Protocole EMDR pour les TCA

Un Protocole EMDR pour les TCA, de Natalia Seijo, publié dans le livre de Marylin Luber : Eye Movement Desensitization and Reprocessing EMDR Therapy Scripted Protocols and Summary Sheets : Treating Eating Disorders, Chronic Pain, and Maladaptive Self-Care Behaviors

Extraits

Natalia Seijo est l’auteur (…) (du) «Protocole de thérapie EMDR pour les troubles de l’alimentation», et de son compagnon, « Le Soi rejeté – protocole EMDR pour la distorsion de l’image du corps ». Ses publications dans ce domaine lient l’attachement au traumatisme et la dissociation (…). Elle croit qu’il faut aller au cœur du traumatisme pour travailler avec ce qui a créé le trouble, et elle croit que l’EMDR réussit à le faire et à le réparer. Son objectif principal est d’identifier la structure du monde intérieur du patient, de désamorcer les défenses et de travailler à travers les grands traumatismes «T» et les petits «t». Son autre suggestion est de se rappeler que lorsque vous travaillez avec un patient atteint de ED, il y a un petit garçon ou une fille blessé qui a besoin d’aide. Dans la phase de préparation, il est crucial de travailler pour identifier le monde intérieur du patient et apaiser et traiter les défenses. Ce faisant, il est important de valider le patient, de faire preuve d’empathie et de compréhension et d’aider à organiser le monde intérieur du patient et ses parties. Elle nomme les filles / garçons intérieurs et aide les patients à comprendre la fonction protectrice de chacun : la petite fille / garçon qui n’a jamais été (travaillant avec contrôle), la petite fille / garçon qui ne pouvait pas grandir (travaillant avec la culpabilité), le critique pathologique / le Piranha (travaillant avec perfectionnisme), le soi caché (travaillant avec honte et peur), le soi rejeté (travaillant avec la distorsion de l’image corporelle), et le soi gras (travaillant avec le rejet et la soumission). Elle favorise le travail à partir de la couche extérieure en commençant par la partie (c’est-à-dire la petite fille / garçon qui n’a jamais été, etc.), puis en passant à la couche suivante – la défense – et la couche suivante – le traumatisme. Lorsque les défenses sont neutralisées, les traumatismes peuvent être traités. Elle propose différents sous-protocoles pour retraiter les principales défenses. Les défenses avec lesquelles elle travaille sont les suivantes : manque de conscience de la maladie, somatique, alexithymie, faim et peur de l’amélioration. En outre, elle souligne que pendant la phase de désensibilisation, les patients font un traitement somatique et si les thérapeutes font attention au corps, il est possible d’identifier les changements.

(…) Sur la base des années d’expérience de l’auteur dans le domaine des troubles de l’alimentation (ED), le traitement le plus adéquat est celui qui couvre les zones qui génèrent le trouble, au lieu de se concentrer sur le symptôme de manière isolée. Sans aucun doute, la thérapie EMDR atteint cet objectif, car elle fonctionne en allant à la racine du traumatisme – là où tout a commencé – et en le réparant. Lorsqu’on parle de traumatisme dans les ED, on ne parle pas seulement d’événements traumatiques, mais aussi de traumatismes d’attachement et de développement, qui sont assez courants dans les ED. Le protocole EMDR pour les troubles de l’alimentation contribue à améliorer la façon dont nous comprenons ces troubles et le temps de récupération des personnes qui en souffrent. Ce protocole combine des travaux sur le traumatisme, l’attachement et la dissociation, trois domaines liés à la base de ces troubles et sur lesquels il faut travailler pour obtenir des résultats positifs à long terme. Le protocole est développé tout au long des huit phases de traitement et est centré sur trois points de base : • Identification et organisation du monde intérieur du patient • Neutralisation des défenses • Traitement des différents traumatismes (grand «T»; petit «t»; expériences de vie défavorables) Le but final est atteint avec l’intégration du monde intérieur, à travers le retraitement des traumatismes à l’origine du trouble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *