Retourner le scénario Des messages pour rétablir la connexion parent-enfant

Retourner le scénario : Des messages pour rétablir la connexion parent-enfant

Retourner le scénario : Des messages pour rétablir la connexion parent-enfant, un article de Debra Wesselmann, publié dans  le Magazine EMDRIA « Go With That » en mars 2019

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Les enfants développent leur première perception d’eux-mêmes lorsqu’ils commencent à se voir à travers les yeux de leurs parents. Les enfants développent une vision positive d’eux-mêmes dans des environnements qui les soutiennent et les nourrissent, et une vision pauvre ou peu claire d’eux-mêmes dans des environnements négligents et critiques. Certains enfants sont très sensibles. Ils prennent à cœur les corrections ou les réorientations, même légères, en leur donnant une interprétation négative qui n’est pas celle de leurs parents.

Lorsqu’ils font l’expérience de l’affection physique et de la syntonisation émotionnelle, du plaisir et du jeu partagés, et d’un environnement sûr, ils voient un reflet positif d’eux-mêmes à travers les yeux de leurs parents et apprennent à faire confiance et à établir des liens dans leurs relations futures.

L’estime de soi se transmet souvent de génération en génération. Les parents qui ont été élevés dans un environnement très critique peuvent intérioriser et transmettre les mêmes jugements que ceux qu’ils ont entendus de leurs parents, laissant leurs enfants avec une vision négative d’eux-mêmes. La distance émotionnelle et le manque d’estime de soi sont la norme pour les parents qui ont vécu une carence affective, et ils peuvent transmettre à leurs enfants une mauvaise image d’eux-mêmes et des comportements d’évitement.

Les enfants dont les parents souffrent de maladie mentale, de toxicomanie ou de TSPT peuvent éprouver de l’anxiété et de la peur avec leurs figures d’attachement, ce qui entraîne une image négative d’eux-mêmes et une méfiance à l’égard des autres. Les enfants qui sont retirés de la garde de leurs parents en raison de mauvais traitements associent généralement les relations avec le traumatisme et la perte. Ils peuvent avoir peur de la proximité et se blâmer pour les pertes et les abus passés.

Sécurité et réflexions positives 

Les enfants sont plus heureux et plus confiants lorsqu’ils disposent d’une base sécure dans leur relation avec leurs parents, à partir de laquelle ils peuvent aller dans le monde et explorer, apprendre et grandir. La sécurité de l’attachement se développe lorsque l’enfant se sent vu et entendu par ses parents. Lorsque les parents sont émotionnellement présents et sensibles aux signaux de leurs enfants, ces derniers apprennent qu’ils peuvent compter sur eux pour les réconforter. Lorsqu’ils font l’expérience d’une affection physique et d’une syntonisation émotionnelle, d’un plaisir et d’un jeu partagés et d’un environnement sûr, ils voient un reflet positif d’eux-mêmes à travers les yeux de leurs parents et apprennent à faire confiance et à établir des liens dans leurs relations futures.

Les parents qui ont du mal à offrir un environnement émotionnellement sécure et favorable sont souvent de bonnes personnes, sympathiques, qui ont des points faibles dans leurs relations en raison de leur propre passé difficile. Les dynamiques négatives entre parents et enfants peuvent obscurcir la vision du clinicien au début de la thérapie. L’évidence peut émerger progressivement à travers les commentaires et les interactions dans le bureau de thérapie.

La cognition négative (CN), « Je ne suis pas assez bon », peut se transformer en cognition positive (CP), « Je suis assez bon », pendant la thérapie EMDR. Elle ne tiendra pas si l’enfant retourne dans un foyer très critique. De même, la CN, « Je ne suis pas en sécurité », peut se transformer en CP, « Je suis en sécurité », dans le cadre de la thérapie EMDR. Cela ne tiendra pas, non plus, si l’enfant retourne dans un foyer non sécurisé.

Interactions et interventions 

En intégrant la thérapie EMDR à la thérapie familiale, les cliniciens peuvent observer les interactions et intervenir dans le système familial. Ils sont en mesure d’éduquer les parents et de les orienter de manière appropriée, remplaçant ainsi les modèles d’interaction négatifs par des modèles d’interaction plus positifs au sein du foyer. Les thérapeutes de l’enfance EMDR ont la possibilité de stopper net les schémas d’attachement générationnels négatifs. La plupart des parents veulent bien faire pour leurs enfants. Leurs habitudes négatives sont ancrées dans leurs propres expériences précoces. Lorsque nous intégrons l’EMDR à la thérapie familiale, nous augmentons le potentiel de guérison du passé et nous apportons des modèles d’interaction positifs aux interactions présentes et futures.

Une règle de base pour impliquer les parents dans la thérapie ? Toute discussion sur les comportements problématiques des enfants et des adolescents doit se dérouler hors de portée de voix de l’enfant ou du patient. Les thérapeutes peuvent inviter les parents à partager des informations comportementales en privé avec le clinicien avant que l’enfant n’entre dans la pièce ou par téléphone ou autre communication électronique avant la séance. Au cours du temps passé en privé avec les parents, le clinicien peut également donner des instructions sur les méthodes parentales intégratives qui permettent aux parents de passer d’une approche punitive à une approche plus patiente et plus adaptée, intégrant le jeu et les expériences intensives de connexion (Wesselmann, Schweitzer, & Armstrong, 2014a).

DIR et DAR  

Le développement et l’installation de ressources (DIR) est une activité de préparation à l’EMDR enseignée dans le cours de base de l’EMDR (Korn & Leeds, 2002). Au cours du DIR, on accède à une ressource ou à un état positif – comme la confiance, l’affirmation de soi ou la patience – et on l’installe. L’une des façons d’y parvenir est de se souvenir de la maîtrise. Lorsque les parents participent à la thérapie de l’enfant, le clinicien peut faire appel à eux en leur demandant de décrire des moments où ils se sont sentis fiers de l’enfant. L’état positif identifié est ensuite renforcé par une stimulation lente et bilatérale. Cela renforce la qualité positive, crée une vision positive de soi et renforce le sentiment de connexion de l’enfant avec le parent.

Une autre forme de travail de développement des ressources est le développement des ressources de l’attachement (DAR). Le DAR consiste en plusieurs activités de la phase de préparation à l’EMDR qui font appel aux parents pour créer une image positive de soi pour l’enfant, vue à travers les yeux des parents. Elle crée également une expérience de proximité et de connexion pour les enfants avec leurs parents (Wesselmann, Schweitzer, & Arm-strong, 2014 ; Wesselmann, Armstrong, Schweitzer, Potter, & Davidson, 2018). Le DAR peut être utilisé avec des enfants qui ont subi un traumatisme d’attachement grave. Il peut également être mis en œuvre dans des familles où l’environnement est encore plus critique ou distant ou dans des familles affectées par des problèmes médicaux, des divorces, des décès, des dépressions parentales ou des dépendances.

Une activité de DAR s’appelle « Messages de l’amour ». Les cliniciens doivent préparer les parents à cette activité à l’avance. Le clinicien peut expliquer l’activité en disant : « J’ai une activité amusante qui est conçue pour aider votre enfant [adolescent] à se sentir plus proche de vous et lui donner une perception positive de lui-même à travers vos yeux. Vos mots sont puissants car vous êtes l’influence la plus importante dans la vie de votre enfant. En augmentant le sentiment de connexion sereine de votre enfant avec vous et en créant une nouvelle vision plus positive de lui-même, nous pouvons aider à stabiliser votre enfant et lui fournir une base sécure à partir de laquelle il pourra participer au travail sur le traumatisme. Chacune de ces questions est conçue pour susciter les messages les plus positifs et les plus affectueux que votre enfant puisse entendre. »

Questions et communication  

Les cliniciens demandent au(x) parent(s) de réfléchir aux questions suivantes. Ils utilisent ces questions pour inciter le parent à parler d’une manière qui apporte des sentiments de proximité et une vision positive de soi à l’enfant ou à l’adolescent pendant l’activité :

– Quelles sont les caractéristiques que vous appréciez chez votre enfant/adolescent ?

– Quelles sont les activités que vous appréciez le plus chez votre enfant/adolescent ?

– Quels sont vos souvenirs de la première fois où vous êtes tombé amoureux de votre enfant/adolescent ?

– Quels sont vos premiers souvenirs préférés de votre enfant/adolescent ?

– Quelles sont les caractéristiques que vous partagez avec votre enfant/adolescent ?

– Quels sont vos espoirs et vos rêves pour votre future relation avec votre enfant/adolescent ?

Le clinicien peut avoir besoin de réfléchir aux réponses aux questions avec le parent. Il peut être utile de dactylographier ou d’écrire les idées du parent afin qu’il puisse facilement se référer à une simple liste à puces une fois la séance commencée. Si le parent est trop mal à l’aise pour cette activité, un travail individuel est recommandé. Sinon, après avoir préparé le parent, l’enfant/adolescent peut être invité à participer à la session.

Idéalement, le parent et son enfant ou adolescent s’assoient l’un à côté de l’autre. Certains enfants – même les adolescents – peuvent accepter de se blottir contre le parent pendant l’exercice ; d’autres sont capables de s’asseoir à proximité. L’activité est généralement menée avec un seul parent à la fois.

Pour réduire la résistance, le clinicien présente l’activité à l’enfant/adolescent en disant (avec humour) : « Tu vas t’asseoir et te détendre. Maman [Papa] va faire tout le travail aujourd’hui ! ». Les cliniciens peuvent donner une instruction paradoxale : « Tu peux écouter, mais tu n’es pas obligé de le faire. C’est à toi de décider. » Même lorsque les enfants et les adolescents ont l’air de ne pas écouter, ils écoutent.

Demandez à l’enfant la permission de fournir une stimulation bilatérale pendant l’ac- tivité. La plupart des enfants se débrouillent très bien lorsqu’ils tiennent des pulsars tactiles alternatifs ou les placent dans leurs chaussures, leurs chaussettes ou leurs poches. D’autres enfants et adolescents préfèrent que les cliniciens les tapent avec les mains sur les genoux, les pieds ou les mains. La stimulation tactile semble être la plus apaisante et permet également à l’enfant de se blottir contre son parent, même les yeux fermés.

Le clinicien invite le parent à poser l’une des questions ci-dessus à la fois. Au fur et à mesure que le parent répond, le clinicien ajoute une stimulation bilatérale. Cela se fait lentement, pendant la dialogue du parent, afin d’approfondir l’effet positif sur l’enfant ou l’adolescent. La stimulation bilatérale peut être appliquée tout au long du dialogue du parent car celui-ci guide les pensées de l’enfant, ce qui le maintient dans un état positif. Une fois que le partenaire a terminé et avant de poser la question suivante, le clinicien peut dire à l’enfant ou à l’adolescent : « Remarque juste comme c’est bon de se détendre ici avec ta maman [ton papa] aujourd’hui », en ajoutant un ensemble très lent et court.

Paroles et actions : Outils de guérison 

Messages d’amour est généralement la première activité de développement des ressources d’attachement à mettre en œuvre avec les enfants, les adolescents et leurs parents, car il n’y a rien de plus puissant que des mots positifs prononcés par un parent. Il est important de faire savoir aux parents qu’étant donné que l’enfant fait l’expérience d’une proximité qu’il n’a pas ressentie depuis très longtemps, il peut rentrer chez lui en se sentant plus vulnérable, plus sensible et en craignant un peu que ce soit la dernière fois qu’il vive une expérience aussi positive de proximité avec son parent.

Par conséquent, il est particulièrement important qu’après l’activité, les cliniciens demandent à chaque parent de passer des moments positifs supplémentaires pendant la semaine avec l’enfant ou l’adolescent. Suggérez au parent de prendre du temps supplémentaire – à l’heure du coucher, pendant le dîner, après l’école – pour voir l’enfant, le serrer dans ses bras et lui donner des affirmations positives. De cette façon, le parent prolonge l’activité dans de nouvelles interactions positives à la maison. Les paroles et les actions du parent deviennent ainsi des outils importants et puissants de guérison.

 

Lire l’article complet en ligne : Retourner le scénario : Des messages pour rétablir la connexion parent-enfant 

 

En savoir plus 

Références de l’article Retourner le scénario : Des messages pour rétablir la connexion parent-enfant :

  • auteurs : Debra Wesselmann
  • titre en anglais : Flip the Script: Messaging to Heal the Parent-Child Connection
  • publié dans : Magazine EMDRIA « Go With That » en mars 2019

Aller plus loin 

Formation(s) : Cursus de formation EMDR enfants et EMDR et thérapie familiale et Masterclass EMDR, enfants et adolescents 2023

Dossier(s) : EMDR avec les enfants et adolescents et Dossier EMDR avec les familles