Un test expérimental randomisé de l’efficacité du traitement EMDR sur une image corporelle négative chez des patients hospitalisés souffrant de troubles de l’alimentation

Un article Un test expérimental randomisé de l’efficacité du traitement EMDR sur une image corporelle négative chez des patients hospitalisés souffrant de troubles de l’alimentation, de Andrea Bloomgarden et Rachel M. Calogero, publié dans The Journal of Treatment & Prevention

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant ou téléchargeable ci-dessous

Bloomgarden et Calogero (2008) (…) ont étudié les effets à court et à long terme de l’EMDR dans une population résidentielle ED. Ils ont utilisé un modèle expérimental randomisé et comparé 43 femmes recevant un traitement résidentiel standard pour les troubles de l’alimentation (SRT) à 43 femmes recevant une thérapie SRT et EMDR, en examinant des mesures d’image corporelle négative et d’autres résultats cliniques. À la fin du traitement, le groupe SRT + EMDR avait moins de détresse concernant les souvenirs négatifs de l’image corporelle et l’insatisfaction du bas du corps, et cette amélioration est restée constante dans les suivis de 3 et 12 mois par rapport au groupe SRT. La tendance positive de la recherche a suggéré que l’EMDR pourrait être utile lorsque vous travaillez avec des aspects spécifiques de l’image corporelle négative lors de l’utilisation de la SRT. D’autres recherches ont été suggérées. (résumé de Marylin Luber, dans son livre Eye Movement Desensitization and Reprocessing EMDR Therapy Scripted Protocols and Summary Sheets : Treating Eating Disorders, Chronic Pain, and Maladaptive Self-Care Behaviors).

Résumé 

La thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) est utilisée par certains cliniciens pour traiter les troubles de l’alimentation.

Bien qu’il existe des données anecdotiques et d’études de cas appuyant son utilisation, il n’existe aucune étude contrôlée examinant son efficacité auprès de cette population.

Cette étude a examiné les effets à court et à long terme de l’EMDR dans une population résidentielle de troubles de l’alimentation.

Une conception expérimentale randomisée a comparé 43 femmes recevant un traitement résidentiel standard pour les troubles de l’alimentation (SRT) à 43 femmes recevant une thérapie SRT et EMDR (SRT + EMDR) sur des mesures d’image corporelle négative et d’autres résultats cliniques. SRT + EMDR a rapporté moins de détresse concernant les souvenirs négatifs de l’image corporelle et l’insatisfaction du bas du corps au post-traitement, au suivi à 3 mois et 12 mois, par rapport à la SRT.

Des comparaisons supplémentaires n’ont révélé aucune différence entre les conditions avant et après le traitement sur d’autres mesures de l’image corporelle et les résultats cliniques.

Les preuves empiriques rapportées ici suggèrent que l’EMDR peut être utilisé pour traiter des aspects spécifiques de l’image corporelle négative en conjonction avec la SRT, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si l’EMDR est efficace ou non pour traiter la variété de pathologies alimentaires présentées par les patients hospitalisés en trouble de l’alimentation.

Extraits

Les chercheurs ont averti que des caractéristiques particulières du protocole EMDR peuvent entraîner certains risques lorsqu’elles sont appliquées à des personnes souffrant de troubles de l’alimentation, comme la recherche de souvenirs traumatiques (Hudson, Chase et Pope, 1998; Pope et Hudson, 1996). Nous avons choisi les mémoires d’image corporelle négatives comme cible de traitement pour l’EMDR pour trois raisons. Premièrement, l’image corporelle négative est clairement associée à la pathologie fondamentale des troubles de l’alimentation (American Psychiatric Association [APA], 1994; Deter & Herzog, 1994). Deuxièmement, l’image corporelle négative est ressentie comme aversive, mais n’implique pas directement une relation causale entre un traumatisme et des troubles de l’alimentation (Hudson et al., 1998). Troisièmement, une image corporelle négative est moins susceptible d’être associée à un gain secondaire (DeBell et Jones, 1997). De plus, une image corporelle négative continue d’affecter un à deux tiers des personnes après le traitement, même avec des traitements cognitivo-comportementaux apparemment efficaces (Rosen, 1990, 1996). La gravité et la nature incessante de l’image corporelle négative dans les troubles de l’alimentation suggèrent que d’autres traitements devraient être examinés, et donc le risque d’assigner au hasard des individus à un traitement sous-optimal aux fins de tester un traitement potentiel peut être justifié.

Hypothèses

La présente étude a abordé trois questions ouvertes sur l’efficacité de l’EMDR dans les populations de troubles de l’alimentation.

Premièrement, l’EMDR réduit-il la détresse liée aux NBIM chez les patients souffrant de troubles de l’alimentation au-delà du traitement résidentiel standard (SRT) ? Nous avons prédit que les participants qui ont reçu SRT + EMDR rapporteraient beaucoup moins de détresse au sujet des mémoires d’image corporelle négatives (NBIM) au post-traitement que les participants qui ont reçu SRT seulement. Nous avons également prédit que SRT + EMDR rapporterait beaucoup moins de détresse au sujet des NBIM à 3 mois et 12 mois de suivi par rapport à SRT.

Deuxièmement, le ciblage des NBIM avec EMDR améliore-t-il d’autres dimensions de l’image corporelle négative (par exemple, les croyances sur les personnes attirantes, le désir de nuire par rapport à chouchouter son corps) par rapport à la SRT ? Nous avons prédit que SRT + EMDR rapporterait beaucoup moins de détresse sur d’autres dimensions de l’image corporelle négative par rapport au SRT.

Troisièmement, le ciblage des NBIM avec EMDR améliore-t-il d’autres résultats cliniques (p. Ex. Dépression, symptômes alimentaires) par rapport au SRT ? Nous avons prédit que SRT + EMDR ne différerait pas significativement de SRT sur d’autres résultats cliniques.

Méthode

Les participants

Les participantes étaient 86 femmes admises à un programme résidentiel de traitement des troubles de l’alimentation sur une période de 18 mois. Les femmes ont été évaluées par des psychiatres expérimentés dans un centre résidentiel de troubles de l’alimentation et diagnostiquées à l’aide d’un entretien semi-structuré basé sur les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 4e édition (APA, 1994). La distribution des troubles de l’alimentation dans la présente étude était la suivante : sous-type de restriction de l’anorexie mentale (AN; n = 27), boulimie mentale (BN; n = 23) et trouble de l’alimentation non spécifié ailleurs (EDNOS; n = 36). Pour l’échantillon total, l’IMC moyen était de 20,05 (ET = 5,30) et l’âge moyen était de 24,59 (ET = 8,48). Quatre-vingt quatorze pour cent des femmes étaient des Américaines européennes, 2,0% des Américaines d’origine asiatique, 1,0% des Afro-américaines et 3,0% des hispaniques américaines.

Traitement Résidentiel Standard (SRT)

Le traitement résidentiel standard offrait une thérapie individuelle, de groupe et familiale sept jours par semaine, menée par des thérapeutes qualifiés en troubles de l’alimentation. Les approches thérapeutiques incorporent une variété de techniques cognitives, comportementales et expérientielles. Les femmes affectées à la SRT étaient apparemment placées sur une liste d’attente pour participer.

Traitement EMDR (SRT + EMDR)

Le traitement EMDR a suivi les protocoles standard décrits en détail ailleurs (Shapiro, 1995, 2001). Après une évaluation initiale et une orientation vers l’EMDR, une mémoire d’image corporelle spécifique a été sélectionnée comme cible de traitement à partir du questionnaire sur la mémoire d’image corporelle décrit ci-dessous. Pour initier la désensibilisation et le retraitement proprement dits, les patients ont suivi visuellement une barre lumineuse pendant environ 15 à 20 secondes, appelée stimulation bilatérale. Les femmes affectées à la condition SRT + EMDR ont reçu un ou deux EMDR de 60 minutes séances par semaine pendant leur séjour de soins. Les thérapeutes agréés en troubles de l’alimentation ont suivi une formation EMDR de niveau II avant leur participation à l’étude. Un évaluateur indépendant a effectué des contrôles de fidélité sur les sessions enregistrées pour vérifier l’adhésion des thérapeutes au protocole EMDR. Sur la base d’un examen aléatoire de 20 sessions EMDR, les contrôles de fidélité ont démontré un taux de conformité de 80%.

Les mesures

Mémoires d’images négatives du corps : Le questionnaire sur la mémoire d’image corporelle (BIM) a été adapté de Shapiro (1995, 2001) pour mesurer la détresse subjective associée à des souvenirs d’image corporelle spécifiques. Les participants ont enregistré leur BIM le plus ancien, le pire et le plus récent, puis ont évalué chaque souvenir en fonction de la façon dont cela les dérangeait de 0 (pas du tout dérangeant) à 10 (le pire que vous puissiez imaginer). La fiabilité interne de ces NBIM était élevée (α = 0,76 à 0,89).

Autres résultats d’image corporelle : L’échelle d’investissement corporel (BIS; Orbach & Mikulincer, 1998) est une mesure de 24 items de l’investissement émotionnel dans le corps, en particulier les tendances à l’autodestruction et à l’automutilation, avec une fiabilité interne élevée pour les quatre facteurs (α = 0,82 à 0,90). L’inventaire des schémas d’apparence (ASI; Cash & Labarge, 1996) est une mesure en 14 items des croyances dysfonctionnelles associées à l’apparence physique, y compris la vulnérabilité de l’image corporelle, l’auto-investissement et les stéréotypes d’apparence, avec une fiabilité interne élevée pour les trois facteurs (α = 0,86 à 0,95). La sous-échelle d’insatisfaction corporelle de l’EDI-2 (EDI-BD) est une mesure en 9 éléments largement utilisée du degré de satisfaction à l’égard de diverses parties et régions du corps telles que la taille, les hanches et les cuisses (Garner, 1991), avec fiabilité interne (α = 0,92). Le Questionnaire sur les attitudes socioculturelles à l’égard de l’apparence – Révisé (SATAQ-R; Heinberg, Thompson et Stormer, 1995) est une mesure en 14 éléments de la connaissance et de l’acceptation des normes d’apparence culturellement sanctionnées, avec une fiabilité interne élevée pour les deux facteurs (α = 0,80 à 0,89).

Autres résultats cliniques : Le Eating Attitudes Test-26 (EAT-26; Garner, Olmsted, Bohr et Garfinkel, 1982) est une mesure à 26 items largement utilisée des attitudes et des comportements alimentaires, avec une fiabilité interne élevée (α = 0,89). Le Beck Depression Inventory (BDI; Beck, Steer, & Garbin, 1988) est une mesure de 21 items largement utilisée des symptômes dépressifs, avec une fiabilité interne élevée (α = 0,95). L’échelle d’expériences dissociatives (DES; Bernstein et Putnam, 1986) est une mesure à 28 items du pourcentage de temps pendant lequel un individu a des expériences dissociatives, avec une fiabilité interne élevée (α = 0,82). Enfin, les participants ont signalé l’âge d’apparition des troubles alimentaires, le nombre de fois auparavant hospitalisés et la satisfaction à l’égard du poids actuel. Le poids et la taille à l’admission mesurés par une infirmière praticienne ont été utilisés pour calculer l’indice de masse corporelle (IMC).

Procédure

L’éligibilité des femmes qui ont exprimé leur intérêt pour participer a été déterminée à l’aide des directives cliniques EMDR (Shapiro, 1995, 2001). Les femmes n’étaient pas éligibles si elles répondaient à l’un des critères suivants : (a) avoir reçu un diagnostic de trouble dissociatif ou avoir déclaré un score supérieur à 30 au DES, (b) un suicide actif ou une tentative de suicide au cours du dernier mois, (c) sous quelque forme que ce soit du repos au lit, (d) ont des antécédents ou des troubles épileptiques actifs, ou (e) activement psychotiques. Les femmes éligibles ont été assignées au hasard au SRT ou SRT + EMDR par un assistant de recherche masqué aux hypothèses de la présente étude à l’aide d’une table de nombres aléatoires. Les participants ont été assignés au hasard à l’un des thérapeutes disponibles qui n’était pas également le thérapeute individuel ou familial des participants. Il n’y avait pas de différences significatives dans le nombre de participants SRT + EMDR assignés à chaque thérapeute EMDR au cours de l’étude, χ2 (6) = 10,540, p = 0,104. En raison des contraintes imposées par les sorties imprévues, un nombre minimum de séances EMDR terminées n’était pas nécessaire, ce qui a permis à plus de femmes d’être incluses dans l’étude. Les participants ont fourni un consentement éclairé avant de commencer l’étude et ont rempli des questionnaires d’auto-évaluation à l’admission (prétraitement), à la sortie (post-traitement), à 3 mois de suivi et à 12 mois de suivi. Le courrier de suivi comprenait une lettre d’accompagnement, les questionnaires codés de manière anonyme et une enveloppe pré-affranchie pour renvoyer le courrier rempli. Le taux de retour à 3 mois de suivi était de 93% pour les participants SRT + EMDR et de 95% pour les participants SRT. Le taux de retour au suivi de 12 mois était de 79% pour les participants SRT + EMDR et de 74% pour les participants SRT.

Résultats

Une MANOVA unidirectionnelle n’a révélé aucune différence significative entre la SRT + EMDR et la SRT en termes d’âge, d’âge d’apparition du trouble de l’alimentation, de nombre de fois précédemment hospitalisées, de satisfaction à l’égard du poids actuel, d’IMC, de dépression, de dissociation, d’attitudes alimentaires ou d’insatisfaction corporelle (p de .17 à .99). Il n’y avait pas non plus de différences significatives dans la proportion de chaque diagnostic de trouble de l’alimentation représenté dans chaque condition, χ2 (2) = 2,74, p = 0,25. Ces résultats n’indiquent aucune différence systématique lors du prétraitement entre les conditions sur les caractéristiques pertinentes des participants. Au post-traitement, une différence significative a été observée dans la durée de séjour de traitement, F (1,84) = 4,08, p = 0,02, avec une durée de séjour de traitement légèrement plus longue pour SRT + EMDR (M = 23,25, ET = 9,77) que SRT (M = 19,94, SD = 10,49). Le nombre moyen de sessions EMDR était de 4,31 (ET = 1,96).

Souvenirs d’image négative du corps

Le tableau 1 présente les moyennes des trois NBIM à chaque point d’évaluation. Les tailles d’effet ont été rapportées pour toutes les analyses, indexées par r (Rosnow et Rosenthal, 1996) et corrigées pour tenir compte du biais potentiel (Becker, 1988). En raison du nombre de comparaisons entre les groupes sur les NBIM, la correction de Bonferroni a été utilisée pour réduire la probabilité d’erreurs de type I (c.-à-d. Que les valeurs p étaient fixées à 0,014 ou 0,05 / √12). Un MANOVA à sens unique a indiqué que SRT + EMDR et SRT ne différaient pas significativement au prétraitement sur les évaluations des NBIM. Une série de 2 modèles d’ANCOVA à mesures répétées (condition: SRT + EMDR vs SRT) × 4 (temps: prétraitement vs post-traitement vs 3 mois vs 12 mois) a été menée pour tester les hypothèses principales des NBIM. La durée du séjour de traitement et les scores de prétraitement ont été saisis comme covariables dans toutes les analyses. Les résultats ont révélé des interactions Temps × Condition pour la mémoire la plus ancienne, F (3252) = 7,27, p <0,01, r = 0,17, et la pire mémoire, F (3252) = 6,78, p <0,014, r = 0,16, mais pas la mémoire la plus récente, F (3,252) = 4,58, p <0,03, r = 0,13. Suivi des mesures répétées Modèles ANCOVA testés pour les différences entre les conditions à chaque moment de l’évaluation par rapport au prétraitement (voir tableau 1). SRT + EMDR a rapporté beaucoup moins de détresse que SRT au post-traitement pour le premier et le pire souvenir, mais pas pour le souvenir le plus récent. Ces effets sont restés significatifs à 3 mois de suivi, mais seulement pour le pire souvenir à 12 mois de suivi. Ensemble, ces résultats indiquent que SRT + EMDR a réduit la détresse concernant les NBIM les plus précoces et les pires plus que la SRT seule au post-traitement, au suivi de 3 mois et de 12 mois (pire BIM uniquement) .1

Autre image corporelle et résultats cliniques

En raison du nombre de comparaisons entre les groupes sur l’autre image corporelle et les résultats cliniques, la correction de Bonferroni a été utilisée pour réduire la probabilité d’erreurs de type I (c’est-à-dire que les valeurs p ont été fixées à 0,011 ou 0,05 / √24). Une série de 2 modèles d’ANCOVA à mesures répétées (Condition: SRT + EMDR vs SRT) × 4 (Durée: prétraitement vs post-traitement vs 3 mois vs 12 mois) n’a révélé aucune différence significative entre SRT + EMDR et SRT sur le BIS, l’ASI, le SATAQ-R, l’EDI-BD, la dépression, les symptômes dissociatifs ou les troubles de l’alimentation.

Discussion

La présente étude a examiné les effets de l’ajout de l’EMDR au traitement résidentiel standard des troubles de l’alimentation sur une variété d’images corporelles et de résultats cliniques. Conformément aux prédictions, les participants SRT + EMDR ont signalé moins de détresse au sujet de leurs NBIM que les participants SRT au post-traitement et au suivi de 3 mois. Conformément aux résultats méta-analytiques sur l’efficacité de l’EMDR (Davidson et Parker, 2001), les tailles d’effet pour ces différences de groupe étaient moyennes à grandes pour la mémoire la plus ancienne et la pire, et petite pour la mémoire la plus récente. Les participants SRT + EMDR ont signalé moins de détresse à propos du pire BIM que les participants SRT à 12 mois de suivi ; cependant, les effets sur la mémoire la plus ancienne et la plus récente se sont estompés au cours des 12 mois, avec des tailles d’effet oscillant autour de zéro. Une moyenne de quatre séances EMDR semble être suffisante pour réduire la détresse jusqu’à 3 mois et jusqu’à 12 mois pour le pire souvenir. Cependant, quatre séances d’EMDR n’étaient pas suffisantes pour maintenir une réduction permanente de la détresse au sujet de ces souvenirs, ou pour généraliser à d’autres images corporelles et résultats cliniques. Il est possible que pour généraliser ces effets, il faudrait plus de quatre séances EMDR, un traitement supplémentaire d’autres cibles et / ou le renforcement de nouvelles compétences pour conduire à une meilleure image corporelle globale. Il peut être raisonnable d’incorporer l’EMDR dans le traitement pour réduire la détresse due à une expérience spécifique liée à l’image corporelle traumatique, mais le traitement de ces souvenirs n’entraînera pas nécessairement un changement plus large de l’image corporelle ou pathologie des troubles de l’alimentation.

Il semble que la sélection d’une image corporelle négative comme cible de traitement pour l’EMDR était appropriée dans un échantillon de femmes souffrant de troubles de l’alimentation. Le risque de fabrication de la mémoire lors du rappel d’un traumatisme chez les patients souffrant de troubles de l’alimentation aurait dû être minimisé car les événements d’image corporelle négatifs ont été constamment liés au développement et au maintien de troubles de l’alimentation (Rosen, 1990; Smolak et Levine, 2001). Cependant, l’exactitude du souvenir des participants d’événements antérieurs liés à l’image corporelle reste discutable. Les souvenirs ont tendance à s’estomper ou à se déformer au fil du temps (Roediger et McDermott, 2000; Schacter, 1995), et d’autres recherches suggèrent que l’imagination vivante d’un objet conduit à se souvenir à tort de ce qui a été réellement vu par rapport à ce qui a été seulement imaginé (Gonsalves et al., 2004 ). Ceci est important car si les souvenirs de l’image corporelle n’étaient pas particulièrement précis, cela pourrait expliquer pourquoi la thérapie EMDR ne s’est pas généralisée au-delà des souvenirs aux images corporelles réelles des participants. Bien que l’EMDR traite l’expérience subjective de la mémoire indépendamment de la véracité réelle de la mémoire, cette possibilité devrait être soumise à un examen plus approfondi.

Plusieurs limites de la présente étude doivent être considérées. Premièrement, on ne sait pas comment la thérapie EMDR aurait comparé à une condition d’écoute de soutien ciblant les mêmes souvenirs d’image corporelle. Il existe une thérapie « supplémentaire » incontrôlée inhérente au cadre de traitement résidentie l; ainsi, il convient de reconnaître que les effets observés sur les NBIM avec la thérapie EMDR étaient assez robustes compte tenu du SRT complet auquel il a été comparé. Deuxièmement, une comparaison des conditions de traitement qui ont connu la même durée de séjour en traitement fournirait un test plus strict des effets de l’EMDR. Troisièmement, les participants n’étaient pas aveugles au fait de recevoir le traitement EMDR ou d’être sur une liste d’attente, et les futures conceptions expérimentales devraient aborder cet effet de contamination potentiel. Enfin, les présents résultats ne peuvent pas être généralisés au sous-type de purge AN parce que ce diagnostic n’était pas représenté dans l’échantillon final, ni aux patients ambulatoires, aux hommes et à d’autres types de souvenirs.

Pour conclure, le but de la présente recherche n’était pas de soutenir ou de discréditer l’EMDR en soi, mais plutôt de tester l’efficacité de la thérapie EMDR pour le traitement d’une population souffrant de troubles alimentaires sévères. Une étude expérimentale randomisée avec un suivi à long terme a été menée pour tester l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des troubles de l’alimentation. Les preuves rapportées ici suggèrent que l’EMDR peut réduire la détresse liée aux souvenirs d’image corporelle négatifs spécifiquement ciblés, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer son efficacité sur la pathologie des troubles de l’alimentation plus larges.

Télécharger l’article Un test expérimental randomisé de l’efficacité du traitement EMDR sur une image corporelle négative chez des patients hospitalisés souffrant de troubles de l’alimentation complet

En savoir plus 

Références de l’article Un test expérimental randomisé de l’efficacité du traitement EMDR sur une image corporelle négative chez des patients hospitalisés souffrant de troubles de l’alimentation :

  • auteurs : Andrea Bloomgarden et Rachel M. Calogero
  • titre en anglais : A Randomized Experimental Test of the Efficacy of EMDR Treatment on Negative Body Image in Eating Disorder Inpatients
  • publié dans : The Journal of Treatment & Prevention, Volume 16, 2008 – Issue 5, Pages 418-427 
  • doi : https://doi.org/10.1080/10640260802370598

Dossier EMDR et TCA (publication du dossier en janvier 2021)

Formation Le traitement des troubles alimentaires en EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *