schémas défensifs et interpersonnels observés chez les patients évitants à travers le prisme de la théorie de l’attachement

Robert Muller examine les schémas défensifs et interpersonnels observés chez les patients évitants à travers le prisme de la théorie de l’attachement, dans le premier chapitre de son livre Trauma and the Avoidant Client, publié par Norton Professional Books. 

 

Il aborde la théorie de l’attachement, cadre théorique qui sous-tend son approche, et approfondit plusieurs aspects important de cette théorie : 

  • le concept d’exclusion défensive,
  • celui des défenses audacieuses – utiliser la désactivation comme stratégie défensive-,
  • celui de la minimisation des expériences négatives liées à l’attachement, qui peut prendre la forme d’un discours ou d’une activité intellectualisée ou la tendance à mettre une fin positive, à donner une tournure positive à une histoire par ailleurs profondément pénible
  • la tendance de ces patients à parler à tort et à travers pour contourner les questions importantes est un autre moyen de minimiser les problèmes
  • la rupture de la relation

 

À quoi ressemblent les défenses évitantes ? 

 

Commençons par une étude de cas clinique pour illustrer comment le dilemme évitant se présente en traitement. Le cas de Sandra aidera à clarifier les schémas défensifs et interpersonnels des personnes qui ont des antécédents traumatiques mais qui s’appuient fortement sur l’évitement de l’attachement comme moyen d’adaptation. Comme nous le verrons, ces patients ont tendance à se soustraire à la douleur psychologique et à la vulnérabilité, en utilisant l’évitement comme moyen de différer la détresse traumatique.

 

Le cas de Sandra

 

Sandra est venue me voir parce qu’elle avait de plus en plus de mal à fonctionner efficacement au travail. Au cours de sa première séance, il est apparu clairement qu’elle souffrait de plusieurs des symptômes classiques de la dépression. Elle était souvent irritable et malheureuse pour des raisons qu’elle ne comprenait pas. Sa capacité à se recentrer n’est plus ce qu’elle était. Ses amis avaient remarqué qu’elle les appelait rarement et qu’elle n’avait pas envie d’aller ailleurs qu’au travail. Elle a déclaré que c’était assez inhabituel pour elle, car elle avait toujours été un « papillon social », comme elle le disait. L’insomnie est un autre problème qu’elle a identifié, se plaignant qu’elle restait maintenant debout tard dans la nuit à jouer au solitaire sur son ordinateur.

 

Bien qu’elle ait vécu en ville pendant des années et qu’elle ait de bonnes relations sociales et professionnelles, elle m’a trouvé non pas grâce au bouche à oreille ou à la recommandation d’un médecin de famille, mais plutôt par le biais d’une recherche sur Internet. Bien qu’il s’agisse d’une pratique courante aujourd’hui, lorsque je l’ai vue, il était inhabituel que les gens cherchent des thérapeutes sur le Web. En réfléchissant à ce cas, il m’est apparu clairement que cela correspondait à son état général de solitude et d’auto-isolement à l’époque.

 

Lors de notre première rencontre, lorsque la question des pertes précoces importantes a été soulevée, Sandra a nié en avoir eu, affirmant que tout était toujours « plutôt normal » dans sa famille d’origine. Nous étions sur le point de terminer la première session lorsqu’elle a spontanément demandé à l’un d’eux si les nounous « comptaient ». J’ai demandé plus de détails, ce à quoi elle a répondu platement : « Elle est morte », répondant de toute évidence à ma question précédente sur les pertes précoces importantes ; cependant, elle n’a pas souhaité élaborer davantage à ce stade.

 

L’importance de cette perte n’est apparue clairement que plusieurs mois plus tard au cours d’une thérapie, lorsque j’ai découvert que jusqu’à la moyenne enfance, sa nounou était en fait l’adulte le plus constant dans sa vie. Lorsqu’elle était très jeune, les parents de Sandra passaient leurs week-ends et leurs soirées à l’extérieur, que ce soit pour établir des relations ou pour faire de longs voyages. Son frère aîné lui a dit plus tard que c’était leur nounou qui les avait en grande partie élevés, leur apprenant à faire du vélo, à nager et à lire ; cependant, Sandra ne se souvenait pas de tout cela elle-même, et en tant qu’adulte, elle ne l’a pas vraiment cru jusqu’à ce qu’il lui rappelle que pendant des mois, les autres enfants de l’école se sont moqués d’elle parce qu’elle lisait à haute voix avec un accent jamaïcain (sa nounou venait de Jamaïque).

 

Au cours d’un week-end où ses parents étaient en voyage d’affaires, la nounou a été retrouvée morte par Sandra, qui est restée près du corps pendant près de 2 jours, pour n’être découverte qu’au retour de ses parents. Un certain nombre de détails suggèrent que la mort était probablement un suicide, dont Sandra a probablement été témoin. Encore une fois, il s’agit d’une histoire que son frère lui a racontée des années après l’événement, car Sandra avait peu de souvenirs d’elle-même ou de ce qu’elle avait vécu avant l’âge de 10 ans. Au début de la thérapie, lorsqu’on lui demandait ce qu’elle ressentait par rapport à cette perte, elle détournait le regard, haussait les épaules et, d’une manière générale, rejetait l’importance de l’événement, répondant de manière factuelle, avec une sérénité froide, « Ce n’était pas grand-chose… question suivante ? » ainsi que « Ecoutez, ça arrive ! ».

 

John Bowlby et la théorie de l’attachement 

 

L’histoire de Sandra sera instructive pour comprendre le type de patient qui fait l’objet de ce livre.  Le cadre théorique qui sous-tend notre approche est celui de la théorie de l’attachement. Longtemps considéré comme un pionnier dans ce domaine, John Bowlby (1980, 1988) a largement fondé sa compréhension sur la théorie de l’évolution et l’éthologie. Bowlby considérait que la tendance à former des relations d’attachement représentait une valeur de survie chez les humains. Il concevait le système comportemental d’attachement comme un système biologique orienté vers la recherche de protection et le maintien de la proximité de la figure d’attachement en réponse à une menace ou un danger réel ou perçu. Même lorsque la figure d’attachement ne fournit pas des soins optimaux, l’enfant en développement fait ce qui est nécessaire pour maintenir la relation d’attachement primaire. Dans de telles circonstances, l’enfant développe progressivement des modèles stables de défense et de régulation des affects qui s’adaptent au contexte de soins (Bowlby, 1988). En d’autres termes, les enfants vont s’adapter psychologiquement à leurs relations primaires pour survivre dans l’environnement dans lequel ils vivent. Par conséquent, même les modèles d’attachement considérés comme  » insécurisés  » peuvent avoir été des adaptations réalistes lorsqu’ils se sont produits dans un environnement de soins particulier (Crittenden, 1999). Ce n’est que lorsque les stratégies inhérentes aux modèles d’attachement insécurisés sont ensuite appliquées de manière rigide à de nouveaux contextes et situations qu’elles peuvent être considérées comme inadaptées (Daniel, 2006). Ainsi, dans la mesure où les déments ayant vécu des traumatismes intrafamiliaux ont fait l’expérience de violations extraordinaires de la confiance interpersonnelle, la difficulté à faire confiance aux autres peut être utile pendant un certain temps mais peut devenir un handicap pour le développement de nouvelles relations.

 

Bowlby (1980) a fortement insisté sur l’importance des expériences vécues dans les interactions entre l’enfant et le fournisseur de soins et dans le développement ultérieur du fonctionnement affectif, cognitif et comportemental de base. Selon lui, les modèles de travail internes se développent à partir d’expériences répétées avec le principal fournisseur de soins, grâce auxquelles les enfants commencent à développer des attentes quant au fonctionnement des interactions futures liées à l’attachement (Main, ‘Caplan, & Cassidy, 1985). On suppose que différents modèles d’attachement à l’âge adulte découlent des modèles de travail qui se sont développés pendant l’enfance et l’adolescence. La recherche sur ces modèles d’attachement à l’âge adulte a été fortement influencée par le développement de l’Adult Attachment Interview (ABB) George, Kaplan, & Main, 1996 : voir Hesse, 1999, pour une revue). Dans cet entretien, le participant est invité à répondre à des questions conçues pour activer le système d’attachement, telles que des questions sur les séparations précoces, les réponses parentales à la détresse ou à la maladie de l’enfance, les pertes ou les abus importants, les cas de rejet parental, etc.

 

Des modèles uniques d’attachement chez l’adulte ont été décrits dans la littérature de recherche sur le développement. Les adultes dits autonomes (sécurisés) présentent de manière cohérente une vision équilibrée, cohérente et objective des relations précoces, que les expériences évoquées aient été favorables ou non. Ils considèrent que les relations d’attachement ont eu une influence sur leur développement. À l’inverse, les attachements insécurisés comprennent les personnes qui évitent (ou rejettent) les expériences et les relations liées à l’attachement. Ils se montrent mal à l’aise lorsqu’il s’agit de discuter de ces expériences, nient l’impact des premières relations d’attachement sur leur développement, ont des difficultés à se souvenir d’événements spécifiques de l’enfance, minimisent ou minimisent les sentiments difficiles associés aux expériences d’attachement, et idéalisent ou déprécient souvent l’un ou les deux fournisseurs. Les individus préoccupés – également insécurisés – sont préoccupés par les relations d’attachement et les expériences passées, et apparaissent souvent en colère, craintifs ou passifs. Leur discours se caractérise par des discussions longues et décousues, des sujets non pertinents, des moments où ils expriment leur colère envers le fournisseur de soins en question et un discours enfantin. Enfin, les personnes présentant le schéma non résolu montrent des défaillances frappantes dans le suivi du raisonnement ou du discours lorsque la perte ou le traumatisme sont abordés, par exemple, une croyance momentanée qu’une personne décédée est toujours vivante au sens physique du terme (Hesse, 1999). Les schémas d’attachement non résolus peuvent coexister avec n’importe quel autre schéma et sont souvent observés en conjonction avec d’autres schémas d’insécurité d’attachement, tels que l’attachement évitant ou préoccupé (Tableau 1.1).

 

Exclusion défensive 

 

Approfondissons maintenant un aspect important de la théorie de l’attachement qui peut nous aider à examiner la nature des difficultés de Sandra, plus précisément le concept d’exclusion défensive de Bowlby (1980). George et West (2004) ont noté qu’en dépit de sa place centrale dans la théorie, les chercheurs en attachement ont accordé relativement peu d’attention à ce concept

 

S’appuyant sur la théorie et la recherche dans les domaines de la psychanalyse ainsi que du traitement de l’information humaine (par ex, Dixon, 1971 ; Erdelyi, 1974 ; Hilgard, 1973, 1974 ; Norman, 1976 ; Beterfreund, 1971 ; Tulving, 1972), Bowlby (1980) a soutenu que l’afflux sensoriel passe par de nombreuses étapes de sélection, d’interprétation et d’évaluation avant de pouvoir influencer le comportement, et que certaines informations sont exclues du traitement, de sorte que les expériences ou les sentiments qui devraient être pris en compte en tant que signaux sont transformés en non intégrés.

 

Dans le cours normal de la vie, de nombreuses informations sont systématiquement exclues du traitement conscient, afin que les capacités ne soient pas surchargées et que l’individu ne soit pas trop distrait. Cependant, les informations qui sont exclues de façon systématique sont du type de celles qui, lorsqu’elles sont acceptées pour être traitées par la personne, l’ont amenée à éprouver une souffrance considérable. Bowlby (1980) a décrit le processus d’exclusion défensive comme résultant de certaines expériences pénibles liées à l’attachement. À titre d’exemple, il a considéré le cas où le comportement d’attachement de l’enfant est fortement éveillé mais que le parent n’y répond pas de manière adéquate. Normalement, en réponse à la perception d’une menace ou d’un danger, l’enfant recherche la proximité ou la protection des personnes qui s’occupent de lui. Mais si la réponse parentale consiste en un rejet actif, des menaces ou une punition sévère, l’enfant ressentira une détresse prolongée au lieu de se sentir apaisé. Lorsque ce type de réponse parentale se répète fréquemment ou pendant de longues périodes, l’enfant en vient à exclure les informations qui devraient normalement déclencher des comportements liés à l’attachement, d’où un état de détachement émotionnel.

 

L’exclusion défensive résulte également des circonstances dans lesquelles l’enfant observe des aspects du comportement d’un parent que ce dernier préférerait que l’enfant ignore (Bowlby, 1980). Certains parents insistent fortement pour que leurs enfants les considèrent sous un jour favorable, et beaucoup d’enfants ressentent une pression explicite ou implicite pour fermer les yeux sur un traitement parental défavorable, tel que le rejet ou la maltraitance, ou pour trouver un moyen de justifier une éducation sévère en réponse à un mauvais comportement de l’enfant. Bowlby a observé qu’en traitement, il y a souvent un conflit entre l’image favorable que le patient a du parent et la réalité peu flatteuse, et que les informations qui ne correspondent pas à l’image favorable sont exclues de façon défensive.

 

Ce dernier aspect de l’exclusion défensive a été utilisé dans la recherche sur l’AAI (George et al., 1996 ; Hesse, 1999) pour coder les cas d’idéalisation d’un ou des deux parents, un phénomène souvent observé chez les personnes évitant l’attachement. L’idéalisation fait référence à des caractérisations générales du parent qui apparaissent comme beaucoup plus positives que les événements spécifiques dont on se souvient ne le justifient (par exemple, « Ma mère était rude parce qu’elle ne donnait la fessée qu’en privé, jamais en public » (c’est nous qui soulignons)). Dans son livre sur le rétablissement après un traumatisme, Herman (1992) a décrit la tendance à idéaliser l’un ou les deux parents dans les familles où les enfants ont été victimisés. Elle considère l’idéalisation comme une tentative désespérée de préserver la foi en ses parents. Herman a poursuivi en observant que l’enfant idéalise le parent abusif, déplaçant toute sa rage sur le parent non abusif. Dans un tel processus, l’individu protège le parent maltraitant de la critique et canalise ses sentiments de douleur et de colère en direction du parent non offensant parce qu’il peut le faire en toute sécurité. Toute expression de douleur, de critique ou de colère à l’égard de l’agresseur peut être considérée comme un danger pour soi-même, susceptible de détruire la relation.

 

En revanche, l’idéalisation peut également se produire dans le sens inverse, le parent violent étant considéré comme critique, tandis que le parent non agresseur est idéalisé, voire mis sur un piédestal ou considéré comme une sorte de martyr. Bien que ce dernier n’ait pas réussi à protéger l’enfant, à créer des conditions de sécurité à la maison, ou même à permettre de nombreux actes blessants commis par d’autres, par rapport au parent maltraitant, le parent non agresseur peut être considéré comme la bouée de sauvetage, celui qui offre une sécurité relative dans un environnement qui était physiquement ou psychologiquement dangereux. Par conséquent, ce parent peut être vu en termes idéalisés et tout sentiment de blessure, de colère ou d’ambivalence est enterré. Il est important de noter que dans les deux cas d’idéalisation parentale, le processus psychologique est similaire. Les informations critiques sont exclues de manière défensive dans une tentative désespérée de gérer la sécurité personnelle et de préserver une image positive et la foi en l’un ou les deux parents.

En décrivant l’exclusion défensive, Bowlby (1980) l’a considérée du point de vue de l’évolution, en notant que la question était de savoir si elle favorisait la survie. Il s’est servi des observations décrites par Main (1977) sur le comportement des nourrissons au cours du paradigme expérimental, la situation étrange (Ainsworth & Bell, 1970 : Ainsworth & Wittig, 1969). Dans ce paradigme, le nourrisson était exposé à des séparations de plus en plus stressantes du principal fournisseur de soins, typiquement la mère, et en observant le comportement du nourrisson lors des retrouvailles, un système de codage a été développé pour classer les nourrissons en sous-types d’attachement. Au cours de ces observations, certains nourrissons, considérés comme habituellement rejetés par leur mère, ont été classés dans des sous-types d’attachement. Pendant ces observations, certains nourrissons, considérés comme habituellement rejetés par leur mère, se sont détournés d’elle lors des retrouvailles, ne la saluant pas, ne la regardant pas ou ayant tendance à ramper. Malgré le fait qu’il se trouvait dans un environnement étrange, la réponse de l’enfant au parent était une réponse d’évitement, concentrant plutôt son attention sur le jouet disponible. Ce faisant, l’enfant réduisait le risque d’être rejeté et minimisait la détresse qui accompagne ce rejet. Pourtant, l’enfant restait à proximité de sa mère. Bowlby et Main expliquent que la réponse d’évitement permet une stratégie de survie différente de la recherche de proximité avec la personne qui s’occupe de l’enfant. Elle permet à l’enfant d’éviter l’état émotionnel négatif associé à la proximité d’un parent qui le rejette, tout en restant suffisamment proche de la personne qui s’occupe de lui et qui représente ses meilleures chances de survie en cas de danger extérieur.

 

Ainsi, Bowlby (1980) considère que l’exclusion défensive de l’information peut être expliquée en termes d’évolution, compte tenu des circonstances défavorables. Lorsque de telles opérations mentales excluent des informations de la conscience, les émotions et les souvenirs douloureux sont évités. Des sentiments tels que la peur et la colère peuvent être désactivés à des moments clés, par exemple lorsqu’il y a une menace de perte ou de séparation (Sable, 2004).

 

Défenses audacieuses 

 

Les patients comme Sandra ont des difficultés considérables avec de nombreux aspects du monde interpersonnel, en partie à cause d’une puissante tendance à exclure de manière défensive les informations et les expériences liées à l’attachement ou à exclure la signification émotionnelle de ces expériences. Cette tendance était particulièrement apparente lorsque Sandra était interrogée sur ses premières expériences d’attachement. En d’autres termes, elle s’appuyait fortement sur la désactivation comme stratégie défensive. En détournant l’attention des événements ou des sentiments qui éveillent le système d’attachement, les individus évitent les émotions difficiles et éludent les souvenirs d’épisodes relationnels douloureux avec les soignants. Bowlby (1980) a proposé que, grâce à la désactivation, les informations importantes pour l’individu peuvent être systématiquement exclues du traitement ultérieur, comparant le concept de désactivation à celui de la représentation. Dans leurs recherches sur l’attachement des enfants et des adultes, George et ses collègues (George & Solomon, 1996 : George & West. 2001 : Solomon, George, & De Jong, 1995) ont démontré que le principal trait distinctif du modèle d’attachement évitant est la tendance à utiliser la désactivation comme stratégie défensive.

 

En désactivant l’attachement, le patient détourne son attention des souvenirs d’épisodes potentiellement douloureux de la relation avec les soignants (George & West, 2001, 2004), évitant ainsi une menace possible pour la relation ou pour la vision qu’a l’individu de cette relation. Selon Bowlby (1988), il s’agit d’un « évitement au service de la proximité ». Comme le comportement d’attachement a pour but de maintenir la proximité, la fonction de cet évitement est de désactiver les sentiments et les idées qui menacent la relation réelle ou perçue.

 

En utilisant le terme de traumatisme de trahison, Freyd (1996. 2001) explique que l’oubli des expériences de trahison de type terrain peut être nécessaire à l’adaptation de l’individu dans un environnement traumatique ou émotionnellement dommageable. Ainsi, au début, lorsqu’on a demandé à Sandra de raconter ses expériences d’enfance avec ses parents, elle a eu beaucoup de mal à le faire, déclarant qu’elle « ne se souvenait de rien du tout », ce qui correspondait à sa tendance générale à désactiver l’attachement. De tels cas d’incapacité à se souvenir des événements de l’enfance sont assez fréquents chez les personnes qui évitent l’attachement (D. Pederson, communication personnelle, juin 2005), avec de grands blocs de temps souvent non comptabilisés. Dans le même ordre d’idées, lorsque Sandra a été interrogée sur d’éventuelles expériences de rejet dans son enfance, sa réponse laconique a été un simple « Non, jamais », un point de vue qu’elle a maintenu pendant de nombreux mois, en déclarant par exemple : « Je discute… ».

 

En utilisant le terme de traumatisme de trahison, Freyd (1996. 2001) explique que l’oubli des expériences de trahison de type terrain peut être nécessaire à l’adaptation de l’individu dans un environnement traumatique ou émotionnellement dommageable. Ainsi, au début, lorsqu’on a demandé à Sandra de raconter ses expériences d’enfance avec ses parents, elle a eu beaucoup de mal à le faire, déclarant qu’elle « ne se souvenait de rien du tout », ce qui correspondait à sa tendance générale à désactiver l’attachement. De tels cas d’incapacité à se souvenir des événements de l’enfance sont assez fréquents chez les personnes qui évitent l’attachement (D. Pederson, communication personnelle, juin 2005), avec de grands blocs de temps souvent non comptabilisés. Dans le même ordre d’idées, lorsque Sandra a été interrogée sur d’éventuelles expériences de rejet dans son enfance, sa réponse laconique a été un simple « Non, jamais », un point de vue qu’elle a maintenu pendant de nombreux mois, affirmant par exemple que sa mère l’emmenait « tout le temps » faire les courses et qu’en fait, elle avait été « gâtée ».° Mais cette position a été démentie plus tard au cours de la thérapie lorsque j’ai compris l’étendue de sa douleur réelle et de ses sentiments d’abandon lorsque ses parents partaient pour de longues périodes.

 

Au cours d’une de ses séances les plus émouvantes, beaucoup plus tard dans le traitement, Sandra est arrivée furieuse contre sa mère, en larmes, pour l’avoir embarrassée devant sa bonne amie la veille au soir. Comme s’il s’agissait d’une anecdote humoristique, sa mère s’était ouvertement remémorée l’histoire de la fois où Sandra, qui avait été laissée seule pour le week-end, avait remarqué que le chien de la famille était incapable de se tenir en équilibre et était devenu ataxique. Alarmée, Sandra a soulevé l’animal dans leur chariot en plastique et l’a emmené chez le vétérinaire local. Le médecin a pratiqué une intervention urgente sur l’animal ; Sandra a eu le choix entre l’opération coûteuse et l’endormissement de l’animal car le cabinet du médecin ne pouvait pas joindre les parents à leur hôtel. Lorsqu’ils ont appris ce qui s’était passé et le coût exorbitant, ses parents l’ont accusée d’être stupide avec l’argent, « sentimentale » et « trop sensible ».

 

Lorsqu’elle m’a raconté l’histoire à ce stade beaucoup plus avancé de la thérapie, Sandra était prête à reconnaître sa colère envers sa mère ainsi que son sentiment d’abandon d’avoir à prendre une telle décision toute seule, en particulier après avoir perdu sa nounou quelques années auparavant pendant l’une des nombreuses absences de ses parents. Sa présentation à ce stade ultérieur de la thérapie contrastait fortement avec la désactivation qui était apparue ou évidente lorsque je l’avais rencontrée pour la première fois.

 

Minimisation de l’attachement  

 

Un aspect central de la désactivation est la minimisation des expériences négatives liées à l’attachement. Lorsque de tels événements sont évoqués, l’individu en minimise la signification émotionnelle ou les implications à long terme, minimisant souvent les effets négatifs de l’expérience ou sa gravité (Linehan, 1993). Lorsqu’elles sont évoquées par le clinicien, les expériences négatives sont souvent passées sous silence (Alexander et al., 1997 : Slade, 1999).

 

La minimisation de l’attachement peut être observée dans les réponses données aux tests projectifs conçus pour évaluer les modèles d’attachement. Dans l’Adult Attachment Projective (AAP), une série de dessins aux thèmes ambigus mais clairement chargés d’émotion est présentée aux participants, qui sont ensuite invités à raconter une histoire imaginaire basée sur ce qu’ils voient sur la carte (George & West, 2001).

 

Cette carte, intitulée « Ambulance », représente un enfant et une femme âgée au premier plan, observant une ambulance juste devant leur fenêtre. Une civière avec un *re dans si A est chargée dans l’ambulance. Cela peut signifier qu’une personne importante a été transportée sur une civière depuis la maison du personnage central. Dans un exemple donné par George et West (2001), après que le participant ait indiqué que le parent avait été emmené à l’hôpital, elle a déclaré « tout le monde agit comme si de rien n’était, comme si rien ne s’était passé ». Des tentatives comme celle-ci, visant à considérer comme « normaux » des événements et des situations qui sont tout sauf normaux, reflètent la minimisation en action. Alexander (1992) a qualifié d' »auto-tromperie » la façon dont certains patients anciennement maltraités tentent de faire face à des affects douloureux, tels que le chagrin accompagnant la perte ou la douleur associée aux sentiments de rejet dans la famille.

 

Discours ou activité intellectualisés 

 

La minimisation peut prendre la forme d’un discours ou d’une activité intellectualisée. Les patients concentrent souvent leur attention sur les éléments cognitifs de l’expérience, comme, par exemple, les implications juridiques d’une querelle familiale ou les détails financiers correspondants, plutôt que sur les aspects émotionnels des événements. Bowlby (1980) considère cela comme une forme de diversion, notant qu’à la limite, les activités intellectuelles ou d’autres activités qui demandent beaucoup de temps peuvent devenir si accaparantes qu’elles monopolisent l’énergie de l’individu, excluant systématiquement l’expérience liée à l’attachement. Cela peut prendre la forme d’un changement de sujet vers des questions non menaçantes, d’une valorisation excessive du travail au détriment des relations amoureuses, ou d’un temps énorme consacré à des amitiés centrées sur l’activité.

 

Environ deux mois après être venue me voir pour une thérapie, Sandra a commencé à fréquenter un homme au travail. La plupart de ses relations précédentes avaient été profondément insatisfaisantes pour elle, et elle en était arrivée à la conclusion malheureuse que « quand on y réfléchit bien, tout ce que les hommes veulent, c’est du sexe » et qu’elle serait probablement toujours seule. Au début, elle a été ravie de voir à quel point son petit ami actuel était différent. Avant cela, elle n’avait eu que des relations avec des hommes mariés, la première à l’âge de 14 ans. La plus longue, une liaison qu’elle a eue au lycée, également avec un homme marié, s’est terminée par un avortement et la découverte qu’elle avait contracté une maladie sexuellement transmissible avec lui.

 

Peu de temps après que Sandra et son petit ami actuel soient devenus intimes, elle a commencé à venir aux séances en se plaignant qu’il était « toujours dans les parages », qu’il était « trop en manque d’affection ».* Avec le temps, elle s’est de plus en plus impliquée dans son club de lecture ainsi que dans son équipe d’aviron. Lorsque je lui faisais remarquer qu’elle avait tendance à filtrer ses appels, qu’elle l’évitait parfois pendant des semaines sans pour autant rompre avec lui, elle invoquait des différences entre leurs tendances politiques pour expliquer son comportement ou se lançait dans une liste détaillée des avantages et des inconvénients de rester avec lui. Finalement, elle a rompu avec lui le lendemain d’un week-end qu’ils avaient passé ensemble et au cours duquel il lui avait avoué être amoureux d’elle. De cette manière, Sandra a utilisé l’intellectualisation ainsi que les activités centrées sur le travail comme moyen d’éviter sa peur profonde de la proximité et de l’intimité.

 

Fin positive 

 

La minimisation des expériences négatives liées à l’anachronisme peut être observée dans le style narratif du patient ou dans son processus de narration, notamment par la tendance à mettre une fin positive, à donner une tournure positive à une histoire par ailleurs profondément pénible. Math et ses collègues ont décrit ce type de rationalisation chez des locuteurs à qui l’on administrait l’AAI (George et al., 1996 ; Hesse, 1999), le qualifiant de « conclusion positive ».

 

Pour développer ce concept, les expériences douloureuses ou traumatisantes ne peuvent être minimisées indéfiniment ou complètement. Les effets de la désactivation ne sont que temporaires. Au cours de la thérapie, les individus de cette population de patients finissent inévitablement par raconter des histoires qu’ils ne partagent normalement pas avec les autres, ou auxquelles ils ne pensent pas beaucoup, en particulier celles qui dépeignent les parents sous un jour défavorable. Lorsque le thérapeute pose des questions sur les expériences liées à l’attachement, comme les séparations, les pertes et les maladies, la patiente peut se retrouver à raconter une histoire douloureuse liée à l’attachement, une histoire à laquelle elle n’avait jamais eu l’intention de s’intéresser ou de penser lorsqu’elle a franchi la porte du thérapeute. Et, une variété d’écrous affectifs fugaces peuvent faire surface, y compris la gêne, les sentiments de culpabilité ou de honte, la colère contre le thérapeute pour l’avoir fait se sentir vulnérable, et souvent un sentiment de déloyauté envers un parent particulier.

 

Au fur et à mesure qu’une telle histoire est racontée et que le patient éprouve des sentiments croissants d’embarras, d’humiliation, de déloyauté, et ainsi de suite, des sentiments insupportables doivent être gérés. Il en résulte des histoires qui commencent d’une certaine façon et se terminent d’une autre, comme si une fin heureuse avait été ajoutée dans un ultime effort pour que tout paraisse bien. De cette façon, les histoires d’expériences douloureuses peuvent être enveloppées de manière positive, rationalisées comme suit : « C’était bon pour moi ; cela m’a rendu fort ». Ou bien, un changement soudain se produit : un parent qui était profondément blessant dans un scénario est dépeint de manière élogieuse dans le suivant, sans qu’il y ait de lien apparent entre les deux scénarios ou de reconnaissance de l’incohérence potentielle.  Ou, comme l’a expliqué une patiente, après avoir brièvement mentionné le fait que son père avait abusé d’elle sexuellement pendant plusieurs années alors qu’elle était adolescente, « mais il était un juge très prospère et respecté » dans leur communauté. Elle ne pensait donc pas qu’il avait fait ce qu’il avait fait exprès ». Lorsque je lui ai demandé si elle pensait que son comportement était « un accident », elle a acquiescé d’un air détaché, oui, c’était le cas. De cette manière, le patient tente d’expliquer les blessures les plus profondes, mais n’a pas d’explication cohérente sur ce qui s’est passé, ce qui l’empêche de trouver une véritable solution.

 

Parler à tort et à travers  

 

La tendance de ces patients à contourner les questions importantes est un autre moyen de minimiser les problèmes. En discutant et en concentrant l’attention sur des sujets sans rapport avec l’attachement, souvent très longuement, ils évitent les expériences d’attachement plus douloureuses sur le plan émotionnel.

 

Parfois, il est facile de voir que les personnes éludent les questions importantes. Ils peuvent se concentrer longuement sur des soucis financiers mineurs ou sur des désaccords divers avec d’autres personnes, et l’évitement est évident. Cependant, lorsqu’un patient parle avec inquiétude d’une question d’une importance évidente pour lui, comme sa vie sexuelle, son travail et ainsi de suite, il peut être plus difficile de dire que le patient a recours à l’évitement, en particulier lorsqu’un sentiment de détresse l’accompagne. Néanmoins, il se peut qu’il minimise les expériences liées à l’attachement dans le but de désactiver le système d’attachement, même s’il peut se sentir bouleversé de plusieurs autres façons.

 

En nous appuyant sur la théorie, nous pouvons constater qu’il est possible pour un individu de désactiver l’attachement, même s’il active d’autres systèmes comportementaux. En discutant du concept éthologique des systèmes comportementaux, George et Solomon (1999) ont noté que le système d’attachement n’est qu’un des systèmes biologiques qui ont évolué pour promouvoir la survie et le succès reproductif. Les autres systèmes comprennent le système comportemental de soins, le système d’affiliation, le système sexuel et le système d’exploration. Les éthologues soutiennent que le comportement des humains et des autres espèces est organisé en fonction de ces systèmes. En outre, ces systèmes fonctionnent en relation les uns avec les autres, et le comportement est le produit de leur interaction dynamique (Bowlby, 1969/1982 ; George & Solomon, 1999 ; Hinde, 1982).

 

Lorsque l’on considère les personnes qui évitent l’attachement, il est utile de garder à l’esprit ces différents systèmes comportementaux. Cela nous permet d’expliquer pourquoi les individus qui évitent un domaine d’expérience peuvent sembler si différents dans un autre, pourquoi, par exemple, ceux qui évitent l’attachement peuvent avoir des comportements très différents. très bien être socialement actifs, sexuellement passionnés ou intellectuellement profonds. En d’autres termes, la désactivation de l’attachement ne signifie pas nécessairement la désactivation des autres systèmes comportementaux. En fait, en thérapie, nous voyons souvent des individus passionnés, socialement engagés ou autrement profonds qui font tout pour éviter de discuter ou de penser à leur vie personnelle et relationnelle.

 

Ainsi, il est possible pour un individu de désactiver l’attachement, même s’il active d’autres systèmes comportementaux. En poussant la réflexion un peu plus loin, nous pouvons constater que l’activation d’autres systèmes comportementaux peut en fait être utilisée pour désactiver l’attachement. En d’autres termes, l’individu peut tenter de substituer un autre système comportemental à l’attachement. Prenons l’exemple d’un patient qui évite le développement de relations intimes significatives en se jetant dans le travail (système exploratoire) pendant de nombreuses années. Le but premier d’une telle diversion est d’éviter les souvenirs douloureux liés à l’attachement et les sentiments suscités par la perspective d’une intimité, mais en apparence, cette diversion présente l’avantage de l’acceptabilité sociale, de la réussite et du succès, qui tendent tous à éclipser l’évitement.

 

Il est intéressant de noter qu’en activant un autre système comportemental pour remplacer l’attachement, il y a souvent un lien thématique avec l’attachement. Nous observons souvent ce type de schéma après une perte écrasante, par exemple, l’individu qui s’engage dans des relations sexuelles sans lendemain (système comportemental sexuel) avant et après le décès de son conjoint en phase terminale, dans une tentative presque frénétique de tenir à distance les sentiments de perte. Ou encore, la jeune mère qui, après la mort de son mari, se consacre entièrement à l’éducation des enfants (système comportemental des soins), même longtemps après que ses enfants soient devenus de jeunes adultes, empêchant ainsi toute possibilité d’établir une intimité et de ressentir à nouveau une telle vulnérabilité.

 

Pour en revenir au concept de contournement des problèmes liés à l’attachement, nous constatons qu’il est possible pour les patients de se montrer très actifs au cours de la séance, de présenter leurs préoccupations avec détresse, d’écarter les questions qui sont clairement liées, celles qui leur semblent importantes, tout en détournant l’attention des problèmes liés à l’attachement. De plus, le fait de tourner autour du pot peut être utilisé comme un moyen d’éviter des questions qui sont beaucoup plus difficiles à gérer pour eux.

 

Ce schéma était apparent dans le cas d’un jeune homme que je voyais en thérapie. Lors de la première séance, au cours de laquelle je me suis principalement concentrée sur le problème actuel, il a passé la majeure partie de notre temps à passer en revue – de façon dramatique et détaillée – les détails d’une récente transaction commerciale ratée. Bien qu’il ait été haut en couleur et qu’il ait parfois semblé émotif lors de la première séance, il était comme une personne différente lors de notre rencontre suivante, au cours de laquelle je l’ai interrogé sur son histoire d’attachement. Le contraste était frappant en ce qui concerne son niveau d’animation, le ton de son affect et la quantité de paroles prononcées. Dans cette deuxième séance, lorsqu’on l’a interrogé sur ses premiers attachements, il a répondu en se taisant.

 

J’ai appris de lui qu’il avait un passé d’abandon en série, dans un cycle de promesses données et de promesses non tenues, de sévères violences physiques de la part de son père (y compris un nez cassé), d’abus d’alcool de la part de sa mère, et d’années de légers troubles du comportement à l’adolescence, y compris une série de problèmes mineurs avec la loi. Néanmoins, sa réticence à discuter ouvertement de ces questions se manifestait par des réponses laconiques et contrôlées, de nombreux coups d’œil à sa montre et une variété de déclarations qui ressemblaient à des excuses faites au nom de son père, comme « Mon père avait beaucoup à faire », ainsi que des commentaires non sollicités sous forme d’éloges gratuits (Hesse, 1999), comme « Mon père était extrêmement intelligent, alors tout le monde voulait son avis ». La première séance de ce jeune homme peut être caractérisée comme une forme de détournement sous pression. Cela ne veut pas dire que ses sentiments concernant l’échec de l’opération commerciale n’étaient pas importants, mais ils étaient gérables et donc plus faciles à concentrer et à aborder que l’alternative plus douloureuse.

 

Couper les ponts  

 

Après avoir abordé plusieurs présentations de la minimisation des expériences négatives liées à l’attachement, j’aimerais souligner ici qu’en fait, la minimisation ne fonctionne pas particulièrement bien. Le chapitre 2 examine certaines des implications, en termes de psychopathologie, d’une confiance excessive dans les défenses d’évitement, c’est-à-dire les conséquences pour la santé mentale qui se produisent lorsque ces défenses s’effondrent. Cependant, je note ici que les tentatives de minimiser les expériences d’attachement négatives échouent parfois, et que cela semble se produire lorsque l’individu est surchargé par la détresse liée à l’attachement. Par exemple, lorsque la douleur ou le rejet sont trop forts ou lorsque le patient est sur le point de faire face à des sentiments de profonde vulnérabilité, les stratégies de minimisation décrites peuvent ne plus être adéquates pour faire face à la situation, et la personne peut se tourner vers des mesures plus fortes pour faire face aux sentiments ou aux souvenirs douloureux. Souvent, elle aura recours à la rupture de la relation.

 

Nous observons fréquemment ce phénomène en thérapie avec le patient qui prend la décision de ne pas parler à son enfant adulte ou à un ami proche pendant des années, ou à la fin du traitement, lorsque la personne qui venait régulièrement pendant plusieurs mois, qui utilisait activement la thérapie, cesse soudainement de se présenter et ne répond pas aux messages du clinicien. Pour le patient qui évite l’attachement, le fait de couper la relation procure un soulagement temporaire, un répit pour ne pas avoir à faire face à des sentiments qui, s’ils étaient exprimés, pourraient causer beaucoup plus de dommages à la relation ou à la perception de la relation par l’individu.

 

En utilisant le terme de coupure, j’emprunte à Main (1977), qui a utilisé la description de Chance (1962) des postures de coupure, observées chez les espèces non humaines. Ces postures comprennent le fait de détourner les yeux, de baisser la tête et d’autres exemples de redirection de l’attention dans des situations de conflit. Chance a décrit les effets adaptatifs que l’évitement bref peut avoir dans de telles situations, notant que lorsqu’un animal est menacé par un membre de sa propre espèce, membre vers lequel il est également attiré, les postures de coupure permettent à l’animal menacé de rester à proximité. Main souligne que le résultat de la coupure est le maintien de la proximité. Et comme nous l’avons mentionné, Bowlby (1988) considère que l’évitement de l’attachement est « au service de la proximité ».

 

Ainsi, la coupure de la relation, du moins pour le moment, peut paradoxalement servir à protéger la relation, ou à protéger le patient de la détresse liée à l’attachement qui a été déclenchée dans cette relation. En désactivant l’attachement de cette manière, le patient détourne son attention et n’a plus à faire face au conflit douloureux, ce qui minimise les dommages potentiels.

 

Il est important d’ajouter que, contrairement aux patients qui sont préoccupés par leurs expériences liées à l’attachement (et qui peuvent également couper leurs relations pour gérer leur douleur émotionnelle), lorsque les patients évitants coupent leurs relations, ils le font d’une manière qui peut être remarquablement blasée. Après tout, l’évitement vise à « refroidir » l’attachement. Ainsi, ils ne justifient pas longuement leurs actions. Au lieu de cela, ils n’offrent que peu ou pas d’explications ou utilisent des raisons rationnelles, des justifications qui n’expliquent pas la gravité des actions entreprises.

 

A titre d’exemple, reprenons le cas de Sandra. En tant que jeune adulte, elle a traversé une période de quelques années pendant laquelle elle n’a pas parlé à sa mère. Après avoir quitté la maison à l’âge de 17 ans, elle a subvenu à ses besoins pendant qu’elle suivait des cours dans un collège communautaire. À ce moment-là, il n’y avait plus d’enfants à la maison et ses parents ont divorcé de façon conflictuelle, ce qui a dévasté la famille sur le plan financier. Sa mère, qui avait grandi dans la religion, mais qui s’en était éloignée pendant toute son enfance, est retournée à l’église, faisant pression sur ses parents pour qu’ils l’acceptent.

 

En savoir plus 

 

Formation(s) : Relation thérapeutique – Stratégies relationnelles pour traiter les patients souffrant de traumas difficiles

 

Dossier(s) : La relation thérapeutique en EMDR (publication en janvier 2022)