Traitement EMDR du TOC – recherches préliminaires

Une recherche de Marr, sur le thème Traitement EMDR du TOC – recherches préliminaires, publiée dans le Journal of EMDR Practice and Research, en 2012.

Résumé

Cet article rapporte les résultats de deux expériences qui examinent chacune un protocole EMDR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) différent pour le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), chacune avec deux jeunes participants masculins adultes présentant un TOC sans rémission de longue date. Deux adaptations du protocole pour la phobie de Shapiro (2001) ont été développées à partir de la perspective théorique selon laquelle le TOC est un trouble qui s’autoperpétue, avec des compulsions et des obsessions TOC ainsi que des déclencheurs présents qui renforcent et maintiennent le trouble. Les deux adaptations commencent par viser les obsessions et compulsions actuelles, plutôt que de travailler sur des souvenirs passés ; l’une des stratégies retarde la phase d’installation cognitive tandis que l’autre utilise la lecture mentale d’une vidéo dans la désensibilisation des déclencheurs. Les quatre participants ont bénéficié de 14–16 séances d’une heure, sans tâche à effectuer entre les rendez-vous. Ils ont été évalués à l’aide de l’Echelle obsessionnelle compulsive de Yale-Brown (YaleBrown Obsessive Compulsive Scale [Y-BOCS]), avec des scores lors du prétraitement dans la gamme extrême (moyenne = 35,3). Une amélioration des symptômes était rapportée par les participants après 2 ou 3 séances. Les scores lors du post-traitement étaient dans la gamme infraclinique/légère pour tous les participants (moyenne = 8,5). Des évaluations de suivi ont été réalisées après 4–6 mois, indiquant le maintien des effets thérapeutiques (moyenne = 7,5). La diminution des symptômes était de 70,4% lors du post-traitement et de 76,1% lors du suivi pour le protocole EMDR adapté pour les phobies et de 81,4% lors du post-traitement et du suivi pour le protocole EMDR adapté pour les phobies avec lecture vidéo. Les implications théoriques sont examinées et des recherches futures sont recommandées.

Introduction

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est une affection psychologique associée à l’anxiété et au stress, vécue par environ 1 adulte sur 60, soit 1,6% de la population mondiale (Kessler et al., 2005). Elle peut toucher des enfants âgés de 6 à 7 ans et apparaît souvent pour la première fois à l’adolescence (Heyman, Mataix-Cols et Fineberg, 2006). Il semble n’y avoir aucune différence dans l’incidence des TOC chez les hommes et les femmes. Certaines recherches montrent que le TOC fonctionne dans les familles et qu’une prédisposition génétique peut jouer un rôle dans le développement de la maladie (Brady, 2003; Nauert, 2006). L’Organisation mondiale de la santé (2011) a classé le TOC parmi les 20 maladies les plus invalidantes au monde.

Le TOC se caractérise par la présence d’obsessions et / ou de compulsions récurrentes qui interfèrent considérablement avec le fonctionnement quotidien (American Psychiatric Association, 2000). Les obsessions sont «persistantes. . . intrusif et inapproprié. . . et causer une anxiété ou une détresse marquée »(American Psychiatric Association, p. 457). Ils peuvent prendre de nombreuses formes, telles que des pensées importunes, des images, des impulsions et des doutes. Parmi les obsessions, on peut citer l’accent mis sur l’ordre et la symétrie, les réflexions sur la contamination, les craintes de se faire du mal à soi-même ou à autrui, et les doutes quant à la réussite d’une action. Les compulsions sont des «comportements répétitifs ou des actes mentaux dont le but est de prévenir ou de réduire l’anxiété ou la détresse» (American Psychiatric Association, p. 457). Les exemples de compulsions comprennent le nettoyage excessif, le lavage des mains, la commande, la vérification, le comptage et les compulsions mentales. Elles sont souvent exécutées dans le but d’atténuer les obsessions intrusives et de réduire la peur, mais augmentent en réalité l’anxiété (Heyman et al., 2006). Un diagnostic de TOC exige que les obsessions et / ou les compulsions prennent beaucoup de temps et empiètent sur des activités quotidiennes importantes.

Les recherches suggèrent que le TOC pourrait être lié à des problèmes de communication entre l’avant du cerveau et les structures beaucoup plus profondes dans lesquelles la sérotonine est utilisée comme messager (Atmaca et al., 2011). On pourrait faire valoir qu’un niveau réduit de sérotonine est un facteur contribuant au développement du TOC, et que des antidépresseurs sont souvent utilisés pour le traitement (par exemple, Khouzam, Emes, Gill et Raroque, 2003).

Traitement du trouble obsessionnel-compulsif

En 1966, Victor Meyer a rendu compte du succès de son traitement par exposition et prévention de la réaction chez deux personnes pratiquant des rituels de lavage. Depuis lors, ce traitement a été établi comme traitement de choix pour le TOC (par exemple, Centre de collaboration nationale pour la santé mentale, 2006). Avec de nombreux essais cliniques randomisés montrant son efficacité, le traitement de prévention du TOC (EX / RP) reste le traitement le plus couramment fourni (Deacon et Abramowitz, 2004; Fisher et Wells, 2005; Franklin et Foa, 2011). Rosa-Alcázar, Sánchez-Meca, Gómez-Conesa et Marín-Martínez (2008) ont mené une méta-analyse des thérapies de TOC. Ils ont rapporté que EX / RP, la thérapie de restructuration cognitive et une combinaison des deux étaient efficaces pour réduire les symptômes et montraient une efficacité similaire. Ils ont noté que la simplicité de EX / RP en faisait le traitement de choix pour le TOC et que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour la thérapie cognitive.

EX / RP consiste à exposer l’individu à la situation redoutée et à l’empêcher de recourir à des compulsions pour réduire son anxiété, lors des activités de la séance et des devoirs quotidiens (Foa et Kozak, 1997; Steketee, 1996; Steketee et White, 1990). Ce cycle d’exposition et de prévention des réactions se répète jusqu’à ce que l’individu soit insensible à l’anxiété obsessionnelle et ne réalise plus de compulsions ritualisées. Franklin et Foa (2011) ont décrit les traitements actuels EX / RP comme comprenant généralement :

une exposition prolongée à des signaux obsessionnels, des procédures visant à bloquer les rituels et des discussions informelles sur des croyances erronées souvent menées en prévision d’exercices d’exposition. Les expositions sont le plus souvent effectuées dans des conditions réelles (in vivo) et impliquent un contact prolongé avec des stimuli externes redoutés (par exemple, des surfaces contaminées) ou internes (par exemple, des images de relations sexuelles avec des personnages religieux) que le patient déclare angoissés. (pp. 232-233)

Bien que la thérapie EX / RP puisse être très efficace pour environ 50% des personnes qui terminent un traitement EX / RP, il existe un certain nombre d’inconvénients reconnus (Maher et al. 2010). Les personnes atteintes de TOC trouvent la thérapie EX / RP difficile pour un certain nombre de raisons. Ils peuvent trouver cela trop effrayant pour faire face à leurs pires craintes; EX / RP est un travail ardu, qui nécessite de terminer ses devoirs; les individus peuvent ne pas être prêts à changer les comportements habituels de longue date; et la thérapie EX / RP peut ne pas être aussi efficace pour les personnes qui vivent des obsessions sans contrainte.

Évaluation du trouble obsessionnel-compulsif

La balance obsessionnelle compulsive de Yale-Brown (Y-BOCS; Goodman et al., 1989) est considérée comme la mesure de référence des TOC. Il a été développé comme une mesure administrée par un clinicien, conçue pour évaluer la gravité et les types de symptômes. Le Y-BOCS utilise une échelle de 10 éléments, chaque élément étant évalué de 0 (aucun symptôme) à 4 (symptômes extrêmes). Les résultats du questionnaire sont classés pour fournir un score pour les compulsions et les obsessions, et ceux-ci sont ajoutés pour fournir le score total Y-BOCS. Un score total de 0 à 7 est considéré comme non clinique; 8-15 est doux; 16-23 est modéré; 24–31 est grave; et 32–40 est extrême.

Le pourcentage de réduction des scores Y-BOCS est couramment utilisé pour évaluer l’amélioration. Le pourcentage de réduction est calculé en divisant la différence entre les scores de prétraitement et de post-traitement par le score de pré-traitement. De nombreux essais cliniques sur le TOC ont utilisé des seuils de réduction en pourcentage du Y-BOCS pour déterminer la réponse au traitement, les seuils indiquant une bonne réponse symptomatique dans les essais de médication à une réduction de 20% à 40% des symptômes et les seuils dans les essais de traitement du comportement cognitif à 50% (Tolin, Abramowitz et Diefenbach, 2005).

Désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires

La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) est une thérapie dans laquelle une approche structurée est utilisée pour traiter les aspects passés, présents et futurs des souvenirs perturbants. Le modèle de traitement adaptatif de l’information (AIP) de Shapiro (2001), qui fournit la théorie du traitement EMDR, conceptualise les troubles psychiatriques comme une manifestation de souvenirs traumatiques ou perturbants non résolus. L’EMDR est reconnu comme un traitement empirique pour le traitement du trouble de stress post-traumatique (ESPT), avec environ 20 essais cliniques randomisés soutenant son efficacité pour le traitement de l’ESPT. Diverses méta-analyses (par exemple, Bisson et Andrew, 2007/2009; Bradley, Greene, Russ, Dutra et Westen, 2005) ont montré que l’EMDR avait un effet équivalent sur les approches comportementales cognitives telles que la thérapie par exposition et la thérapie de restructuration cognitive. traitement du SSPT. L’EMDR, la thérapie d’exposition et la thérapie de restructuration cognitive sont toutes identifiées comme des approches de première ligne pour le traitement de l’ESPT dans de nombreuses directives internationales (par exemple, Centre de collaboration nationale pour la santé mentale, 2005; Département américain de la santé et des services humains, 2011).

L’EMDR est administré selon une procédure standard en huit phases (Shapiro, 1995, 2001). Le traitement commence par les phases de prise d’historique (phase 1 : histoire du patient), de préparation et d’évaluation de la mémoire. Si le patient a des difficultés à identifier une mémoire étiologique, le thérapeute peut le guider dans une technique de «floatback» afin de se souvenir d’événements antérieurs avec un affect et / ou une cognition similaires (Browning, 1999). Après cela, le patient se concentre sur des aspects de la mémoire ciblée tout en s’engageant simultanément dans les mouvements des yeux pendant environ 24 secondes, après quoi des associations avec d’autres éléments (par exemple, la mémoire, l’affect, la cognition, les perceptions) sont obtenues. Cette procédure est répétée plusieurs fois au cours de la séance et, en règle générale, ces associations deviennent plus adaptatives au cours de la séance. Lorsque la mémoire est désensibilisée (ce qui se traduit par une note de 0 à 10 sur l’échelle des unités subjectives de perturbation [SUD]), la procédure se poursuit en mettant l’accent sur le retraitement des cognitions négatives associées pour renforcer une cognition positive sélectionnée. La mémoire est considérée comme étant à nouveau traitée lorsqu’elle ne provoque plus de détresse affective ou somatique et lorsque le patient indique que la cognition positive a une validité élevée, comme indiqué sur l’échelle de validité (COV).

Les mémoires ciblées sont ordonnées séquentiellement, au cours de sessions, au cours desquelles les procédures susmentionnées sont appliquées selon un protocole à trois volets (Shapiro, 1995, 2001). Premièrement, les souvenirs passés angoissants qui sont considérés comme étant étiologiques à la perturbation sont résolus. Après cela, l’accent est mis sur le traitement des déclencheurs actuels, qui sont des stimuli environnementaux suscitant toujours une détresse. Enfin, le traitement aborde les aspects futurs du trouble en incorporant un modèle positif d’action adaptative future.

Traitement EMDR des troubles anxieux

Shapiro (2001) a développé des applications spécialisées de l’EMDR pour les troubles anxieux et les phobies (Luber 2009a, 2009b; Shapiro, 2001, p. 228). Les deux applications séquencent les cibles selon le protocole en 3 temps, les mémoires passées étant traitées en premier, suivies des déclencheurs actuels, puis des actions futures. Chaque incident est entièrement traité selon la procédure standard. Lors de la procédure de scénario du futur dans le protocole EMDR sur la phobie de Shapiro (Luber, 2009b), le thérapeute demande au client de «lancer une vidéocassette mentale» (p. 173) de l’action future imaginée afin «d’incorporer un modèle positif pour une action future sans peur ”(P.171).

Bien que l’EMDR soit reconnu comme un traitement efficace du TSPT, il y a eu beaucoup moins de recherches sur son application aux troubles anxieux (Shapiro, 2001). Dans leur analyse complète, De Jongh et ten Broeke (2009) ont avancé que la solide base de recherche sur la TCC pour les troubles anxieux pourrait avoir un intérêt limité pour l’exploration et l’investigation de l’EMDR et d’autres traitements possibles. En outre, en se concentrant sur les souvenirs traumatiques, l’EMDR n’a peut-être pas été considéré comme un traitement viable pour un traitement autre que le TSPT, même si des événements inquiétants ont pu jouer un rôle catalyseur dans l’apparition de certains troubles. Par exemple, les troubles anxieux commencent souvent après un événement de la vie stressant (de Silva et Marks, 1999; Kleiner et Marshall, 1987), et McNally et Lukach (1992) ont déclaré que de nombreux patients souffriraient également de symptômes de type TSPT en conséquence directe de leurs symptômes. première attaque de panique. De Jongh et ten Broeke ont suggéré que l’EMDR pourrait être efficace dans le traitement des troubles anxieux présentant une étiologie perturbante ou traumatique spécifique, par exemple le traitement de la phobie du chien après une morsure de chien.

L’efficacité de l’EMDR dans le traitement des troubles anxieux bénéficie d’un soutien préliminaire. Des recherches limitées sur le traitement du trouble panique par EMDR ont montré certains effets positifs (par exemple, Feske et Goldstein, 1997; Goldstein et Feske, 1994). Cependant, les recherches sur le trouble panique avec l’agoraphobie ont donné des résultats mitigés (par exemple, Fernandez et Faretta, 2007; Goldstein, Beurs, Chambless et Wilson, 2000), avec la possibilité suggérée qu’un travail supplémentaire serait nécessaire lors de la phase de préparation de l’EMDR. , afin que les patients anxieux puissent mieux tolérer une exposition à leurs peurs lors du traitement d’un traumatisme. Dans un essai clinique randomisé évaluant le traitement par l’EMDR de l’anxiété testée, Maxfield et Melnyk (2000) ont constaté que, par rapport au contrôle des listes d’attente, un groupe d’étudiants universitaires traités avec une seule session d’EMDR présentait une amélioration significative, avec maintien des effets lors du suivi. et une réduction des scores sur l’inventaire d’anxiété de test du 90e au 50e centile.

Plusieurs études de cas ont indiqué que le traitement par EMDR de phobies spécifiques avait été un succès (par exemple, de Jongh, van den Oord et Ten Broeke, 2002). Récemment, un grand essai clinique randomisé (de Jongh, Holmshaw, Carswell et van Wijk, 2010) a comparé l’EMDR (avec une exposition auto-initiée in vivo) à une TCC centrée sur le traumatisme (exposition imaginale, avec des éléments de restructuration cognitive, de relaxation et de gestion de l’anxiété) pour 184 personnes souffrant de peur et de phobie de voyager à la suite d’un accident de la route. Les participants des deux groupes ont été encouragés à faire face aux stimuli provoquant l’anxiété entre les séances. Le nombre moyen de séances était de 7,3 et les deux traitements ont eu des effets équivalents, avec une diminution significative des symptômes d’anxiété, de dépression et de stress post-traumatique, ainsi que des moyens d’éviter les voyages.

EMDR et traitement des troubles obsessionnels-compulsifs

Bien qu’il y ait eu des rapports anecdotiques et des présentations occasionnelles lors de conférences (par exemple, Allemagne, 2009) sur le traitement des TOC par l’EMDR, peu de recherches ont été effectuées sur cette application. Bae, Kim et Ahn (2006) ont présenté deux cas cliniques de TOC dans lesquels ils n’ont pas été en mesure de démontrer un succès mesurable avec l’EMDR. Les participants étaient deux hommes, atteints d’un TOC chronique, qui n’avaient montré aucune réponse aux interventions pharmacologiques ou psychothérapeutiques. Bae et al. Parnell (2007) a modifié le protocole EMDR avec les deux patients, identifiant et résolvant les mémoires d’alimentation, conformément au modèle théorique AIP de Shapiro (2001) selon lequel le traitement des événements étiologiques avec EMDR atténuerait les symptômes du client. Les symptômes du TOC ne sont pas modifiés par le traitement.

Böhm et Voderholzer (2010) ont décrit les recherches de Bekkers qui, en 1999, a signalé une réduction significative des symptômes chez 4 patients compulsifs sur 5 traités avec EMDR. Böhm et Voderholzer ont toutefois averti que Bekkers exécutait simultanément EX / RP et EMDR, «dans des séquences non rapportées, ce qui rend difficile l’attribution claire des effets à un seul élément thérapeutique» (Böhm & Voderholzer, 2010, p. 176). Bekkers aurait décrit la contribution de l’EMDR comme l’accès à l’émotion et la création d’un aperçu, avec des liens associatifs entre l’affect, les compulsions et leur but apparent. Bekkers aurait considéré l’EMDR non pas comme une thérapie autonome, mais comme un complément utile à la thérapie EX / RP.

Böhm et Voderholzer (2010) ont étudié les effets de EX / RP + EMDR sur trois adultes atteints de TOC chez des adultes traités pendant 8 à 12 semaines de traitement en milieu hospitalier. Les deux premiers patients ont reçu un traitement par EMDR ou EX / RP, puis un traitement par un autre traitement. Cette conception a permis d’évaluer les effets différentiels de chaque traitement. Le Y-BOCS (Goodman et al., 1989) a été administré au pré-traitement, à la fin du premier traitement et au post-traitement. Le premier participant était un homme de 34 ans souffrant de compulsions de contrôle. Il a reçu 6 semaines d’EMDR, abordant des expériences traumatiques d’abandon durant son enfance, mais apparemment sans prendre en compte les déclencheurs actuels ni les actions futures avec l’EMDR. Son score Y-BOCS a été réduit de 36 à 32. Cela a été suivi par l’administration d’EX / RP, avec une réduction de son score Y-BOCS de 32 à 9. Les effets ont été maintenus lors du suivi, et il a rapporté que le bénéfice de l’EMDR était une meilleure compréhension de ses compulsions, avec la capacité résultante de tolérer le traitement d’exposition.

La deuxième participante était une femme de 24 ans ayant des obsessions agressives et sexuelles. Elle a commencé par 7 semaines d’EX / RP, avec une réduction de son score de Y-BOCS (pensée obsessionnelle uniquement) de 16 à 12 ans. Elle a ensuite été suivie pendant quatre semaines avec une thérapie EMDR, axée en premier lieu sur une chute traumatique de l’enfance, et ensuite sur une image obsessionnelle. Après l’EMDR, son score Y-BOCS (obsessionnel) était passé de 12 à 8. Bien qu’au suivi, le score Y-BOCS soit passé à 11, elle a décrit une amélioration significative de ses fonctions. Le troisième participant était un homme de 27 ans avec des ordonnances de contrôle et de vérification, avec la crainte de perdre certains biens. Il a reçu 10 semaines de séances alternées d’EMDR et EX / RP. Il n’a rapporté aucun événement traumatisant dans son histoire. Ses séances d’EMDR n’ont pas suivi les procédures standard. Au lieu de cela, une stratégie appelée « technique d’absorption EMDR (construction de ressources) » (Böhm & Voderholzer, 2010, p. 180) a été appliquée, dans laquelle il s’est engagé dans des mouvements oculaires tout en imaginant simultanément résister avec succès aux comportements compulsifs. Son score Y-BOCS est passé de 35 lors du prétraitement à 16 après le traitement, les effets étant maintenus lors du suivi. Böhm et Voderholzer (2010) ont recommandé l’utilisation de l’EMDR comme méthode d’augmentation avec EX / RP pour aider les patients à maîtriser leurs émotions.

Étude actuelle

La littérature montre que les clients traités avec EX / RP ont une réduction de 60% à 80% des symptômes de TOC. Environ 25% des clients choisissent de ne pas suivre cette forme de thérapie lorsqu’ils réalisent qu’ils devront faire face à leurs peurs. Par conséquent, lorsque quatre patients ont été orientés vers un traitement alternatif TOC, il a été décidé de développer une approche de traitement utilisant l’EMDR. Les quatre cas avaient précédemment été traités par des professionnels de la santé pour le TOC et n’avaient pas réussi à nouer le dialogue avec le praticien de la TCC. Il n’était pas possible de dire si cela résultait du fait que le patient n’était pas prêt à changer ou si le traitement n’avait pas été appliqué de manière optimale; quelle que soit la cause, les participants étaient toujours aux prises avec des symptômes graves du TOC et ne souhaitaient pas / ne pouvaient pas participer à un traitement supplémentaire de la TCC. Ils avaient soit abandonné le traitement, soit jugés inappropriés par leur thérapeute pour une thérapie EX / RP ou cognitive. En effet, la source rapportante a signalé que les symptômes de TOC dans les quatre cas semblaient avoir été exacerbés par l’utilisation antérieure de EX / RP et / ou d’une thérapie cognitive.

On a émis l’hypothèse que l’EMDR pourrait fournir une option de traitement viable et réaliste pour les personnes souffrant de TOC et que le traitement des craintes accablantes et des comportements ritualisés à l’épicentre du TOC pourrait atténuer les symptômes du TOC. Ces hypothèses reposaient sur les conclusions de la recherche selon lesquelles un traumatisme probable dans le passé du patient pourrait être directement lié à l’apparition du TOC. Ils étaient également basés sur le principe théorique principal du modèle TAI de l’EMDR, qui postule que la résolution des souvenirs troublants résoudra les symptômes associés (Shapiro, 2001).

En outre, le thérapeute a constaté que les pensées et les comportements actuels maintenaient le TOC. Il la considère comme un trouble auto-perpétuant, composé de multiples comportements, pensées et événements complexes et liés, se produisant dans le temps présent. On a émis l’hypothèse que ce modèle de comportement auto-entretenu et auto-renforçant pourrait être efficacement traité en traitant au préalable les déclencheurs, obsessions et compulsions actuels, avant de cibler les événements traumatisants historiques.

Deux adaptations du protocole de phobie de Shapiro (2001) ont été mises au point par l’auteur, le protocole de phobie adapté pour EMDR et le protocole de phobie adapté pour EMDR avec lecture vidéo. Ceux-ci ont été testés dans cette étude. Chaque expérience fournissait le traitement à deux personnes qui n’avaient pas bénéficié d’un traitement antérieur de TCC pour le traitement du TOC.

Expérience 1

Méthode

Traitement

Le thérapeute en était l’auteur. Il est  conseiller qualifié avec une formation avancée en TCC. Au moment de cette étude, il avait été formé à l’EMDR et l’utilisait depuis plus de 2 ans. Seize sessions ont été fournies à chacun des participants.

Comme pour l’EMDR standard, un historique complet du patient a été effectué, donnant ainsi au thérapeute un aperçu des problèmes du patient. Ensuite, au cours de la phase de préparation, les patients ont été préparés conformément aux procédures standard EMDR, dans un endroit calme et avec l’ajout d’un personnage imaginaire nourrissant, d’un personnage de force ou d’un personnage de protection, si nécessaire. Le signal d’arrêt a été enseigné et une séance d’essai a été menée en utilisant un problème mineur avec peu de détresse subjective. Les phases 1 – histoire du patient et 2, de préparation ont été complétées en deux séances.

Les phases de traitement EMDR ont été administrées à l’aide du protocole EMDR spécialisé développé par l’auteur : le protocole de phobie EMDR adapté. Dans cette adaptation, les cibles sont désensibilisées dans l’ordre suivant : en commençant par les déclencheurs actuels (compulsions et obsessions d’OCD), suivies du modèle futur (imaginant une action future réussie), puis des souvenirs perturbants liés au passé (le cas échéant). Après la désensibilisation de toutes les cibles, la cognition positive est développée et installée.

Évaluation

Le Y-BOCS a été administré par l’auteur lors du prétraitement et du post-traitement. L’administration de suivi a été réalisée par un psychologue indépendant ne prenant pas de traitement 4 à 6 mois après le traitement. Le contact des participants avec le thérapeute s’était arrêté à la fin du traitement.

Participants

Comme décrit précédemment, deux hommes présentant des diagnostics actuels de TOC ont été orientés vers un traitement parce qu’ils n’avaient pas répondu au traitement de TOC antérieur par TCC. James avait 28 ans. Michael avait 24 ans. Notez que les informations client ont été modifiées pour protéger l’identité des participants.

Cas 1 – James

James était un universitaire de 28 ans qui vivait avec l’un de ses parents. Ses obsessions portaient sur l’infection et la propagation de la maladie; ses compulsions connexes comprenaient des contrôles pour les infections sexuellement transmissibles (IST) tous les 4 mois. Les autres compulsions incluaient un lavage excessif des mains ; ne pas toucher  directement les poignées de porte, les interrupteurs d’éclairage ou les sièges de toilette. En outre, il était incapable de toucher une autre personne sans se sentir infecté. Cette dernière compulsion était une grande préoccupation puisqu’il aspirait à avoir une petite amie et éventuellement une famille. Au cours de l’histoire, James a déclaré que son TOC occupait  presque tous les moments de sa journée. Une technique de floatback (Browning, 1999) a été utilisée pour identifier les événements étiologiques possibles. Il a été découvert que ses craintes avaient probablement été provoquées par des commentaires formulés à l’époque de la campagne de publicité initiale associée au VIH et au sida; il avait environ 13 ou 14 ans et on lui a dit de faire attention à qui et à quoi il touchait pour ne pas attraper le sida. Bien que cet événement précoce, que l’on pourrait qualifier de «problème présenté», soit considéré comme la cible principale du traitement EMDR standard, il a été décidé d’administrer le protocole de phobie EMDR adapté et de cibler cet événement une fois que tous les déclencheurs ont été traités.

Une liste d’évitement actif des stimuli redoutés a été faite pour chaque aspect de son TOC, et ceci est devenu la liste des déclencheurs à cibler. Chaque déclencheur a été traité comme un événement unique. Le premier stimulus TOC à être traité était sa peur d’attraper des germes en touchant les poignées de porte : l’image cible était « les millions de germes vivant dans la terre » ; son émotion était la peur, avec une sensation corporelle de nausée. Après que la perturbation liée à cet événement ait été réduite à 0, le prochain stimulus TOC à traiter était un contact peau à peau : l’image de la cible était  lui essayant d’embrasser une femme qui l’attirait ; son émotion était une peur écrasante d’attraper une maladie s’ils se touchaient, avec une sensation corporelle décrite comme un rocher dans la gorge.

Après la désensibilisation de tous ses déclencheurs actuels (stimuli redouté), James a pu établir une relation avec une jeune femme. Lui tenir la main, ce qui aurait été absolument hors de question au début du traitement, était maintenant facile pour James. Cependant, il était inquiet à propos de l’idée de l’embrasser et des rapports sexuels, et lun scénario du futur a été réalisé. Suite à cela, l’alerte précoce sur le VIH / SIDA a été traitée, répondant à ses craintes de faire attention à qui et à quoi il touchait pour ne pas attraper le SIDA. Lors de la 10ème séance, la cognition positive a été développée et installée conformément aux procédures standard EMDR. Cette cognition était : « Je suis en sécurité “

Après avoir terminé 10 séances EMDR et installé la cognition positive, James a rapporté qu’il avait été capable d’embrasser sa petite amie et qu’il avait même eu des rapports sexuels. Avant l’EMDR, cela aurait provoqué une grave abréaction et la nécessité de se nettoyer la peau ; de brûler ma literie ; et des tests pour les deux afin de s’assurer qu’aucune infection n’a été partagée. Lors du suivi, James a indiqué qu’il n’utilisait plus de désinfectant pour les mains et qu’il était maintenant capable de se sentir à l’aise avec le contact physique au sein d’une relation. Les scores Y-BOCS de James ont montré des baisses substantielles, des valeurs extrêmes aux valeurs faibles, les effets du traitement étant maintenus lors du suivi (voir Figure 1).

Cas 2 – Michael

Michael était un homme de 24 ans, incapable de conserver son emploi. Il avait occupé divers emplois et était au chômage depuis 4 ans. Les TOC de Michael tournaient autour de la pensée obsessionnelle. Il avait également une contrainte d’ordre / séquençage; il devait tout avoir sur son bureau et aligner les objets sur le bureau des autres. Le temps était également un gros problème pour ce patient : les heures de début et de fin devaient être précises. Il a été décidé d’administrer le protocole de phobie EMDR adapté.

Au cours de la phase 1 – histoire du patient, Michael a indiqué que ses deux parents, avec qui il vivait encore, présentaient des TOC. Sa mère avait un jour différent pour chaque travail à la maison et ne s’écartait pas de son emploi du temps. Son père organisait tout au travail et à la maison : «Un endroit pour tout et tout à sa place.» Michael a identifié quelques problèmes sur lesquels on pourrait travailler, mais aucun ne semblait lié à son TOC. La technique du floatback a été utilisée, mais aucun incident déclencheur n’a été rappelé.

Le protocole d’anxiété EMDR a été utilisé avec Michael. Le traitement a commencé avec la désensibilisation de tous les événements TOC actuels provoquant une détresse. Le premier événement TOC à traiter était sa crainte que, si des objets tels que des papiers ou des stylos n’étaient pas dans l’ordre exact, il serait désavoué par sa famille et qu’une solitude inacceptable s’en suivrait. Au cours des séances EMDR, le traitement a suscité un certain nombre de souvenirs oubliés, permettant de mieux comprendre de nombreux aspects de ses comportements obsessionnels. Au fur et à mesure que le traitement progressait, le thérapeute, le patient et d’autres personnes ont compris que ses schémas de pensée obsessionnels s’atténuaient également.

Sa conviction obsessionnelle fondamentale était la nécessité de démontrer à son père qu’il était doué pour quelque chose. Cette obsession n’a été ciblée qu’après la désensibilisation de tous les autres événements TOC. Avant cela, il avait été observé que Michael avait développé une pensée claire et que les obsessions avaient perdu de leur force. Bien que la nécessité de traiter cette zone semblait inutile à l’époque, le protocole a été suivi. Comme il s’agissait du dernier événement à traiter, la procédure standard complète a été appliquée. L’image de son obsession était la déception de son père lorsque son bulletin scolaire indiquait qu’il ne pouvait se concentrer sur rien; la cognition négative et la cognition positive étaient «je suis inutile» et «je suis fier de moi»; son émotion était «perdue». Le traitement de cette cible a suscité des traces de souvenirs autour du besoin de rappeler à ses parents de faire des choses, de réfléchir aux choses pour les autres et de prendre conscience de ses actions et de celles de ses parents.

Lors du suivi, Michael a déclaré qu’il travaillait maintenant dans un magasin caritatif et qu’il aimait travailler dans ce lieu de travail désorganisé. Il avait pu parler à sa famille qui avait pu exprimer à quel point il était fier de s’installer maintenant. Les scores de Michael-Y-BOCS ont montré des diminutions substantielles, de la plage extrême à la plage légère, les effets du traitement étant maintenus et dans la plage subclinique au suivi (voir Figure 2).

Expérience 2

Méthode

Traitement

Le thérapeute était le premier auteur. Il est  conseiller qualifié avec une formation avancée en TCC. Au moment de cette étude, il avait été formé à l’EMDR depuis plus de 2 ans. Quatorze séances ont été offertes à chacun des participants. Les phases 1 – histoire du patient et 2, de préparation suivaient les procédures EMDR standard décrites précédemment dans l’expérience 1. Elles ont été complétées en deux séances pour le cas 3, alors que le cas 4 a nécessité quatre séances de phase 1.

Les participants ont reçu un traitement selon le protocole EMDR spécialisé développé par l’auteur : le protocole de phobie EMDR adapté avec lecture vidéo. Dans ce protocole TOC, les cibles sont entièrement traitées dans l’ordre suivant : en commençant par les déclencheurs actuels (compulsions et obsessions OCD), suivies des mémoires perturbantes associées passées (le cas échéant), puis par le scéanrio du futur (imaginant une action future réussie).

Évaluation

Le Y-BOCS a été administré par le thérapeute lors du prétraitement et du post-traitement. Le suivi a été administré par un psychologue indépendant 4 à 6 mois après le traitement. Le contact des participants avec le thérapeute s’était arrêté à la fin du traitement

Participants

Comme décrit précédemment, deux hommes présentant des diagnostics actuels de TOC ont été orientés vers un traitement parce qu’ils n’avaient pas répondu au traitement de TOC antérieur par TCC. Robin avait 19 ans. Alex avait 26 ans. Notez que les informations sur les patients ont été modifiées pour protéger l’identité des participants.

Cas 3 – Robin

Robin était un homme de 19 ans vivant chez sa mère. Il avait une histoire complexe, qui nécessitait une phase 1 de quatre séances. À l’âge de 13 ans, Robin a connu une violente séparation de sa famille, suivie d’une exacerbation des symptômes préexistants du TOC. Son TOC est devenu beaucoup plus apparent et restrictif à ce moment-là et avait continué sans aucun bénéfice des tentatives antérieures de traitement de TCC.

Robin craignait de serrer la main ou de toucher la chair nue et s’inquiétait constamment des prises électriques et de l’eau courante. Il débranchait tous les appareils chaque fois qu’il quittait une pièce et vérifiait que tous les robinets étaient fermés et ne coulaient pas. Les bouchons de lavabo et de baignoire ont été enroulés autour du robinet dans le sens des aiguilles d’une montre pour qu’ils ne puissent pas tomber et obstruer le drain. Toutes les portes étaient verrouillées et il vérifiait cela en comptant les clics de la clé dans la serrure et en vérifiant la poignée 20 fois avec chaque main. S’il était interrompu à n’importe quelle étape de ses rituels, il devrait recommencer tout le processus. Il a estimé qu’il pourrait prendre environ une heure et demie pour pouvoir quitter son domicile. Il avait du gel pour les mains qu’il utiliserait environ 20 fois par jour.

Le protocole de phobie EMDR adapté avec lecture vidéo a été fourni. Robin a choisi de commencer à travailler sur la crainte de serrer la main, ce qui l’empêchait de décrocher un autre emploi. La technique de lecture vidéo a été utilisée pour regarder le premier souvenir quand Robin avait peur de serrer la main. Il a imaginé la vidéo dans son esprit et quand il a pris conscience de son stress, il s’est arrêté. À ce stade, il a identifié l’image, la cognition négative, la cognition positive, les VOC, les émotions, le SUD et la sensation corporelle. Les procédures standard ont été utilisées pour traiter la mémoire. La lecture de la vidéo a été utilisée pour surveiller la désensibilisation et identifier d’autres incidents. En trois séancesd’EMDR, Robin a pu serrer la main de certaines personnes, avec l’utilisation ultérieure de gel pour les mains. Cela a ensuite changé en la possiiblité de serrer une main sans l’utilisation de gel pour les mains.

Après avoir abordé sa peur de serrer les mains, son obsession pour les prises électriques, les robinets d’eau et les bouchons d’évier a été traitée de la même manière. Il a imaginé une vidéo mentale de sa routine de vérification de tout, et quand il a ressenti une forme de stress ou d’anxiété, il l’a signalé au thérapeute, qui a ensuite suivi les procédures standard d’EMDR pour traiter l’événement. Une fois que le stress ou l’anxiété avait diminué, il a poursuivi sa lecture vidéo. Encore une fois après trois ou quatre séances, il a signalé une amélioration significative. Il était maintenant en mesure de faire un rapide contrôle visuel et de quitter la maison, sans avoir à brancher et débrancher physiquement les prises électriques ni à ouvrir et à fermer les robinets. Son obsession de vérifier lors du verrouillage de la porte a pris plus de séances, mais a également entraîné une amélioration substantielle. Plutôt que de devoir compter les clics de la clé dans la serrure et de vérifier 20 fois la poignée de la porte, il était maintenant capable de simplement verrouiller la porte et de vérifier la poignée de porte deux fois avec chaque main.

Robin a découvert un evenements ‘ touchstone’  lors du traitement de son TOC autour de la violente séparation de sa famille. Alors que Robin et sa mère essayaient de fuir la maison familiale, ils ont trouvé leur sortie barrée par une porte verrouillée. L’image cible qui lui était venue à l’esprit était son espoir terrifié que son père rentre chez lui et le confronte alors qu’ils essayaient de partir. Sa cognition négative pour cet événement était « Je suis à blâmer ». Sa cognition positive était « Je suis libre ». L’émotion que Robin a attachée à ce souvenir était la panique, avec un SUD de 5; et il a senti dans sa vessie le besoin d’uriner abondamment. Il s’agissait du dernier problème à traiter, qui a été entièrement résolu avec le protocole standard.

Lors du suivi, Robin a déclaré qu’il ne vérifiait plus les prises électriques, ni les robinets ni les bouchons d’évier et qu’il ne ressentait plus le besoin d’utiliser du gel pour les mains. Il a découvert un intérêt pour le canoë en eau libre. Les scores Y-BOCS de Robin ont montré des diminutions substantielles, de la plage extrême à la plage subclinique, les effets du traitement étant maintenus lors du suivi (voir Figure 3).

Cas 4 – Alex

Alex était un jeune homme âgé de 26 ans, vivant seul et au chômage depuis quasiement la fin de ses études. Il s’était récemment séparé de sa partenaire et d’un jeune enfant. Il maintenait un contact régulier avec l’enfant et avait des contacts limités avec sa partenaire. Une histoire complète a été effectuée. L’application de la technique du «floatback» a révélé que la plus grande partie de son TOC avait commencé à l’âge de 13 ans, quand il avait découvert que l’homme qu’il avait toujours appelé son père n’était pas son père biologique.

Le TOC d’Alex a eu une incidence sur de nombreux aspects de sa vie : propreté de son corps, devoir nettoyer et blanchir la ou la douche avant de l’utiliser, devoir nettoyer et blanchir la baignoire après l’avoir utilisée. Il emportait avec lui ses biens personnels les plus précieux et rangeait tous ses vêtements et effets personnels dans des boîtes de rangement en plastique pendant la nuit. Il était à la fois obsédé par la nécessité de développer des amitiés et de se  constuire une vie sociale pour lui-même, et par le fait de ne pas pouvoir faire confiance aux autres et de mesurer les autres à la hauteur de ses exigences.

Le protocole de phobie EMDR adapté avec lecture vidéo a commencé par le traitement des déclencheurs TOC. Le premier événement TOC traité avec l’EMDR a été la nécessité de nettoyer et de blanchir sa baignoire ou sa douche. Alex a bien réagi, grâce à la technique de lecture vidéo, ce qui a permis de réduire considérablement les comportements de nettoyage et de blanchiment. Il ne nettoyait plus le bain / la douche avant de l’utiliser, à moins que celui-ci n’ait été utilisé par un autre, et le temps de nettoyage après le bain / la post-douche était passé de 60 minutes à 5 ou 10 minutes.

La  cible suivante était sa peur de perdre ses biens précieux et son comportement compulsif de les transporter avec lui. Là encore, le protocole TOC a été utilisé avec succès. Il a commencé par laisser les plus petits articles à la maison, puis les plus gros articles, tels que la télévision et la chaîne hi-fi, qu’il aurait précédemment transportés chez ses parents s’il avait besoin de quitter son domicile.

La cible suivante était son obsession de nouer des amitiés et ses problèmes de confiance. Cela a été traité en lisant une vidéo mentale de la dernière fois qu’il avait rencontré quelqu’un qui, à son avis, aurait pu être un ami. L’image concernait le fait de permettre à cette personne de venir chez lui, puis de découvrir qu’elle l’avait volée. L’image était forte et vive; l’émotion attachée était de perte, presque semblable à celle de deuil, avec une sensation corporelle de vide dans le creux de son estomac. Enfin, le traitement s’est concentré sur ses souvenirs troublants concernant son père.

Cela a été suivi par l’installation de modèles – scénarios futurs dans laquelle Alex a réussi à imaginer un emploi satisfaisant et enrichissant et des interactions sociales agréables avec des amis en qui il a confiance. Il a ensuite eu l’impression de participer et d’être impliqué dans la vie de son fils.

Lors du suivi, Alex a déclaré qu’il ne transportait plus ses affaires avec lui et qu’il était capable de parler aux gens sans avoir le sentiment qu’il devait se répéter. Ses scores Y-BOCS ont montré des diminutions substantielles, allant de la plage extrême à la plage subclinique / légère, les effets du traitement étant maintenus lors du suivi (voir Figure 4).

Discussion

Ce qui est frappant dans cette étude, c’est que les quatre participants ont décrit une amélioration des symptômes au cours des deux ou trois premières séances. Ces personnes souffraient de TOC invalidantes depuis de nombreuses années et avaient tenté divers autres traitements de TCC sans obtenir aucun soulagement. Après 14 à 16 séances d’EMDR adaptées, chaque participant a signalé une amélioration significative des symptômes et une forte diminution de la détresse, les effets du traitement étant maintenus à un suivi de 4 à 6 mois. Chaque jeune homme a également apporté des changements substantiels au fonctionnement et aux activités de la vie, en atteignant et en maintenant un certain nombre d’objectifs personnels importants.

Le pourcentage de réduction des symptômes rapporté dans cette étude est comparable à celui rapporté avec EX / RP. Les participants recevant le protocole de phobie EMDR adapté ont signalé une réduction des symptômes de 70,4% après le traitement et de 76,1% lors du suivi. Les participants recevant le protocole EMDR adapté à la phobie avec lecture vidéo ont signalé une réduction des symptômes de 81,4% après le traitement et de 81,4% lors du suivi. Cependant, contrairement à EX / RP, le traitement EMDR ne nécessite aucun devoir et la confrontation des peurs est gérable et non accablante.

Conceptualisation du TOC et de son traitement

Shapiro (2001) considère les symptômes et les troubles actuels comme la manifestation d’événements traumatiques passés non traités, et ses procédures EMDR standard sont développées dans l’hypothèse où le traitement de ces événements précoces éliminera les symptômes présentés. Malheureusement, pour ceux qui travaillent avec des problèmes complexes tels que le TOC, cette approche simple semble souvent insuffisante. Certains patients nient les premiers événements; pour d’autres, le traitement d’événements précoces ne semble pas modifier les comportements enracinés de TOC ritualisés. Il est souvent difficile pour les thérapeutes de trouver une méthode pour traiter des problèmes qui semblent avoir peu ou pas de fondement en traumatisme ou en logique.

Bien que le TOC puisse provenir d’expériences précoces, il semble s’agir d’un trouble auto-entretenu. L’auteur émet l’hypothèse que le TOC est mieux compris comme une série d’événements traumatiques auto-perpétuant et entrelacé, ou comme un événement multiple complexe. Chaque déclencheur actuel – chaque obsession et contrainte – est considéré comme un «événement traumatisant» récent, qui établit un lien avec d’autres événements connexes et des souvenirs du passé, afin de renforcer et de perpétuer des schémas de pensées et de comportements perturbants multidimensionnels. Le TOC n’est pas un événement continu, mais bien un certain nombre d’événements entrelacés qui se supportent et se réindoctrinent.

Par conséquent, il est recommandé de commencer le traitement en abordant les événements actuels. Les interventions thérapeutiques qui commencent par traiter des incidents passés seront presque toujours minées par les événements plus récents de TOC. Le traitement des TOC est plus efficace lorsqu’il vise avant tout à réduire la puissance des expériences actuelles. En traitant des déclencheurs individuels à partir du présent, les événements sous-jacents deviennent souvent apparents; ils peuvent même se dissiper sans être abordés directement. Les incidents passés et les pierres de touche sont révélés naturellement lors du traitement des déclencheurs actuels, et leur signification et leur pertinence dans la vie présente sont apparentes et diminuées. Les mémoires pénibles passées perdent leur force et leur puissance et sont plus faciles à traiter après la résolution des événements TOC actuels.

Les protocoles de phobie EMDR adaptés

Deux adaptations différentes du protocole EMDR Phobia ont été utilisées. Dans les deux protocoles, les déclencheurs actuels (compulsions et obsessions TOC) ont été les premières cibles du traitement EMDR.

Dans la première expérience, en utilisant le protocole de phobie EMDR adapté, les participants ont présenté une image du déclencheur actuel et identifié la partie la plus perturbante comme dans le protocole EMDR standard, mais sans congition identifiée. Le traitement a commencé par une focalisation sur l’image, l’émotion et les sensations corporelles. Lorsqu’un déclencheur actuel était désensibilisé, l’attention se tournait vers le déclencheur actuelsuivant, jusqu’à ce que tous les déclencheurs soient désensibilisés. Le  modèle du futur / scénario du futur a ensuite été installé, puis les souvenirs passés ont été désensibilisés. Une fois la désensibilisation terminée, la cognition positive a été installée. À certains égards, cette procédure peut être comprise comme traitant tous les déclencheurs, les peurs et les souvenirs comme un événement multiple complexe, chaque aspect représentant une partie de l’ensemble, et désensibilisant l’ensemble de la cible avant de passer à l’installation cognitive. Dans ce protocole, le travail cognitif est laissé à la fin en raison du risque que les pensées obsessionnelles perturbent le traitement émotionnel et somatique.

On s’attend à ce que cette adaptation soit plus efficace pour les clients dont l’obsession semble dominer et qui craignent une déstabilisation et une perte de gains en passant aux phases cognitives de l’EMDR avant de terminer la désensibilisation de tous les déclencheurs. L’utilisation de ce protocole désensibilise les déclencheurs, réduisant ainsi l’anxiété, de sorte que le patient diminue son engagement dans les obsessions et les compulsions, en effectuant des changements de comportement réussis. Cela semble réduire le pouvoir des obsessions principales (cognition négative), en atténuant son pouvoir avant que le patient ne soit obligé de le confronter directement. Des recherches sont nécessaires pour étudier ces hypothèses.

Dans la deuxième expérience, la lecture vidéo mentale du déclencheur récent fournit au patient une méthode pour ressentir le déclencheur, les émotions et les sensations corporelles dans un environnement sûr et protégé. Dans l’EMDR standard, l’événement ciblé est réévalué plusieurs fois au cours d’une séance en demandant au patient de revenir sur l’incident et de signaler ce qu’il a remarqué. Dans ce protocole, le patient est invité à revenir à la lecture de la vidéo et à exécuter le film encore et encore, en s’arrêtant chaque fois qu’il constate une perturbation. Le traitement ultérieur utilise les procédures EMDR standard pour poursuivre la désensibilisation et l’installation cognitive jusqu’à ce que le déclencheur soit complètement résolu lorsque, au cours de la lecture de la vidéo, le patient n’a signalé aucune angoisse ni aucune approbation de la cognition positive. Ce processus est répété avec le prochain déclencheur. Lorsque tous les déclencheurs actuels sont entièrement traités, EMDR est utilisé pour traiter les mémoires précédentes, puis pour installer le scénario du futur.

Le protocole de phobie EMDR adapté avec lecture vidéo devrait être plus efficace pour les patients dont les obsessions et les compulsions TOC sont complexes et impliquent de multiples activités. Il décompose l’anxiété en petits morceaux gérables, de sorte que le patient ne doit se concentrer que sur un petit pas à la fois. La lecture vidéo permet une désensibilisation détaillée de chaque aspect de l’événement TOC, éliminant ainsi les craintes et renforçant le pouvoir du patient. Des recherches sont nécessaires pour étudier ces hypothèses.

Le traitement de l’anxiété grave

Dans une étude de recherche sur l’EMDR dans le traitement du trouble panique avec agoraphobie (Goldstein et al., 2000), la réponse des participants était moins qu’optimale. Les chercheurs ont émis l’hypothèse que la réponse médiocre aurait pu être provoquée par le besoin d’une préparation plus poussée des participants, car ils auraient peut-être eu des difficultés à tolérer l’affect intense pouvant être obtenu pendant l’EMDR (Shapiro, 2001). Il est possible que la seule séance prévue pour la pahese 1 – histoire du patient – et la préparation dans cette étude ait été insuffisante à cette fin. Dans une récente étude de cas portant sur une femme atteinte de trouble panique avec agoraphobie, Fernandez et Faretta (2007) ont présenté trois étapes de la prise d’antécédents plus trois phases de préparation, suivies de 12 séances de traitement, aboutissant à une rémission du diagnostic. Ils ont attribué sa capacité à mener à bien un traitement en cours de session au travail préparatoire approfondi.

Dans cette étude, la prise d’historique a été complétée en deux séances pour trois participants, le quatrième participant nécessitant quatre séances en raison d’une histoire complexe. Contrairement à Fernandez et Faretta (2007), qui enseignaient à leurs patients les « techniques de maîtrise de soi » (p. 51), aucune stratégie spécifique n’a été enseignée dans cette étude pour la gestion de l’anxiété. La préparation fournie était l’introduction standard à l’EMDR, utilisant la procédure des lieux sûrs / calmes et un essai à sec avec une cible insignifiante.

Il est important de noter que l’anxiété des participants était gérée dans les protocoles EMDR adaptés développés par l’auteur. Ces procédures titrent l’anxiété, la rendant gérable et tolérable en séance. Chaque élément effrayant des déclencheurs, des obsessions et des compulsions actuels des participants a été scindé en petits morceaux gérables et systématiquement ciblé et désensibilisé tout au long du processus de traitement. Ce processus était très tolérable et ne suscitait pas une anxiété extrême. Au lieu de cela, les participants ont constaté une désensibilisation rapide des cibles, suivie d’un allègement et d’un retraitement du matériel correspondant. À la suite de cette procédure efficace, les participants ont décrit le développement d’un sentiment de maîtrise et ont modifié leurs comportements associés avec une rémission notable des symptômes.

Limites de l’étude actuelle

Aucune conclusion définitive ne peut être tirée de cette recherche préliminaire. Les limites de cette étude incluent la conception de l’étude de cas. Il existe toujours une possibilité de réponse idiosyncratique en fonction de la personnalité individuelle, des antécédents et des événements de  vie. Il s’agit d’une étude préliminaire et les résultats pourraient ne pas s’appliquer à d’autres patients. Cependant, la conception de l’étude de cas permet un examen minutieux de la réponse individuelle et un examen du processus de traitement. Il convient de noter que ces participants présentaient un TOC de longue date, qui n’avait pas répondu au traitement antérieur de TCC; cette amélioration avec les protocoles TOC était apparente après seulement deux ou trois séances; et que les résultats ont été maintenus à 4–6 mois de suivi.

Deux adaptations différentes du protocole EMDR Phobia ont été développées et testées dans le cadre d’une étude de cas. Les adaptations étaient basées sur la théorie selon laquelle le TOC est un trouble qui se perpétue de soi, ses comportements et les déclencheurs actuels renforçant et entretenant le trouble. À partir de cette étude, il n’est pas possible de déterminer si les deux approches ont eu la même efficacité ou si l’une était plus appropriée que l’autre pour un type de présentation particulier. Des recherches futures sont nécessaires pour étudier ces questions.

Les procédures et protocoles EMDR standard ont été modifiés pour tenir compte de cette vision des TOC. Le traitement a commencé en abordant les obsessions et les compulsions actuelles au lieu de travailler sur des problèmes passés, même si cette dernière approche est la procédure standard EMDR. Diverses autres modifications ont été apportées aux procédures standard, notamment le retard de l’installation cognitive et l’utilisation de la lecture vidéo mentale.

Une autre limite de cette étude est que le premier auteur était le thérapeute, qui a également effectué les évaluations Y-BOCS au prétraitement et au post-traitement. Cependant, les participants ont tous commencé le traitement avec un diagnostic de TOC posé par un professionnel indépendant référant, qui a en outre indiqué que les symptômes de TOC des participants n’avaient pas été remis avec un traitement antérieur. Les évaluations de suivi ont été réalisées par des évaluateurs indépendants.

La recherche future

Des recherches futures sont nécessaires pour étudier l’efficacité des deux adaptations introduites dans cette étude : le protocole de phobie EMDR adapté et le protocole de phobie EMDR adapté avec lecture de vidéo. On espère que cette recherche pourra éclairer et clarifier l’approche EMDR la plus efficace pour aider les patients atteints de troubles, tels que les TOC, où la fonction est altérée par le modèle auto-entretenu de pensées obsessionnelles et de comportements compulsifs.

Il est possible que ces protocoles conviennent à d’autres troubles, où le lien avec un traumatisme antérieur est tangentiel et peu pertinent, et où la manifestation symptomatique actuelle prend une vie propre, s’auto-renforçant et s’auto-perpétuant. La phobie sociale et le trouble panique associé à l’agoraphobie en sont quelques exemples. Le fait que le patient évite les situations effrayantes renforce l’anxiété. Les protocoles pourraient être utiles avec d’autres troubles considérés comme faisant partie du spectre du TOC, tels que les troubles dysmorphiques du corps. Il est également possible que des symptômes dépressifs tels que la rumination et le sevrage comportemental répondent à ces protocoles. Il est recommandé de mener des recherches pour étudier ces possibilités.

Références

Marr, J. (2012). EMDR treatment of obsessive-compulsive disorder: Preliminary research. Journal of EMDR Practice and Research, 6(1), 2-15. doi:10.1891/1933-3196.6.1.2

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *