Soutenir les travailleurs de la santé en période de COVID-19 avec l'EMDR en ligne

Soutenir les travailleurs de la santé en période de COVID-19 avec l’EMDR en ligne

Soutenir les travailleurs de la santé en période de COVID-19 avec l’EMDR en ligne : Une étude pilote, un article de Faretta,  E., Garau, M. I., Gallina, E., Pagani, M., & Fernandez, I., publié dans Frontiers

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé

Nous rapportons les résultats d’une étude pilote concernant l’adaptation du protocole de groupe de désensibilisation et de retraitement par mouvements oculaires (EMDR) pour le traitement en ligne, pour la gestion des traumatismes associés à la pandémie de COVID-19 en Italie.

Le groupe cible était composé de travailleurs de la santé d’une maison de retraite (Residenza sanitaria assistita, RSA) qui avaient décidé de vivre et de rester sur place pendant la phase la plus aiguë de la pandémie afin de protéger les résidents de la maison.

Les scores des symptômes perçus de trouble de stress post-traumatique (TSPT) et la qualité de l’expérience émotionnelle se sont améliorés de manière significative après la participation au programme de thérapie. 

Ces résultats préliminaires confirment le potentiel innovant du protocole EMDR lorsqu’il est utilisé en ligne sur une intervention précoce, pour prévenir le développement de troubles psychologiques ultérieurs.

Introduction 

La pandémie de COVID-19 peut sans aucun doute être qualifiée de catastrophe de masse, avec des effets négatifs importants sur le fonctionnement social, cognitif et émotionnel de toutes les personnes concernées. Un groupe qui a été en première ligne tout au long de la pandémie est celui des travailleurs de la santé, qui ont dû faire face à l’urgence dans les hôpitaux et les services d’urgence, dans les services de prévention et d’épidémiologie et dans les maisons de retraite (Residenza sanitaria assistita, RSA). Ces travailleurs ont été dans un état constant d’alerte physique et psychologique élevée (Johnson et al., 2020) : les urgences produisent un état d’activation qui permet des tentatives de sauvetage rapides. Il n’est donc pas surprenant que les expériences thérapeutiques avec cette catégorie de travailleurs aient mis en évidence des réactions émotionnelles comprenant la peur, l’anxiété et la colère, aggravées et compliquées par des facteurs de risque objectifs, subjectifs et organisationnels. Si cela est vrai en général pour les travailleurs de la santé sur le terrain, c’est un problème particulièrement aigu pour les travailleurs de la santé opérant dans les maisons de retraite (RSA). Les résidents sont âgés, faibles ou vulnérables et ont besoin d’aide et de soutien pour leurs besoins physiques, émotionnels, relationnels et médicaux/sanitaires, et c’est dans ces structures que l’explosion soudaine de l’épidémie a été la plus bouleversante. Les personnes âgées ont été la population la plus touchée par la pandémie ainsi que les travailleurs de la santé. Avec les hôpitaux, les maisons de retraite ont été identifiées par les autorités sanitaires comme le principal lieu de propagation de la pandémie de COVID-19, ce qui en fait l’épicentre de ce massacre silencieux. Dès que la pandémie a frappé, les travailleurs des maisons de retraite ont été exposés à des expériences traumatiques cumulatives continues qui ont entraîné l’activation répétée de réactions de stress extrême. Chaque nouvelle activation a sensibilisé davantage cette population, augmentant son risque de développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT) et d’autres troubles comorbides.

Parmi les options thérapeutiques disponibles pour le traitement du TSPT, la désensibilisation et le retraitement par mouvements oculaires (EMDR) est l’une de celles dont l’efficacité a été démontrée (Greenberg et al., 2015). Elle est basée sur le modèle du traitement adaptatif de l’information (TAI), selon lequel de nombreux troubles psychologiques sont la manifestation de souvenirs traumatiques ou stressants non résolus (Shapiro, 1995, 2001). L’un des aspects les plus importants de cette thérapie est l’identification des événements de vie qui ont été particulièrement traumatisants pour la personne (Poon, 2012).

L’urgence actuelle conduit à l’utilisation d’un protocole EMDR de groupe, comme cela a déjà été fait dans de nombreux pays du monde suite à des catastrophes de masse. L’EMDR de groupe a été utilisé aussi bien sur des adultes que sur des enfants et a été adapté dans de nombreux cas pour répondre à des contextes et circonstances spécifiques (Wilson et al., 2000 ; Korkmazlar-Oral et Pamuk, 2002 ; Fernandez, 2007 ; Gelbach et Davis, 2007 ; Zaghrout-Hodali et al., 2008). Le protocole de groupe (EMDR-IGTP) combine la thérapie EMDR standard en 8 phases avec un modèle de thérapie de groupe (Jarero et al., 1999 ; Artigas et al., 2000) et l’utilisation d’une forme de stimulation bilatérale appelée « Butterfly Hug » (Artigas et Jarero, 2014 ; Jarero, 2020) ainsi que des tâches de dessin (Maxfield, 2008). Compte tenu des avantages de la thérapie de groupe et de l’efficacité prouvée du protocole de traitement de groupe intégratif EMDR (EMDR-IGTP), nous avons testé une adaptation en ligne du protocole EMDR de groupe destinée à répondre aux besoins générés par l’urgence actuelle, comme cela est également rapporté dans la littérature récente (Luber, 2020 ; Pérez et al., 2020 ; Tarquinio et al., 2020 ; Fisher, 2021).

L’étude a été menée dans une maison de retraite pour personnes âgées où le personnel soignant avait décidé de vivre à l’intérieur de l’établissement afin de protéger les résidents de l’infection par le COVID-19. Non seulement le personnel de santé a été exposé au risque d’infection, à des quarts de travail épuisants, à un travail physique difficile et à une réduction du personnel entraînant une surcharge émotionnelle, mais il a dû supporter ces fardeaux sans le soutien et la présence de sa famille. D’autres complexités sont apparues en raison des mesures nécessaires pour prévenir la propagation du virus, qui ont entraîné des changements dans les routines de la maison de retraite et une restriction des contacts entre les résidents et leurs familles et entre les travailleurs de la santé et leurs familles.

Les objectifs étaient de tester plus avant la faisabilité du traitement EMDR de groupe en ligne et d’évaluer qualitativement et quantitativement ses effets sur la santé émotionnelle et psychologique des participants. Les résultats attendus, conformément à ces objectifs, concernaient deux domaines principaux : la prévention de la chronicisation des troubles psychologiques et le renforcement des ressources psychologiques protectrices.

Matériaux et méthodes

Contexte de la recherche

Les participants étaient des travailleurs de la santé employés dans une maison de retraite à Capoterra (CA). Ils avaient choisi de s’isoler dans l’établissement pendant 30 jours en avril 2020 afin d’éviter tout contact avec l’extérieur et l’infection potentielle des résidents par le COVID-19 : il était alors bien établi que les communautés thérapeutiques étaient parmi les plus touchées par l’urgence du COVID-19. La société propriétaire a fourni un logement au personnel et le directeur de l’établissement a contacté l’association EMDR italienne pour demander une intervention visant à soutenir l’équipe opérationnelle pendant cette période.

L’intervention a été mise en œuvre en ligne, et deux groupes ont été tenus par des thérapeutes EMDR formés dont le travail consistait à évaluer les niveaux de stress et à aider à retraiter les expériences perturbatrices et à promouvoir les ressources d’autoprotection.

Participants

Les participants étaient au nombre de 11 : 7 femmes et 4 hommes d’un âge moyen de 46 ans, répartis en deux groupes thérapeutiques de 6 et 5 participants, respectivement. Tous avaient choisi de s’isoler au sein de la maison de retraite pour la période de 30 jours allant du 1er avril au 30 avril 2020.

Procédure

Deux programmes de thérapie de groupe ont été réalisés. Chacun d’eux comportait cinq réunions : une réunion initiale de pré-test et de psychoéducation, suivie de trois réunions de thérapie de groupe EMDR, et d’une réunion finale de post-test et de débriefing.

Les interventions ont été menées par des thérapeutes formés à l’EMDR, des superviseurs (certifiés par l’association EMDR Europe). Toutes les réunions ont été réalisées sur une plateforme de conférence virtuelle afin de préserver la distanciation sociale. L’objectif du projet était d’apporter un soutien à l’équipe soignante pour l’aider à supporter la charge émotionnelle de l’isolement, à réduire le stress et à contenir l’anxiété et la colère. Pour ce faire, nous leur avons offert un espace où ils pouvaient « décrire » leur expérience la plus stressante, leurs sentiments négatifs et les traiter par le biais de l’EMDR, afin de réduire leur risque de développer un stress post-traumatique.

La première réunion (réunion 1) de chaque intervention a été consacrée à l’introduction des participants, à la présentation du projet et à la réalisation d’un pré-test initial des niveaux d’émotion et de stress post-traumatique (échelle IES-R et thermomètre des émotions) et d’une orientation au stress en cas d’incident critique (CISO, Maslovaric, 2020). Les patients ont été informés de l’accord de confidentialité.

L’objectif de l’intervention étant d’améliorer le bien-être psychologique des participants, un dépistage initial de leurs symptômes en phase aiguë a été effectué.

Le CISO présente les caractéristiques suivantes :

  • Il fournit une grille de symptômes montrant les réactions normales et communes au stress post-traumatique. Cela permet aux participants d’identifier leurs propres symptômes comme étant communs, bien qu’inquiétants. Il fournit également des explications et des descriptions de ce que l’on entend par événement traumatique, des réactions psychologiques qui peuvent survenir à la suite d’un tel événement, et des facteurs de vulnérabilité (dans ce cas, le niveau d’absurdité et le niveau d’implication) ;
  • Il fournit des indications sur l’autoprotection émotionnelle afin de soutenir les stratégies d’adaptation et la résilience ;
  • Il fournit des explications sur l’approche EMDR, et en particulier sur le protocole de groupe court (EMDR-IGTP).

Par conséquent, la phase CISO de la réunion 1 a commencé par la normalisation des réactions émotionnelles des participants à l’aide de la grille de symptômes, suivie de l’introduction de techniques visant à prévenir la détresse due aux réactions aiguës au stress et au trouble de stress post-traumatique. Il a ensuite été expliqué que le programme de soutien EMDR visait à prévenir et/ou à traiter les symptômes découlant de l’expérience d’isolement des participants et à leur permettre de maintenir et de développer leurs ressources d’adaptation. L’intervention était censée être utile pour faire face non seulement à la période de quarantaine à l’intérieur de la maison de retraite, mais aussi à la séparation d’avec leur famille, en vue de faciliter des retrouvailles en douceur et un retour à la normale après la période de séparation.

Le désamorçage, une méthode standardisée utilisée dans les traitements rapides et les urgences, a été employé pour donner des informations pertinentes sur les réactions de stress post-traumatique et pour renforcer les ressources d’adaptation individuelles. Le câlin papillon a été enseigné pour développer la conscience des participants de leurs propres réactions émotionnelles. Cette technique (Artigas et Jarero, 2014 ; Jarero, 2020), généralement utilisée dans le protocole EMDR-IGTP, implique que les patients utilisent une stimulation bilatérale auto-administrée et elle est utilisée dans la stabilisation, le renforcement des ressources et du lieu sûr ainsi que pour le traitement des épisodes traumatiques.

Une des publications les plus récentes sur le coût-efficacité des traitements psychologiques pour le trouble de stress post-traumatique chez les adultes, Mavranezouli et al. (2020), rapporte que l’EMDR est l’une des interventions les plus efficaces pour les adultes souffrant de TSPT et la plus rentable, en raison de sa brève durée. C’est pourquoi l’EMDR a été choisie et soutenue pour cette intervention auprès des personnels de santé en pleine pandémie de COVID-19.

Les trois réunions suivantes (réunions 2, 3 et 4) ont porté sur la détresse et les besoins de l’équipe et le protocole de traitement EMDR de groupe (EMDR-IGTP) a été mis en œuvre. Les participants ont rapporté des sentiments d’impuissance, d’incapacité à voir leurs proches et de perte de leurs routines normales d’avant le COVID, des sentiments d’absurdité mais surtout pour les résidents de manquer les festivités de Pâques et le contact avec leurs familles à cause de l’isolement. Ils ont également fait état d’une grande variété de souvenirs traumatisants. Parmi les pires souvenirs traités, citons le fait de voir leurs patients âgés lutter pour respirer, de les voir mourir sans pouvoir les toucher, de devoir se précipiter continuellement d’une pièce à l’autre, le manque d’espace à la morgue pour les cadavres et d’autres qui montrent la situation dramatique vécue par le personnel soignant. En outre, des symptômes somatiques comme la difficulté à dormir, l’anxiété et l’inquiétude, l’irritabilité et l’agitation ont également été signalés.

Les sessions peuvent durer de 1 h à 1 h et 30 min. Les participants sont guidés à travers un exercice de lieu sûr ou des exercices de respiration. L’animateur EMDR-IGTP leur demande de penser à la pire partie de l’événement (la crise actuelle), puis de dessiner cette image sur le papier fourni. Il leur demandait ensuite d’indiquer la cote des unités subjectives de perturbation (SUD) correspondante et d’écrire le chiffre correspondant sur leur dessin. Après cela, on leur a demandé de regarder leur dessin et de fournir leur propre stimulation bilatérale alternée avec le câlin papillon. Les participants ont ensuite été invités à dessiner une autre image de leur choix en rapport avec l’événement et à l’évaluer en fonction de son niveau de détresse. Le traitement s’est poursuivi avec les adultes regardant la deuxième image et utilisant le câlin papillon. Le processus a été répété deux fois de plus, de sorte que chaque participant a dessiné quatre images, et a donné une note SUD pour chacune. Le niveau final de détresse associé à la crise actuelle a ensuite été évalué en demandant au participant de se concentrer sur le dessin le plus perturbant et d’identifier le niveau actuel de SUD. Ce chiffre est ensuite inscrit au dos de la feuille et constitue la cinquième cote SUD de la séance. Les participants ont ensuite dessiné une dernière image représentant leur vision future d’eux-mêmes, ainsi qu’un mot ou une phrase décrivant cette image. Aucune cote SUD n’a été attribuée à cette image. Le dessin et la phrase sont ensuite associés au câlin papillon. Les patients ont reçu pour instruction de fermer les yeux, de balayer leur corps et de faire le câlin papillon ou des techniques de mise à la terre pour se stabiliser.

La dernière réunion (réunion 5) s’est déroulée selon la même procédure que les trois précédentes, mais un certain temps a été consacré à l’administration post-test de l’échelle IES-R et du thermomètre des émotions et à permettre aux participants à l’EMDR de partager leurs impressions sur l’expérience. L’intervention s’est terminée par des commentaires de conclusion et un récapitulatif.

Mesures

Des mesures avant et après l’intervention ont été effectuées lors des rencontres 1 et 5, respectivement, pour vérifier les résultats. Une mesure de suivi a été effectuée 9 mois après l’intervention.

Les questionnaires suivants ont été administrés aux participants.

1. Impact of Event Scale-Revised (IES-R) selon les critères du DSM IV-TR (Weiss et Marmar, 1997) validé et traduit en italien (Pietrantonio et al., 2003). Ce test psychométrique est composé de 22 items. Il comprend trois sous-échelles mesurant les dimensions suivantes : intrusion, évitement et hyperactivation. Les participants devaient évaluer leur niveau de symptômes post-traumatiques à l’aide d’une échelle de Likert en 5 points allant de 0 (= « pas du tout ») à 4 (= « beaucoup ») en se référant aux 7 jours précédents. Le score total est compris entre 0 et 88. Le seuil de 33 souligne un risque élevé de TSPT ; conformément à la littérature, il n’y a pas de seuil spécifique pour les interprétations de l’échelle.

2. Le thermomètre des émotions, un instrument non standardisé, utilisé pour mesurer sur une échelle de 1 à 10 l’expérience subjective des participants concernant six émotions et leurs conséquences : stress, anxiété, humeur dépressive, colère, difficulté à dormir et besoin d’aide.

Résultats

Résultats qualitatifs

Voici le résumé par le coordinateur des commentaires donnés par l’équipe de soins.

Le premier sujet est le moment le plus difficile auquel l’équipe a dû faire face, à savoir : « Nous avons dû fermer les portes aux visiteurs. C’était le moment le plus difficile pour deux raisons : la première était que nous réalisions progressivement mais sûrement la gravité de la situation ; la seconde était le sentiment que l’une des pierres angulaires de notre service, un « havre de paix », était en train de disparaître : la présence constante des membres de la famille de nos résidents. Dans notre valeur, les membres de la famille sont un élément essentiel : il n’y a jamais eu de limites aux heures de visite ou à la durée des visites, et leur présence est une ressource importante, que nous perdons avec la pandémie et dont nous devons nous passer. »

En ce qui concerne l’intervention EMDR, le coordinateur décrit son efficacité comme suit : « Les interventions EMDR ont énormément aidé à traiter les moments critiques et à se connecter les uns aux autres. Elle nous a permis à tous de reconnaître notre fatigue, notre nostalgie de nos familles, et le désir de sortir de la maison de retraite… sans nous faire sentir moins importants, moins efficaces ou moins dignes ! !! Il nous a permis à tous d’exprimer nos fragilités et de les transformer en ressources ! L’un de nos collègues a comparé les réunions EMDR au tissage de la soie : n’importe lequel des fils individuels se brisait sous la pression du métier à tisser et de la dynamique personnelle. L’EMDR a rassemblé tous les fils pour en faire un seul, fort, tenace et résistant. »

Statistiques descriptives

Les graphiques des figures 1 et 2 montrent les scores de symptômes obtenus avec l’IES-R pour chaque participant aux réunions 1 et 5, avant et après le programme EMDR. Ils montrent que les scores de tous les participants se sont améliorés après le programme.

La différence entre les scores moyens avant et après le traitement est statistiquement significative.

En ce qui concerne les résultats obtenus avec le thermomètre des émotions, ils montrent que tous les participants ont rapporté une amélioration substantielle dans toutes les dimensions après le traitement EMDR.

Globalement, comme le montre le tableau 2, les participants ont obtenu des scores élevés sur les sous-échelles du thermomètre des émotions mesurant les troubles psychosomatiques, comme le stress (M = 7,36 ; ET = 2,73), l’anxiété (M = 6,73 ; ET = 3,52), les problèmes de sommeil (M = 7,91 ; ET = 2,51). Le score moyen élevé du besoin d’aide montre que l’intervention EMDR serait en effet potentiellement très utile.

Les scores moyens pour les mêmes dimensions étaient plus faibles après l’intervention. La différence entre les scores avant et après l’intervention est statistiquement significative.

Le questionnaire IES-R a été administré à nouveau aux participants lors du suivi, 9 mois après la fin de l’intervention. Les chiffres obtenus montrent une légère augmentation sur toutes les sous-échelles : intrusivité (M = 7,5 ; SD = 6,48), évitement (M = 7,2 ; SD = 7,33), et hyperexcitation (M = 7,1 ; SD = 7,01). Cette augmentation totale (M = 21,8 ; SD = 19,83) peut être attribuée au stress psychophysique prolongé causé par la situation d’urgence continue de COVID, et par l’effet de la deuxième vague de COVID-19 arrivée en Italie à cette époque, comme le montre la figure 3.

Discussion

Nos résultats confirment que l’isolement, qui était une stratégie fondamentale pendant la pandémie de COVID-19, a été un événement perturbant qui a eu un fort impact émotionnel sur le personnel soignant de la maison de retraite ; et que l’EMDR a été efficace pour contrer cet impact. Cependant, en raison de l’absence d’un groupe témoin, il n’est pas possible d’exclure qu’un autre type d’intervention, interrompant l’isolement social, aurait été efficace pour réduire les effets du TSPT induit par le stress.

Les scores IES-R post-intervention des participants étaient significativement plus bas sur les sous-échelles d’intrusion, d’évitement et d’excitation. Les scores post-intervention sur les sous-échelles d’émotion ont également montré des diminutions significatives des niveaux de stress, d’anxiété, d’humeur dépressive, de colère, de problèmes de sommeil et de besoin d’aide perçu. Bien que préliminaires, ces résultats sont statistiquement significatifs et montrent que le programme EMDR que nous avons mené a été efficace pour réduire les effets du TSPT induit par le stress suite à l’isolement pendant la pandémie de COVID-19. Le résultat a été une amélioration du bien-être psychologique des participants, également confirmée par les commentaires des participants. En plus de réduire la charge émotionnelle négative de l’événement et les symptômes du TSPT, le traitement a également amélioré le climat émotionnel général au sein de notre groupe.

Nos résultats confirment donc que le traitement EMDR peut être appliqué à court terme et/ou dans des situations d’urgence. Les protocoles et techniques peuvent être utilisés seuls ou intégrés dans des programmes plus larges avec une grande variété d’applications en individuel ou en groupe.

L’EMDR de groupe semble être un instrument utile tant pour la prévention que pour le traitement. Elle a une valeur économique car elle diminue le coût de la prise en charge en aval des problèmes de santé mentale (de Bont et al., 2019). Nos résultats sont conformes à ceux d’autres études en montrant que le protocole EMDR standard peut être adapté avec succès pour être utilisé en ligne afin de mener une thérapie EMDR en ligne (par exemple, Fisher, 2021), y compris sur des travailleurs impliqués dans les soins de santé pendant l’urgence COVID-19 (Pérez et al., 2020 ; Tarquinio et al., 2020). Néanmoins, elles ne peuvent être considérées comme concluantes en raison de la petite taille de nos groupes de traitement et de l’absence d’un groupe de contrôle. Néanmoins, notre objectif était de rapporter les résultats d’un programme destiné à prévenir les perturbations à moyen et long terme, et à fournir un traitement pour les symptômes aigus et chroniques causés par le stress associé à la situation d’urgence COVID-19 dans laquelle les participants étaient actuellement plongés. En conclusion, des recherches futures impliquant des échantillons plus importants et des groupes de contrôle sont nécessaires pour évaluer correctement l’efficacité de la psychothérapie de groupe menée en ligne. De plus, nous avons enregistré une augmentation des symptômes du TSPT lors du suivi de 9 mois, compte tenu des différentes vagues et de la longue durée de la pandémie, même si elle n’est pas significative, ce qui suggère qu’un soutien étalé sur une plus grande période de temps pourrait être plus efficace dans ces circonstances.

Néanmoins, l’administration en ligne du protocole EMDR ouvre de nouvelles possibilités en termes d’intervention rapide et de prévention des troubles psychologiques à long terme résultant d’un stress aigu.

En savoir plus 

Références de l’article Soutenir les travailleurs de la santé en période de COVID-19 avec l’EMDR en ligne : Une étude pilote :

  • auteurs : Faretta,  E., Garau, M. I., Gallina, E., Pagani, M., & Fernandez, I.
  • titre en anglais : Supporting healthcare workers in times of COVID-19 with eye movement  desensitization and reprocessing online: A pilot study
  • publié dans : Frontiers in Psychology, 13
  • doi : https://doi.org/10.3389/fpsyg.2022.964407

Aller plus loin 

Formation(s) : Travailler à distance en thérapie EMDR

M’inscrire Vous avez une question ?