Intégrer le traitement des TCA dans les premières phases du protocole EMDR

Un chapitre Intégrer le traitement des TCA dans les premières phases du protocole EMDR, de J. Scholom, publié dans EMDR solutions II: For depression, eating disorders, performance, and more

Livre publié en anglais

Halvgaard, Katrine, dans son article Single Case Study : Docs EMDR Psychotherapy Work on Emotional Eating ?, explique que : Scholom (2009) voit la frénésie alimentaire et l’EE, en partie, comme un problème de gestion des affections avec des racines dans les relations d’attachement précoces et décrit comment l’EMDR parvient aux premières relations d’objet internes non verbales visuellement imprimées et stockées dans l’hémisphère droit : «Traitement EMDR précoce les expériences négatives favorisant le traitement adaptatif de l’information, associées à une harmonisation émotionnelle et empathique au sein de la relation thérapeutique, donnent à la personne ED des occasions de réparer et de corriger les problèmes d’attachement » (p. 117). Pendant le traitement, une attention particulière est accordée à l’histoire de l’attachement, au développement psychosocial, au traumatisme et à l’histoire du trouble émotionnel. L’identification des ressources et la construction de réseaux positifs sont cruciales pour que le traitement EMDR forge de nouvelles connexions entre le réseau de mémoire dysfonctionnel ciblé et ceux qui détiennent des informations plus adaptatives: « L’objectif est de favoriser la capacité du client à identifier les sentiments contre lesquels il se défend avec tant de ténacité» (Scholom, 2009, p. 122). En outre, différentes techniques de gestion des affections, la psychoéducation en général et un modèle d’alimentation harmonisée sont recommandés dans le traitement de l’hyperphagie boulimique et de l’EE.

Extraits

Les troubles de l’alimentation (ED) sont des maladies chroniques complexes aux ramifications physiques, sociales et psychologiques. Les fils de l’inquiétude obsessionnelle concernant la nourriture, le poids et l’apparence, le comportement alimentaire inapproprié et les distorsions de l’image corporelle traversent l’anorexie mentale (AN), la boulimie mentale (BN) et l’hyperphagie boulimique (BED). Les mêmes fils traversent une alimentation désordonnée, c’est-à-dire un comportement alimentaire problématique où l’on mange, non pas par faim physiologique, mais pour apaiser, engourdir, réconforter ou éviter.

L’EMDR peut être un cadre pour le traitement des EDs. Outre les facteurs génétiques, les expériences au sein des familles, du milieu social et de la culture ont un impact considérable sur le développement des EDs. Ces expériences peuvent ne pas être traitées de manière adaptative, devenant la lentille contaminée par laquelle l’expérience ultérieure est incorporée dans notre schéma personnel (R. Shapiro, 2005). Le traitement EMDR cible des aspects spécifiques du ED, ainsi que les traumatismes sous-jacents et les traumatismes qui se développent à partir du trouble lui-même. Par exemple, Sally a subi plusieurs chirurgies plastiques pour «améliorer» son apparence. Elle n’a jamais été satisfaite des chirurgies, remplie d’une plus grande haine de soi pour les avoir. Nous suivrons le cas de Sally tout au long du chapitre. En traitant ses premiers traumatismes dus aux déficits d’attachement et aux abus, nous avons pu l’amener dans un lieu d’acceptation pour son corps et pour elle-même. Je conceptualise les ED, en partie, comme un problème de gestion des affections, avec des racines dans les relations d’attachement précoces. Le style de nos premiers liens avec les principaux aidants est crucial pour déterminer le développement de la personnalité. La régulation des affections se développe à partir de ces premières expériences d’attachement.

Les TCA comme un problème de régulation de l’affect

Les symptômes des EDs sont des défenses majeures érigées pour empêcher les gens d’éprouver et d’examiner certains sentiments, pensées, conflits et fantasmes (Bloom, Gitter, Gutwill, Kogel et Zaphiropoulos, 1994). Les anorexiques empêchent la nourriture de se sentir en contrôle, forte, acceptable et puissante; les boulimiques et les mangeurs excessifs se tournent vers la nourriture comme principale source de réconfort, d’adaptation et d’épanouissement émotionnel. Ainsi, la régulation de l’affect s’exprime via le trouble de l’alimentation : «… Les mécanismes de défense sont, par essence, des formes de stratégies de régulation émotionnelle pour éviter, minimiser ou convertir des affects trop difficiles à tolérer» (Cole, Michel, & O ‘ Donnell, cité dans Shore, 2003, p. 27-28). Comment développer la régulation des effets ? En termes simples, de l’inconscient à l’inconscient, de la mère à l’enfant, les stratégies de régulation affective sont codées par des mécanismes psycho-neurobiologiques pour faire face au stress. Ces représentations internes continuent d’être consultées en tant que plans d’interactions futures (Shore, 2003). Les nourrissons n’ont pas la capacité de réguler les effets négatifs. S’ils sont hyper excités, par exemple, pleurant pour que leurs besoins soient satisfaits trop longtemps, sans l’intervention harmonisée des soignants, leur système nerveux parasympathique s’activera pour calmer l’hyper excitation et les nourrissons se dissocieront / deviendront engourdis.

Importance de l’attachement

Sroufe définit l’attachement comme la régulation dyadique de l’émotion (comme cité dans Shore, 2003). Le bébé s’attache au soignant modulateur qui élargit les possibilités de positif et minimise les effets négatifs. Selon Shore (2000), l’environnement socio-émotionnel précoce médiatisé par les principaux soignants influence directement le câblage final des circuits cérébraux qui sont responsables du développement socio-émotionnel futur. L’enfant utilise la sortie du cortex droit de la mère (le cerveau émotionnel) comme modèle pour le câblage des circuits dans son propre cortex droit qui viendra médier ses capacités de régulation de l’affect en développement, c’est-à-dire de l’inconscient à l’inconscient, chacun recréant un état psychophysiologique semblable à l’autre. Cette harmonisation émotionnelle non verbale entre le nourrisson et le soignant façonne le développement du système d’adaptation au stress du cerveau droit du bébé. Un attachement sûr et sain facilité par une harmonisation émotionnelle est essentiel au développement de la régulation des affections. Le bébé s’attache au soignant modulateur qui génère de plus grandes opportunités d’expériences positives tout en atténuant les expériences négatives. Lorsque des problèmes d’attachement surviennent, la capacité de la personne en pleine croissance à la tolérance et à la régulation affectives est compromise. Les personnes dont l’attachement n’est pas sûr sont également plus vulnérables aux problèmes de faible estime de soi et d’image corporelle.

L’instabilité affective, la vulnérabilité, l’impuissance et la honte sont communes aux EDs de tout le spectre. Pour la personne ED, la nourriture devient le moyen d’exprimer des aspects significatifs de soi. La nourriture symbolise le moment où la fusion de la mère et du bébé était ou aurait dû être une expérience apaisante. « L’alimentation de l’interaction entre la mère et l’enfant est l’un des premiers et principaux domaines de communication. La transaction non verbale et présymbolique qui se produit jette les bases de schémas neurophysiologiques et intrapsychiques qui organiseront l’expérience du nourrisson » (Johnson & Connors, 1987, p . 95). (…)

Lire le chapitre Intégrer le traitement des TCA dans les premières phases du protocole EMDR complet en anglais en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Intégrer le traitement des TCA dans les premières phases du protocole EMDR :

Dossier EMDR et TCA (publication du dossier en janvier 2021)

Formation Le traitement des troubles alimentaires en EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *