EMDR et dépendance : stabiliser la dépendance, éviter la rechute

Un article EMDR et dépendance : stabiliser la dépendance, éviter la rechute, de Julie Miller, publié dans le magazine Go With That – EMDRIA

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Les patients qui demandent de l’aide pour des problèmes d’ad- diction présentent de nombreux défis aux professionnels de la santé mentale. La conceptualisation de la dépendance selon le modèle du traitement adaptatif de l’information (TAI) permet d’orienter le traitement et d’identifier les difficultés propres au patient. Compte tenu du risque de dérapage ou de rechute vers des comportements de dépendance mettant en danger la vie du patient, il est nécessaire de mettre en place des options de ressourcement en plus des compétences standard en matière de lieu sûr/calme et de confinement. Le protocole standard de la thérapie EMDR, composé de huit phases et de trois volets, peut être utilisé pour les addictions. Plusieurs protocoles spécifiques aux addictions ont montré qu’ils permettaient de stabiliser l’addiction sans déclencher de souvenirs traumatiques intenses, aidant ainsi le patient à éviter la rechute. Les thérapeutes EMDR qui travaillent avec les addictions sont responsables de l’apprentissage de ces proto- cols spécialisés et des stratégies de ressourcement dans leur travail. Ils doivent apprendre à combiner les protocoles et leurs composants avec d’autres techniques spécialisées pour répondre aux besoins de leurs patients.

Le modèle TAI spécifie que les problèmes émotionnels et comportementaux actuels, qui ne sont pas causés par un déficit organique ou un manque d’information, sont les résultats de mémoires stockées de manière dysfonctionnelle d’expériences antérieures défavorables ou traumatiques. Le TAI est soutenu par l’étude Adverse Childhood Experiences menée par le CDC (1) et Kaiser Permanente (2), qui a étudié les dossiers et l’historique de 17 000 participants à partir de 1995. L’étude a été publiée en 1998 et a évalué les associations entre les mauvais traitements subis pendant l’enfance et les problèmes de santé et de bien-être à l’âge adulte.

Plus le nombre d’expériences négatives vécues dans l’enfance augmentait, plus le risque de problèmes de santé et de bien-être plus tard dans la vie augmentait fortement. Les problèmes de santé et les comportements tels que l’alcoolisme, l’abus d’alcool, la consommation de drogues illicites, les maladies du foie, le tabagisme et l’initiation précoce au tabac sont tous des résultats possibles de ces expériences négatives précoces. L’étude a défini 10 catégories d’expériences négatives précoces, dont les abus physiques, émotionnels et sexuels, la négligence, l’abandon, la violence domestique, l’alcoolisme ou la toxicomanie des parents, les problèmes psychiatriques à la maison ou l’emprisonnement. Plus le nombre d’expériences négatives vécues dans l’enfance augmente, plus le risque de problèmes de santé physique et mentale importants, y compris la toxicomanie, augmente, et une relation de cause à effet est établie.

La dépendance est souvent considérée comme un cycle vicieux de dysrégulation émotionnelle suivie de tentatives de régulation des substances ou de comportements compulsifs. La dépendance augmente le risque d’expériences traumatiques ou stressantes futures, ce qui accroît ensuite les symptômes de dysrégulation. Les catégories d’expériences négatives de la petite enfance comprennent les traumatismes d’attachement, ainsi qu’un sentiment de négligence ou d’abandon que l’enfant peut vivre dans sa famille d’origine ou avec les personnes qui s’occupent de lui. Étant donné que l’attachement est le fondement de l’acquisition de compétences en matière de régulation émotionnelle, il n’est pas surprenant que les toxicomanes soient poussés à adopter des comportements de dépendance par des rappels de traumatismes d’attachement. Les problèmes relationnels sont l’un des déclencheurs les plus importants pour cette population (3).

Dans une étude de 2015, Susan Brown et d’autres (4) ont démontré que la thérapie EMDR, intégrée dans un programme complet de traitement de la toxicomanie, améliorait les taux d’achèvement du programme et réduisait la récidive dans les tribunaux pour toxicomanes. Certaines recherches (5) montrent que le traitement du TSPT par la thérapie EMDR entraîne également une amélioration des symptômes de dépendance. Une recherche de 2014 (6) ne montre pas d’amélioration des symptômes d’addiction avec le traitement des symptômes du TSPT.

Enjeux 

Les patients souffrant de toxicomanie ont un défi de taille à relever lorsqu’ils doivent faire face aux origines traumatiques de leur dépendance. Ils ont un potentiel accru de rechute lorsqu’ils traitent avec du matériel dysrégulatoire en cours de rétablissement. L’utilisation de protocoles EMDR spécialisés dans la toxicomanie peut augmenter la stabilisation de la dépendance et réduire les rechutes. Ces protocoles ne nécessitent pas de cibler les souvenirs traumatiques, et la thérapie EMDR augmente généralement la tolérance et la régulation affectives (7).

Les patients souffrant de dépendance doivent également faire face à d’autres défis, notamment l’alexithymie, la phobie de l’affect et l’incapacité à tolérer ou à réguler les affects positifs et/ou négatifs. Ces défis doivent être abordés dans la phase de préparation (phase 2 du protocole standard) avant de passer au traitement du traumatisme pour réduire le risque de rechute. Le clinicien doit savoir comment gérer ou restreindre le traitement si du matériel traumatique intrusif émerge et que le patient n’est pas prêt à le traiter. Conformément à la théorie de la fenêtre de tolérance de Dan Siegel (8) et d’autres, le patient doit se trouver dans la zone d’éveil optimale pour traiter le matériel stocké de manière dysfonctionnelle. Après des expériences négatives ou déclenchantes, la zone optimale se rétrécit et entraîne un dérèglement. Si le patient entre dans les zones d’hyper ou d’hypo excitation, le traitement s’arrête. Même si le patient se trouve à la limite de sa zone d’excitation optimale, s’il est correctement préparé au traitement, il sera plus à même de tolérer et de gérer l’intensité de l’affect et de retraiter les souvenirs. Le patient doit être capable de retourner dans la zone d’excitation optimale où la guérison a lieu. L’objectif pour un patient souffrant de toxicomanie, lors de la phase 2 du protocole EMDR standard en huit phases, est d’apprendre à rester dans la zone optimale ou à y revenir rapidement pour éviter les rechutes et traiter le matériel traumatique.

Le défi de l’alexithymie n’est pas souvent défini ou discuté dans le cadre du traitement, et il ne s’agit pas d’un diagnostic clinique. Ce mot signifie « aucun mot pour les sentiments ». Les patients toxicomanes ont souvent du mal à identifier leurs sentiments et les sensations corporelles associées à l’excitation émotionnelle. Ils peuvent avoir des difficultés à décrire leurs sentiments à d’autres personnes et à utiliser leur imagination pour des exercices tels que des lieux sûrs/calmes ou d’autres visualisations. Les recherches (9) montrent que l’alexithymie est fréquente chez les personnes (50 à 80 %) souffrant de troubles liés à la consommation de substances, ce qui laisse penser qu’il s’agit d’un trait de caractère qui peut contribuer à la dépendance aux substances. Une éducation dans laquelle le patient apprend à identifier ses sentiments et les sensations corporelles qui les accompagnent est nécessaire pour se préparer. Un groupe de thérapie interactif et de soutien comprenant des exercices d’expression et de tolérance de l’affect peut aider le patient à apprendre à connaître l’affect, à l’observer chez les autres et à disposer d’un endroit sûr pour l’exprimer. La formation à la pleine conscience peut également aider les patients à remarquer une émotion ou des signaux somatiques.

L’identification et la tolérance des affects s’apprennent tôt dans la vie, par le biais des liens d’attachement. Si le patient n’a pas eu suffisamment d’expériences d’attachement, il peut être nécessaire de retraiter ces échecs avec la thérapie EMDR pour augmenter l’identification, la tolérance et la régulation des affects. La préparation et le ressourcement peuvent aider à combler ces lacunes, tout comme l’éducation, l’identification des croyances bloquantes et des expériences qui ont appris au patient que les émotions ne sont pas sûres ou acceptables. Les expériences à l’origine des croyances bloquantes seront ensuite retraitées.

La phobie de l’affect est un autre défi potentiel pour le travail avec les patients souffrant de toxicomanie dans le cadre de la thérapie EMDR et comprend l’intolérance affective positive. (10) L’individu développe des pensées et des comportements spécifiques pour se protéger contre les affects indésirables, y compris les dépendances aux substances et aux processus. Le patient peut également avoir recours à l’autocritique, à l’engourdissement affectif, à la rage, etc. pour éviter l’émotion sous-jacente. Les comportements de dépendance visent à détourner ou à gérer l’affect indésirable et à renforcer positivement le comportement de dépendance. La préparation de la phase 2 doit inclure une éducation sur l’affect et de multiples compétences et pratiques pour réguler les émotions et les perturbations physiques associées.

Les affects positifs peuvent être aussi perturbants que les affects négatifs. Un déclencheur courant de l’abus de substances est une célébration, comme l’entrée en possession d’une grosse somme d’argent ou l’obtention d’un nouvel emploi. La préparation de la phase 2 doit inclure le test de la capacité d’un patient toxicomane à tolérer les émotions positives, car celles-ci apparaîtront dans le traitement en plus des émotions négatives.

Un lieu sûr/calme permet généralement de commencer le travail de la phase 2, mais il se peut qu’il n’aboutisse pas. Le patient peut avoir des difficultés à tolérer les affects positifs, à identifier les émotions et les signaux somatiques, ou il peut se dissocier pour faire face à la situation. Il est possible de développer et d’améliorer des alternatives au lieu sûr/calme, y compris des expériences de maîtrise ou des succès dans l’histoire du patient ; la relation avec le sponsor ; une puissance supérieure ; un groupe en 12 étapes ; un groupe de thérapie ; des animaux domestiques ; des passe-temps ; etc. Le patient peut également bénéficier de l’utilisation du développement et de l’installation de ressources (RDI), qui peut être utilisé pour développer et améliorer un « soi sobre ».

L’élaboration d’un plan de prévention des rechutes constitue une partie importante de la préparation d’un patient toxicomane. Les clients doivent dresser la liste de toutes leurs ressources, externes et internes, qu’ils ont appris à utiliser pour maintenir leur rétablissement. La liste doit inclure l’utilisation des ressources que vous avez développées dans la phase 2. Le plan de prévention des rechutes peut être amélioré en utilisant la stimulation bilatérale comme ressource.

Protocoles 

Plusieurs protocoles de traitement de la dépendance peuvent être très efficaces pour les patients souffrant de dépendance. Certains ont fait l’objet de plus de recherches que d’autres. Les protocoles peuvent être trouvés dans des livres EMDR, des articles de journaux, des présentations de conférences, des posters, et des formations avancées. Les quatre protocoles dont il sera question dans cet article sont : le protocole standard, la désensibilisation des déclencheurs et le retraitement des pulsions (DeTur), le protocole Feeling State Addiction (FSAP) et le protocole CravEX.

Protocole standard 

Le protocole standard (11) peut être utilisé de manière efficace pour la planification du traitement et le traitement des souvenirs stockés de manière dysfonctionnelle. Supposons que le problème de prédilection du patient soit la consommation d’alcool. Dans ce cas, qu’il s’agisse de la consommation de drogues ou d’un autre comportement de dépendance tel qu’une dépendance au processus, le protocole standard peut être utilisé comme point de départ pour la planification du traitement (phase 1). Quelles sont les émotions du patient lorsqu’il pense à sa dépendance ? Quels sont les exemples récents de leur comportement addictif ? A-t-il un thème clinique tel que « Je suis défectueux » ou « Je suis impuissant » ? Quelles émotions et sensations corporelles ressentent-ils lorsqu’ils pensent à ces exemples récents et à ce thème clinique ? En posant des questions directes, demandez-leur s’ils se souviennent d’autres moments où ils se sont sentis ainsi. Une fois que ces expériences sont identifiées, demandez-leur de maintenir les expériences récentes avec le thème clinique, l’émotion et les sensations corporelles et de revenir à d’autres moments où ils ont ressenti cela auparavant.

Si les patients ne semblent pas avoir de croyance négative ou ne peuvent pas en identifier une liée à ces expériences récentes, demandez-leur de fermer les yeux, de se concentrer sur l’expérience récente, de remarquer les émotions et les sensations corporelles et de revenir en arrière, à des moments antérieurs où ils ont ressenti la même chose. Le clinicien dresse une liste de ces expériences passées à traiter comme des cibles en utilisant un protocole standard.

Le protocole standard utilise ces trois méthodes (questionnement direct, retour en arrière et balayage des affects) pour identifier les souvenirs antérieurs, stockés de manière dysfonctionnelle, associés au problème présenté. Les souvenirs identifiés dans la phase 1 seront ensuite ciblés pour le retraitement dans les phases 3 à 6. Ces souvenirs peuvent concerner des comportements de dépendance ou des incidents spécifiques liés à la dépendance. Ils peuvent également être antérieurs à la dépendance, et ce sont probablement ces expériences qui alimentent la dépendance.

Le protocole standard n’offre pas la protection contre la rechute des protocoles de dépendance et peut être plus susceptible d’alimenter une consommation continue, comme le soulignent les recherches (Perez-Dan- dieu & Tapia, 2014). Si les symptômes de dépendance du patient s’aggravent avec le protocole standard, le passage aux protocoles de dépendance serait probablement bénéfique pour le patient et stabiliserait sa dépendance.

Désensibilisation des déclencheurs et retraitement des impulsions (DeTUR) 

Le protocole Desensitization of Triggers and Urge Reprocessing a été développé par le Dr A.J. Popky (12, 13). Des études de cas ont été publiées, mais la recherche est limitée. Le protocole DeTUR est fondé sur la théorie selon laquelle les comportements de dépendance sont maintenus par le soulagement du stress associé à la consommation ou par l’élimination des expériences négatives. Ce protocole se concentre sur le ressourcement et la désensibilisation des déclencheurs pour réduire le niveau d’envie de consommer ou de passer à l’acte.

La première étape de ce protocole consiste à identifier et à améliorer les ressources externes et internes qui peuvent être utilisées pour maintenir le rétablissement du patient. Un objectif positif et l’état qui l’accompagne (PGS) sont identifiés et renforcés. L’objectif positif ressemble à la cognition positive du protocole standard. Le clinicien aide le patient à identifier les éléments déclencheurs de la consommation ou du passage à l’acte (internes et externes) et à évaluer leur intensité sur une échelle de 0 à 10, en identifiant le niveau de besoin (LOU) que le patient ressent pour chaque élément déclencheur. Le Dr Popky suggère de commencer par désensibiliser le déclencheur le moins intense, en utilisant la stimulation bilatérale (SBA) pour réduire le LOU à zéro. Une fois que le LOU est nul, le patient associe le déclencheur avec le PGS, et il est ensuite renforcé avec les SBA, un peu comme dans la phase 5 du protocole standard. Après avoir désensibilisé le déclencheur ayant le niveau d’intensité le plus bas, le clinicien dirige le patient vers le déclencheur ayant le niveau d’intensité le plus bas suivant pour le désensibiliser avec les SBA. Une fois que le déclencheur est réduit à LOU=0, il est associé au PGS et renforcé avec les SBA jusqu’à ce que la réponse positive ne soit plus renforcée. Le traitement se poursuit de cette manière jusqu’à ce que tous les déclencheurs soient désensibilisés et que le PGS soit aussi fort que possible.

Le Dr Popky suggère de courtes séries de stimulations bilatérales rapides pour empêcher l’apparition de matériel traumatique lors de la désensibilisation des déclencheurs. Cependant, si le clinicien commence par le déclencheur ayant le LOU le plus élevé et utilise des séries longues et rapides, le patient peut découvrir les expériences négatives des déclencheurs. Si le patient a une certaine stabilité dans son rétablissement, cela peut l’aider à désensibiliser les déclencheurs plus rapidement. Des séries plus longues de SBA peuvent faire remonter les expériences négatives des déclencheurs. Cela peut permettre un traitement progressif des expériences négatives tout en désensibilisant le déclencheur pour les patients plus stables. Les envies de fumer apparaissent souvent pendant la désensibilisation des déclencheurs, et le traitement doit se poursuivre pendant cette séance pour que l’envie passe et que le risque de rechute soit réduit.

Feeling State Addiction Protocol (FSAP)

Le Feeling State Addiction Protocol (FSAP) a été développé par Robert Miller. (14, 15). La théorie du FSAP est que la dépendance est créée lorsqu’un ou plusieurs états de sensations positives deviennent liés à des comportements ou des substances spécifiques. Selon le Dr Miller, l’abstinence n’est pas l’objectif, mais la perte d’intérêt pour le comportement. Son étude multi-base (2012) a démontré l’efficacité du PASF, et une étude réalisée en Grèce (16) a montré que les taux d’arrêt du tabac étaient plus élevés avec le PASF qu’avec la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) standard.

Les états de sentiments positifs (PFS) peuvent également être conceptualisés comme des sentiments de survie assurée (ASF). Il s’agit de besoins humains légitimes, tels que la connexion, le pouvoir et le contrôle, le succès, la vivacité, la sûreté, la sécurité et la désirabilité. Un SSP n’est pas un sentiment de confort, de soulagement, de relaxation ou de calme. La PFS n’est pas non plus une excitation anticipée, un amour pour une autre personne, un bonheur ou une joie. Ces sentiments sont le résultat de la dépendance mais ne sont pas intégrés dans la PFS elle-même. Le PASF utilise la préparation standard de la phase 2. Le clinicien aide ensuite le patient à effectuer une analyse en chaîne pour identifier les SFP spécifiques qui sont liées à la substance ou au comportement. Il y a généralement plus d’une PFS par substance ou par comportement. Le patient identifie l’image et l’intensité du PFS sur une échelle de 0 à 10, où zéro signifie qu’il n’y a aucun lien entre le PFS et le comportement ou la substance, et 10, le lien le plus intense que le patient puisse imaginer. Le patient identifie l’endroit où il le ressent dans son corps, et le clinicien lance ensuite les SBA pour traiter l’état de sentiment positif jusqu’à ce qu’il soit égal à zéro. Les séries sont longues et rapides. Le nombre de PFS peut monter, descendre, puis remonter avant d’atteindre son niveau écologique, de préférence un zéro. Le patient exprime souvent son ambivalence à l’égard de la dépendance et son désir d’arrêter le comportement addictif. La poursuite du traitement avec des séries rapides et longues de SBA est essentielle pour résoudre l’ambivalence. Le patient verbalise souvent des idées telles que « c’est juste de l’alcool, ce n’est pas un ami » et « je connais d’autres choses à faire pour me sentir connecté ou me sentir vivant ».

Lorsque la PFS est nulle, le clinicien aide le patient à identifier la croyance négative selon laquelle il a utilisé la substance ou le comportement compulsif pour satisfaire son besoin de connexion, de vie, etc. Le patient retient alors cette croyance en même temps que ses émotions et ses sensations corporelles et remonte jusqu’à un autre moment où il se souvient avoir ressenti cette sensation. Ce souvenir devient un souvenir cible, et le clinicien suit les étapes du protocole standard à travers les phases 3 à 6 de l’EMDR standard.

CRAVEX 

Le protocole CravEX vise à « éteindre les envies de fumer ». Il a été mis au point et étudié par Michael Hase. (17). Son essai contrôlé randomisé de 2009 a montré une réduction de l’état de manque et des taux de rechute chez les patients traités avec ce protocole après six mois. Le CravEX était à l’origine appelé « protocole de mémoire de la dépendance ». La théorie veut que la mémoire de la dépendance (AD – addition memory)) contienne le souvenir de la perte de contrôle, de l’état de manque ou du souvenir de la consommation d’une drogue spécifique. La mémoire de la dépendance survit aux périodes d’abstinence, ce qui explique pourquoi une rechute peut se produire même après des années de rétablissement. Le patient reprend souvent sa dépendance là où il l’avait laissée. Des indices internes ou externes peuvent déclencher l’AD, entraînant un besoin impérieux de consommer, suivi d’une rechute.

Ce protocole ne nécessite pas de stabilisation particulière, mais seulement une préparation standard de la phase 2, comme un endroit sûr et calme. Les traumatismes antérieurs ne semblent pas se déclencher ou s’infiltrer dans le processus lors de l’utilisation de ce protocole sur l’AD. Selon l’étude de 2009, un traitement plus court était nécessaire, seulement deux séances de 60 minutes. Les étapes du protocole CravEX sont similaires au protocole standard, sauf que la cible elle-même est l’AD, et non un « traumatisme ». Plutôt que d’utiliser une échelle d’unités subjectives de perturbation (SUD) comme dans le protocole standard, ce protocole utilise l’échelle de niveau d’envie (également de 0 à 10, zéro étant l’absence d’envie de consommer/de rechuter et 10 étant la plus intense imaginable). Le rapport d’envie intense indique que l’AD est activé, et le retraitement doit se poursuivre pour que le patient puisse surmonter cette réaction. L’objectif est que le LOU passe à zéro, que la validité de la cognition (VOC) soit de 7 (échelle de 1 à 7) et que le scanner corporel de la phase 6 soit clair, comme dans le protocole standard. Le retraitement de l’AD permet de réduire les envies de fumer en réponse aux souvenirs qui déclenchent les pulsions.

Choix d’un protocole / Mélange de protocoles 

Les protocoles EMDR de traitement de la dépendance peuvent être combinés pour aider efficacement un patient à surmonter ses comportements de dépendance et à répondre à ses besoins spécifiques. Nancy Able et John O’Brien (18) décrivent un exemple de cas dans lequel différents éléments des protocoles de traitement de la dépendance ont été utilisés, y compris l’exercice de ressourcement DeTUR, le protocole CravEX a été utilisé après une rechute, et enfin le protocole standard a été utilisé pour surmonter une expérience négative qui a alimenté la dépendance à l’alcool. Ce parcours de traitement a finalement abouti à une abstinence à long terme pour le patient.

La question de savoir quel protocole utiliser quand, ou en combinaison avec d’autres protocoles, n’a pas de réponse simple. Le clinicien doit être formé et expérimenté dans l’utilisation de ces protocoles pour ensuite utiliser son jugement clinique afin de déterminer quel protocole ou quelles parties d’un protocole seront bénéfiques à son patient. Le clinicien doit réfléchir à la fonction que l’addiction du patient joue dans la vie de ce dernier. Si un patient possède de bonnes compétences et a maintenu la stabilité de son rétablissement entre les séances, il pourrait bénéficier de l’utilisation d’un protocole standard pour addresser les traumatismes antérieurs sans se concentrer sur la dépendance. Un patient qui a du mal à maintenir son rétablissement bénéficiera probablement d’un plus grand recours aux ressources et d’une stabilisation de la dépendance grâce à l’utilisation de protocoles de dépendance. Si les patients sont aux prises avec un souvenir euphorique de leur dépendance et une ambivalence à l’égard du rétablissement, le protocole CravEX pourrait leur être utile pour réduire le souvenir euphorique. Un patient ambivalent pourrait bénéficier du PASF pour réduire son intérêt pour la consommation. Le protocole DeTUR pourrait être utile pour désensibiliser les déclencheurs s’ils sont fréquemment exposés à la situation déclenchante. Le protocole DeTUR comprend également un exercice de ressourcement (l’état d’objectif positif ou PGS) qui peut être utilisé seul. Si le patient continue à ressentir de la honte et du désespoir à propos de ses antécédents de consommation ou de rechute (l’AM), le protocole CravEX pourrait désensibiliser l’AD et réduire la honte associée.

Wise et Marich (19) ont publié en 2016 une étude qui a démontré que le traitement simultané de l’addiction et du traumatisme n’augmente pas le risque de rechute et peut au contraire aider à stabiliser l’addiction. La relation du patient avec le thérapeute est essentielle à la réussite de son travail. Les patients n’ont pas besoin d’être abstinents pour commencer une thérapie EMDR, surtout lorsqu’ils utilisent des protocoles d’ad- diction appropriés.

Recommandations 

Le clinicien qui travaille avec un patient souffrant de dépendance ne doit pas le laisser au milieu d’un état de manque ou d’une perturbation à la fin de la séance. à la fin de la séance. Supposons que le patient est en train de traiter tout ce qui a trait à sa dépendance et qu’il signale qu’il ressent une envie de consommer ou qu’il veut mettre fin à la séance plus tôt parce qu’il est angoissé par cette envie. Dans ce cas, le clinicien doit aider le patient à reprendre le traitement pour désensibiliser la réaction. Il est normal qu’une envie pressante ou un besoin impérieux d’émerger lors de l’utilisation d’un protocole de dépendance, mais il n’est pas utile de laisser la séance s’arrêter là. Le clinicien doit prendre le temps de traiter l’envie ou le besoin pour le résoudre. Si le temps ne le permet pas, le clinicien doit aider le patient à contenir le matériel et à se concentrer sur le changement d’état pour fermer le réseau de la mémoire. C’est la clé pour éviter la rechute après la séance.

Le clinicien doit envisager de rencontrer plus fréquemment le patient ou de faire des séances plus longues pour l’aider à maintenir sa stabilité entre les séances et à réagir plus rapidement aux déclencheurs et aux envies entre les séances. Supposons que le trauma pousse spécifiquement à consommer ou à passer à l’acte, mais que l’utilisation du protocole standard est trop intense pour le patient. Dans ce cas, le clinicien doit envisager de l’orienter vers un niveau de soins plus élevé comprenant un traitement EMDR des addictions.

La phase 8 de réévaluation au début de chaque session est essentielle. La réévaluation aide le clinicien à comprendre quelles ressources sont nécessaires ou quels changements dans le protocole utilisé seraient bénéfiques au patient, en fonction de ses expériences depuis la dernière séance. Le patient a-t-il dérapé ? Quelles ressources pourraient aider le patient ? Quels étaient les déclencheurs que vous avez pu désensibiliser avec DeTUR ? Des souvenirs de rechute ou de consommation sont-ils apparus, qui pourraient être traités avec le protocole CravEX ? Si le patient se sentait seul et avait envie d’un sentiment de connexion, mais qu’il a ensuite rechuté, envisagez d’utiliser le PASF.

Le thérapeute peut restreindre le rythme et l’intensité des associations faites pendant le traitement avec le protocole standard. Des SBA plus lentes, des séries plus courtes, ou revenir plus fréquemment à la cible peuvent aider à titrer la perturbation et à réduire l’intensité du travail. Cela peut aider le patient à tolérer le travail sur le traumatisme et à réduire le risque de rechute.

Bien que la rechute du patient pendant le traitement ne soit pas souhaitable, les dérapages ne sont pas inhabituels lorsqu’on travaille avec des patients souffrant de dépendance. La consommation de substances malgré les conséquences négatives est une caractéristique de la dépendance. Les symptômes s’aggravent parfois avant de s’améliorer pendant le traitement. À aucun moment, le patient ne doit être puni ou voir son accès au traitement réduit en raison de l’aggravation ou de l’apparition d’un symptôme. La sécurité passe avant tout ; cependant, si un patient ne peut pas rester sobre pendant au moins 24 heures avant sa séance avec le clinicien, un niveau de soins plus élevé peut être approprié. Si le patient se présente à la séance de traitement sous l’influence d’une substance chimique, le traitement ne fonctionnera pas. Le clinicien doit appeler un taxi ou un autre service de transport pour ramener le patient chez lui. Si un patient abuse d’opiacés ou de benzodiazépines prescrits, le clinicien doit avoir une conversation honnête avec le patient sur le moment où il doit prendre ses médicaments avant une séance de thérapie EMDR. Supposons que le patient utilise une benzodiazépine conformément aux instructions du médecin. Dans ce cas, le clinicien doit envisager de fixer le rendez-vous plusieurs heures après la dernière dose et avant la dose suivante. À moins que le clinicien ne soit un médecin, c’est le médecin du patient qui doit lui donner des conseils sur l’utilisation du médicament et le moment des prises. Les patients souffrant de dépendances, comme les troubles alimentaires, les jeux d’argent, les dépenses compulsives, les compulsions sexuelles, voire les comportements répétitifs centrés sur le corps (trichotillomanie, excoriation, etc.), doivent être encouragés à s’abstenir de ces comportements pendant les 24 heures précédant la séance de thérapie EMDR.

Le présent article ne peut pas inclure toutes les ressources ou tous les protocoles susceptibles d’aider un patient souffrant de dépendance. Ces options peuvent inclure les protocoles de traumatisme précoce pour la mémoire implicite ou les protocoles de tolérance à l’affect. Le protocole de traumatisme précoce de Katie O’Shea et Sandra Paulsen (20, 21) comprend un exercice de ressourcement appelé « Updating Affective Circuits », qui peut être bénéfique pour les personnes souffrant d’alexithymie. Cet exercice réduit la réactivité à l’expérience de l’émotion et permet le développement d’une relation saine avec l’affect. Le niveau de l’envie d’éviter (également appelé « Affect positif dysfonctionnel ») de Jim Knipe (22) peut aider à identifier et à traiter l’ambivalence concernant la sobriété. Les systèmes familiaux internes (23) ou le travail sur l’état du moi (24) peuvent être intégrés dans le travail avec les patients qui font l’objet d’un traitement de la dépendance ou du protocole standard. Le protocole de traitement de groupe In- tegratif (25) (IGTP) a été utilisé dans des contextes de dépendance, d’après des conversations personnelles avec des cliniciens de traitement, pour augmenter la connexion entre les membres et réduire la honte liée au comportement de dépendance. Il n’existe aucune recherche sur l’impact de cette intervention. Des recherches sont nécessaires pour explorer les avantages de ces protocoles et d’autres dans le traitement de la dépendance.

Prochaines étapes 

Les cliniciens sont invités à se former aux protocoles de traitement de la dépendance et à les mettre en pratique avec leurs patients. Au fur et à mesure que le clinicien se familiarise avec les protocoles, il sera en mesure de faire de meilleurs choix pour ses patients quant à l’utilisation et à la combinaison appropriées des protocoles. Les cliniciens sont invités à lire les recherches antérieures sur la dépendance et la thérapie EMDR et à rester à l’affût des nouvelles recherches dans ce domaine. Les cliniciens sont invités à pratiquer de nombreux exercices de ressourcement, y compris le développement d’un « moi sain et sobre » avec les procédures de développement et d’installation des ressources (DIR) (26) Les cliniciens sont invités à participer à des groupes d’étude EMDR locaux ou en ligne, sans frais, pour discuter de ces protocoles ou au groupe d’intérêt spécial « EMDR et dépendance » de l’Association internationale EMDR (EMDRIA), accessible à tous les membres de l’EMDRIA. Les cliniciens peuvent apprendre à stabiliser la dépendance tout en gérant la réponse traumatique du patient pour réduire les rechutes et augmenter la durée de la sobriété. Si vous travaillez avec des patients souffrant de dépendance, soyez audacieux et sans crainte. Apprenez et utilisez ces protocoles avec vos patients, même s’ils n’ont pas de longues périodes d’abstinence, afin de réduire le risque de rechute.

Lire l’article EMDR et dépendance : stabiliser la dépendance, éviter la rechute complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article EMDR et dépendance : stabiliser la dépendance, éviter la rechute :

  • auteurs : Julie Miller
  • titre en anglais : EMDR and addiction : Stabilize addiction
  • publié dans : le magazine Go With That – EMDRIA

Formation(s) : L’EMDR dans le traitement de l’abus de substances et de la dépendance

Dossier(s) : EMDR et dépendances / addictions