (par exemple, être capable de « faire remonter quelque chose » avec une charge adéquate lorsqu’on le leur demande). Selon les investigateurs, ce manque de compréhension claire a peut-être contribué à l’abandon du traitement dans certains cas.

Conception phénoménologique

Dans cette catégorie, un fervent défenseur de l’EMDR, Marich, coauteur de cet article, a été impliqué dans les trois études phénoménologiques. Bien que cela puisse être considéré comme un biais potentiel, elle a utilisé l’une des méthodes les plus crédibles (Levitt et al., 2018) de lecture phénoménologique des données pour son travail en solo : La méthode de psychologie phénoménologique descriptive de Giorgi (1997, 2003) . Cette méthode pratique, ancrée dans les travaux d’Edmund Husserl, étudie le phénomène de l’expérience vécue. L’étude majeure de Marich’s (2010) sur l’utilisation de la thérapie EMDR dans le cadre de la prise en charge continue de l’addiction chez les femmes est la première de cette section, suivie d’une étude distincte découlant de la même collecte de données et portant spécifiquement sur les qualités d’un bon thérapeute EMDR.

Bien que l’étude originale de Marich’s (2010) ne comprenait que des femmes, elle est l’une des plus diversifiées sur le plan racial et ethnique dans la littérature EMDR, la moitié des 10 participants s’identifiant comme des personnes de couleur. Marich a utilisé The Long Interview de McCracken’s (1988) comme guide pour son instrument d’entretien semi-standardisé. Elle a adapté certaines des questions pour qu’elles soient spécifiques à la thérapie EMDR et aux questions de recherche qui étaient spécifiquement conçues pour étudier comment l’EMDR fonctionnait dans le processus de soins continus en matière de toxicomanie. Un diagnostic spécifique de SSPT n’était pas exigé des participants pour prendre part à l’étude, bien que chaque participant ait signalé des antécédents de traumatisme dans l’enfance et à l’âge adulte. Tous les participants répondaient aux critères d’un trouble primaire de la consommation de substances. Marich a travaillé en tant qu’intervieweur et codeur principal sur le projet. Le conseiller de thèse de Marich a vérifié son travail de codage tout au long du processus.

L’étude parentale a conclu que la thérapie EMDR a sa place dans le cadre plus large de la prise en charge des addictions. Quatre thèmes clés permettent de comprendre le comment : (a) les précautions de sécurité en place (qui comprennent la relation thérapeutique, le plan de sécurité entre les séances, une préparation adéquate), (b) la prise en compte de leur scepticisme initial à l’égard de la thérapie EMDR, (c) l’accès aux blessures émotionnelles profondes, (d) le rôle de l’EMDR dans le changement de style de vie, et l’utilité de combiner des facteurs dans la réussite du traitement (par exemple, l’EMDR est utilisée avec des programmes tels que le rétablissement en 12 étapes, et d’autres groupes dans l’établissement). Cette conception phénoménologique du traitement habituel a permis de comprendre les différents niveaux d’engagement dans la thérapie EMDR. Répondre aux besoins des patients au cas par cas, tel que déterminé par le jugement du clinicien et la collaboration du patient, reflète l’éthique du centre de traitement et son utilisation de la thérapie EMDR.

Les données présentées par l’ensemble des participants sur l’impact de la relation thérapeutique dans leurs expériences de thérapie EMDR étaient si abondantes que Marich (2012) a mené une étude distincte portant précisément sur ce matériel à travers le prisme de la méthode Giorgi. Les qualités spécifiques perçues par les patients comme étant celles d’un bon thérapeute EMDR comprennent la personnalité du thérapeute, la capacité à responsabiliser les patients, la flexibilité, l’intuition, la facilité et l’aisance à travailler avec des traumatismes, et l’engagement envers les petites mesures de soins que les patients identifient comme les aidant à se sentir plus en sécurité. Cette lecture des données a également permis de comprendre l’importance du jugement du clinicien et de savoir comment et quand intégrer les interventions de la thérapie EMDR dans une expérience de traitement à multiples facettes. Des vignettes et des exemples plus spécifiques sont apparus dans l’article pour éclairer ces descriptions. Deux de ces vignettes décrivent des expériences négatives de patients avec leur thérapeute EMDR la première fois qu’ils l’ont essayé au centre, avec un thérapeute qu’ils ont perçu comme non compétent et mal préparé à travailler sur les traumatismes. Ces patients décrivaient leur thérapeute EMDR inefficace comme rigide, scripteur, anxieux, peu clair et incapable de gérer les traumatismes ; dès qu’ils ont été dirigés vers un autre thérapeute du centre qui présentait ces qualités positives, leur expérience a changé. Permettre une analyse de cas négative comme celle-ci et ne pas filtrer les expériences négatives avec un phénomène étudié est un contrôle de crédibilité vital dans la méthode Giorgi (2003) et dans la recherche qualitative dans son ensemble (Morse, Barret, Mayan, Olson, & Spiers, 2000).

Dans une étude de style similaire, Wise (le chercheur principal) a interrogé des patients d’autres thérapeutes EMDR, Marich servant de conseiller qui a effectué les vérifications de codage. La méthode pratique de Creswell’s (2013) practical method based on the work of Moustakas (1994), un autre système majeur de lecture, de codage et d’analyse des données phénoménologiques, a été incorporée pour cette étude. L’objectif de cette conception phénoménologique particulière était d’enquêter sur l’expérience vécue des patients ayant un diagnostic de TSPT et un problème de toxicomanie auto-décrit qui ont fait l’expérience d’une thérapie EMDR dans un cadre ambulatoire ou un cabinet privé. Wise a posé des questions pour déterminer les différences d’expérience perçues entre le protocole standard de thérapie EMDR et les protocoles spécialisés publiés dans la communauté EMDR pour travailler sur les addictions. Wise a recruté des participants par le biais de thérapeutes connus pour être spécialisés dans le traitement simultané des traumatismes et des dépendances. Ils ont vérifié lesquels des protocoles spécialisés ils utilisaient en traitement, ainsi que les diagnostics et les impressions sur le comportement de dépendance (cinq ont identifié des problèmes avec les substances seulement, deux ont identifié des problèmes avec les comportements, et deux ont identifié des problèmes avec les substances et les comportements).

Tous les participants ont rapporté des résultats positifs des approches EMDR combinées, avec quatre thèmes principaux émergeant : (a) la reconnaissance du lien entre leur traumatisme et leur dépendance (ce qui a entraîné des changements dans leurs pensées et leurs comportements), (b) la reconnaissance de la rémission des symptômes liés au traumatisme et au trouble de la toxicomanie grâce à la thérapie EMDR qui s’est avérée efficace, que les symptômes traumatiques aient été traités avant ou après les symptômes de dépendance, (c) la prise de conscience que les traitements intégrés (y compris d’autres services de soutien) étaient optimaux pour leur rétablissement continu, et (d) le fait que la relation avec le thérapeute faisait partie intégrante du succès global du traitement. Le fait de travailler sur les souvenirs traumatiques n’a pas augmenté le désir de consommer des drogues, ce qui répond à une crainte courante selon laquelle la thérapie EMDR « ferait rechuter » le patient. Du point de vue des patients, la relation a été identifiée comme un facteur aidant leurs thérapeutes à prendre des décisions sur l’utilisation de tel ou tel protocole et à quel moment.

Analyse de contenu/thématique

Au sens large, l’analyse de contenu (dont l’analyse thématique est une composante) fait référence à toute technique de lecture qualitative qui permet à un chercheur de faire des inférences en identifiant systématiquement et objectivement les caractéristiques d’un message (Holsti, 1968). Une foule de documents peuvent être étudiés par le biais de l’analyse de contenu, notamment des photographies, des observations de terrain, des notes de services thérapeutiques et des entretiens. Un critère de sélection doit être choisi et appliqué rigoureusement pour éviter que seule l’hypothèse du chercheur soit soutenue. Ces critères de sélection peuvent être un ensemble de critères préétablis (c’est-à-dire, voici ce que nous cherchons et comment nous le cherchons) ou un système prédéterminé comme beaucoup de ceux qui suivront dans cette section et la section suivante. Les deux premières études ont identifié le guide d’analyse thématique de Braun and Clark (2006) pour lire leurs données, la troisième utilisant celui de Saldaña (2015).

Cottner, Meysner, and Lee (2017) ont d’abord mené une étude parentale contrôlée et randomisée sur l’utilisation de la TCC par rapport à l’EMDR dans le traitement des personnes qui ont déclaré avoir besoin d’aide pour faire leur deuil, sans qu’aucune différence significative ne soit trouvée entre les deux traitements. Les lecteurs indépendants peuvent considérer que cette absence de résultat ouvertement favorable à la thérapie EMDR dans l’étude parentale renforce la crédibilité et l’objectivité de l’équipe pour le volet qualitatif. Cottner et al. ont reconnu que le fait d’interroger les participants sur leur expérience de la thérapie pouvait apporter une dimension nécessaire, et 18 des participants à l’étude initiale ont accepté un entretien semi-standardisé bien construit. Aucun diagnostic clinique spécifique n’était requis pour participer, mais simplement l’identification d’une difficulté à faire face au deuil après la mort d’un être cher.

À l’instar de l’étude menée par l’équipe de Marden, Cotter et al. ont exposé leurs résultats en décrivant les thèmes similaires entre la TCC et la thérapie EMDR (amélioration de la perception, changement positif des émotions, changement de la relation mentale avec la personne décédée, augmentation de la confiance en soi et augmentation du niveau d’activité). Les participants du groupe TCC se sentent mieux équipés en outils et en compétences pour gérer les émotions de la vie (ce qui n’a été rapporté par aucun des participants à la thérapie EMDR) et ont la capacité d’aller de l’avant. Les participants du groupe EMDR ont fait état d’une plus grande distanciation par rapport aux souvenirs (ce qui n’a été indiqué par aucun des participants du groupe TCC). Les chercheurs principaux n’étaient pas ceux qui ont mené les entretiens, et ils ont indiqué avoir été supervisés dans leur processus de codage. Cette étude particulière démontre la valeur d’une méthode qualitative pour atteindre des niveaux de nuance plus profonds, expliquant les différences dans l’expérience des patients après que l’étude quantitative des parents ait montré des résultats similaires.

Hurn and Barron (2018) ont également fait appel à la méthode d’analyse thématique de Braun et Clark pour lire leurs données dans leur enquête sur le protocole de traitement de groupe intégratif (IGTP) dans un programme psychosocial pour les enfants réfugiés. La description suggère que les chercheurs ont effectué le codage et que d’autres ont fourni la thérapie. Cette enquête a examiné l’utilisation de l’IGTP avec un groupe de huit enfants arabophones (cinq garçons et trois filles) dans un contexte psychosocial où des interprètes étaient utilisés. Les enfants de l’étude ont été décrits comme ayant subi une détresse émotionnelle, mais aucun diagnostic spécifique n’a été indiqué.

Les chercheurs ont indiqué qu’ils prenaient les évaluations des unités subjectives de perturbation (SUD) et ont présenté les résultats. Ils ont fait référence aux échelles d’évaluation des séances et aux échelles d’évaluation des résultats, bien que celles-ci aient été présentées de manière plus qualitative, car elles permettaient l’utilisation de dessins et de descriptions en prose. Le contenu qualitatif le plus solide pour l’analyse est venu de l’extrapolation des thèmes des entretiens avec les deux thérapeutes et les quatre interprètes sur leur expérience. Les déclarations des thérapeutes ont été regroupées dans les thèmes qui décrivent leurs observations sur ce système particulier de prestation d’IGTP. La nature non pathologique du programme, l’engagement des enfants à travers l’éducation sociale et culturelle, la force des interprètes, le rôle de la musique en tant que facilitateur culturel, et la capacité des groupes à fournir une évaluation supplémentaire pour le travail individuel au sein de la famille ont tous été identifiés.

Certains défis ont également été identifiés par les thérapeutes, y compris leur évaluation que deux des enfants n’étaient peut-être pas adaptés au travail de groupe. Les interprètes ont également offert un aperçu précieux de ce qui a fonctionné et de ce qui pourrait être amélioré. Par exemple, la traduction de l’expression « santé mentale » par « santé psychologique » pourrait être plus appropriée pour les arabophones. En résumé, cet article est une lecture précieuse pour les thérapeutes EMDR qui travaillent avec des groupes et/ou ceux qui travaillent avec des interprètes pour avoir un aperçu de la mise en œuvre. L’aspect traumatique du traitement (EMDR) a été jugé le moins agréable mais le plus efficace par les patients, de sorte que les éléments psychosociaux supplémentaires du groupe (jugés très agréables) peuvent être la clé de l’engagement des enfants.

Le dernier article de cette section est également utile pour les thérapeutes EMDR qui souhaitent en savoir plus sur la compétence culturelle et les liens connexes.DiNardo and Marotta-Walters (2019) ont présenté une vignette culturelle à 56 thérapeutes formés à l’EMDR recrutés par le biais des Listservs de grandes organisations. Chaque participant a été invité à lire une vignette de cas EMDR et à répondre à six questions présentées au sujet de la vignette et axées sur la culture. En utilisant une méthode d’analyse de contenu interprétative et discursive de base guidée par Saldaña (2015), six thèmes principaux ont émergé avec une longue liste de sous-thèmes et d’énoncés explicatifs qui sont trop longs pour être couverts dans cette revue. L’évaluation de la façon dont les prestataires, majoritairement de race blanche, ont conceptualisé la thérapie EMDR et comment ils ont discuté de l’EMDR avec leurs patients prédomine dans la partie discussion de cet article, les chercheurs soulevant des préoccupations quant au manque de sensibilisation des thérapeutes dans de nombreux domaines (par exemple, le choix des mots par les thérapeutes, leur conviction que le protocole standard EMDR est si universellement applicable que la culture n’a pas besoin d’être abordée). Un appel à l’action est lancé pour que les programmes de formation à la thérapie EMDR traitent plus spécifiquement de la culture, de nombreux participants ayant indiqué que leur formation de base ne faisait aucune mention de la syntonisation culturelle. Les implications cliniques auxquelles aboutissent les auteurs comprennent l’augmentation de l’espace pour le discours culturel dans les formations à la thérapie EMDR, l’adaptation des métaphores pour décrire le processus de thérapie EMDR aux personnes d’origines culturelles différentes de celle du formateur, et l’amélioration de l’accessibilité des explications neurobiologiques de la thérapie EMDR et du traumatisme.

Autres systèmes publiés d’analyse qualitative

Cette section examine quatre études qualitatives bien conçues qui utilisent chacune un système d’analyse des données qualitatives publié et réputé. Si tous les systèmes ont leurs propres méthodes de lecture des données, ils ont le même objectif essentiel, à savoir fournir aux lecteurs un système de codage et d’interprétation des données. Chacun de ces systèmes présente des similitudes avec les analyses de contenu et les analyses thématiques, même si chacun d’entre eux apporte une tournure unique développée par ses auteurs.

La première étude bien connue de cette section est un autre suivi d’une étude parentale qui a testé l’EMDR contre des conditions de comparaison avec des survivants d’abus sexuels (Edmond, Sloan, & McCarty, 2004). C’est la seule étude de cette revue narrative que Shapiro (2018) a citée dans la troisième édition de son manuel sur la thérapie EMDR. L’étude parentale, une enquête randomisée contrôlée par Edmond, Rubin, and Wambach (1999), a révélé que la thérapie EMDR et la thérapie éclectique présentaient toutes deux une réduction statistiquement significative des symptômes de traumatisme par rapport à la condition de contrôle sur liste d’attente ; aucune différence significative n’a été notée entre la thérapie EMDR et la thérapie éclectique.

Le désir d’étudier l’impact réel de l’une ou l’autre des thérapies a semblé motiver le volet qualitatif (Edmond et al., 2004), qui a consisté à interroger 38 des 59 femmes de l’étude initiale (majoritairement blanches) à l’aide de l’entretien long de McCracken’s (1988) . Ce système reconnu d’obtention de données qualitatives a été utilisé pour informer les questions (présentées dans l’article) et fournir une structure pour l’analyse des données. La conclusion générale est que les femmes qui ont suivi la thérapie éclectique ont accordé beaucoup plus d’importance à la valeur de la relation thérapeutique et au lien avec le thérapeute que celles qui ont suivi la thérapie EMDR.

Les expériences partagées par le groupe de thérapie EMDR semblaient refléter les qualités du changement qui sont plus indicatives de la résolution du traumatisme. Bien qu’Edmond et al. (2004) aient noté dans leur discussion que ces résultats ne nient pas l’importance de la relation thérapeutique, suggérant que les éléments relationnels sont déjà tissés dans les fondements de l’EMDR, les résultats indiquent que la relation n’était pas de première importance pour les patients EMDR de cette étude. La méthode qualitative de l’étude a permis de mettre en évidence que les deux groupes de traitement ont eu des expériences différentes en matière de traitement et des points de vue différents sur la nature du changement, même si les résultats quantitatifs ont montré des niveaux comparatifs de satisfaction élevée dans les résultats du traitement. Les auteurs ont qualifié le thème de la résolution des traumatismes chez les patients EMDR de « Saint Graal des résultats cliniques souhaités » (p. 269). Ce thème aurait été perdu si l’enquête qualitative n’avait pas été menée, ce qui démontre le mérite clinique de la combinaison des deux approches d’enquête.

Les trois autres études de cette section sont largement axées sur les questions de formation professionnelle à l’EMDR et de diffusion de la méthode, de sorte que les expériences des thérapeutes ont été examinées. DiGiorgio, Arnkoff, Glass, Lyhus, and Walter (2004) ont mené des entretiens avec trois thérapeutes EMDR précédemment formés à d’autres orientations – psychodynamique, humaniste et cognitivo-comportementale – sur leur mise en œuvre de la thérapie EMDR dans le cadre clinique. En utilisant le modèle de recherche qualitative consensuelle (CQR) (Hill et al., 1997) pour analyser les données, la principale conclusion est que tous les thérapeutes interrogés ont reconnu avoir modifié le protocole standard de la thérapie EMDR dans lequel ils ont été formés pour mettre l’accent sur les éléments de leur approche originale de la psychothérapie. L’intégration de la psychothérapie et la personne du thérapeute EMDR en tant que vecteur essentiel de la méthode font l’objet de nombreux points de discussion. La thérapie EMDR peut être mise en œuvre de manière désordonnée, sans aucun contrôle, mais la flexibilité et l’intégration avec d’autres thérapies peuvent également renforcer son potentiel pour cibler un éventail de problèmes cliniques.

Cook, Biyanova, and Coyne (2009) ont interrogé des groupes de prestataires dans deux sites du système de l’Administration des anciens combattants (VA) – 10 prestataires dans un site où l’EMDR a été adoptée et 19 dans un site où elle ne l’a pas été. En utilisant la méthode de construction d’explications de Yin’s (2003) pour mener les entretiens semi-standardisés et analyser les résultats, les chercheurs ont conclu que dans le site où l’EMDR a été adoptée, les arguments de vente critiques pour l’EMDR comprenaient la présence d’un  » champion EMDR  » très estimé sur le site, l’impact observable sur les patients et l’expérience personnelle de ses effets pendant les sessions de formation. Un facteur qui a contribué à la diffusion de la thérapie EMDR a été la disponibilité d’une formation annuelle gratuite sur place pour les cliniciens éligibles. De plus, la compatibilité de l’EMDR avec les écoles de psychothérapie existantes a permis à l’EMDR d’être acceptée par la culture et les normes opérationnelles du site, un soutien à l’intégration qui rejoint ce que DiGiorgio et al. (2004) ont présenté. Pour le site où l’EMDR n’a pas été adopté, les raisons incluent le sentiment que l’EMDR n’est pas cohérent d’un point de vue théorique et qu’il s’agit plus d’une affaire commerciale que scientifique. Même lorsqu’on leur présentait des preuves empiriques du contraire, la nature bizarre ou différente de la thérapie EMDR et la difficulté à comprendre son fonctionnement semblaient constituer un obstacle.

Farrell, Keenan, Knibbs, and Hicks (2013)) ont enquêté sur six personnes formées au Pakistan par EMDR Europe HAP. Les chercheurs ont choisi la méthodologie Q (Ellingsen, Storkson, & Stephens, 2010) pour étudier et analyser les expériences des participants, en invoquant sa nature qualitative combinée à la rigueur de mise en œuvre habituellement observée dans les approches quantitatives. Grâce à un tri par carte des déclarations d’expérience, principale caractéristique de la méthodologie Q, les expériences concernant la pratique de l’EMDR, la mise en œuvre culturelle au Pakistan, la recherche et le développement, et les expériences générales ont été étudiées. L’utilisation d’une telle procédure systématisée pourrait également être considérée comme nécessaire à l’objectivité puisque l’étude a été menée par des défenseurs connus de la thérapie EMDR. Les participants ont émis des commentaires favorables sur les fondements théoriques de la thérapie EMDR et sur le fait qu’elle peut être appliquée à d’autres domaines que le SSPT. Les composantes stage et supervision/consultation de la formation ont également été jugées essentielles.

L’importance de tenir compte des facteurs culturels et des cognitions négatives et positives lors de l’explication de la thérapie EMDR à un patient est soulignée. Des thèmes ont également émergé concernant la compatibilité de la thérapie EMDR avec les approches orientales de la psychothérapie et de la guérison en général, bien qu’il soit important de prendre en compte les éléments culturels autour de sujets tels que le toucher, les vêtements culturels et les aspects liés au genre. Il y a également des idées sur la reconceptualisation de la thérapie EMDR comme une méthode qui pourrait être utilisée efficacement avec une plus grande variété de populations que le SSPT, car les réseaux de mémoire dysfonctionnels sont omniprésents et ne sont pas propres au SSPT. De nombreux autres éléments spécifiques de cette étude seraient d’un intérêt particulier pour les formateurs en thérapie EMDR qui s’engagent à adapter culturellement la formation à la thérapie EMDR.

Discussion

Cet article a la particularité de rassembler une variété de méthodologies qualitatives autres que l’étude de cas pour explorer les expériences individuelles avec la thérapie EMDR. Ces 12 études représentent l’utilisation de la qualité dans la méthodologie, un terme qui est préféré à la construction plus quantitative de la rigueur ; la qualité est une composante importante pour évaluer la crédibilité et la transférabilité de la recherche qualitative (Houghton et al., 2013). Voir le tableau 1 pour une présentation complète des caractéristiques méthodologiques, des perspectives examinées et des principaux résultats de chaque étude. Les 12 études ont toutes semblé permettre ce sentiment d’espace pour voir ce qui serait révélé au lieu d’avoir un ordre du jour pour présenter la thérapie EMDR sous un jour positif. Permettre l’analyse et la présentation de matériel négatif est essentiel pour que la recherche qualitative reste crédible (Morse et al., 2000), en particulier lorsque la recherche qualitative peut être considérée comme non scientifique et intrinsèquement biaisée (Levitt et al., 2018).

Les études de cas étant la présentation la plus courante de la recherche qualitative dans la communauté EMDR (notamment dans le texte de Shapiro), la présentation de ces études est un grand pas en avant pour exposer les thérapeutes EMDR, les chercheurs et les formateurs aux possibilités de ce que la recherche qualitative peut révéler. Cette revue narrative a également la particularité de présenter de nombreuses populations de patients et de contextes différents, examinés sous l’angle des perspectives, des idées et des expériences. Les perspectives des prestataires et des figures de soutien auxiliaires comme les traducteurs (voir Hurn & Barron, 2018) sont également intégrées dans cette analyse documentaire. Plusieurs thèmes clés émergent et seront mis en évidence dans les sections qui suivent.

La relation thérapeutique et la syntonisation

Cette revue narrative confirme la valeur de la relation thérapeutique (Dworkin, 2005) et de la syntonisation dans la mise en œuvre de la thérapie EMDR. Les participants cliniques de quatre études ont spécifiquement mentionné l’importance de la relation thérapeutique dans leur perception du succès de la thérapie EMDR (Marich, 2010 ; Marich, 2012 ; Marsden et al., 2017 ; Wise & Marich, 2016). Ces expériences soutiennent l’affirmation faite par la récente étude qualitative de Whitehouse (sous presse) sur les expériences des patients uniquement, selon laquelle la relation thérapeutique est primordiale. Une expérience différente a été rapportée par Edmond et al. (2004). Dans cette étude, les patients ne considéraient pas que la relation thérapeutique était liée aux résultats positifs qu’ils obtenaient en traitement. Cependant, les auteurs reconnaissent qu’un grand nombre d’éléments relationnels sont intrinsèquement liés à la thérapie EMDR, et ils ne considèrent pas la relation thérapeutique comme étant sans importance.

En plus de l’alliance, l’importance de la syntonisation – représentée au mieux par une volonté d’adaptation afin de rencontrer les patients à leur niveau de préparation – émerge thématiquement. Wise et Marich (2016) ont souligné l’importance de la discrétion clinique dans la prise de décision. Des qualités telles que la flexibilité, l’intuition, la facilité à travailler avec des traumatismes et l’attention aux petites mesures de soins ont également été notées par les participants cliniques dans une autre étude du même groupe méthodologique (Marich, 2012). L’importance identifiée (DiGiorgio et al., 2004 ; DiNardo & Marotta-Walters, 2019 ; Farrell et al., 2013 ; Hurn & Barron, 2018) de la conscience culturelle et la volonté de s’adapter aux besoins individuels sont des exemples de syntonie.

Préparation à la thérapie EMDR et mesures de sécurité

Un thème récurrent dans plusieurs études était l’importance de la sécurité, de la préparation et de l’orientation, tous des éléments de la phase 2 de la thérapie EMDR (Shapiro, 2018). Les patients ont exprimé leur appréciation de leur expérience directe de ces éléments dans quatre des études cliniques (Marich, 2010 ; Marich 2012 ; Marsden et al., 2017 ; Wise & Marich, 2016). Ces résultats peuvent apporter un éclairage important sur un sujet souvent contesté : Quelle quantité de préparation est adéquate ? Il s’agit d’un sujet de débat permanent dans le domaine de la thérapie axée sur le traumatisme (Van Toorenburg et al., 2020). Alors que Shapiro (2018) soutient depuis longtemps que la préparation n’est pas le traitement, sa troisième édition accueille avec force les mesures auxiliaires et proactives, en particulier pour les cas plus compliqués. D’autre part, De Jongh et al. (2016) ont remis en question les croyances de longue date sur l’impératif de stabilisation dans le traitement des traumatismes complexes, suggérant que la régulation émotionnelle peut ne pas être possible avant le début du traitement axé sur le traumatisme. Comme cette revue souligne l’importance de l’expérience vécue du client comme source vitale de collecte de données, il peut être plus judicieux sur le plan clinique de répondre aux besoins d’un patient sur une base individualisée.

L’impact expérimenté des phases du retraitement

Bien que la méthodologie qualitative ne puisse pas apporter de lumière définitive sur le mécanisme d’action ou sur la façon dont quelque chose fonctionne globalement, les participants à l’ensemble des études ont offert des rapports basés sur leurs propres expériences sur la façon dont la thérapie EMDR semblait les aider. Les participants cliniques de deux des articles (Cotter et al., 2017 ; Edmond et al., 2004) ont rapporté un plus grand sentiment de résolution et de distanciation par rapport au souvenir suite à la thérapie EMDR. D’autres expériences rapportées incluent le rôle de l’EMDR dans la facilitation d’une percée (Marsden et al., 2017), le rôle de l’EMDR dans l’accès et le traitement des problèmes émotionnels fondamentaux (Marich, 2010), et le rôle de l’EMDR dans l’engendrement d’un changement positif de style de vie (Marich, 2010 ; Wise & Marich, 2016). Ricci et Clayton (2008), dont l’utilisation de la théorie classique ancrée fait d’eux des pionniers dans le domaine de la recherche qualitative sur l’EMDR, ont rapporté une variété d’expériences positives de la part des patients en raison de leurs expériences EMDR. La capacité perçue de l’EMDR à les aider à s’engager plus pleinement dans les groupes de traitement TCC-TR était un avantage majeur noté, comme l’espérait l’équipe clinique. Les facteurs clés du changement induit par l’EMDR, tels que perçus par les participants, comprenaient la reconnaissance des croyances déformées et la clarification des pensées.

Perspectives pour la formation à la thérapie EMDR

Les recherches spécifiques et les résultats sur la formation et le développement des thérapeutes EMDR sont limités. Les cinq études qui ont exploré les expériences des thérapeutes qui ont reçu une formation EMDR et qui ont ensuite mis en œuvre cette approche sont donc particulièrement précieuses dans la littérature EMDR. L’adaptation à la culture, ou la compréhension des antécédents des personnes formées et des personnes qu’elles vont ensuite servir, est impérativement soulignée dans les conclusions de chaque étude sur la formation. Dans l’étude de Cook et al. (2009), l’accessibilité et le caractère abordable de la formation sont apparus comme une considération importante.

Adaptations culturelles

Dans la formation et le travail clinique dans des contextes humanitaires non eurocentriques, la nécessité d’une application de la thérapie EMDR adaptée à la culture est exprimée (Farrell et al., 2013 ; Hurn & Barron, 2018). Cependant, ce besoin d’harmonisation culturelle et de modifications supplémentaires basées sur la culture n’est pas seulement un problème dans les contextes humanitaires. Par exemple, DiNardo et Marotta-Walters (2019) ont exprimé de sérieuses inquiétudes dans leurs conclusions selon lesquelles les thérapeutes EMDR sur lesquels ils ont enquêté, principalement des Nord-Américains blancs, pensaient que des modifications culturelles n’étaient pas nécessaires et que le protocole EMDR standard était suffisamment universel dans toutes les cultures. Ils ont également conclu que les formations standard à la thérapie EMDR doivent inclure davantage de composantes interculturelles, en particulier sur la nuance du langage, si les formations EMDR doivent servir un monde plus diversifié. Trois études de cette revue (DiGiorgio et al., 2004 ; Farrell et al., 2013 ; Hurn & Barron, 2018) suggèrent qu’il est viable de mettre en œuvre la thérapie EMDR parallèlement à d’autres modalités pour modifier plus efficacement et rencontrer les gens là où ils en sont dans le processus de changement.

Fournir une justification adéquate à la thérapie EMDR

Di Nardo et Marotta-Walters rapportent que les thérapeutes ont des difficultés à expliquer l’EMDR à leurs patients. L’analyse de cas négatifs dans deux études a révélé que certains patients ne savaient pas comment la thérapie EMDR fonctionnait, ce qui incluait des problèmes de terminologie et de clarté qui ont eu un impact sur la rétention dans le traitement pour certains (Marsden et al., 2017), et pour d’autres, sur leur confiance dans la thérapie EMDR (Marich, 2012). Cook et al. (2009) ont étudié et comparé deux sites VA, l’un ayant adopté la thérapie EMDR et l’autre non. Voir le tableau 1 pour la répartition spécifique des résultats. De manière générale, on peut affirmer qu’il est essentiel d’avoir un conseiller EMDR sur le site, en particulier un conseiller capable d’expliquer l’EMDR de manière claire et aussi scientifique que possible. La bizarrerie de l’EMDR et son aspect commercial plus que scientifique ont été un obstacle pour beaucoup. La prise en compte de ces commentaires peut donner aux formateurs et aux décideurs une pause dans leur réflexion sur la meilleure façon de présenter l’EMDR aux cliniciens éligibles à la formation. Il est conseillé à la communauté EMDR de développer des justifications plus simples et plus efficaces pour la mise en œuvre de l’EMDR, qui puissent être facilement comprises par le grand public.

Orientations futures

Lorsque leur étude a été publiée en 2004, Edmond et al. ont indiqué que les recherches qualitatives étaient insuffisantes dans la littérature EMDR. Leur étude est l’une des plus anciennes de cette analyse narrative, et il est encourageant de constater qu’un plus grand nombre d’articles ne portant pas sur des études de cas figurent désormais dans la littérature évaluée par les pairs. De nombreuses études de cette revue ont été réalisées à la suite d’une étude parentale quantitative. Ces éléments qualitatifs permettent d’obtenir des informations cliniques précieuses sur l’expérience du patient. Les chercheurs en thérapie EMDR ayant une approche plus quantitative de la recherche peuvent envisager d’ajouter une composante qualitative, même minime, pour enrichir leur enquête. Si les composantes qualitatives de ces études parentales ont suivi les composantes quantitatives, dans le domaine général de la psychologie, l’enquête qualitative vient généralement en premier afin de fournir une base pour une exploration plus approfondie (Levitt et al., 2018). Il serait intéressant de voir davantage d’équipes de recherche EMDR adopter cette approche ascendante, ou de voir les chercheurs présentés dans cette revue, qui ont établi une base qualitative solide avec leur enquête, poursuivre l’étude de leur phénomène dans un domaine quantitatif.

Il y a une variété d’expériences et de perspectives qui sont encore à exploiter. L’enquête qualitative peut être utilisée pour aider à étudier la perception du rôle du thérapeute dans les différents styles et applications de la thérapie EMDR. Par exemple, il est possible d’explorer les expériences vécues avec les différentes formes de stimulation bilatérale, ou d’étudier comment et quel style de préparation est nécessaire pour garantir une préparation adéquate à la gestion des affects dans les phases de retraitement de la thérapie EMDR. Alors que la recherche qualitative est souvent méprisée en raison de la petite taille de ses échantillons, il faut considérer que chaque expérience et chaque point de vue peuvent constituer une nouvelle pièce du puzzle permettant de mieux comprendre l’impact de la thérapie EMDR sur la transformation de l’héritage des traumatismes non guéris. Les trois auteurs cliniques de cette étude ont déclaré que la lecture de ces articles leur a permis d’acquérir de nouvelles connaissances cliniques ou de confirmer une pratique relationnelle qu’ils utilisaient déjà. L’auteur principal a immédiatement remarqué une traduction dans son style de formation EMDR et s’est senti plus validé dans son engagement existant à mettre en évidence les éléments relationnels et culturels de l’expérience du patient au lieu de se concentrer uniquement sur la technique (Figure 1).

lire l’article Recherche qualitative en thérapie EMDR : Explorer l’expérience individuelle du comment et du pourquoi complet en anglais

En savoir plus

Formation(s) : Relation thérapeutique – Stratégies relationnelles pour traiter les patients souffrant de traumas difficiles

Dossier(s) : La relation thérapeutique en EMDR

References citées dans cet article

  1. Braun, V., & Clarke, V. (2006). Using thematic analysis in psychology. Qualitative Research in Psychology, 3(2), 77–101.

  2. Carey, T., & Stiles, W. (2015). Some problems with randomized controlled studies and some viable alternatives. Clinical Psychology & Psychotherapy, 23(1), 87–95.

  3. Clay, R. (2010). More than one way to measure. Monitor on Psychology, 41(8), 52.

  4. Creswell, J. (2013). Qualitative inquiry & research design (3rd ed.). Los Angeles, CA: Sage.

  5. Cook, J. M., Biyanova, T., & Coyne, J. (2009). Comparative case study of diffusion of eye movement desensitization and reprocessing in two clinical settings: Empirically supported treatment status is not enough. Professional Psychology: Research and Practice, 40(5), 518–524.

  6. Cotter, P., Meysner, L., & Lee, C. W. (2017). Participant experiences of eye movement desensitization and reprocessing v. cognitive behavioral therapy for grief: Similarities and differences. European Journal of Psychotraumatology, 8, 1–10.

  7. Dworkin, M. (2005). EMDR and the relational imperative: The therapeutic relationship in EMDR treatment. New York: Brunner-Routledge.

  8. De Jongh, A., Resick, P., Zoellner, L., van Minnen, L., van Minnen, A., Lee, C., …Bicanic, I. (2016). Critical analysis of the current treatment guidelines for complex PTSD in adults. Depression and Anxiety, 00, 1–11.

  9. De Saint-Georges, I. (2018). Generalizing from case studies: A commentary. Integrative Psychological and Behavioral Sciences, 52, 94–103.

  10. DiGiorgio, K. E., Arnkoff, D., Glass, C. R., Lyhus, K. E., & Walter, R. C. (2004). EMDR and theoretical orientation: How therapists integrate eye movement desensitization and reprocessing into their approach to psychotherapy. Journal of Psychotherapy Integration, 14(3), 227–252.

  11. DiNardo, J., & Marotta-Walters, S. (2019). Cultural themes and discourse in EMDR therapy. Journal of EMDR Practice and Research, 13(2), 111–123.

  12. Edmond, T., Rubin, A., & Wambach, K. (1999). The effectiveness of EMDR with adult female survivors of childhood sexual abuse. Social Work Research, 23, 103–116.

  13. Edmond, T., Sloan, L., & McCarty, D. (2004). Sexual abuse survivors’ perceptions of the effectiveness of EMDR and eclectic therapy. Research on Social Work Practice, 14(4), 259–272.

  14. Ellingsen, I. T., Størksen, I., & Stephens, P. (2010). Q methodology in social work research. International Journal of Social Research Methodology, 13(5), 396–409.

  15. Ercikan, K., & Roth, W. M. (2016). Qualitative and quantitative evidence in health: The critics’ view. In K. Olson, R. Young, & I. Schultz (Eds.), Handbook of qualitative health research for evidence-based practice. Handbooks in health, work, and disability (Vol. 4). New York, NY: Springer Publishing.

  16. Farrell, D., Keenan, P., Knibbs, L., & Hicks, C. (2013). A Q-methodology evaluation of an EMDR Europe HAP facilitators training in Pakistan. Journal of EMDR Practice and Research, 7(4), 174–185.

  17. Giorgi, A. (1997). The theory, practice, and evaluation of phenomenological methods as a qualitative research procedure. Journal of Phenomenological Psychology, 28(2), 235–281.

  18. Giorgi, A. P., & Giorgi, B. M. (2003). The descriptive phenomenological psychological method. In P. M. Camic, J. E. Rhodes, & L. Yardley (Eds.), Qualitative research in psychology: Expanding perspectives in methodology and design (pp. 243–273). Washington, DC: The American Psychological Association.

  19. Glaser, B., & Strauss, A. (1967). The discovery of grounded theory: Strategies for qualitative research.. Chicago, IL: Aldine.

  20. Hanson, N. R. (1958). Patterns of discovery. Cambridge: Cambridge University Press.

  21. Hill, C. E., Thompson, B. J., & Williams, E. N. (1997). A guide to conducting consensual qualitative research.. The Counselling Psychologist, 25, 517–572.

  22. Holsti, O. R. (1968). Content analysis. In G. Lindzey & F. Aaronson (Eds.), The handbook of social psychology. Reading, MA: Addison-Wesley.

  23. Houghton, C., Casey, D., Shaw, D., & Murphy, K. (2013). Rigour in qualitative case-study research. Nurse Researchers, 20(4), 12–17.

  24. Hurn, R., & Barron, I. (2018). The EMDR integrative group treatment protocol in a psychosocial program for refugee children: A qualitative pilot study. Journal of EMDR Practice and Research, 12(4), 208–223.

  25. Husserl, E. (1977). Cartesian meditations: An introduction to phenomenology (D. Cairns, Trans.). New York, NY: Springer Publishing. (Original work published 1929)

  26. Korstjens, I., & Moser, A. (2017). Series: Practical guidance to qualitiave research. Part 4: Trustworthiness and publishing. European Journal of General Practice, 24(1), 120–124.

  27. Kuhn, T. S. (1996). The structure of scientific revolutions. Chicago, IL: University of Chicago Press. (Original work published 1962)

  28. Levitt, H., Motulsky, S., Wertz, F., Morrow, S., & Ponterotto, J. (2017). Recommendations for designing and reviewing qualitative literature in psychology: Promoting methodological integrity. Qualitative Psychology, 4(1), 2–22.

  29. Levitt, J., Bamberg, M., Creswell, J., Frost, D., Josselson, R., & Suarez-Orozco, C. (2018). Journal article reporting standards for qualitative primary, qualitative meta-analytic, and mixed methods research in psychology: The APA publications and communications board task force report. American Psychologist, 73(1), 26–46.

  30. Marich, J. (2010). EMDR in addiction continuing care: A phenomenological study of women in early recovery. Psychology of Addictive Behaviors, 24(3), 498–507.

  31. Marich, J. (2012). What makes a good EMDR therapist?: Exploratory clients from client-centered inquiry. Journal of Humanistic Psychology, 52(4), 401–422.

  32. Marsden, Z., Lovell, K., Blore, D., Ali, S., & Delgadillo, J. (2017). A randomized controlled trial comparing EMDR and CBT for obsessive–compulsive disorder. Clinical Psychology & Psychotherapy. 25(1): e10–e18. https://doi.org//10.1002/cpp.2120

  33. Moustakas, C. (1994). Phenomenological research methods. Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

  34. McCracken, G. (1988). The long interview: Qualitative research methods, volume 13. Newbury Park, CA: Sage.

  35. Morse, J. M., Barrett, M., Mayan, M., Olson, K., & Spiers, J. (2000). Verification strategies for establishing reliability and validity in qualitative research. International Journal of Qualitative Methods, 1(2), 1–19.

  36. Reisetter, M., Korcuska, J. S., Yexley, M., Bonds, D., Nickels, H., & McHenry, W. (2004). Counselor educators and qualitative research: Affirming a research identity. Counselor Education and Supervision, 44, 2–16.

  37. Ricci, R. J., & Clayton, C. A. (2008). Trauma resolution treatment as an adjunct to standard treatment for child molesters. Journal of EMDR Practice and Research, 2(1), 41–50.

  38. Ricci, R. J., Clayton, C. A., & Shapiro, F. (2006). Some effects of EMDR on previously abused child molesters: Theoretical reviews and preliminary findings. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 17, 538–562.

  39. Saldaña, J. (2015). The coding manual for qualitative researchers. Washington, DC: Sage.

  40. Shapiro, F. (2018). Eye movement desensitization and reprocessing therapy: Basic principles, protocols, and procedures (3rd ed.). New York, NY: The Guilford Press.

  41. Thomson, S. B. (2011). Sample size in grounded theory. Qualitative Research Validity: JOAAG, 6(1), 77–82.

  42. Tucker, J.A., Donovan, D.M., & Marlatt, G.A. (1999). Changing addictive behavior: Bridging clinical and public health strategies. New York: The Guilford Press.

  43. Van Toorenburg, M., Sanches, S., Linders, B., Rozendaal, E., Voorendonk, A., Van Minnen, A., … De Jongh, A. (2020). Do emotion regulation difficulties affect outcome of intensive trauma-focused treatment of patients with severe PTSD?European Journal of Psychotraumatology, 11(1): 1724417https://doi.org/10.1080/20008198.2020.1724417

  44. Whitehouse, J. (in press). What do clients say about their experiences of EMDR in the research literature? A systematic review and thematic synthesis of qualitative papers. European Journal of Trauma and Dissociation. 3(1), 17–21https://doi.org/10.1016/j.ejtd.2019.03.002

  45. Willig, C. (2013). Introducing qualitative research in psychology: Adventures in theory and method. Buckingham, UK: Open University Press.

  46. Wise, A., & Marich, J. (2016). The perceived effects of standard and addiction-specific EMDR therapy protocols. Journal of EMDR Practice and Research, 10(4), 231–244.

  47. World Health Organization. (2013). Assessment and management of conditions specifically related to stress mhGAP Intervention Guide Module.. Geneva, Switzerland: Author. Retrieved fromhttp://apps.who.int/iris/bitstream/10665/85623/1/9789241505932_eng.pdf?ua=1

  48. Yin, R. K. (2003). Case study research: Design and methods (3rd ed.). Thousand Oaks, CA: Sage.